Il a reçu l’ambassadeur des Etats-Unis : au nom de qui parle Ould-Abbès ?

US ambassadeur Ould-Abbès
Djamel Ould-Abbès et l'ambassadeur américain à Alger, John Desrocher. D. R.
Par Hani Abdi – Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, a reçu, dimanche dernier, l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger. Quoi de plus normal que de recevoir un ambassadeur, surtout qu’on est à la tête du principal parti au pouvoir. L’information, des plus banales, est d’ailleurs passée inaperçue. Mais le communiqué du FLN faisant état de cette rencontre a fini par susciter de l’intérêt mais, surtout, des questions.
En effet, dans le communiqué rendu public par le secrétariat national, on lit bien que «le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, a reçu l’ambassadeur des Etats-Unis, John Desrocher, dans le cadre d’une visite de courtoisie… ». Jusque-là, il n’y a rien d’anormal. La suite du communiqué qui porte la griffe du secrétaire général du parti prête à équivoque. «Lors de cette entrevue, les deux parties ont passé en revue les questions d’intérêts communs», est-il ajouté dans ce communiqué sur lequel beaucoup d’observateurs s’interrogent.
La formule «intérêts communs», utilisée dans ce communiqué est, pour ces observateurs, inappropriée sinon habituellement consacrée aux comptes rendus des rencontres entre responsables d’institutions étatiques.  Or, dans ce cas de figure, si l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger représente bel et bien l’Etat américain, Ould-Abbès n’est, jusqu’à la preuve du contraire, que secrétaire général du FLN, quand bien même ce dernier serait au pouvoir.
Ces mêmes observateurs se demandent ainsi si Djamel Ould-Abbès est mandaté à parler au nom de la Présidence de la République, du Premier ministère ou du ministère des Affaires étrangères. Autre point qui suscite également des interrogations, c’est le fait que le FLN ne donne aucune indication sur la nature des questions abordées lors de cette rencontre entre Djamel Ould-Abbès et l’ambassadeur américain.
Les observateurs ne comprennent pas pourquoi le parti de Djamel Ould-Abbès ne série pas les sujets sur lesquels ont porté ces discussions afin d’éclairer et de tenir informés l’opinion publique ou, tout au moins, les cadres et les militants du parti.

H. A.

Comment (13)

    sabrina
    10 janvier 2018 - 10 h 19 min

    il y a anguille sous roche comme c’est bientôt les élections présidentiel en Algérie alors il veut le soutient des Américains et s’il devient président Algérien il va vous changer votre constitution adieu la Palestine adieu le Polisario adieu les défunts Président surtout MONSIEUR BOUMEDIENE et vous pourrez dire vive les sionistes vive l’ambassade Israélienne dans le pays d’ un million et demi de martyr vive escobar6 adieu les frontières fermer vive le cannabis vive la mort des jeunes innocents Algériens ,c’est une pieuvre un faux FLN il parle au nom de qui vraiment ils prend les 40 millions d’Algériens pour des mongols j’espère que je me trompe mais aucune confiance




    6



    4
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    10 janvier 2018 - 6 h 00 min

    Vive l’Algérie !
    ⵉⴷⴷⵉⵔ ⵍⵣⵣⴰⵢⵔ !




    2



    1
    Kahina-Dz
    10 janvier 2018 - 4 h 22 min

    Ould-Abbes veut expliquer le programme de Bouteflika à l’ambassadeur des USA.
    Ould Abbes va lui dire que l’application de ce programme est en prolongation et qu’il aura besoin de 5 autres années.




    9



    1
    karim
    10 janvier 2018 - 1 h 18 min

    Arrêtez de critiquer Ould Abass, c’est un ancien combattant; De plus, c’est son excellence notre president et pere de tous les algeriens,Monsieur Bouteflika qui l’a nommé.




    3



    23
    Felfel Har
    9 janvier 2018 - 22 h 21 min

    Ce canard boiteux se prend sans doute pour le « diable boiteux », sobriquet dont on a affublé un certainTalleyrand. Ses talents de diplomate et ses succés sont hors pair et légendaires, contrairement à ceux de Si Djamel qui excelle dans l’esbrouffe et le mensonge. N’a-t-il pas dit qu’il avait eu comme camarade de classe une certaine Merkel, Angela de son prénom? Sacré Pinocchio! Ne vient-il pas d’annoncer que notre bien-aimé président avait donné une leçon (de quoi au juste?) au président Macron sans avoir assisté à leur conversation, si conversation il y a eu bien sûr? En lui rendant visite, l’ambassadeur américain cherche-t-il à le débaucher pour le mettre au service de l’inénarrable Trump? Quelle promotion pour Si Djamel! Soyons un peu sérieux et dénonçons ces dérives que se permet le SG du FLN! Il n’est pas membre du gouvernement ni son porte-parole, alors pourquoi s’ingère-t-il dans des affaires qui ne relèvent pas de ses compétences sans être rappelé à l’ordre? Faut-il lui rappeler que dans ce monde, « chacun son métier et les vaches sont bien gardées! » Qu’il retourne alors à sa bergerie!




    23



    1
    Anonyme
    9 janvier 2018 - 21 h 29 min

    Vous cherchez des explications là où il n’y en a pas. Pour l’ambassadeur c son boulot,se renseigner chez x,chez y..il recueille toute information. Chaque livre qui paraît dans le monde est immédiatement acquis par bibliothèque du congrès. Les USA se renseignent sur tout ce qui se passe dans le moindre coin du mond. Pour ould Abbas ,il présente ça comme un exploit,et fait semblant de croire que c un signe d’importance.




    13



    1
    Umeri
    9 janvier 2018 - 19 h 22 min

    Mr Ould Abbas, est comme un « cheveu dans la soupe » il est la pour jouer le trouble fête,il n’est au courant de rien, n’est pas dans le secret du pouvoir. Il s’exprime seulement, en lisant la presse,il joue un rôle de figurant sur la scène politique.Il reçoit l’ambassadeur des U S A, pour se donner de l’ importance, qu’il n’a pas




    26



    1
      Kenza
      9 janvier 2018 - 21 h 52 min

      Il joue le rôle qu’a joué Saidani avant qu’il ne soit remercié et envoyé en vacances…mais rien ne nous dit qu’ils ne le feront pas revenir un jour, dés fois qu’ils manqueraient de figurants.




      14



      0
    Kenza
    9 janvier 2018 - 17 h 55 min

    «intérêts communs»: Ould Abbas veut s’assurer du soutien des états-unis pour le candidat que le FLN va nous imposer!
    A mon avis, cette campagne présidentielle a commencé bien tôt….mais c’est peut-être le temps nécessaire pour nous imposer un cinquième mandat!




    22



    1
    Mhand
    9 janvier 2018 - 17 h 23 min

    Looking at the statue of the Emir Abdelkader, I ask myself if he is wondering why he is seating between an old roughed Dracula and a vampire. But don’t worry Abdelkader, they are not after your blood but after Algerian population blood. Rest in peace.




    16



    3
      Chibl
      9 janvier 2018 - 21 h 37 min

      Merci monsieur,bien dit, le pauvre Emir Abdelkader.




      3



      3
    glassnost
    9 janvier 2018 - 16 h 58 min

    Pourquoi deux poids deux mesures? On n’a pas lu un article pendant la campagne des dernières élections locales poser la question : == Il a reçu l’ambassadeur de France : au nom de qui parle le FFS? ==




    11



    14
      Anonyme
      9 janvier 2018 - 19 h 35 min

      Quelle justesse de vue et d’analyse! On n’a pas fini de mesurer ( (1 poids, 1 mesure) le rôle occulte de l’ambassadeur de France en Algérie qui y circule comme il veut et qui y agit comme ça lui chante (le TCF).




      57



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.