Union africaine : le cadeau de l’Algérie et de la Tunisie au Maroc

Union africaine
Smaïl Chergui, commissaire à la paix et la sécurité de l'Union africaine. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Le Maroc vient de faire son entrée au sein du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine grâce à l’Algérie et à la Tunisie. L’entrée de Rabat dans cette instance stratégique de l’UA s’est faite, en effet, après les abstentions tunisienne et algérienne pour le siège dévolu à l’Afrique du Nord. Le vote qui a permis l’entrée du Maroc au CPS s’est tenu en marge de la 32e session ordinaire du Conseil exécutif de l’organisation panafricaine. Une session qui sera suivie par le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra à Addis-Abeba les 28 et 29 janvier.

La diplomatie marocaine vient ainsi de décrocher un mandat de deux ans dans le Conseil présidé par l’Algérien Smaïl Chergui (en poste jusqu’en 2021).

Le CPS est considéré comme un organe central de l’UA qui supervise l’architecture de la sécurité et de la stabilité au niveau continental. Pour l’heure, rien n’a filtré sur la personne qui représentera Rabat dans cette structure, qui compte justement parmi ses dossiers chauds la question du Sahara.

Le CPS – structure qui s’inspire fortement du l’organisation du Conseil de sécurité des Nations unies – est chargé de la prévention des conflits et du maintien de la paix. Le Conseil est composé de 15 pays, dont 10 sont élus pour un mandat de deux ans et cinq pour un mandat de trois ans. Cette différenciation vise à assurer la continuité dans l’action du CPS.

L’Algérie avait, pour rappel, annoncé le 22 janvier dernier sa décision de ne pas se présenter pour un nouveau mandat au sein du CPS. Cette abstention a été justifiée par la diplomatie algérienne comme une simple application du principe de rotation entre les pays membres de l’organisation. L’Algérie compte par ailleurs présenter sa candidature pour un mandat de trois ans en 2019.

S. S.

Comment (30)

    EL FELLAG
    28 janvier 2018 - 11 h 28 min

    Ecoute ceux que je dis, et ne fait pas ceux que je fais;un pas en avant cinq pas en arrière;le premier fournisseur de cannabis siège au conseil de la paix et la securité grace a ses amis Algériens et Tunisiens

    11
    7
    TARZAN
    28 janvier 2018 - 8 h 30 min

    le silence de l’algérie qui a accepté que le maroc siège au conseil de sécurité a déboussolé tous les africains qui ne comprennent plus rien laissant le maroc être juge et partie! je crois que là nous avons un cas que l’union africaine doit régler lors de nouvelles propositions de changement de règles de fonctionnement de l’UA

    8
    9
    Troump
    28 janvier 2018 - 7 h 15 min

    Di tote fasson,ci tos di piyi d’mirde!

    16
    9
    Anonyme
    28 janvier 2018 - 6 h 02 min

    Quel dégoût
    Quel gachis.
    Rien ne fonctionne dans ce bled de djeha

    La France facilite toutes les procédures administratives pour que les médecins Algériens immigrent chez elle.
    Le résultat de la matraque.

    13
    9
    Anonyme
    28 janvier 2018 - 5 h 59 min

    Avec tous les échecs que l’Algérie endosse à tous les niveaux, je me demande si l’Algérie existe encore.

    Nous omelettes politiques sont préoccupés de savoir si El-Haragga sont Hallal ou Haram

    M…

    16
    7
    Tinhinane-DZ
    28 janvier 2018 - 1 h 53 min

    Comme si un assassin veut devenir juge.
    Les narcotrafiquants cherchent protection au CPS.
    Moumou le gonflé fait tout pour sécuriser la route vers son Haschisch.

    17
    9
    benchikh
    27 janvier 2018 - 20 h 30 min

    regardant la réalité en face de nous ,nous les pays du sud .On parle du colonialisme et on gère mal notre société ,on prétend d’être Musulmans mais on n’a rien à voir avec cette religion merveilleuse ,on parle de la coopération entre pays du sud mais on a zéro change des produits (alimentaires,banane,mangue…)exporter vers l’Europe.On parle de l’union africain et ne bouge pas de notre place pour intervenir dans un conflit voisin (la peur) A mon avis on a que la démagogie et le mensonge dans notre politique et notre société qui ont aucune vision vers l’avenir,et les intérêts individuels pas de place pour le patriotisme et le sacrifice ,c’est comme tourner en rond.

    24
    18
    Anonyme
    27 janvier 2018 - 19 h 51 min

    Lorsque j’avais lu, ici même sur AP, le commentaire d’un lecteur qui disait que des marocains, qui ont été naturalisé algériens, depuis les 20 dernières années, se retrouvent propulsés dans les rouages de la haute administration algérienne et notamment dans des postes sensibles… je me suis dit qu’il y avait exagération, mais depuis, d’autres indices, comme celui rapporté dans l’article ci-dessus, m’incitent à croire qu’il n’y a pas de fumée sans feu.
    Que se passe-t-il donc en haut lieu. On nous doit des explications et le plus rapidement possible. Cela est devenu inadmissible et intolérable.

    33
    14
      L'inspecteur
      28 janvier 2018 - 0 h 35 min

      J’ai fais le même constat depuis un certains temps, les évènements s’accélèrent comme si une phase a été accomplie et ils passent à la phase suivante depuis le départ de Lamamra.
      La Tunisie faisait dès le départ le jeux du Maroc dans les coulisses diplomatiques et le problème c’est à notre niveau .

      16
      7
      Anonyme
      28 janvier 2018 - 16 h 17 min

      La stratégie du cheval de Troie n’est pas qu’un mythe. Faut donc croire que le ver est bel et bien dans le fruit. Et si cela échappe à certains, c’est que le ver finira par bouffer le fruit en entier.

      7
      3
    Dead Zone
    27 janvier 2018 - 18 h 01 min

    On ne peut pas faire partie d’une instance garante de la paix et de
    la sécurité ( CPS de l’UA ) quand on est soi-même, agresseur et spoliateur.
    L’ Algérie et la Tunisie se sont
    désistés,par stratège, afin d’épingler
    le Maroc sur les nombreux dossiers chauds le liant au Sahara Occidental.
    Le moment venu, le Makhzen sera obligé de rendre compte au CPS, sur ces questions,et probablement sur toute cette drogue qu’il déverse sur le continent. Cette décision n’est en faite qu’une arme à double tranchant,un cadeau empoisonné.
    Les membres de ce CPS,attendent
    le Maroc au 1er tournent,un gourdin à la main,et à leur tête l’Algérien Smaïl Chergui.

    40
    34
    Vangelis
    27 janvier 2018 - 17 h 31 min

    L’Algérie a fait une grosse erreur en s’abstenant à l’élection du représentant de la narco-terro-monarchie.
    .
    Elle va devoir batailler ferme et souvent contre ledit représentant dont le pays est viscéralement contre l’Algérie.
    .
    Elle va aussi avoir maille à partir avec ce pays sur tous les dossiers africains en premier desquels l’afaire du Sahara Occidental.
    .
    Ce que je ne comprends pas est le fait que ce pays ait osé présenter un candidat au Conseil de Paix et de Sécurité de l’Afrique alors que tout le monde sait qu’il n’est pas pour cette paix puisqu’il bataille depuis fort longtemps dans le dossier du Sahara Occidental qu’il occupe illégalement et qu’il a fait de nombreuses guerres à l’Algérie (guerre des sables, guerre de la drogue, guerre médiatique, guerre terroriste ….). Non vraiment je comprends pas surtout qu’il a eu ce poste grâce à l’abstention de l’Algérie avec la Tunisie.

    36
    33
    Anonyme
    27 janvier 2018 - 17 h 13 min

    J’avais un peu ‘de l’espoir concernant l’Algérie.
    Au fur et à mesure, je découvre que notre pays s’engouffre dans le néant absolu. Aucune vision futuriste, aucune ambition.
    Ils ont fait sombrer le pays dans une léthargie sombre sans issue.

    Dommage, l’Algérie mérite mieux.
    Pauvre pays saboté par ses propres enfants convertis en Harkis à gage.

    56
    22
    Anonyme
    27 janvier 2018 - 17 h 06 min

    Fatigués de cette politique à 1 sou

    Nous sommes nostalgiques de LAMAMRA.

    35
    32
      Anonyme
      28 janvier 2018 - 1 h 50 min

      LAMAMRA faisait peur au Makhzen.
      Les pouces négatifs le confirment

      18
      12
    Erracham
    27 janvier 2018 - 16 h 29 min

    L’abstention de l’Algérie et de la Tunisie ouvrait la voie royale au Maroc, tête-de- pont d’Israël et de la France né-coloniale. Nous n’avions rien appris des fourberies de Scapin 6, alors préparons-nous au pire. Nous sommes les pires masochistes qui soient en faisant entrer le loup dans la bergerie. Le Maroc, ses dealers de drogue et ses terroristes dans un organe de sécurité? Bonjour les dégats.

    44
    23
    HANNIBAL
    27 janvier 2018 - 16 h 20 min

    Depuis le temps que le mar’ok est a l’affut , il a foncé tete baissé pour attraper une queue , l’oasis du bon vivre
    va l’utiliser a sa manière et a bon escient , il récolte aussi un baiser de Judas parce que d’ici 2020 son cas aura été réglé
    tout comme les fanfaronnades d’avoir détronné l’Algerie on voit que le ridicule ne tue pas !!

    32
    30
    Fosfati
    27 janvier 2018 - 16 h 08 min

    Il est bien loin (déjà !!) Le temps où Mr Lamamra pietinait ces mokoko comme des mouches. Vous savez c’est quoi la première déclaration de Bourita après cette éléctiin du maroc au CPS? Vous n’allez pas le croire. Voici sa déclaration: »cette entrée du Maroc au CPS est une victoire contre nos ennemis  » !!! Ces gens là ne changeront jamais; chaque victoire est pour eux d’autant plus savoureuse qu’elle est acquise sur le cadavre fumant de l’Algerie. Alors continuez à leur faciliter la tâche. Il n’a pas encore 24 heures depuis qu’ils ont été admis au CPS et vous savez a quoi ils se préparent déjà? Le poste de …commissaire du CPS !! …. le piste de Smail Chergui !! Nos piètres responsables n’ont encore rien compris. A ce niveau là de nomchalance diplomatique je me demande pourquoi garder les frontières fermées.. faites les rentrer au DRS aussi.

    46
    26
      Anonyme
      27 janvier 2018 - 18 h 05 min

      ALLAH YA3TIK ASSAHA pour le commentaire

      26
      18
      Anonyme
      28 janvier 2018 - 12 h 21 min

      mais cher ami,ils sont déja a la tete du pays !

      7
      1
    DYHIA-DZ
    27 janvier 2018 - 15 h 46 min

    Le Maroc veut assurer la sécurité de ses narco-trafiquants et l’arrivage des tonnes du Haschisch royal aux frontières.

    35
    25
    Amazigh DZ
    27 janvier 2018 - 15 h 11 min

    l’abstention de l’Algérie de la CPS est un retrait stratégique et au vu que le président de cette instance est Algérien.
    cette stratégie est de mener le futur membre maroc…… dans cette instance a statuer et a sanctionner tous les conflits existants en général en afrique et au sahara occidental en particulier.
    cette position de l’Algérie est un cadeau empoisonné au mokoko et non pas une soumission.

    33
    37
    Mohamedz
    27 janvier 2018 - 14 h 48 min

    Imaginons un instant le cas inverse, Je suis sur et certain que le Regime du Makhnez aurait tout fait pour enfoncer l’Algerie.
    Pour preuve, regardez ce qu’est en train de faire ce Regime contre l’Algerie au sein de la CAF (Confederation Africaine du Football).

    46
    21
      Anonyme
      27 janvier 2018 - 15 h 37 min

      C’est déjà fait au niveau de la CAF

      35
      19
    BabElOuedAchouhadas
    27 janvier 2018 - 14 h 44 min

    Je me demande pourquoi on se sent oblige de faire des cadeaux a un pays ennemi qui est en train de tout faire pour dechirer l’Algerie afin de juguler son soutien au peuple du Sahara occidental sans parler de cette guerre narcotique que mene le Roitelet M6 contre la jeunesse algerienne.

    41
    26
    Anonyme
    27 janvier 2018 - 14 h 31 min

    Il ne s’agit pas du premier cadeau de l ‘Algérie aux vendeurs du Haschisch, le peuple Algérien n’est pas dupe.

    40
    23
    Kahina-DZ
    27 janvier 2018 - 14 h 25 min

     »Le Maroc vient de faire son entrée au sein du Conseil de paix et de sécurité (CPS) .. »

    Pourquoi, le roi Haschich a décidé de se retirer du Sahara Occidental pour que la paix régne dans la région.

    Un pays agresseur et pilleur des richesses d’un autre pays africain est accepté au CPS ??
    Avec des principes pareils, l’UA ferait mieux de disparaitre.

    48
    28
    Anonyme
    27 janvier 2018 - 14 h 24 min

    Abstention intelligente pour permettre au Maroc de faire son entree dans le Conseil de paix et de securite de l union africaine,présidé par l’Algérien Smaïl Chergui (en poste jusqu’en 2021).qui compte justement parmi ses dossiers chauds la question du Sahara.Qui vivra verra.

    26
    26
    Felfel Har
    27 janvier 2018 - 14 h 08 min

    Y a-t-il un pilote dans l’avion? Où est donc ce « diplomate en chef » qui se permet une telle ineptie? Y a-t-il un lobby marocain à la présidence? Avons-nous céder aux pressions de la France? Cette décision de faciliter l’entrée du Maroc dans cet organe est inexplicable. Il est certain qu’en pareilles circonstances, le Maroc aurait tout fait pour barrer la route à l’Algérie. On vient de donner un masque à oxygène à un moribond! Nos diplomates et nos politiciens viennent d’administrer la preuve qu’ils agissent dans leurs propres intérêts (ou ceux d’une puissance étrangère, ce qui serait plus grave) que dans celui de leur pays et de son peuple. Même l’Afrique que nous avons sauvée de la faillite jubile!

    37
    26
    IMAZIREN
    27 janvier 2018 - 13 h 59 min

    Il vaut mieux qu’ils soient à l’intérieur qu’à l’extérieur.

    16
    25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.