Zaâlane : Air Algérie n’est pas en situation de faillite mais souffre de difficultés financières

Abdelghani Zaâlane dira qu’Air Algérie n'est pas en situation de faillite, mais connaît seulement des difficultés financières qu'elle tente de surmonter
Abdelghani Zaâlane. New Press

Le ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane, a affirmé, jeudi en marge de la visite d’inspection des projets et réalisations de son secteur dans la wilaya d’Alger, que la compagnie aérienne Air Algérie «n’est pas en situation de faillite», affirmant qu’elle connaît seulement des difficultés financières qu’elle tente actuellement de surmonter. Le ministre a précisé à ce propos le plan de développement de la compagnie aérienne est en cours d’élaboration et qu’une nouvelle équipe en charge de ce dossier a été installée depuis environ six mois, ajoutant que la hausse des tarifs d’Air Algérie n’est pas à écarter.

Pour ce qui est du secteur des Travaux publics, M. Zaâlane a fait état de l’existence de 40 projets à Alger, à savoir des projets de dédoublement et d’extension de routes, précisant que le financement de ces projets sera à hauteur de 80% du budget de la wilaya d’Alger. Il a également fait état de l’existence d’un grand projet portant sur la réalisation de 7 tronçons routiers qui devront alléger la congestion routière et concrétiser une fluidité dans la circulation automobile à l’intérieur de la capitale.

Au cours de cette visite d’inspection dans des sites de projets en cours de réalisation, le ministre a inspecté le site d’implantation du projet de métro au niveau de la place des Martyrs, ainsi que du projet d’aménagement du front de mer El-Kettani, à Bab El-Oued. Sur les hauteurs d’Alger, plus précisément dans la commune de Ben Aknoun, M. Zaâlane a procédé à l’inauguration du projet de dédoublement du boulevard 11-Décembre-1960, ainsi qu’à l’inspection d’un chantier de réalisation de la double voie reliant la RN36 à la faculté de droit et au siège d’Interpol.

Le ministre a, par ailleurs, inauguré la trémie réalisée au niveau de la RN1 reliant les complexes résidentiels Djenane Sfari et Aïn El-Malha, et a procédé au lancement des travaux de connexion des échangeurs et du nouveau tracé de l’échangeur du chemin de wilaya n°155-l’échangeur sud et qui sera renforcé par la réalisation d’ouvrages d’art. Le ministre a inspecté également l’axe menant du siège de la Garde républicaine au niveau des Eucalyptus vers Alger, se félicitant du taux d’avancement des travaux de réalisation des routes, notamment le chantier de réalisation du dédoublement de la voie liant Aïn Taya à Rouiba.

M. Zaâlane a affirmé que «le gouvernement compte mettre en œuvre le plan global de réalisation des extensions du métro et du tramway selon les ressources financières de l’Etat, indiquant que les nouvelles extensions du métro seront exploitables à partir du début 2018. Par ailleurs, le ministre a rappelé l’existence d’un système de gestion du trafic routier à Alger confié à une société mixte algéro-espagnole activant dans le domaine, indiquant que les études concernant le choix du quartier pilote pour l’application de ce système seront lancées dans un mois. «L’objectif de ce système est la réalisation de 300 feux tricolores par le centre de gestion du trafic routier avec l’installation des plaques et des panneaux électroniques signalant des embouteillages, des accidents ou autres», a-t-il ajouté.

S’agissant du nouvel aéroport international, le premier responsable du secteur a affirmé que le taux d’avancement des travaux avait atteint 75%, précisant que le projet sera livré en septembre ou en octobre prochain et sera opérationnel en 2019. Le ministre a insisté lors de sa visite sur l’impératif de respecter les délais et les normes de réalisation des projets.

R. E.

Comment (3)

    Hamdane
    11 décembre 2017 - 16 h 45 min

    Le seul et unique problème à AIR ALGERIE c’est la pléthore de main d’oeuvre.




    0



    0
    anonyme algérie
    11 décembre 2017 - 14 h 18 min

    c’est ce qui s’appelle cacher le soleil avec un tamis et c’est ce qui a été dit pour beaucoup de sociétés publiques avant qu’elles ne soient liquidées. ça fait 30 ans qu’on parle d’Air Algérie sans que les solutions concrètes ne soient prises, et ce n’est pas maintenant que les choses vont changer.




    0



    0
    CHAOUI-BAHBOUH
    8 décembre 2017 - 14 h 43 min

    Si les membres du gouvernements cessent de voyager gratis, et de revoir les prix à la baisse, par défaut de vouloir maintenir le monopole des aéroports Algériens, pour ne pas être concurrencée par les compagnies pratiquant des prix low cost, le problème est là et nul pas ailleurs, exploiter les Émigrés et les Nationaux voyageant pour divers raisons, alors Air Algérie, a signé son arrêt de mort, elle travaille à titre posthume. Cette politique est cachée volontairement pour le peuple des bas étages et pour ceux qui embarquent sur des radeaux pour nourrir les Poissons gratis pauvre Peuple, celui qui mit à genoux l’Armée Coloniale de FAFA; RANI ZAÂFANE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




    3



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.