Les artisans de La Casbah à l’honneur à l’institut Cervantès d’Alger

La Casbah
Les artisans de La Casbah sont à l'honneur à l'institut Cervantès. D. R.

L’ambassade d’Espagne et l’institut Cervantès d’Alger, en collaboration avec l’association Casbah Culture, organisent, pendant le mois de février, une exposition consacrée aux artisans de ce quartier de la capitale.

L’institut Cervantès, décrivant parfaitement ces artisans comme des «artistes qui maintiennent en vie une histoire millénaire et un style de vie qui cohabite avec l’Alger moderne» consacrera, du 5 au 28 février 2018, du temps et de l’espace aux travaux d’artisanat issus de la vieille médina d’Alger. Un hommage à La Casbah et à ceux qui en font ce qu’elle est : le cœur et l’âme de la capitale.

Quartier historique inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco depuis 1992, La Casbah d’Alger est l’un des trésors de l’Afrique du Nord.

Jadis bijoutiers, brodeurs, sculpteurs et peintres sur bois, calligraphes, tailleurs, céramistes, graveurs et autres métiers méconnus, à l’image des sebaghine (teinturiers), ressaïssia (plombiers), bechmadjia (fabricants de babouches), ferraghia (fondeurs) foisonnaient dans La Casbah. Dans l’organisation de l’ancienne El-Djazaïr, les artisans jouaient un rôle important. Avec leurs produits, ils répondaient aux besoins de la population. A cette époque, un plateau de cuivre ciselé ou tout autre ustensile servaient au quotidien.

Les recommandations de la réunion internationale sur La Casbah qui s’est tenue ce mois de janvier à Alger ont, à juste titre, souligné l’importance de reconstituer le réseau d’artisanat de la vieille cité. Espérons que cette voie sera engagée en tenant compte de cette richesse globale.

L’inauguration de l’exposition Artisans de La Casbah aura lieu le 5 février à 18h à la salle des Actes de l’institut Cervantès d’Alger.

R. C.

Comment (4)

    DZ
    1 février 2018 - 14 h 49 min

    Je ne comprends pas ces pouces négatifs.
    Un agent du mekhzen qui a peur que l’Algérie récupère notre patrimoine artisanal.
    En ce moment, les makkaks s’approprient tout.

    7
    3
    DYHIA-DZ
    1 février 2018 - 3 h 39 min

    Pas de tourisme sans les artisans.
    Un pays sans ses artisans = pays sans âme… non attractif.

    Il faut généraliser à l’échelle nationale.
    Bonne continuation !

    7
    3
    Kahina-DZ
    1 février 2018 - 3 h 37 min

    Excellent !
    Il faut tout faire pour sauvegarder ce savoir faire qu’il faut protéger à l’UNESCO.
    Les voleurs se multiplient.

    Il faut donner les moyens à ces artisans pour pouvoir continuer.
    Ouvrez une école de formation professionnelle spécialement pour perpétrer le savoir de ces artisans.

    9
    3
    Anti Khafafich ⴰⵎⴳⵉⵍⵍ ⵜⵉⵢⵉⵍⵍⵉ
    31 janvier 2018 - 17 h 31 min

    Merci pour cet événement qu’il faudra généraliser sur toute l’Algérie. Par contre, qu’est ce que je vois en bas à gauche, une chicha ? si oui, alors NON ce n’est pas notre patrimoine, virez la car vous ne serez pas authentiques si vous le faites.

    8
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.