Les hospitalo-universitaires solidaires avec les médecins résidents

médecins universitaires
Lors de la manifestation des médecins résidents à Oran. New Press

Par Hani Abdi – Les médecins généralistes et les hospitalo-universitaires apportent leur soutien au mouvement de protestation des médecins résidents qui se poursuit depuis plus de deux mois. Selon des sources sûres, la marche nationale à laquelle a appelé le Collectif autonome des médecins spécialistes algérien (Camra) verra la participation de médecins spécialistes, d’hospitalo-universitaires et de médecins généralistes. Cette marche nationale est prévue pour le mercredi 28 février à Constantine.

Le Camra a lancé un appel à la solidarité des autres médecins afin d’augmenter la pression sur les autorités. Parallèlement à la marche, des sit-in seront organisés au niveau de tous les établissements sanitaires du pays, a précisé le Camra. Les protestataires vont porter des brassards noirs pour afficher leur «ras-le-bol de la situation de crise à laquelle le système de santé est arrivé». «Assistants solidaires avec résidents», et «Santé en détresse» sont quelques slogans de la marche de Constantine à travers laquelle le Camra voudrait afficher son attachement à sa principale revendication relative à la suppression du caractère obligatoire du service civil.

Il est à préciser que les médecins résidents, qui n’ont pas fait d’examens depuis le début de l’année, se dirigent vers une année blanche à travers les différentes facultés de médecinse que compte le pays. A Oran, les médecins résidents ont déjà déclaré l’année blanche. Il est à souligner que plusieurs réunions de concertation avec le ministère ont eu lieu ces dernières semaines sans qu’il y ait d’accord entre les deux parties. Le ministère propose de revoir le service civil, les médecins résidents exigent son abrogation.

H. A.

Comment (7)

    Kassaman
    27 février 2018 - 11 h 35 min

    Ils savaient tous très bien en commençant leurs études de médecine qu’ils auraient, en échange de la totale prise en charge de leurs longues études, à effectuer un service civil. Ils n’ont pas été pris par surprise!
    Et maintenant qu’ils ont bien « mangé », ils « exigent » de ne pas remplir leurs obligations!!!
    Cette notion de service civil obligatoire existe dans biens des pays pourtant.

    1
    2
      Zaatar
      27 février 2018 - 12 h 44 min

      Leurs études ont été pris en charge comme tous les autres Algériens qui ont fait des études. et parmi eux beaucoup sont à l’étranger pour rendre service ailleurs et personne ne s’en soucient. Certes ils savaient qu’il y a un service civil et pour vous ce service civil ne doit pas évoluer. Les conditions d’avant doivent les mêmes que celles d’aujourd’hui. Mais bon dieu mais à qui à t’on à faire. On comprend mieux pourquoi le régime pourri que l’on a depuis l’indépendance à nos jours tient encore et tiendra encore très longtemps…

      2
      1
        Kassaman
        27 février 2018 - 18 h 16 min

        Le caractère obligatoire de ce service civil peut bien évidemment évoluer. Mais il faudra d’abord que nous ayons la certitude que les futurs médecins aient un minimum de sens civique et s’installent d’eux-même, pour un certains temps, dans les contrés reculées de notre vaste pays. Toutefois en les regardant défiler ainsi je doute de leur reconnaissance vis à vis du peuple Algérien qui finalement paye leurs études.

    PREDATOR
    26 février 2018 - 23 h 19 min

    Une bande d’assoiffés de flouss alors qu’ils sont très bien lotis
    ils veulent la lune
    Ils profitent du vide

    4
    8
      Zaatar
      27 février 2018 - 12 h 39 min

      Et qui ne serait pas assoiffé de flouss dans ce monde? et qui est très bien loti et par rapport à quoi ou à qui? ils sont où les référentiels pour parler ainsi? Aussi, est ce qu’un médecin résident est mieux loti qu’un député? ou qu’un ministre? ou qu’un industriel? ou qu’un nanti du pouvoir? ou qu’un thuriféraire?…etc. Et qui ne voudrait pas se remplir les poches dans ce bled ou personne ne travaille et personne ne produit quoique ce soit et que tous se nourrissent uniquement de la rente pétrolière? et ne venez pas me dire le contraire, si le pétrole et le gaz venaient à se tarir chez nous adieu la baraque et bonjour le chaos général, n’est ce pas? réfléchissez avant d’écrire comme ce que vous avez écrit. Je suis certain que vous connaissez le fond du problème de ces médecins que je défend par principe relativement à l’état de notre pays et où il a été conduit par nos « vénérables » responsables depuis l’indépendance à nos jours.

      2
      1
    PREDATOR
    26 février 2018 - 23 h 16 min

    C’EST DU CHANTAGE
    L’ARGENT N’A PAS D’ODEUR

    4
    7
    Anonyme
    26 février 2018 - 19 h 55 min

    « médecins résidents » « une année blanche  » ???
    la bouillabaisse, les revendications qui changent d’une wilaya à l’autre. les hyènes n’attendent que le moment propice pour dépecer cette ALGERIE servie par ses enfants .le bougnoul restera le bougnoul même s’il se prend pour un « démocrate » à leurs yeux.nos martyrs qui ont appris la leçon , ils ont mis out ses adeptes de la tyrannie et autre esclavagistes.

    6
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.