France : 20 étrangers «radicalisés» expulsés en 2017

Collomb étrangers radicalisés expulsés
Gérard Collomb. D. R.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérard Collomb, a indiqué samedi via son compte Twitter que pas moins de 20 étrangers considérés comme «radicalisés» par le gouvernement français ont été expulsés sur l’année 2017.

Il s’agit, selon Gérard Collomb, d’un record. Il y a eu en 2017, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation religieuse, pas moins de 20 expulsions d’étrangers menées par le ministère de l’Intérieur français.

Répondant à la récente polémique lancée par une partie de la classe politique française, qui réclame notamment l’incarcération de l’ensemble des fichés S ou encore l’interdiction du salafisme, Gérard Collomb a expliqué via son compte Twitter que la détention des fichés S n’est pas envisageable dans la mesure où «l’inscription n’est pas une preuve de culpabilité», appuyant son propos avec le témoignage de Frédéric Péchenard, ancien directeur de la Police national, qui avait récemment expliqué la même chose.

Le ministre de l’Intérieur a, en revanche, fait savoir que le gouvernement avait procédé à «20 expulsions en 2017», précisant qu’il s’agissait d’un «record».

Dans une interview parue samedi dans le journal Ouest-France, Gérard Collomb est revenu sur les attentats perpétrés par Radouane Lakdim, le 23 mars dernier, et qui ont fait 4 morts et 16 blessés, en déplorant que, malheureusement, le passage à l’acte était «difficilement prévisible» malgré la surveillance dont le terroriste faisait l’objet.

R. I.

Comment (3)

    Les Égarés Wahabites
    1 avril 2018 - 22 h 50 min

    Ces Radicalisé Islamistes Frères Musulman du Djihad Wahabites aime la France pour le RSA..Allocations Chomage..Cmu..mais detestent les Kouffars !…Merci Mr le Ministre et pourriez vous centupler les expulsions de ces dechets humains qui se croient le groupe sauvé qui ira au paradis et le reste du monde en Enfer !!…c’est t’y qu’ils auraient un laisser passer 😉..🔊📞..✨…!!?

    Vangelis
    1 avril 2018 - 16 h 22 min

    Il est curieux que ce ministre ne donne pas la nationalité des radicalisés expulsés de France.

    Il est quasi certain qu’il s’agisse de sujets de la narco-terro-monarchie qu’il ne nomme pas en raison de la politique envers ce pays de tout lui permettre y compris favoriser l’immigration clandestine, y compris le trafic de drogues et y compris le terrorisme puisque c’est précisément le triptyque du fonds de commerce de cette monarchie.

    On remarquera que lorsqu’il s’agit de sujets, soit ils ne sont pas nommés, soit ils diront  » nord-africains  » mais lorsqu’il s’agit d’un algérien, même bi national et vivant dans cette France, il accentueront le trait par désinformation en ne collant que la nationalité algérienne au concerné.

    1
    6
    socrate
    1 avril 2018 - 12 h 38 min

    C’est tout ? Mais c’est des centaines, des milliers qu’il faudrait renvoyer ! Ces criminels n’ont rien à faire en France.

    11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.