Macron conseille la jeunesse algérienne de regarder plutôt vers l’avenir

Macron s'adressant à la jeunesse algérienne
Emmanuel Macron. D. R.

Par Hani Abdi Le président français Emmanuel Macron appelle la jeunesse algérienne à se libérer du fardeau de la colonisation et à se projeter plutôt dans l’avenir. Interpellé par un citoyen algérien à la rue Larbi-Ben-Mhidi, ex-rue d’Isly, sur le passé colonial, Emmanuel Macron dit reconnaître que l’Algérie a été colonisée par la France tout en refusant de rester prisonnier de cette histoire. «Oui, nos ancêtres ont colonisé l’Algérie. Mais nous sommes une génération qui doit regarder. La jeunesse algérienne ne doit pas constamment regarder dans le passé. Elle doit aussi ouvrir une page d’avenir. Elle doit voir comment elle va être plus forte ici, comment elle va créer plus d’emplois», déclare-t-il.

A une autre interpellation sur la reconnaissance des crimes contre les juifs et les Arméniens mais pas contre les Algériens, Macron assure que les crimes coloniaux contre les Algériens ont été reconnus. Il demande cependant à ne pas confondre la guerre d’extermination déclarée par les juifs avec les crimes commis contre les Algériens durant la Guerre de libération nationale. Pour lui, il s’agit de deux choses différentes. «Je ne suis pas là pour juger les anciens, et vous non plus», lance-t-il à l’endroit d’un autre jeune Algérien, admettant qu’«il y a eu des crimes contre l’humanité qui ont été commis en Algérie» comme «il y a eu aussi des gens qui ont fait de bonnes choses en Algérie».

Le président Macron estime que la jeunesse algérienne doit se libérer de ce poids colonial pour assurer l’avenir de l’Algérie. Emmanuel Macron devrait, par ailleurs, accéder à la demande de l’Algérie de restituer les crânes des résistants algériens morts dans la bataille de Zaâthcha, qui se trouvent toujours au musée de l’Humanité à Paris. Une décision qu’il compte prendre dans un avenir proche.

H. A.

Comment (11)

    LE CORNIAUD
    7 décembre 2017 - 19 h 35 min

    C’EST ÇA Mr LE PRÉSIDENT, LES JEUNES ALGÉRIENS SE DOIVENT DE REGARDER VERS L’AVENIR AVEC LES MOYENS POLITIQUES ET MATÉRIELS MIS À LEURS DISPOSITIONS PAR DES RESPONSABLES DONT L’ÂGE MOYEN À TOUS LES NIVEAUX DÉPASSE LARGEMENT LES 65 ANS.
    BIEN VU MONSIEUR MACRON!!!




    1



    0
    Felfel Har
    7 décembre 2017 - 0 h 09 min

    Non Macron, un peuple qui regarde l’avenir sans avoir soldé son passé, en l’occultant ou en l’oubliant, est un peuple sans avenir, perdu, qui n’aura droit au respect de personne. Les franchouillards ont-ils oublié Jeanne d’Arc? Elle fait partie de leur histoire! Ils l’invoquent à tout bout de champ pour se doper au nationalisme, voire au chauvinisme. Gardez vos conseils, ils ne nous sont d’aucune utilité!




    11



    4
      Jean-Luc
      7 décembre 2017 - 3 h 03 min

      Oui je suis d’accord avec vous la France a perpétré des crimes honteux et a perdu les territoires qu’elle avait conquis. Je mettrais dans le même panier ceux qui ont conduit à la déportation de deux millions d’hommes, femmes et enfants car non conformes à l’instauration d’une grande Nation arabo-musulmane.

      On l’attend toujours la grand Nation…

      Échec total, trop de fierté (ou d’ouverture ?) pour reconnaitre ses erreurs, alors c’est forcément la faute des autres…

      Juste hallucinant qu’on soit encore capable d’en parler aujourd’hui comme si c’était hier. Qu’est-ce qui a échoué dans l’instruction algérienne pour que de nombreux citoyens soient incapable d’évoluer sur ces points ?




      3



      4
        anti-khafafich
        7 décembre 2017 - 8 h 51 min

        … c’est quoi ce machin de arabo-musulman ? qui te donne le droit de nous coller ce truc ? qui es tu ? maintenant que les sionistes vous soumettent, alors tu es la progéniture sionsiste ? vous n’apprenez jamais, têtes dures et pieds dans la mer… et vous hurlez tout le temps




        6



        4
        Felfel Har
        7 décembre 2017 - 14 h 15 min

        L’amalgame savamment entretenu par certains citoyens français est de mettre sur le même pied d’égalité l’agresseur et la victime. La France n’est pas venue en Algérie en amie. Elle a massacré ceux qui avaient osé défendre leur patrie, elle les a spoliés de leurs biens, elle s’est appropriée des terres et des biens qui ne lui appartenaient pas. Les Algériens seraient-ils coupables d’avoir résister à l’occupant? La résistance française contre les nazis serait-elle alors condamnable? En 1962, le rapatriement des citoyens français était dans la logique des choses, ils devaient retourner chez eux car, en Algérie, ils étaient des indus-occupants qui n’avaient pas vocation à rester. Ceux qui ont opté pour l’OAS ont pratiqué la politique de la terre brûlée et se sont brûlés. L’actuelle haine de l’Algérien trouve sa source dans la défaite mémorable qu’ils ont reçue en 1962. Ils n’ont pas oublié et nous non plus. Les vainqueurs que nous sommes célébrons alors que les nostalgiques baissent la tête et passent leur temps à ruminer la perte de leur « paradis perdu », rêvant d’une revanche. La perte de prestige de la France sur la scène internationale en refusant de s’excuser pour ses exactions commises pendant la guerre d’Algérie, est le prix à payer pour son entêtement. L’Histoire retiendra ce fait ad vitam aeternam. A celà s’ajoute l’hypocrisie de la classe politique française qui demande à la Turquie de reconnaître le génocide arménien. Quelle cesse de donner des leçons qu’elle n’applique par pour elle-même! Qu’elle prenne exemple sur l’Allemagne qui a admis sa responsabilité dans l’holocauste et s’est excusée! Sans rancune aucune et salutations!




        16



        1
          Jean-Luc
          7 décembre 2017 - 23 h 03 min

          Je ne sais pas ce que retiendra l’Histoire, chacun l’écrit à sa manière. J’ose suggérer que la situation en Algérie aujourd’hui est moins le fruit d’un échec français que des errances politiques post-indépendance.

          Cette purge a considérablement affaibli l’Algérie dans sa richesse et sa diversité et a laissé simplement le champs aux islamistes. Je m’autorise à penser qu’ils ont peut-être causé beaucoup plus de tort à l’Algérie que la France coloniale.

          Je ne suis pas du tout pied-noir, mais j’ai osé pensé que l’Algérie serait plus apaisée et plus équilibrée aujourd’hui si la purge n’avait pas eu lieu. Cela n’enlève rien aux crimes de la France, ni à son incapacité à demander pardon.

          Vous, vous n’avez pas gagné, votre colère est encore vive, vous êtes encore en guerre. Votre ennemi: la France impériale d’hier, qui n’existe pour nous que dans les livres d’écoles.

          Pourquoi vous transmettez-vous cette haine générations après générations ? Vous rendez-vous compte que cela ne sert à rien, si ce n’est engendrer tristesse, frustration, colère. Vous accordez beaucoup trop d’importance à la France, au point de conditionner votre propre bonheur à ses choix diplomatiques.




          0



          0
    ALI
    7 décembre 2017 - 0 h 06 min

    Ca se voit que M.Macron ne connait point les algériens, lorsqu’il invite les jeunes à regarder vers l’avenir ,car dans la tête d’un jeune : Avenir=Etranger.




    7



    1
    Algérie Authentique
    6 décembre 2017 - 21 h 21 min

    la clé c’est l’éducation, nous avons besoin de coopérants français dans tous les domaines de l’éducation !




    6



    3
    AL HANIF
    6 décembre 2017 - 20 h 41 min

    OUI A L’INTELLIGENCE COLLECTIVE, NON A LA MANIPULATION
    Pourquoi le débat public, qui a besoin de la pensée lente et de sérénité, ne permet-il pas à l’intelligence collective de deux peuples de surmonter la bêtise de confondre l’immédiateté des agendas politiques et l’intensité de la mousse médiatique?
    Oui, le crime colonial doit être dénoncé, et en même temps (expression fétiche de Macron) les jeunes générations doivent regarder vers l’avenir au lieu de sacrifier à la pensée ‘réflexe’ qui est actionnée au gré des circonstances , dans une exploitation peu opportune au regard des défis qui s’annoncent.
    L’image d’un jeune , inculte politiquement, qui apostrophe un président hôte de son pays dans un français plein d’approximation en lui donnant ‘du ‘Monsieur’, au grand dam de la bienséance et des règles protocolaires est désolant et nuit à l’image de l’Algérie.
    Son exploitation fait d’ailleurs déjà recette dans les journaux de l’Hexagone qui se repaissent de ce genre d’images.
    Tomber dans le piège d’une ‘démocratie’ de l’opinion instantanée, c’est faire injure au temps lent et aux vérités historiques et au final marquer un bût contre son camp.
    Exister dans le débat public, c’est éclairer ses enjeux pour remobiliser l’intelligence collective de deux peuples condamnés par la géographie et l’histoire à s’entendre, et ne pas hystériser ce débat comme il est coutume de le faire et de le refaire!
    Le fantasme d’un fondamentalisme anti-occidental monolithique sous couvert de dénonciation de ‘hizb frança’ a fait le lit d’une hypocrisie qui s’est accommodée de l’incompétence et de la schizophrénie quand les centres culturels français sont pris d’assaut pour avoir la garantie de visas et que les élites arabophones s’assurent que leur progéniture maîtrise les langues étrangères et au premier rang le français et l’anglais.
    L’entre-soi faussement protecteur et la porosité avec les valeurs religieuses les plus conservatrices font oublier que l’Islam n’est pas antinomique avec une théologie de la prospérité et ne constitue aucun obstacle pour quiconque veut réussir vie familiale, sociale et matérielle en étant partie prenante du monde comme acteur et non plus comme consommateur qui se culpabilise de consommer occidental au quotidien.
    Arrêtons de projeter sur le monde globalisé l’objet de nos fantasmes en tombant nous-mêmes dans le piège tendu du choc des civilisations et de devenir l’autre revers de la mauvaise médaille en émulant le prosélytisme évangéliste, engagé dans un véritable marketing du religieux, Tout comme les théocraties et émirats du Golfe qui se sont mis dans une impasse.
    Le rayonnement du pays tient dans ce mantra patriote et républicain: travail, travail encore et toujours.




    10



    1
    Anonyme
    6 décembre 2017 - 19 h 00 min

    L’avenir de la jeunesse algérienne est de se débarrasser du poids mort de la religion et de la culture des bédouins d’Arabie.




    19



    8
    Rascasse
    6 décembre 2017 - 17 h 34 min

    L’avenir des algériens est de cesser d’acceuillir les voleurs et de leur accordé l’immunité.




    20



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.