Dix ressortissants algériens arrêtés en Espagne pour agressions sexuelles

agression Espagne
L'enquête pour viol contre mineures se poursuit. D. R.

Par R. Mahmoudi – Dix ressortissants algériens ont été arrêtés cette semaine dans la ville d’Alicante (est de l’Espagne) et ont été présentés, jeudi, devant la justice pour agressions sexuelles contre trois mineures, rapporte la chaîne de télévision Al-Arabiya sur son site Internet.

Selon la même source, la police espagnole a déclaré, dans un communiqué, que les personnes mises en cause «avaient offert des stupéfiants et de l’argent aux trois adolescentes âgées de 14, 15 et 17 ans pour les attirer et les emmener dans un appartement où ils ont abusé d’elles».

Selon la même déclaration, «les trois jeunes filles s’étaient enfuies de l’internat d’une école pour jeunes en difficulté de la ville d’Alicante. Une d’entre elles aurait été, d’après la police, enfermée pendant 24 heures et abusée sexuellement par les éléments du groupe». La police espagnole affirme avoir retrouvé deux victimes, tandis que la troisième, âgée de 17 ans, était toujours recherchée.

Cette affaire ne manquera pas d’attiser les discours de xénophobie en Espagne, où les migrants algériens sont particulièrement maltraités. L’annonce, en novembre dernier, de la présence de 562 «harraga» algériens dans établissements de détention espagnols a suscité une vive polémique.  Dépêché à Alger le 22 novembre, le ministre de l’Intérieur espagnol, Juan Ignacio Zoido, a estimé que cette décision, même si elle est dénoncée par des ONG de défense des droits de l’Homme, répondait à la nécessité de garantir à ces migrants, «les moyens sanitaires, de douche, de chauffage… que de les mettre dans des campements comme font certains pays». «Nous ne pouvons accepter que, sous prétexte qu’arrivent autant de bateaux et que nous puissions les sauver, que ces personnes restent en liberté», a ajouté le ministre.

En janvier, la mort d’un ressortissant algérien, Mohamed Bouderbala, dans un de ces centres de détention, a relancé la polémique. Les autorités espagnoles avaient conclu à un suicide, avant qu’un journaliste espagnol ne remette en cause cette version des faits, en affirmant que la victime a succombé à ses blessures après avoir été passée à tabac par des agents de la police espagnole. Fortement médiatisée, cette affaire a poussé le ministère des Affaires étrangères à convoquer le chargé d’Affaires espagnol à Alger et le ministre de la Justice à demander le rapatriement du corps de la victime pour effectuer une autopsie en Algérie.

R. M.

Comment (9)

    TARZAN
    24 mars 2018 - 9 h 46 min

    ATTENTION LES MAROCAINS SE FONT SYSTÉMATIQUEMENT PASSER POUR DES ALGERIENS COMME C’ETAIT LE CAS EN ALLEMAGNE. AUX ESPAGNOLES D’ETRE SUR LA NATIONALITE DES VIOLEURS AVANT DE SALIR UN PAYS ET SA POPULATION. EN FRANCE? SELON UNE SOURCE JUDICIAIRE, TOUS LES MAROCAINS ARRETES POUR DELIT SE PRESENTENT COMME ALGERIENS, ET C’EST GRACE AUX INTERPRETES ALGERIENS QUE LA TROMPERIE EST MISE A JOUR. ET TOUS LES SANS PAPIERS MAROCAINS SE FONT PASSER POUR DES ALGERIENS EN EUROPE ET DANS LE MONDE; CA DEVIENT UN VRAI PROBLEME POUR L’ALGERIE SACHANT QU’IL Y A 12 MILLIONS DE MAROCAINS CONTRE 4 MILLIONS D’ALGERIENS DANS LE MONDE

    4
    3
    Anonyme
    24 mars 2018 - 2 h 47 min

    Pourriture, abjects. Algériens ou pas, les violeurs sont tous pareils.
    ils ont brisé à jamais, la vie de 3 jeunes mineures. J’espère qu’ils recevront le châtiment qu’ils méritent.

    Falcondz
    23 mars 2018 - 20 h 46 min

    Quand les marocains se font arrêter ils disent systématiquement qu’ils sont algériens et sans papiers.
    Attendons la suite avant de propager ces accusations.

    12
    5
      sabrina
      24 mars 2018 - 1 h 02 min

      je ne crois pas une seule seconde a cette histoire un coup monté en se moment tout le monde porte plainte pour viol bien voyons es ce que en Algérie ils ont commis cette acte abject ? pourquoi partir en Espagne pour séquestrer des mineurs il y a anguille sous roche et en même temps un attentat en France par un marocain !!!! a vérifié j’espère que l’Algérie va faire son enquête

      5
      5
    R. B
    23 mars 2018 - 20 h 11 min

    Salam à tous s’il s’avère que les faits sont prouvés, on peut avoir honte de ces pourritures qui ternissent l’image de l’algérie, il faudrait demander leur extradition en Algérie et les châtier comme il se doit, nos dirigeants ou pseudos dirigeants ont l’occasion de prouver qu’ils existent….

    10
    3
    kahina-DZ
    23 mars 2018 - 18 h 51 min

    Quand les salafistes leurs apprend des mensonges en disant que le prophète (SAW) s’est marié avec une fillette de 7 ans, ils ont compris que c’est hallal partout.

    La prison à perpétuité.
    ….

    21
    9
      Moh
      23 mars 2018 - 20 h 36 min

      C’est des jeunes très loin des salafistes, ils vivent de petits vols et trafiques de drogues, ils boivent et s’en foutent complètement de la religion, c’est le cas de la majorité des harragas y compris en France.

      11
      1
    Anonyme
    23 mars 2018 - 18 h 26 min

    Il faut que la justice Algérienne s’occupe de ces violeurs quand ils rentrent au pays pour avoir sali l’image du pays.

    32
    1
    Djeha Dz.
    23 mars 2018 - 18 h 19 min

    L’abus sexuel sur des mineures est acte abominable et ne saurait être toléré d’où qu’il vient et quelque soit l’endroit où il est commis.
    Que la justice soit appliquée dans toute sa rigueur, d’autant plus qu’il y a également séquestration de personnes et viol collectif, selon l’information rapportée.

    Tous mes regrets et toute ma sympathie aux victimes et à leurs parents.

    35
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.