La France veut «faire exécuter» ses djihadistes arrêtés en Irak et en Syrie

France Parly
Edouard Philippe, Florence Parly et Emmanuel Macron. D. R.

Par R. Mahmoudi – Le gouvernent français, par la voix de sa ministre des Armées, Florence Parly, vient de signifier clairement qu’il ne voudrait pas juger les djihadistes français, au nombre de quarante, qui ont été arrêtés ces derniers jours en zone irako-syrienne. Alors que la plupart font l’objet de poursuites judiciaires en France, où ils sont visés par des mandats d’arrêt ou de recherche.

Dimanche, Florence Parly a déclaré se refuser à tout «angélisme» vis-à-vis de ces Français partis combattre aux côtés de Daech. «Il ne faut pas être angélique. Ces personnes savaient (…) ce qu’il se passait. Lorsqu’elles tombent entre les mains des autorités locales, elles doivent être, dans la mesure du possible, jugées par ces autorités locales», a-t-elle estimé. La ministre a expliqué que les personnes arrêtées devaient être jugées sur place autant que possible, tout en sachant que, dans l’est de la Syrie, ces personnes relèvent de milices kurdes qui ne disposent d’aucune institution souveraine. C’est bien la preuve que ce gouvernement cherche à s’en débarrasser à tout prix, et surtout à fuir ses responsabilités.

Cette tendance est incarnée par la ministre des Armées qui, dans tous ses discours, prône un esprit «éradicateur» qui trahit une certaine fébrilité dans le traitement de ce dossier, au vu des résultats obtenus par les campagnes dites de «déradicalisation» en France, notamment dans les prisons, où le phénomène de radicalisation, d’après de récents rapports, prend des proportions inédites.

Pour justifier cette attitude, la ministre a réaffirmé, lundi, n’avoir «aucun état d’âme» quant au sort des djihadistes français ayant rejoint le groupe terroriste Daech en Syrie et en Irak, et dont certains souhaitent aujourd’hui rentrer en France. «J’ai eu, dit-elle, des mots pour les djihadistes qui ont fait couler pas mal d’encre, je le redis ici devant vous, je les assume. Car les dihadistes n’ont jamais, eux, d’état d’âme et je ne vois pas pourquoi nous en aurions pour eux.»

En octobre dernier, interrogée à propos du sort des djihadistes étrangers, Mme Parly avait déclaré qu’il fallait «neutraliser un maximum de djihadistes» à Raqqa, bastion syrien de Daech, tombé fin octobre aux mains de la coalition dirigée par les Etats-Unis. «Si des djihadistes périssent dans ces combats, je dirais que c’est tant mieux», avait-elle clamé.

R. M. 

Comment (46)

    chark
    23 janvier 2018 - 22 h 05 min

    Ces faux jihadistes de la cia/mossad doivent être éliminé un par un en Syrie et renvoyé emballé dans du papier cadeaux à leur géniteurs franco/us/sionistes !




    12



    4
    Alfred du Musée
    23 janvier 2018 - 21 h 45 min

    « La mine triste et les joues blêmes », le regard baissé à terre comme ceux qui se sentent coupables, à part un peu le Chef d’Etat-Major, regard lointain et pensif, parce que lui n’a fait qu’obéir aux ordres des politiciens, seuls responsables des conséquences catastrophiques de cette bévue collective, qui remonte à Hollande déjà.




    6



    3
      Kenza
      24 janvier 2018 - 19 h 22 min

      D’abord, je n’appellerais pas ça une bévue mais de la HAUTE TRAHISON. Et cette trahison remonte à un peu plus loin, mais elle a atteint son paroxysme quand Sarkozy , toutou des américain, a été placé à la présidence: Rupture complète avec le gaullisme et soumission complète et sans condition au sionisme.
      D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que juste avant son élection à la présidence, ils ont pris soin d’abroger l’article de loi de la constitution relatif au crime de haute trahison.




      1



      0
    Anonyme
    23 janvier 2018 - 20 h 39 min

    La majorité des horribles crimes de guerre perpétrés par ces faux musulmans mercenaires l’ont été contre des musulmans ! Ces mercenaires ( à qui on a offert des liasses de dollars, des vierges bien terrestres en attendant d’avoir les 70 vierges au paradis) se sont rendus coupables de tortures et de crimes contre l’humanité et se sont exclus de cette humanité. Ils ont perdu la guerre et se sont rendus car ils ne veulent pas mourir ( quel courage !) . Toutefois il faut rester humains en leur laissant la vie sauve moyennant la détention à perpétuité dans un pénitencier jusqu’à ce que Dieu les rappelle à lui.




    10



    3
    Kenza
    23 janvier 2018 - 20 h 16 min

    Pourtant, de l’aveu même de Mr Fabius, ils ont fait du bon boulot en Syrie. Mais alors que Fabius est entrain de se la couler douce au conseil constitutionnel, la France veut faire exécuter ses djihadistes……Quelle injustice, quelle ingratitude de la part de la France! Mr Fabius ne peut-il venir à leur secours?




    15



    4
      Kader
      23 janvier 2018 - 21 h 15 min

      Vous avez bien dit SES djihadistes, et vous avez raison. Fabius, lui, fera tout sauf lever le petit doigt pour sauver ce qu’il en reste. Revenus à eux après ce knock out (KO) les djihadistes FRANÇAIS, s’ils ne sont pas exécutés avant, ne manqueront pas de dire ce qu’a exactement fait Fabius dans cette sale histoire, et combien il leur a donné. Ils ne s’engageront plus jamais.




      6



      3
    karimdz
    23 janvier 2018 - 20 h 14 min

    Quelle hypocrisie, quelle mauvaise foi, quelle barbarie de la part de ceux qui sont derrière le djihadisme en Syrie, l ont armé, soutenu, et maintenant ils veulent s en débarasser.

    S il y a des criminels qu il faut juger, ils ont pour noms, barak obama, hollande, sarko, metenneyahou, cameron, mais gageons que ces criminels demeureront impunis, pire encore, ils se font passer pour les défenseurs de la liberté, de la paix !!!




    17



    4
    2passage
    23 janvier 2018 - 19 h 15 min

    Qu on les pende haut et court.
    Pour être plus juste, on devrait inscrire sur leur fosse commune : « creuvé pour et par la France. Fabius m’a créé. Jupiter a sous traité mon exécution ».




    12



    4
    TARZAN
    23 janvier 2018 - 19 h 14 min

    la france et LE MAROC car le mroi ne veut pas de son peuple. il les méprise. même les prisonniers marocains du polisario ne veut pas les récupérer, et les marocains de libye pareil. rappelez vous de la défaite historique et humiliante du maroc face à l’algérie en 1979, 5 à 1 au maroc, le roi hasan deux a banni tous les joueurs de l’équipe qui avait perdu ce jour là! le roi ne vit que pour sa famille et les juifs du maroc, le peuple marocain ppour lui c’est sous race qui ne doit que se prosterner pour lui c’est tout. les marocains le savent mais acceptent cette situation et défendent (car ils n’ont aucune personnalité) en plus leur roi.




    10



    6
    Moskosdz
    23 janvier 2018 - 18 h 05 min

    On ne comprend pas,comment se fait-il qu’un pays des droits de l’homme cherche t-il à exécuter des islamistes,combattants de la liberté?.




    11



    14
      Samir
      23 janvier 2018 - 21 h 00 min

      Ce sont surtout eux, les Islamistes, qui n’ont rien compris à la France, mais maintenant c’est fait.




      6



      3
      Kenza
      23 janvier 2018 - 21 h 15 min

      Parce que même s’ils ont fait du bon boulot en mettant le chaos en Syrie et en Irak, ils n’ont pas atteint leur but et le but visé par ceux qui les ont armés: faire tomber le régime de Bachar El Assad.




      6



      2
        Alfred du Musée
        24 janvier 2018 - 9 h 15 min

        D’après la propre logique islamiste des mercenaires-criminels eh bien s’ils n’ont pas réussi à défaire Bachar El Assad, c’est tout simplement parce que Dieu n’a pas voulu. Dieu n’ a pas besoin de criminels qui assassinent ses créatures pour changer l’Ordre qu’IL a établi. C’est Hollande, Sarko, Cameron, les Présidents Amerloques, leur annexe de Tel Aviv qui les ont armés et envoyés tuer SES créatures.




        3



        2
    Algérien Nationaliste
    23 janvier 2018 - 17 h 27 min

    La corde pour ces terroristes, et pour les politiques véreux qui ont soutenus et financés l’opposition syrienne.




    17



    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.