Algérie : 40 clandestins rapatriés d’Espagne après la mort d’un migrant

les 40 migrants rapatriés en Algérie étaient détenus avec le migrant mort, Mohammed Boudarbala
Ahmed Boudarbala affirme que son frère Mohammed n'avait pas u comportement suicidaire. D. R.

Quarante migrants algériens ont été rapatriés mercredi d’Espagne où ils tentaient de s’installer illégalement, quelques jours après la mort suspecte d’un de leurs compatriotes dans un centre de rétention du Sud espagnol, a indiqué l’agence officielle algérienne APS.

Les 40 Algériens, qui avaient pris la mer à la mi-décembre à partir d’une plage de Mostaganem (355 km à l’ouest d’Alger), avaient été interceptés par les gardes-côtes espagnols au large de l’Espagne. Ils ont été rapatriés à Oran, à l’ouest d’Alger, à bord d’un navire de transport de voyageurs, selon APS.

Selon la télévision privée algérienne Ennahar TV, les 40 migrants rapatriés étaient détenus avec le migrant mort, Mohammed Boudarbala.

Ce dernier a été retrouvé mort vendredi dans sa cellule de prison à Archidona, en Andalousie, que les autorités espagnoles utilisent comme centre de rétention pour étrangers en situation irrégulière. L’autopsie a révélé qu’il était mort «après s’être pendu à l’aide d’un drap», selon la police espagnole.

Mais son frère Ahmed Boudarbala a affirmé mardi lors d’une conférence de presse organisée à Malaga (sud de l’Espagne) par la «Plateforme citoyenne contre le centre de rétention d’Archidona», que Mohammed n’était pas suicidaire.

Le chef de la diplomatie algérienne, Abdelkader Messahel, a reçu mercredi à Alger la famille du migrant mort et l’a informée de «tout ce qui a été entrepris par l’ambassade d’Algérie à Madrid et par la représentation consulaire à Alicante, en collaboration avec les autorités espagnoles, pour faire toute la lumière sur ce drame qui a endeuillé la famille et suscité l’émoi dans le pays», selon un communiqué des Affaires étrangères.

La dépouille mortelle du migrant sera rapatriée en Algérie «dès que les procédures liées à l’enquête seront achevées», a promis M. Messahel.

Les jeunes constituent l’essentiel des candidats à l’émigration clandestine qui chaque année tentent par milliers de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe à la recherche d’une vie meilleure.

R. N.

Comment (6)

    Anonyme
    4 janvier 2018 - 14 h 48 min

    Dans la ville où j’habite, les sans-papiers très jeunes (entre 16 et 25 ans) circulent toute la journée dans le métro et arrachent colliers, bracelets en or et sacs, puis s’enfuient. plusieurs mamans marocaines, algériennes et tunisiennes de cette ville ont perdu leur fils unique mort à l’arme blanche. Certains déguisés en femmes en niqab, ces inconnus s’évaporent dans la nature, leurs ADN n’est pas répertoriés dans les fichiers des prélèvements sanguins des habitants de ce pays.
    Maintenant, je viens de recevoir une info sur mon smartphone de http://www.streetpress..com qui informe que «  » »l’État demande à des Hôpitaux de les aider à expulser les sans papiers… » »
    L’Algérie n’est pas en état de guerre et les pays européens refusent régulariser la situation des réfugiés économiques, l’Europe veut s’occuper des réfugiés et demandeurs d’asile dont leurs pays a subit le Chaos comme la Libye, la Syrie, l’Irak et certains pays d’Afrique Niger, Soudan, Tchad etc… que la France a choisi de faire venir sur son sol.
    Bonne Année 2018 et Meilleurs vœux de Bonheur, de Santé et de Prospérité à mon Peuple, tous les algériens et algériennes et à mon Pays l’Algérie.




    10



    1
    Hamid
    4 janvier 2018 - 13 h 05 min

    Le problème c’est que les européens ne veulent pas d’africains du nord chez eux, quant’ aux autres, ils sont les bienvenus et ils peuvent être comme ils veulent, on leur demande pas de s’intégrer mais le pays d’accueil s’intègre à eux en modifiant leurs lois à l’avantage de ces nouveaux arrivants.
    Pour ce qui est des nôtres qui risquent leurs vies, il faut demander au dinosaures du pouvoir et autre oligarques avec toute les fortunes amassées pourquoi ils ont une double carte, une pour amasser des fortunes malgré leurs incompétence chez nous et l’autre pour jouer les pachas dans leur pays de cœur!!!

    C’est le désespoir qui les pousse à tenter leur chance ailleurs, ils n’ont que faire de leur vie ici puisqu’il n’y aucune issue visible qui promettrait des jours meilleurs. Et puis, il n’y a pas que les nôtres qui rêvent de vivre ailleurs, il y a de très vieilles personnes d’autres pays qui vont aussi vivre chez les occidentaux.
    Si vous allez de l’autre coté de la mer, vous trouverez que les habitants ont bien changé de couleur alors que pour nous, ils sont censés être plus blanc que nous les roumis.




    6



    4
    CHAOUI-BAHBOUH
    4 janvier 2018 - 10 h 43 min

    A vrai dire, la majorité des Haragas, sont des sans domicile, des pickpockets qui ne reculent devant rien, pour faire fortune, la plus part investissent dans leurs pays d’origines Roumains, Algériens, Tunisiens, Marocains….etc.!, ceux qui volent et blanchissent l’Argent dans leurs pays, les Haragas font l’inverse sans, plus, ni moins, que nos dirigeants qui blanchissent le Dinar, ils mènent une vie de vagabonds, le malheur nous vient de ceux qui sont dépouillés de simple citoyens, femmes et hommes, une partie de leurs larcins est rétribuées dans les ports et aéroports du pays d’origine, ne cherchez pas l’intrus ailleurs, la misère de certains, fait le bonheur des autre, le Haram, est devenu Halal, à consommer avec aisance dans la vie et après la mort en verra !!!




    15



    4
    ben
    4 janvier 2018 - 10 h 27 min

    ces jeunes qui partent tenter leur chance en Europe travailler et construire leur avenir ce n est qu une illusion et un reve qui a tres peu de chance de se realiser. ces jeunes veulent tentrer leur chance en Europe, je me demande pourquoi ne pas tenter cette chance en algerie et faire un bilan s’ils echouent en algerie. c est la galere qui les attend là-bas.




    10



    3
    elhadj
    4 janvier 2018 - 9 h 09 min

    c est une honte pour le pays qui n arrive pas a retenir sa force vitale ni a connaitre les raisons qui poussent sa jeunesse a fuir au péril de sa vie et des conditions de maltraitance subies dans les pays d accueil .ces jeunes devraient avant toute tentative d effectuer une telle aventure malheureuse et humiliante faire preuve de réalisme sur le fait qu il n ont en réalité qu un seul pays qui peut les accepter,les faire travailler,les loger et pour enfin s épanouir a leur guise selon leurs efforts et leur volonté, ce pays c est la mère patrie nommée ALGÉRIE .




    11



    3
    Les Egares
    4 janvier 2018 - 3 h 19 min

    J’espère que ce malheur servira a faire prendre conscience aux futurs Haragas que de l’autre côté de la mer en Europe c’est l’inconnu qui les attend et finir en Prison ou sous un Pont avec un métier de voleur , escroc , faire la vaissaille pour 3€/jour , sans papier !!! .J’en ai vu plein d’Algériens haragas en Espagne , a Paris , Belgique , soit ils font la manche , vendent des cigarettes trafic , et courent très vite devant la Police …Joli métier a se cacher et courrir !! Harâgas c’est Faux Espoirs , et parfois la Noyade , humiliation , et très très peu de réussite infime . .Et puis le voyage retour en Algerie des 40 harâgas rapatrié d’Espagne après un séjour découverte dans une Résidence 12 * derrière des barreaux et Pension Complète sans réservation fera réfléchir nos 40 aventuriers partis les poches vide et revenus le ventre vide et la honte Fi l’houma !!! …




    21



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.