Ahmed Ouyahia s’entretient à Paris avec son homologue français, Edouard Philippe

Ouyahia s'est entretenu avec Edouard Philippe puis a pris part aux travaux de la 4e session du CIHN coprésidé par les deux Premiers ministres
Ahmed Ouyahia. New Press

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, s’est entretenu jeudi à Paris avec son homologue français, Edouard Philippe, peu avant le début des travaux de la 4e session du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français (CIHN) qui sera coprésidé par les Premiers ministres des deux pays.

Les deux responsables ont abordé à cette occasion les voies et moyens de renforcer la coopération bilatérale afin de hisser davantage le niveau de la coopération algéro-française et les questions régionales et internationales d’intérêt commun. L’entretien a été élargi par la suite aux membres des deux délégations.

Les ministres membres de la délégation algérienne se sont également entretenus avec leurs homologues respectifs.

Le CIHN est un cadre mis en place à la faveur de la Déclaration d’Alger sur l’amitié et la coopération entre l’Algérie et la France, signée en 2012 à Alger par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et son homologue français, François Hollande.

La présente session du CIHN intervient au lendemain de la visite d’amitié et de travail effectuée en Algérie par le président français, Emmanuel Macron, mais aussi moins d’un moins après la tenue à Alger d’une session du Comité mixte économique algéro-français (Coméfa) couronnée par la signature de trois accords de partenariat et de coopération économiques. Des accords de coopération touchant divers secteurs (culture, enseignement supérieur, formation professionnelle, santé) devraient être également paraphés à l’issue des travaux de ce CIHN.

R. N.

Comment (2)

    Felfel Har
    7 décembre 2017 - 15 h 08 min

    Mister O est forcé de « marcher sur des oeufs », exercice difficile à réussir. Soit il défend, bec et ongles, les positions de l’Algérie, et il court le risque de taper sur les nerfs de Macron qui exigera sa tête, comme il l’a fait avec Tebboune. Pour rappel, sa volonté a été appliquée illico par le clan. Soit alors, il cède sur toutes les exigences françaises, et, à son retour, il sera étrillé par ceux-là qui se disent « mortellement patriotes » mais qui font copain-copain avec Mr. Driencourt qui connaît tous les secrets d’alcôve de la classe politique algérienne, ya3raf khrayebhoum! Saura-t-il tirer son épingle du jeu?




    14



    1
    Anonyme
    7 décembre 2017 - 14 h 15 min

    Que du Bluff et surtout de l’hypocrisie.




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.