Le petit Ramzi a été retrouvé mort à Douaouda Marine

gendarmerie Ramzi
La Gendarmerie nationale a retrouvé le coprs inerte du petit Ramzi. New Press

Le corps sans vie du petit Ramzi Bouidjri a été repêché dans un étang près du domicile familial, à la ferme Morsli-Abdelkader, dans la commune de Douaouda Marine (Tipasa Ouest), a-t-on appris d’une source de la Gendarmerie nationale.

Le corps sans vie de Ramzi (8 ans) a été repêché dans un étang, pas loin du domicile familial, après deux semaines d’intenses recherches et enquêtes pour lesquelles les services de la Gendarmerie nationale ont mobilisé tous les moyens humains et techniques pour le trouver sain et sauf, a précisé la même source. En réponse à la question de savoir si la piste criminelle est à écarter, la même source s’est contentée d’affirmer que l’enquête judiciaire se poursuit et que «c’est le médecin légiste qui dira si l’enfant a été ou non victime de violence ou s’il s’agit d’un accident isolé, c’est lui qui déterminera les circonstances de son décès».

La disparition mystérieuse de Ramzi, le 13 décembre dernier après sa sortie d’école, avait suscité une large mobilisation des forces de sécurité et un élan de sympathie et de solidarité de l’opinion publique nationale et locale. Dès le déclanchement du dispositif national d’alerte, les forces de la Gendarmerie nationale avaient mené d’intenses recherches et investigations avec le concours des équipes de plongeurs et des brigades canines.

La wilaya de Tipasa a connu, rappelons-le, au mois de juin dernier une autre affaire de disparition mystérieuse dont a été victime le petit Houssem, retrouvé mort dans une mare d’eau, non loin du domicile familial.

R. N.

Comment (10)

    Hotizon
    30 décembre 2017 - 21 h 40 min

    Je voudrais bien connaitre l’avis de ceux qui sont aujourd’hui contre la peine capitale si leur enfant, un jour, venait a ètre violé avant d’etre tué et jeté dans un étang.
    Mais tant que ça n’arrive qu’aux autres…c’est très facile de militer pour une cause.




    1



    0
    Errai
    30 décembre 2017 - 10 h 54 min

    Chuuuuut, les défenseurs des droits de l’homme sont aux aguets et ils sont allergiques à « la peine de mort » sous prétexte que c’est une sentence barbare et qu’il faut préserver la vie de la personne. MESSIEURS la victime vous interpele: « qui s’est soucie de préserver ma vie? ».




    4



    0
    Anonyme
    30 décembre 2017 - 1 h 31 min

    Allah Yarhmeh, j’ai pleuré, je ne supporte 0as qu’on touche aux enfants. C’est triste, ça rend triste de voir ce genre d’actu dans un pays musulman. Un cousin ä ma grand mère a été retrouvé dans une bâche d’eau l’an dernier dans la ville de Chaabat El Ham Wilaya de Ain Temouchent. Allah Yarhmeh. J’espère que le, État algérien se vengera de ces criminels et le plus tôt possible pour cesse cette violence envers des petits enfants écoliers dont leurs rêves et leurs vies sont supprimés par des hommes adultes frustrés et des pédophiles en liberté qui sont devenus un réel danger pour la société. l’ESS enfants ne doivent plus aller et sortir seuls à l’école où dans la rue parce que ils sont devenus une proie pour ces adultes dégénérés 😨😨😭😢😢




    8



    0
    Rayes Al Bahriya
    30 décembre 2017 - 1 h 23 min

    Triste destin pour ce petit Ramzi.
    À quoi bon de naître pour qu’en fin de compte notre
    Vie est ravie par des criminels.
    Malheurs à celui qui frappe un enfant.




    4



    0
    Algérie Authentique!
    29 décembre 2017 - 21 h 32 min

    le petit se serait-il noyé en tombant accidentellement dans le bassin ???? si c’est le cas les parents sont les seuls responsables… Rabbi Yssaberhom!




    6



    0
    STOP
    29 décembre 2017 - 21 h 29 min

    wallah c’est malheureux , en 2017 de pauvres enfants disparaissent comme ça sans trace ?!!!! ça fait mal au coeur , le dispositif national des SOS devrait être revu afin de renforcer la vigilance .
    on éspére qu’il repose en paix et que DIEU lui ouvre les portes du PARADIS inchallah.




    7



    0
    Vox Populi
    29 décembre 2017 - 20 h 35 min

    Tout ce beau monde de députés et de politiciens de tout bord, est décidément trop occupé à compter les sous de la cagnotte du pays, et par le pseudo débat d’ériger ou de pas ériger une nouvelle académie à caractère linguistique. Mais très peu, ou pas assez de ces éminentes cervelles ne daigne proposer un quelconque dispositif pour protéger ces jeunes innocents, les femmes et les personnes âgées dans notre pays. Cette vermine opère justement dans les endroits désertés par la population , et une fois le crime commis ,on se dit: » on aurait dû « Ne faut-il pas rétablir les garde champêtres, pour aider la police dans ce cas?
    Quand aux parents, nécessité oblige, mais ils sont tenus d’accompagner leur progéniture pour la protéger de tels crimes.
    La perte D’UNE SEULE VIE, et dans de TELLES conditions, est tout simplement INADMISSIBLE! Mettons nous une seule seconde à la place des parents de ce petit!
    Sakanahou Allah Fessih Djenettou ,wa 3adhama Alllah adjer walideih.
    Râni ZAHFANE VRAIMENT !




    5



    0
    Ciao Tchao
    29 décembre 2017 - 18 h 48 min

    J’imagine les parents…une douleur épouvantable ! Je bous…




    6



    0
    abdel
    29 décembre 2017 - 18 h 03 min

    si le crime est confirmé,la peine de mort devrait entre appliquée pour les auteurs,car un unfant contrairement a un adulte ,est sans défense devant ces criminels




    10



    1
    Anonyme
    29 décembre 2017 - 17 h 44 min

    La disparition/ mort mystérieuse des enfants prend beaucoup d’ampleur en Algérie.
    Il ya une secte satanique dont le rituel exige le sacrifice d’un enfant.




    12



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.