Khalifa Haftar : «La Libye n’est pas encore mûre pour la démocratie»

Haftar
Ghassan Salamé, envoyé spécial de l’ONU, en compagnie du maréchal Haftar. D. R.

Par Sadek Sahraoui – L’homme fort de l’Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, estime, dans un  entretien accordé cette semaine au magazine Jeune Afrique, qu’il ne faut pas attendre grand-chose du Premier ministre libyen, Fayez Al-Sarraj, en raison du fait qu’il est «l’otage des milices à Tripoli et n’a pas les mains libres». «Il lui est très difficile de prendre des décisions, et plus encore de les exécuter. Tout ce qu’il peut faire est d’accepter des rencontres et de donner des accords verbaux sans lendemain. A plusieurs reprises, lors de nos diverses entrevues, nous avons essayé de le pousser à la fermeté, sans jamais obtenir de résultat», a soutenu Khalifa Haftar.

Appelé à donner son avis sur le plan de sortie de crise de Ghassan Salamé, envoyé spécial de l’ONU, le commandant de l’Armée nationale libyenne (ANL) dont les unités viennent de débarrasser la ville de Benghazi des dernières poches terroristes qui subsistaient dans certains de ses quartiers, soutient que la proposition du Libanais n’est pas réaliste dans la mesure où son application risque de prendre trop temps. Il milite plutôt pour la tenue d’élections le plus vite possible, avant la révision même de la Constitution.

Pour lui, c’est la seule manière sérieuse qu’il y a pour voir le bout du tunnel le plus rapidement possible : «Pour nous, il faut organiser les élections avant que les élus s’accordent sur une Constitution. Elles doivent être tenues le plus rapidement possible, dans la plus grande transparence, et le vote doit être obligatoire.» M. Haftar s’est, à ce propos, engagé à sécuriser les prochaines élections (législatives et présidentielles) : «Quand (ce moment) se présentera, l’armée jouera pleinement son rôle pour les sécuriser.» Et de soutenir que l’idéal serait de «reconstruire un Etat libyen démocratique, laïque et stable.»

Khalifa Haftar a martelé que «les Frères musulmans, responsables de la venue des terroristes en Libye, ne doivent avoir aucune responsabilité dans le déroulement du processus électoral». «Le peuple libyen a fait beaucoup de sacrifices, et M. Salamé doit être bien attentif à ne pas décevoir ses espoirs», a-t-il averti.

A la question de savoir si le système démocratique prôné par l’Occident est viable dans une Libye en sortie de crise, le maréchal Haftar a répondu : «La Libye d’aujourd’hui n’est pas encore mûre pour la démocratie.» «C’est un mode de gouvernance qui s’élabore, qui ne s’impose pas du jour au lendemain. La démocratie est une culture qui se construit, ça n’est pas une tasse de café instantané. Elle est notre but, mais qu’il est prématuré de vouloir atteindre. Peut-être les futures générations y parviendront-elles», a-t-il indiqué.

Khalifa Haftar souhaite-t-il voir se mettre en place un régime présidentiel analogue à celui qui existe actuellement en Egypte ?  «Nos positions se rapprochent, en effet. Je ne considère pas le président égyptien comme un exemple, mais la situation de son pays lors de son accession au pouvoir est comparable à celle de la Libye aujourd’hui», a-t-il expliqué, non sans ajouter que les «grands ennemis» des deux pays sont «les Frères musulmans» qui constituent aussi une menace pour le Sahel et l’Europe. «Le terrorisme s’est implanté un peu partout en Libye», a-t-il encore reconnu.

S. S.

Comment (8)

    tout simplement algérien
    9 février 2018 - 21 h 30 min

    ce général est corrompu et un vendu en plus.
    il faut soutenir Saïf Islam le fils du guide Mouammar Kadhafi qu’il repose en paix.
    les Libyens il leur faut un dirigeant dur la preuve ils se sont fait manipuler par DHL en 24 heures et aujourd’hui il souffre tous comme les Syriens que Dieu leur vienne en aide inch’Allah.
    c’est le père de ce chien nouveau roi d’Arabie Saoudite MBS qui a fait tuer Kadhafi avec l’aide des sionistes et ce maudit Sarkozy.
    ils ont utilisé la Libye ainsi que le Sahel uniquement pour coincer notre pays entre 2 flammes de terroriste.
    longue vie aux hommes qui servent l’armée algérienne longue vie au service secret longue vie à la police ou gendarme que Dieu bénisse mon peuple les Algériens qu’ils soient berbère ou arabe ce sont tous nos frères.
    cher frère et soeur algérien algérienne soyez vigilant tout comme les Européens sont vigilant concernant les étrangers soyez vigilant concernant les étrangers.
    parmi les étrangers il y a des gens très bien le problème n’est pas là le problème est que parmi cette masse il y a des traîtres. le Mossad est fort parce qu’il surveille tout les Juifs il ne lâche rien .
    ne faisons pas pareil que faisant mieux que c’est chiant n’oubliez jamais que nous sommes musulmans nous sommes les préféré de Dieu nous avons ce courage dans le cœur nous n’avons pas peur de la mort ce qui nous attend est meilleur après.
    Vive l’Algérie vive la puissance algérienne militaire




    1



    0
    Les Egares Wahabites
    9 février 2018 - 16 h 55 min

    Pour les récalcitrants vous conviendrez que Mr Haftar dit vrais lorsqu’il invoque le problème Frères Musulmans qui ont par leur complicité avec l’OTAN apporté le Terrorisme , les deux grands fautifs sont bien le Qatar et Erdogan Turquie les grands soutient des Frères Musulmans Wahabisme Khawaridjs . .L’OTAN et Qatar bombardent la Libye du ciel et les demeuré Frères Musulmans attaquaient les Forces Libyennes au sol en criant Allah ouakbar..le même scénario qu’en Syrie ou la Turquie membre de l’OTAN est la tête de pont être ou furent transféré les armes prises en Libye ainsi que les faux Djihadiste mais vrais frères dit Musulmans soutenus à tous les niveaux par Otan et Qatar et Erdogan Turquie et Saouds Wahabites. .Oui le problème sont les Frères Musulmans et Wahabisme dans leurs complicité avec l’OTAN Usa Israël Gb …et leurs médias à propagande dont Aljazzera Qatar…Fis Rachad…Ghanouchi….Al Qardawi…Abdel Jalil Libye…Al Arabya fiancé par Qatar et ensuite par un milliardaire Saoudien….On voit bien une complicité flagrante entre OTAN occident sionisme et Confrérie des frères dit Musulmans pour détruire les États nations Musulmans et y installer des Régimes Islamistes et Wahabisme…le même cas que l’Algérie 1992..2000.. Nous avons affaires a des demeuré Frères Musulmans Khawaridjs qui combattent des Pays musulmans avec l’aide de l’OTAN et ces mêmes Khawaridjs Terroristes frères dit Musulmans ne touchent pas Israël sionistes qui occupe la Palestine..cette même Israël bombarder La Syrie musulmane et les barbus Frères Musulmans Wahabisme Khawaridjs Takfiriste attaquent la Syrie..! et vont se faire soigner en Israël et reviennent en Syrie musulmane continuer sa destruction..Les Dirigeants Khawaridjs sont Qatar et Erdogan Turquie et Saouds et leurs Chouyoukhs Wahabites dont le Faux Mufti Al Sheikh petit petit Fils du Fou Ibn Abdelwahab allié au Saouds..Fawzan ..Al Qardawi au Qatar…donc Aftar n’a pas tort lorsqu’il pose le problème Frères Musulmans terreau du terrorisme . . Je m’attends à ce que des demeuré Frères Musulmans Wahabisme Khawaridjs mettent des pouces en bas !!! 👊🤐




    1



    0
    Yacine
    9 février 2018 - 10 h 47 min

    Le général Haftar ne veut pas d’une constitution élaborée par les députés ! Il veut des élections présidentielles qu’il espère gagner , comme cela il élaborera sa propre constitution qu’il imposera d’une manière ou d’une autre et s’intronisera président à vie comme le fait Al Sissi et bien d’autres états arriérés !et dit que les libyens ne sont pas prêts pour la démocratie.
    Mais alors , les Sénégalais qui sont africains et musulmans qui ont élu Macky Sall , un jeune comme président , le Libéria qui vient d’élire l’ancienne gloire du foot mondial , George Wea , sont -ils plus qualifiés que la Libye ?
    Si la démocratie est un long apprentissage qu’il faut corriger et améliorer sans cesse , elle commence d’abord par être décrétée dans les textes officielles , peu importe la forme que prendra sa pratique , l’essentiel est que le suffrage et la volonté populaires , sources de tout pouvoir soient respectés !
    Pour cela , il faut d’abord décréter la liberté en lieu et place de la repression , le droit au lieu de l’arbitraire , la liberté de pensée , de culte et d’entreprise au lieu de l’idéologie uniciste stérilisante !
    Le reste est l’affaire du peuple qui aura récupéré sa souveraineté !




    0



    1
    Anonyme
    9 février 2018 - 0 h 35 min

    Pour le Maréchal Khalifa Haftar,
    la démocratie est un fruit qui ne peut être à la portée du peuple Libyen, et pour cause,ce fruit doit mûrir très lentement,pendant des années, sur un arbre nommé despotisme, greffé de sénilité.




    1



    2
    Lamari mehd
    8 février 2018 - 20 h 41 min

    Je dois malheureusement reconnaitre que les pays contaminés par le virus arabo-islamiste,ne peuvent acceder a la democratie,ni a la liberté rapidement,il faut au préalable les decontaminés en les cultivants,les civilisants,et en leur permettant de se construire une personnalité,une identité et une culture moderne..c’est le meme probleme qui se pose en Algerie




    3



    1
    socrate
    8 février 2018 - 13 h 42 min

    C’est que disent tous les « homme forts », les apprentis dictateurs dans le monde entier : le peuple est comme un petit enfant qui attends tout de son « père » bien aimé. Un père souvent vieux, replet et très corrompu avec un bon magot placé dans les paradis non pas d’Allah mais plus prosaïquement … fiscaux.




    6



    1
    Kader
    8 février 2018 - 12 h 19 min

    Mais Khalifa Haffar, lui, est mûr pour la dictature.




    8



    1
      Felfel Har
      8 février 2018 - 20 h 49 min

      Absolument! Il est prêt et il l’incarne avant même d’être élu, il se comporte en despote. La démocratie suppose l’apprentissage de valeurs d’humanisme et de justice que les assoiffés du pouvoir ne peuvent pas comprendre. Ils ne comptent que sur la force et la brutalité. Salutations!




      4



      1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.