Suspendue depuis 2001 en raison de pratiques illégales : reprise prochaine de l’exploitation du corail

La pêche au corail est suspendue depuis 2001 en raison de pratiques illégales
La pêche au corail sera ouverte dans 3 wilayas : El-Tarf, Skikda et Jijel. D. R.

La reprise de l’activité de l’exploitation du corail, suspendue en Algérie depuis 2001 en raison de pratiques illégales et anarchiques, est prévue pour la fin de l’année 2017, a indiqué mardi à Alger le secrétaire général au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Belkacem Chadi.

L’exploitation du corail ouvrira des perspectives importantes avec l’identification de nouveaux gisements, a-t-il avancé lors d’un panel sur l’agriculture et l’agroalimentaire organisé en marge de la 26e Foire de la production algérienne.

Selon lui, il sera question de valoriser le corail pêché au niveau national à travers le développement de l’industrie de transformation et son placement sur les marchés internationaux.

Pour rappel, trois arrêtés interministériels ont été élaborés récemment pour relancer la pêche au corail, en fixant les procédures juridiques et mesures relatives à l’exploitation de cette ressource maritime, au traitement et à la traçabilité des quantités pêchées jusqu’à la commercialisation.

La pêche au corail sera ouverte dans les trois wilayas d’El-Tarf (30 concessionnaires), de Skikda (15 concessionnaires) et de Jijel (15 concessionnaires).

Evoquant les perspectives du secteur de la pêche à moyen terme, il a indiqué que pour la filière de la pêche et de l’aquaculture, il est attendu de doubler la production à travers l’apport d’une production de 100 000 tonnes en produits de l’aquaculture, la concrétisation de 100 nouveaux projets et l’augmentation du nombre de bassins agricoles (aquaculture intégrée) de 5 000 bassins.

Il sera question aussi d’augmenter le taux d’intégration par l’entrée en production de 3 écloserie marines et 4 fabriques d’aliments, a-t-il poursuivi.

R. E.

Comment (2)

    Anonyme
    28 décembre 2017 - 15 h 50 min

    Je ne sais pas si les voleurs qui traversent les frontières tunisiennes ont laissé quelques grammes de corail.

    5
    1
    Anonyme
    28 décembre 2017 - 15 h 48 min

    L’Algérie est en retard. La mafia du corail l’exploite illégalement et le vend à un prix dérisoire en Tunisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.