Hanoune accuse Bouchouareb d’avoir ruiné la SNTA au profit des Emiratis

Bouchouareb Hanoune
Bouchouareb a liquidé des entreprises publiques, selon Louisa Hanoune. New Press

Par Hani Abdi – La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a vivement dénoncé ce qu’elle qualifie d’opération de liquidation des entreprises publiques, en citant le cas de la Société nationale du tabac et des allumettes (SNTA).

Lors de son intervention aujourd’hui à l’ouverture du Comité central du parti consacré essentiellement à l’économie, la pasionaria du PT s’est élevée contre le partenariat établi entre la SNTA et une entreprise émiratie, jugé comme contraire aux intérêts de cette entreprise publique. Louisa Hanoune accuse ouvertement Abdeslem Bouchouareb, ancien ministre de l’Industrie, d’avoir lancé cette opération de liquidation de la SNTA sous forme de partenariat avec des Emiratis. Un partenariat qui est, insiste-t-elle, totalement en défaveur de la SNTA et de ses employés.

Le partenariat entre la SNTA et une entreprise émiratie a commencé en 2000 par la création d’une entreprise dont la SNTA est actionnaire à 49%, l’entreprise émiratie à 41%, a affirmé Mme Hanoune selon qui les 10% restants sont partagés entre quatre personnes émiraties et une femme algérienne à raison de 2% chacune.

La secrétaire générale du PT considère que les quatre Emiratis ainsi que la femme algérienne travaillent pour l’entreprise émiratie. Concrètement, a-t-elle souligné, les Emiratis détiennent 51%, ce qui est contraire à la loi algérienne. Louisa Hanoune a indiqué, en outre, que ce partenariat a eu une conséquence directe sur les travailleurs de la SNTA. «Il y a eu licenciement de 1 100 travailleurs sans indemnités. Des travailleurs qui ont été recrutés à nouveau avec des contrats à durée déterminée (CDD). Les 18 travailleurs qui ont refusé de signer leurs contrats d’emploi précaires ont subi des menaces de toute nature. Ils ont même tenté de les corrompre», a-t-elle dénoncé, affirmant que la justice a condamné par le passé le directeur général de la SNTA qui a mené cette opération pour «gaspillage de l’argent public».

Louisa Hanoune a affirmé que si la SNTA n’est pas totalement cédée aux Emiratis, c’est grâce à la lutte acharnée des travailleurs. Pour elle, le but du «partenariat entre la SNTA et l’entreprise émiratie» était de céder toutes les activités de l’entreprise publique à cette société. Cela tout en sachant que la SNTA est en matière de contribution fiscale au Trésor public la deuxième entreprise publique après Sonatrach. «Est-il acceptable de céder une entreprise publique qui fait 3 900 milliards de centimes de bénéfices net d’impôts ?» s’est demandé Louisa Hanoune qui appelle à l’annulation de tous les partenariats entre les entreprises publiques et privées qu’elles soient algériennes ou étrangères. Car, derrière ces partenariats, a-t-elle affirmé, il y a de véritables «opérations maffieuses». Elle appelle à une commission d’enquête pour faire face aux opérations maffieuses qui visent à liquider les entreprises publiques au profit d’oligarques nationaux ou étrangers. Comme elle demande au Président de la République d’intervenir pour annuler les partenariats entre les entreprises publiques et privées.

Autrement dit, elle appelle à l’annulation de la charte relative au partenariat entre le secteur public et le secteur privé, signée le 23 décembre dernier. Une charte qui a fait couler beaucoup d’encre.

H. A.

 

Comment (16)

    Yacine
    5 février 2018 - 13 h 23 min

    Madame Hanoun omet volontairement de nous rappeler également qu’elle a toujours été le soutien inconditionnel de Abdelaaziz Bouteflika du premier jusqu’au quatrième mandat , notamment en acceptant de jouer les lièvres à chaque viol électoral !
    Et à chaque déclaration elle nous a toujours rappelé sa vassalité au président tout en refusant de siéger au gouvernement en critiquant certains ministres , sachant qu’ils ne sont là que par la grâce de Bouteflika et en application de son programme qu’ils revendiquent haut et fort !
    Alors , ce double discours et cette double attitude cachent mal la mission qui lui est assignée en haut lieu qui consiste à avoir un pied dans le pouvoir en soutenant Bouteflika , pour certainement mériter sa grâce et celle de son clan , et un autre pied dans l’opposition pour polluer son espace , et tremper l’opinion publique ! De ce fait elle pense gagner à tous les coups , et au diable si le pays y perd au change !
    Les vrais patriotes sont naturellement pour le maintien des entreprises économiques stratégiques dans le secteur public , et certaines entreprises également lorsqu’elles sont performantes , mais il n’ya aucun moyen de garder des canards boiteux qui ne vivent que des subventions publics et qui freinent le développement national , tel des boulets qu’on traîne aux pieds !
    Et pour éviter tout bradage , il faudrait que les privatisations soient menées conformément aux règles en vigueur dans toutes les économies développées qui se respectent , et dans la transparence la plus totale avec des conditions draconiennes de façon à garantir la pérennité et le développement de l’entreprise , les intérêts des travailleurs et la contribution à l’essor de l’économie nationale . Ce que Louisa Hanoun refuse pour des raisons idéologiques , car dans son communisme aveugle et le socialisme spécifique du FLN , il n’ya pas de place au secteur privé pragmatique !
    Ils préfèrent maintenir des vaches à lait pour maintenir leurs systèmes et entretenir leurs clientèles et leurs progénitures avec les deniers publics , bien entendu !

    Ninir
    3 février 2018 - 15 h 43 min

    mais pourquoi tous ces oligarques s’échinent ils à vouloir racheter les entreprises publiques? s’ils ont quelque chose dans le ventre ils n’ont qu’à construire leurs propres usines …. au moins ils rendraient service aux citoyens en créant des emplois. pour les impôts, inutile de rêver.

    Anonyme
    3 février 2018 - 10 h 16 min

    Mme Hanoun, il fallait annoncé cela à l’époque ou Bouchouareb était l’homme fort du clan.
    Aujourd’hui, après avoir appauvri les sociétés étatiques et enrichi sa personne, (…) des soi-disant opposants règlent leurs comptes

    Vangelis
    3 février 2018 - 8 h 40 min

    Pour une fois je suis d’accord avec elle mais elle aurait du parler aussi du favoritisme envers la France sans aucune contrepartie ou plutôt si, puisque le concerné y a un superbe appartement dont on ne sait avec quoi il l’a payé.

    20
    3
    Anonyme
    3 février 2018 - 6 h 01 min

    Un dentiste ministre de l’industrie.
    Bled les miracles

    17
    3
    nonews
    3 février 2018 - 1 h 07 min

    la prochaine fois que vous entender le mot »partenariat », on sera de quoi il’ s’agit. Ce mot est synonyme de corruption legalisee par le gouvernement (que se soit avec des companies etrangeres ou avec nos super businessflops).

    19
    4
    Le Prodige prodigue
    2 février 2018 - 22 h 18 min

    C’est elle qui le dit et doit avoir avoir de bonnes raisons et de bonnes preuves de le dire, sinon ce serait de la diffamation. Mais tout indique qu’elle est bien renseignée. Autant lui demander, pour permettre aux citoyens lambda, désabusés depuis longtemps, de nous dire:
    – qui a démantelé l’industrie sidérurgique en Algérie, commencée par l’incarcération de tout les cadres de la SNS de Annaba; suivie par la déstabilisation de l’entreprise Ferphos avant sa privation, prélude à son rachat avec la SNS par l’indien Lakshmi Mittal; le tout pendant qu’un aide-comptable s’engouffrait dans le créneau du RAB (rond à béton) pour se « sucrer » tout en devenant une « grosse huile » (C vital). Il faut dire que son patronyme l’y prédisposait puisqu’il lui suffit de doubler les 3 trois lettres magiques.
    – qui a vendu pour 1 DA symbolique les fleurons de l’industrie manufacturière: le textile; l’agro alimentaire, le BTPH, les cimenteries, les semouleries les minoteries…..

    23
    5
    Merzak
    2 février 2018 - 20 h 33 min

    Le règlement des comptes c’est pour quand? Ou alors ces Haddad, Bouchwareb, le brebki etc.. Sont ils aussi puissant et au dessus de la loi?

    29
    2
    Diogene
    2 février 2018 - 20 h 04 min

    Madame que Dieu vous prête longue vie, l’Algérie a besoin de vous.

    27
    6
    le niveau
    2 février 2018 - 19 h 48 min

    il n’est pas le seul …thamaw contre l’algerie ils ont videe le pays avec l’aide de la france et la franc-maconnerie
    ont le sait tata louisa et ont reste les bras croiser a voir le calvaire dans se pays et le decapitage de l’algerie

    25
    2
    lhadi
    2 février 2018 - 18 h 32 min

    Madame a une idée simpliste et profondément fausse qui tiennent à l’incompréhension du sens de libéralisme ou de liberté.

    Le libéralisme n’est pas un système clienteliste et étatiste, un capitalisme de connivence, fondé justement sur le dévoiement de l’autorité de l’Etat .En tant que système politique,Il ne s’abstient pas de règles à faire respecter.

    Par conséquent, le politicien corrompu ne peut être forcement libéral.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    11
    9
    Kahina-DZ
    2 février 2018 - 17 h 45 min

    Bouchouareb a tout détruit et a bien mangé…Et il est parti avec quiétude profiter de ses Chakarates.
    En Algérie, on ne juge pas les pilleurs.
    Le pillage est-il HALLAL en Algérie ??

    45
    2
    Anonyme
    2 février 2018 - 17 h 42 min

    Merci Mme Hanoune d’avoir dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas.
    Ce dentiste, ministre de l’industrie française en Algérie, a massacré les entreprises au profit de ses amis et de ses proches.
    Mais personne ne le juge ??

    36
    5
    Salamat
    2 février 2018 - 16 h 42 min

    La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune devrait s’en prendre à Bouteflika directement car c’est lui qui désigne le Premier Ministre et ses ministres ! Elle soutient Bouteflika et pas ses Ministres, c’est quand même paradoxal alors qu’elle sait pertinemment que rien ne se décide en Algérie sans l’aval et l’accord de Bouteflika !!

    60
    5
      Flicha
      3 février 2018 - 9 h 52 min

      Bien dit car on le sait, le poisson pue de la tête.
      Bouchouareb possède un réseau en Algérie et en France au su de tous, si on se demande maintenant pourquoi, eh bien la réponse est simple, ceux qui tirent les ficelles de l’autre bout s’en servent aussi. A ce titre Bouchouareb n’a pas été choisi pour ses mérites…

    anonyme tres utile
    2 février 2018 - 15 h 57 min

    Bravo Louisa pour ces vérités ! J’espère qu’il y aura une réaction des pouvoirs publics. Nous sommes un des derniers pays au monde à produire du tabac, les autres pays sont les puissants : chine, états unis. Ils veulent nous détruire par toutes les voies possible et malheureusement il y a des traitres en interne, des assoiffés d’argent qui ne pensent pas à l’intérêt suprême de notre pays et encore moins à sa souveraineté !

    32
    9

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.