Grève du secteur de l’éducation : le HCI appelle à œuvrer dans l’intérêt de l’élève

Education Ghlamallah
Bouabdallah Ghlamallah, président du Haut Conseil islamique. New Press

Le président du Haut Conseil islamique (HCI), Bouabdallah Ghlamallah, a appelé, mercredi, depuis Oran, les grévistes du secteur de l’éducation à «œuvrer la main dans la main dans l’intérêt de l’élève».

Invité du Forum du quotidien El-Djoumhouria paraissant à Oran, il a souligné la nécessité d’œuvrer dans l’intérêt de l’élève qui, pour lui, «doit être au-dessus de toutes les considérations». «L’enseignant doit accepter tous les sacrifices car l’intérêt de l’élève est une chose sacrée en toutes circonstances», a ajouté le président du HCI.

Bouabdallah Ghlamallah a insisté sur la nécessité de respecter la justice et ses décisions. «Si nous ne respectons pas les décisions de justice, nous ne respectons pas notre pays», a-t-il souligné en réponse à une question sur la grève des secteurs de l’Education et de la Santé. «Les grévistes ont un droit de recours dans les jugements prononcés par les magistrats. Ne pas les reconnaître et poursuivre la grève sont un comportement immoral», a encore souligné le président du HCI.

R. N.

 

 

Comment (7)

    Samira
    15 février 2018 - 16 h 45 min

    Si vous pensiez vraiement aux éleves, vous auriez évité de leur apprendre comment laver un mort a l’age de 4 ans. Vous leur auriez évité des cauchemards qui vont les marquer a vie.

    Anonyme
    15 février 2018 - 15 h 02 min

    Où êtes vous Monsieur Ouyahia?
    Pourquoi ce silence radio de votre part, alors que le secteur de l’éducation et sa ministre sont livrés aux islamistes et aux chefs religieux et charlatans de tout bord?
    Franchement, est ce qu’il relève de la notoriété d’un chef religieux ou de la votre pour s’exprimer dans de telles circonstances ?
    Mme N.Benghebit s’échine courageusement à redresser une école dévastée par l’idéologie islamiste et sinistrée à tout point de vue, et au lieu de voler à son secours,en votre qualité de Premier Ministre, vous choisissez de vous murer dans un silence assourdissant, qui interpelle moult questions.
    Une chose est sûre, c’est que madame la Ministre de par ses courageuses initiatives ,a réussi en gagnant en notoriété et en intégrité. Elle lutte quotidiennement pour une école Algérienne progressiste, et elle a le soutien de toute la frange intellectuelle anti islamiste, avide de savoir, de connaissance et respectueuse des Lettres, des Arts, de toutes les Langues,de toutes les Sciences de toutes les nouvelles technologies.
    C’est sur ce tracé que nos enfants doivent être éduqués. NON aux prêches dans les écoles de la République.

    jill
    15 février 2018 - 7 h 43 min

    Si c’était l’interet e l’éleve qui vous interessait vous n’auriez jamais imposé la charia à l’école encore moins l’arabisation.

    15
    2
    Anonyme
    15 février 2018 - 7 h 26 min

    Ce sont les mêmes qui ont soufflé sur la braise et qui ont contribué par leur dogmatisme à la situation déplorable de l’école qui viennent maintenant jouer les médiateurs. Ces gens sont plus dangereux que les salafistes déclarés car aux moins les salafistes attaquent de front.
    Leur message politique est toujours de circonstance. Écoutez plutôt leur discours religieux , ils sont souvent en parfait accord avec les prêches les plus rétrogrades de la mouvance islamique.
    Qu’ils cessent de se mêler de politique, c’est tout ce qu’on leur demande.

    Anonyme
    14 février 2018 - 22 h 02 min

    Vous en voulez pas sortir de votre politique des charlatans.

    Je me demande si le pays n’est géré par le religion satanique.
    La secte satanique englobe toute les religions.

    Umeri
    14 février 2018 - 20 h 24 min

    Il n’y a qu’en Algérie, ou on mélange tout, en quoi le H C I est concerné par le secteur de l’Education? Mr Ghoulamallah, au lieu d’assainir les lieux de cultes, dont une majorité se trouvent aux mains des salafistes, qui prêchent la violence, ou toutes ces associations qui contrôlent la finance issue de la Zakat, vous préférez la fuite en avant, pour vous immiscer dans un secteur sensible, sujet a des attaques de partout, pour vider le programme de l’Education, de l’essentiel et pousser une ministre courageuse, a la sortie.

    10
    1
      Logiciel
      14 février 2018 - 21 h 55 min

      Bien poser sa question c’est déjà 50% de sa réponse.
      .
      Les sataniques, ces fouteurs de troubles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.