Le tribunal d’Alger déclare illégale la grève du Syndicat des praticiens de santé publique

Hasbellaoui Tribunal
Mokhtar Hasbellaoui, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. D. R.

Le Tribunal administratif d’Alger a jugé illégale la grève à laquelle a appelé mercredi le Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) suite à une requête introduite par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. «Le Tribunal, statuant publiquement, et par défaut, en matière de référé d’heure à heure, déclare illégale la grève annoncée par le Syndicat national des praticiens de santé publique en vertu du préavis du 4/2/2018 relatif à une grève nationale générale le 14/2/2018 avec organisation de sit-in le même jour à travers toutes les wilayas», lit-on dans l’ordonnance de référé numéro 189/2018.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui avait reçu le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique dans le cadre du dialogue permanent avec l’ensemble des partenaires sociaux. Cette audience a permis de noter «une identité des points de vue concernant notamment la nécessité pour le médecin de se réapproprier sa juste place dans la société dans le cadre d’une approche normalisée prenant en ligne de compte les besoins de la population», a précisé un communiqué du ministère.

Les deux parties ont discuté de «la nécessité de normaliser et de hiérarchiser la pyramide des soins pour améliorer la prise en charge des usagers de la santé dans le cadre des directives relatives à la modernisation du secteur de la santé. De son côté, le président du SNPSP a tenu à mettre en exergue le travail de partenariat réel et constructif qui a caractérisé ces dernières années les relations entre le SNPSP et le ministère de la Santé sur la base d’un dialogue franc, sincère et transparent.

Par ailleurs, de nombreux points en rapport avec la condition socioprofessionnelle du praticien spécialiste de santé publique ainsi que le déroulement de sa carrière professionnelle ont été abordés, a conclu la même source.

R. N.

 

Commentaires

    Zaatar
    15 février 2018 - 10 h 12 min

    Comme y a pas le sou à cause de la chute des prix du pétrole, toutes les grèves et autres manifestations de mécontentement sont interdites et illégales selon la loi de nos responsables bien sur. Une évidence des évidences…




    4



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.