Bouteflika qualifie la «révolution» qui a renversé Kadhafi de «glorieuse»

Libye gouvernement
Un milicien regarde le regard où fut retrouvé Kadhafi avant d'être assassiné. D. R.

Par R. Mahmoudi – Changement de perception ou simple usage diplomatique : dans un message de félicitations au président du Conseil présidentiel du gouvernement d’union nationale de Libye, Fayez El-Sarraj, le chef de l’Etat a, pour la première fois, reconnu l’insurrection libyenne qui a renversé l’ancien guide de la Jamahiriya, Mouammar Kadhafi, en février 2011, comme une «révolution» qu’il qualifie même de «glorieuse». Qualificatifs que le chef de l’Etat avait l’habitude de réserver à la Révolution du 1er septembre 1969, qui a porté le colonel Kadhafi au pouvoir en Libye.

«Il m’est agréable, écrit le président de la République, au moment où l’Etat de Libye frère célèbre l’anniversaire de la glorieuse Révolution du 17 Février de vous exprimer, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations (…).»

Peut-on oublier que l’Algérie a été le premier pays à s’opposer à l’invasion de ce pays par les armées de l’Otan, qui a rapidement conduit à la mise à mort de Kadhafi et à la dislocation de l’Etat libyen ? On se souvient que le gouvernement algérien avait même essuyé des critiques acerbes, voire des menaces proférées par le chef de la diplomatie française de l’époque, Alain Juppé, à cause de ses prises de position franchement hostiles à l’invasion armée, et pour lesquelles l’histoire a donné ensuite raison à l’Algérie.

Si, depuis quelques années, les relations entre Alger et Tripoli se sont nettement améliorées, avec notamment les efforts diplomatiques déployés par l’Algérie pour aider les protagonistes de la crise libyenne à trouver une solution pacifique et négociée au grave conflit qui divise ce pays, en entretenant naturellement des relations avec le gouvernement internationalement reconnu, celui de Tripoli, rien n’oblige le chef de l’Etat à encenser une insurrection dont il sait qu’elle a été à l’origine du chaos actuel en Libye, dont les répercussions sur la sécurité et la stabilité de la région sont réitérées à chaque occasion. Rien ne l’oblige, en fait, à choisir spécialement cette date pour adresser un message de félicitations à son homologue libyen.

R. M. 

 

Comment (19)

    Umeri
    21 février 2018 - 18 h 40 min

    Malheureusement, cette révolution n’a pas été spontanée,par le fait du peuple libyen, mais provoqué par des prédateurs, qui ont sacrifié des centaines de civils innocents, pour arriver a leur fin. La France de Sarkozy a commis un génocide, aidé par la fameuse alliance, composée de superpuissances, face un pays de 7 millions d’âmes, pour effacer tous soupçons, sur les millions d’Euros, reçu de Khadafi et s’accaparer des ressources naturelles de la Libye.Ou est cette démocratie tant décriée ici et là.




    0



    0
    Anonyme
    18 février 2018 - 1 h 18 min

    Stratégie géopolitique. La sécurité du pays passe avant tout.




    7



    5
    PREDATOR
    17 février 2018 - 22 h 54 min

    Ecoutez ce discours révélateur de feu kadhafi Allah yarhmou
    https://www.youtube.com/watch?v=a8ypSqiQ4oo




    1



    3
    Errai
    17 février 2018 - 21 h 27 min

    En politique les positions ne sont jamais figées. Elles répondent beaucoup plus aux impératifs du moment, et de ce point de vue je voue une certaine admiration à la ligne directrice de notre politique étrangère emprunte de clairvoyance et de sagesse. Personne ne peut nier que sur plusieurs dossiers très sensibles la tournure des événements a donné raison au point de vue de l’Algerie, pour étayer cette vérité il suffit de méditer la situation inextricable qui prévaut en Syrie.
    Fidèle à son principe immuable de « non intervention en dehors de ses frontières » et au nom de ce principe, l’Algerie à refusé de se laisser embarquer par l’Arabie Saoudite dans le bourbier Yeminite de même qu’elle a pu éviter le piège du conflit au Mali.
    Dans le dossier Lybien l’Algerie à oeuvrer dès le début de la crise pour éviter le pourrissement de la situation aux portes de ses frontières ce qui peut expliquer en partie son soutien à Khadafi, maintenant les choses étant ce qu’elles sont ce serait faire preuve de naïveté politique que de ne pas adapter sa position à la nouvelle situation.
    Seuls le pragmatisme et les intérêts comptent.
    Citation de Winston Churchill premier ministre britannique pendant la deuxième guerre mondiale. « il n’y a pas d’amis éternels, il n’y a pas d’ennemis éternels, il y’a des intérêts éternels ». A méditer.




    10



    8
    Neva
    17 février 2018 - 19 h 13 min

    17 février 2018 – 15 h 51 min Abdel
    Tout à fait notre président « se conforme simplement à la situation actuelle » , just un rappel aux intervenants qui ont la mémoire courte, l’ancien guide de la Jamahiriya Libyenne a été renversé par qui??? par quelques traîtres de l’intérieur, qui ont collaboré avec les pays occidentaux et certains pays arabes point barre.




    6



    5
    Kahina-DZ
    17 février 2018 - 15 h 11 min

    Il ya un jeu de mot et de l’ironie dans le texte.
    Les Libyens savent bien qu’il n’y a rien de glorieux dans le chaos que vit la Libye.
    Un rappel à la conscience collective !




    18



    7
    PREDATOR
    17 février 2018 - 15 h 08 min

    «Il m’est agréable, écrit le président de la République, au moment où l’Etat de Libye frère célèbre l’anniversaire de la glorieuse Révolution du 17 Février de vous exprimer, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations (…).»

    En quoi cela est il agréable;, alors que les terros sont à nos frontières,je suis atterré et sans voix par ce drôle de message, alors que cette ignoble « révolution » est l’oeuvre de l’occident prédateur et quelques traîtres de l’intérieur, à travers la destruction de la Libye de feu kadhafi c’est tout le Maghreb est le Sahel qui vont subir les conséquences, la région est devenue un véritable eldorado pour ces terroristes au service de l’empire du mal




    18



    5
    Anonyme
    17 février 2018 - 14 h 00 min

    Je suis content que notre président ait retrouvé la raison et devenir pragmatique en changeant de cap en ce qui concerne les relations internationales ;en encensant la révolution libyenne il vient de tourner la page Kadafi je lui donne raison pour les intérêts de notre pays ce qu’il vient de faire est à applaudir cessons de vivre dans les chimères en se prenant pour des gardiens du temple ;le baathisme est mort la ligue arabe également pensons à l’Algérie surtout et avant tout.




    27



    16
      abdel
      17 février 2018 - 15 h 51 min

      il se conforme simplement a la situation actuelle,et n’oublions pas que pour khadafi,l’algerie etait son souffre douleur, il n’hesitait pas a comploter contre le pays, en incitant les populations du sud algerien, a se soulever




      15



      11
        Neva
        17 février 2018 - 18 h 42 min

        17 février 2018 – 15 h 51 min Abdel
        Tout à fait notre président « se conforme simplement a la situation actuelle » , just un rappel aux intervenants qui ont la mémoire courte, l’ancien guide de la Jamahiriya Libyenne a été renversé par qui? par quelques traîtres de l’intérieur, qui ont collaboré avec les pays occidentaux point barre.




        5



        8
        PREDATOR
        18 février 2018 - 12 h 55 min

        « il n’hesitait pas a comploter contre le pays, en incitant les populations du sud algerien, a se soulever »

        d’où sors tu ce gros mensonge?




        0



        1
    Walif
    17 février 2018 - 13 h 33 min

    Nous sommes entrain de payer tres chere la destruction de la Lybie par la France et ses allies. Au contraire nous voulons un voisin stable et prospere.




    14



    5
    Larbi Benmhidi
    17 février 2018 - 12 h 39 min

    À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE…….
    Il était une fois Davos en Suisse début des années 2000, réunion des pires crapules capitalistes pour trouver des idées plus pernicieuses pour s’enrichir toujours un peu plus sans faire de vagues ni réveiller les consciences des peuples opprimés. Un président haineux et méprisant à l’égard des présidents algériens qui l’ont précédé, taxés de « présidents stagiaires »; avait déclaré devant une assemblée de capitalistes médusée : « concernant l’insurrection du GIA, AIS et autres initiales qui rappellent les égorgements de bébés et femmes violées, si j’avais leur âge, j’aurais fait de même et rejoint le maquis ». Quand on affirme avec aplomb devant le monde entier et à l’étranger pareilles « convictions », peut-on trouver contradictoire de qualifier la destruction de la Libye par le sionisme allié au wahabisme????
    (…)




    25



    8
    FATEM95
    17 février 2018 - 9 h 38 min

    Ce message veut tout dire de la part de Bouteflika , votre révolution raté qui a détruit la Libye ,etes vous conscients
    comprendre par là que ce message est le rappel d’un couteau remué dans la plaie de cet abcès purulent qu’est devenue
    la Libye pompé par les occidentaux pour son pétrole , il reste les yeux aux Libyens pour pleurer !




    34



    10
    EL FELLAG
    17 février 2018 - 9 h 29 min

    Les nouveaux héros un pas en avant dix pas en arrière attention les dégats;cautionné l’extermination d’un peuple frère par des ennemis commun; cela est irrésponsable et non amicale; Mr Kadafi allah yarahmou,malgré il était dictateur mais il combattu la corruption et les inégalités et meme l’injustice.




    25



    11
    Anonyme
    17 février 2018 - 8 h 25 min

    La diplomatie l exige et le pragmaisme est une strategie qui donne des resultats.
    On ne peut plus retourner en arriere c est l histoire qui s en charge.Aujourd hui le plus important c est d aider les Lybiens de retrouver la paix et de s entendre….Bouteflika a bien reagi.




    20



    18
    Moh
    17 février 2018 - 7 h 50 min

    Ces félicitations sont elles destinées à Sarkozy ?




    28



    10
    nectar
    17 février 2018 - 7 h 45 min

    Le roi est mort vive la reine..Pour moi, c’est la pire des ignominies cette révolution anarchique libyenne.. Même si Khaddafi est un dictateur comme la majorité des présidents africains..Il n’y a pas de quoi être fier…ni donner le blanc seing à ce conseil d’affairistes au service de l’occident…




    25



    9
    صالح/ الجزائر
    17 février 2018 - 7 h 38 min

    les libyens avaient le droit de se débarrasser de la dictature keddafienne , mais pas avec la Fatwa des pétrodollars : tuez-le ( اقتلوه ) , et les avions Mirages , Rafales et Tornados .




    30



    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.