La France accusée de tentative d’ingérence dans les élections libyennes

Le Drian Tripoli
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l'aéroport de Benghazi en décembre 2017. D. R.

Par R. Mahmoudi – La rencontre organisée par l’ambassadrice française à Tripoli avec les représentants de la commission de surveillance des élections libyenne a soulevé une vague d’indignation dans les milieux politiques locaux, accusant Paris de tentative d’ingérence dans les affaires de leur pays.

Lors de cette visite, l’ambassadrice s’est enquise auprès du président de cette instance du déroulement du processus électoral et de l’état d’avancement des activités de la commission à propos, notamment, de la mise à jour du fichier électoral. La diplomate française a souligné le souci de son pays d’aboutir à la stabilité en Libye et son souhait de voir le processus électoral «couronné de succès», selon la cellule de communication de la commission.

Première à s’indigner de cette visite, où l’ambassadrice apparaît dans une position jugée «condescendante», l’ancienne ministre Fatima Al-Hamrouche. Sur sa page Facebook, elle écrit : «Qu’est-ce que l’ambassadeur de France a à voir avec les élections en Libye pour visiter le siège de la Commission de surveillance des élections ? Dans quelles nuits sombres nous avons sombré !» s’insurgent-elle.

Un activiste a commenté ce qu’a écrit l’ancienne ministre, sur un  ton plus révolté : «Comment cela qu’a-t-elle à voir ? N’est-ce pas elle qui a renversé le régime de la Jamahiriya (de Mouammar Kadhafi, Ndlr) sous prétexte d’instaurer la démocratie ? N’est-ce pas elle et ses sœurs qui gouvernent aujourd’hui la Libye, cœur de l’Afrique ?» Un autre activiste a fait remarquer, pour prouver l’immixtion de la France dans les affaires libyennes, que ce type de réunions se tiennent généralement autour des questions inhérentes aux affaires étrangères, et non autours de questions locales, et s’effectuent en coordination avec le ministère des Affaires étrangères et le gouvernement».

Dans le discours officiel, la France a appelé, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à une conférence nationale regroupant toutes les parties libyennes, dans le but de préparer la tenue d’élections générales cette année, renouvelant ainsi son soutien «indéfectible» aux efforts déployés par l’émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salame.

R. M.

 

Comment (11)

    mouatène
    18 février 2018 - 20 h 21 min

    mesdames et messieurs bonsoir. les libyens se sont créé une « fitna » entre eux et le Bon Dieu leur a répondu par l’envoi d’un juif. et vous savez ce que peut faire un juif. il est capable de battre le diable. et c’est ce qu’il a fait. seif el islam future président de la lybie ? dans ce cas là ce sera le chatiment du hongrois sarkozi. mais comme vous le savez, la france coloniale ( suplétive de la knesset ) a prévu ce cas de figure et c’est pour cela que le drian s’est déplacé.

    Les Egares Wahabites
    17 février 2018 - 22 h 56 min

    Tant qu’il y aura des Harkis en Libye et bien il y aura ingerence … les plus réceptifs à l’ingérence sont les frères dit Musulman qui pour le Pouvoir seraient prêts à se vendre une deuxième fois … et puis la France fait son Job celui de trouver des moutons Libyens pour les tondre. .Et les Frerros aiment se faire raser gratis au point d’être les dindons de la farce par L’Otan.

    Anonyme
    16 février 2018 - 19 h 03 min

    Les Lybiens ont une trés grande responsabilité dans la destruction de leur pays,ils ont usé d’embrassades pour acceuillir BHL ,ils ont prié le nabot de massacrer leur pseudo etat et ils sont préts a refaire la même gaffe,il n’y a qu’à voir l’empressement de hafter et de leur premier ministre a pointer dernierement à l’elysée.

    16
    4
    TARZAN
    16 février 2018 - 18 h 38 min

    la france et le maroc sont absolument discrédités en afrique, quoi qu’ils fassent se retournera contre eux. ils ont trop magouillé et comploté pour leurs intérêts fétides. leurs mains sont tâchées de sang. les africains vont montrer à ces deux pays qu’ils ne sont pas dupes et des colonies naïves sous développées intellectuellement sous les ordres de la france!

    3
    4
    Felfel Har
    16 février 2018 - 13 h 04 min

    Fallait-il s’attendre à autre chose de cette France belliqueuse qui cherche à redorer son blason, elle qui est à la traîne des USA, de la Russie, de Chine? Elle sait qu’elle est incapable de mener SEULE des opérations tant en Libye qu’en Syrie et pourtant, elle n’arrête pas de gesticuler, de menacer. Avez-vous remarqué avec quel zèle, elle cherche des poux sur la tête d’Assad, l’accusant d’utiliser des armes chimiques qu’il n’a pas, alors qu’il s’apprête à célébrer sa victoire sur la coalition, ce ramassis de vauriens. Tout est cousu de fil blanc! Hier, la France a exhibé comme un trophée un docteur venu témoigner des violences infligées par les troupes de Bachar sur les rebelles de la Ghouta. Il est bizarre que la presse française reste silencieuse quand ce sont les terroristes qui bombardent Damas et qui font des victimes. Il est aussi incompréhensible que ce sont toujours des enfants qu’on présente comme s’il n’y avait que des enfants innocents qui vivraient dans ces zones rebelles. Le docteur en question est un agent syrien du Mossad (cadeau de Netanyahou à Macron) et il a pour mission de justifier des frappes contre la Syrie pour compliquer davantage la situation et internationaliser le conflit, le permaniser, pour ravir une victoire certaine à Bachar. No pasaran! (Ils ne passeront pas!)

    7
    3
    RasElHanout
    16 février 2018 - 12 h 15 min

    Seif El Islam President de la Lybie veut dire que le nain Sarkozy finira ses jours au CPI.

    7
    3
    BabElOuedAchouhadas
    16 février 2018 - 12 h 11 min

    L’ingerence de la France dans les futures elections presidentielles en Lybie (si ingerence il y’a), elle ne viserait qu’un seul objectif : BARRER la route a Seif El Islam Kadhafi, dont les chances de devenir le prochain President de la Lybie sont plus que probables et par consequent, eviter l’ouverture des dossiers :
    1/- du role de la France et de Nicolas Sarkozy dans l’assassinat de Kadhafi pere.
    2/- du financement oculte de la campagne electorale de Nicolas Sarkozy lors des presidentielles de 2007.
    Deux dossiers explosifs qui risquent de mettre a mal cette fameuse 5eme Republique Francaise des coquins et des copains.

    6
    3
    Anonyme
    16 février 2018 - 11 h 50 min

    Ce n’est pas une simple ingerence, c’est une occupation. Le colonialisme moderne n’a pas besoin de prendre tout le pays en charge mais prefere plutot accaparer les points strategiques tels les puits de petrole. La France, UK et les USA y sont bien implantes. Il faut rappeler qu’ils ont ete invites par les crapules de Benghazi . Ceux la meme qui deployaient le tricolore et imploraient Sarcozy , Cameron et Mme Clinton de venir detruire la Libye. Les separatistes, regionalistes et racistent de Benghazi sont responsables de la situation en Libye. Ils constituent le MAK libyen et se rapprochent du MAK algerien. Il n’y a pas de fumee sans feu et le lache colonialiste n’ose pas rentrer chez vous que lorsqu’il est invite. Je rappelle egalement le cas de Massinissa qui a vendu l’Afrique du Nord aux Romains et trahi notre hero Hannibal. Egalement le cas de cheikh Mokrani l’ami de Napoleon 3 et qui a aide l’armee colonialiste a franchir les Portes de Fer en 1839 dans la Bataille de Constantine. Ses deux fils s’etaient souleves (trop tard d’ailleurs ) en 1871 parce que la France n’ayant plus besoin de leur alliance leur avaient enleves les privileges promis durant la guerre contre l’Emir Abdel Kader.

    2
    4
    Umeri
    16 février 2018 - 11 h 39 min

    La France est mal placée pour jouer un quelconque rôle, ou parrainer une commission regroupant, les principaux acteurs, sur la scène libyenne. Son intervention néfaste, sous la gouvernance, d’un pervers appelé Sarkozy, la disqualifie. Il faut que se soit, le peuple libyen qui prenne son destin en main et choisir, un patriote, qui préservera l’unité et l’intérêt de son pays. Tous ceux qui sont intervenu militairement, doivent être exclu du dialogue inter libyen.

    1
    3
    Le Patriote
    16 février 2018 - 11 h 24 min

    « Libyleaks » révèle que la France va utiliser, pour mener à bien cette ingérence, les mêmes avions Rafale français et Harrier anglais utilisés dans le printemps libyen pour détruire ce pays et assassiner son président (qui pourtant, quelques mois auparavant, ils accueillaient chez eux, qu’ils embrassaient pour le remercier pour les valises d’euros qu’il donnait à Sarkozy et dont ils louaient son charisme). La France prévoit donc de ne plus lâcher des bombes mais des bulletins de vote, comme elle faisair pendant la guerre d’Algerie dans ses opérations de fraternisation avec une population terrorisée par l’armée française.

    4
    3
    le niveau
    16 février 2018 - 10 h 39 min

    la france est accuser d´avoir detruit un pays .

    12
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.