Bouazgui : «Les agriculteurs seront accompagnés dans les différentes filières»

Bouazgui filières agricoles accompagnées
Abdelkader Bouazgui, New Press

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a indiqué samedi à Mila que les agriculteurs seront accompagnés dans les différentes filières, notamment dans l’opération de stockage de l’ail avec l’objectif «d’assurer sa commercialisation à travers le pays et la possibilité de procéder à son exportation».

S’exprimant au cours d’une visite effectuée à la ferme pilote Maazouzi Lakhdar d’Oued Endja, où une exposition sur le secteur agricole de la wilaya a été présentée, M. Bouazghi a souligné que «la wilaya de Mila constitue un pôle d’excellence dans la production de l’ail particulièrement», ce qui implique, a-t-il affirmé, d’œuvrer à faire de cette région «un pôle national d’excellence dans l’exportation de cette matière en vue de réduire la facture d’importation».

Il a dans ce contexte rappelé que pas moins de 10 000 quintaux d’ail ont été importés la saison dernière, affichant l’ambition de son département d’arrêter toute importation d’ail «dès 2019».

M. Bouazghi, valorisant l’expérience du partenariat public-privé dans la ferme pilote d’Oued Endja, a attesté de l’efficacité de cette stratégie qui permet, selon lui, «d’augmenter la valeur ajoutée du secteur agricole et d’en diversifier les activités».

La superficie dédiée à la culture de l’ail dans la wilaya de Mila est estimée à 1 900 hectares, dont la plupart sont localisés dans le sud de la région, a-t-on noté, ajoutant que la direction des services agricoles table sur la collecte de plus d’un million de quintaux de cette plante potagère pour l’exercice en cours.

In situ, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui, a appelé à l’intensification de l’accompagnement des agriculteurs et à une meilleure organisation en vue de valoriser les filières agricoles.

Il a aussi insisté sur l’octroi de concessions dans le secteur des forêts comme «moyen de lutte contre les feux de forêts».

M. Bouazghi a mis l’accent sur la nécessité de développer l’agriculture de montagne, notamment dans les filières oléicole, arboricole et apicole, saluant les efforts déployés dans la wilaya de Mila dans le domaine de l’oléiculture, qui totalise 11 000 hectares.

Le ministre de l’Agriculture devra inspecter un complexe laitier à Oued Athmania, avant de poser la première pierre du complexe de stockage de céréales d’une capacité de 50 000 tonnes à Teleghma et de visiter une unité de transformation de tomate d’une capacité de production de 1 300 tonnes/jour.

R. E.

Comment (2)

    Mohamed
    1 avril 2018 - 10 h 37 min

    Pourquoi ce ministre ne veut pas développer l’agriculture viticole (le vin) ? Parce que grâce aux camps de raisins que nous avons à l’ouest et vers la Kabylie, nous pouvons être les plus grands producteurs de vins dans le monde surtout que sa gagnera beaucoup plus d’argent pour le pays. N’oublions pas que quand l’Algérie était française, vers 1930, l’Algérie était le quatrième pays (même si c’était une colonie) qui produisait le plus de vins dans le monde ! Il faut soutenir ce domaine, pareil pour la clémentine et l’orange, si nous produisons beaucoup de ces deux fruits, nous pourrons avoir un énorme succès, que ce soit dans notre nation ou dans le monde ! Et juste une dernière chose, arrêtez de détruire notre magnifique patrimoine naturel avec votre foutu béton !

    1
    4
    TOLGA - ZAÂTCHA
    1 avril 2018 - 1 h 37 min

    Monsieur le Ministre, vous êtes à féliciter pour ces mesures d’accompagnements en faveur de nos agriculteur. Mais une chose, cependant, m’interpelle. Je lis que vous êtes pratiquement Ministre de trois ministéres… N’est-ce pas trop pour vous ? Alors que la raison et un esprit rationnel voudrait que le ministère de l’AGRICULTURE soit autonome car il est très important du fait qu’il soit un ministère STRATÉGIQUE pour l’avenir de notre pays. Il faut que nos décideurs se mettent dans la tête que dans très peu d’années nous n’auront plus de pétrole. Et SEULE l’AGRICULTURE va être notre seule ressource qui va sauver notre pays et notre peuple de la faim et de la misère. Dèlors, il faut commencer par créer UN MINISTERE de L’AGRICULTURE. C’est vital. Imaginez un seul instant notre sud verdoyant où l’eau de nos nappes albiennes peuvent pousser au développement de notre agriculture dans le sud et créer des millions d’emplois pour nos jeunes du sud et du nord. Et arrêtez de grâce de massacrer nos plaines côtières du nord en mettant du béton qui a envahi nos belles plaines du RIO SALADO en Oranie et la MITIDJA au Centre et les magnifiques plaines du SEBOUZE à l’Est….. Car après le pétrole, IL NE NOUS RESTERA QUE L’AGRICULTURE POUR LES GENERATIONS FUTURES. Arrêtez cet ASSASSINAT PROGRAMME. Et n’oubliez surtout pas de CREER….. UN MINISTERE DE L’AGRICULTURE. Pas comme vous faites ou comme « ils » vous imposent : UN MINISTERE de…… L’AGRICULTURE, du DEVELOPPEMENT RURAL (!?) et de LA PÊCHE !!! Mais c’est totalement voire complètement RIDICUL Monsieur le Ministre !!!!!

    10
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.