Les étudiants appellent à une marche pour ce lundi à Bouira

Si le calme est globalement revenu dans la région, il subsiste encore des foyers de tension
Si le calme est globalement revenu dans la région, il subsiste encore des foyers de tension. D. R.

Par Rabah A. – Après trois jours de calme, suite aux violences qui avaient entaché les manifestations initiées par les étudiants de l’Université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira, le Collectif libre des étudiants compte réinvestir le terrain.

Dans un appel diffusé dimanche, ce collectif appelle à une «marche populaire» lundi à 10h pour exiger : l’obligation et la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe, la réouverture des portes de l’université et enfin le lancement de procédures judiciaires à l’encontre des membres d’organisations estudiantines, citant l’Onea et l’Ugel, qui, pour ce collectif, sont «responsables d’agressions contre les étudiants».

A noter aussi que la grève illimitée lancée par les étudiants de l’Université de Béjaïa entame ce lundi sa deuxième semaine. Lors de leur dernière assemblée générale, tenue mercredi dernier, les collectifs estudiantins avaient décidé d’une grève générale «jusqu’à nouvel ordre». Ils exigent principalement l’adoption d’une loi organique garantissant «la promotion effective» de la langue amazighe et aussi «l’arrêt de la répression des manifestants».

Si le calme est globalement revenu dans la région, après trois jours mouvementés, il subsiste encore des foyers de tension, comme à Kherrata (à l’extrême est de la wilaya de Béjaïa), où des groupes de lycéens ont organisé ce dimanche une marche au centre-ville, mais sans incidents.

R. A.

Comment (3)

    Anonyme
    18 décembre 2017 - 12 h 20 min

    Ces gens cherchent la confrontation et le chaos, l état doit agir pour mettre un holà a ces voyous qui sous le couvert de la Berberite veulent mettre l Algerie a feu et à sang! personne n a donné procuration a la Kabylie pour soi-disant revendiquer le dialecte Amazigh, le pouvoir ne devrait plus fermer les yeux devant cette horde qui a outrepassé toutes les limites.




    4



    5
    Anonyme
    18 décembre 2017 - 0 h 40 min

    L’ETAT NE DOIT PAS RÉPONDRE AUX DOLÉANCES DE CES VOYOUS QUI SE DISENT UNIVERSITAIRES (GHIR AROUAH OU GOUL UNIVERSITAIRE) ILS SONT MANIPULES PAR DES OFFICINES ENNEMIES DE L’ALGÉRIE
    DE LA HRAOUA ET VOUS VERREZ TOUT RENTRERA DANS L’ORDRE, LEUR TAMEZGHA OU JE NE SAIS QUOI N’EST QU’UN PRETEXTE, LEURS VISÉES SONT TOUTES AUTRES




    9



    11
      Amar
      18 décembre 2017 - 8 h 03 min

      Tu es donc satisfait de la situation de ces voyous !




      4



      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.