Réponse et questions au professeur Merdaci sur le fonctionnariat

Benaissa
Slimane Benaïssa. D. R.

Par Kaddour Naïmi – J’ai toujours lu avec intérêt et apprécié vos contributions au sujet des artistes et des intellectuels. Les deux dernières concernant Slimane Benaïssa sont dans cette veine(1). Cependant, vous vous étonnez de sa nomination à un poste administratif algérien. A mon tour, je m’étonne de votre étonnement.

Peut-on s’étonner de la nomination d’un personnage tel que celui que vous décrivez à un poste administratif ? Le principe de tout Etat dominateur n’est-il pas de nommer des serviteurs, des fonctionnaires, c’est-à-dire des individus qui savent «fonctionner» pour satisfaire les intérêts de ceux qui les nomment ? Sinon, comment expliquer toutes les Algériennes et tous les Algériens, dans tous les domaines de l’activité sociale, à l’intérieur du pays comme dans la diaspora, qui sont ignoré-e-s, écarté-e-s et même calomnié-e-s par les «fonctionnaires» et les porte-voix de ceux qui détiennent le pouvoir en Algérie ?

Votre étonnement ne vous semble-t-il pas dédouaner ceux qui ont nommé ce monsieur au poste que vous indiquez ? Ne tombez-vous pas dans le piège qui consiste à croire que les décisions prises par les détenteurs de l’autorité ne sont que des erreurs involontaires, mais que les intentions sont bonnes ? Ne croyez-vous pas qu’au contraire ces décisions sont le résultat logique d’une stratégie de domination sociale bien conçue par les «experts» et «conseillers» de ces détenteurs de l’autorité ? Autrement, comment expliquer ce que tout le monde constate en Algérie : dans tous les domaines de la vie sociale, la médiocrité des «responsables», ce qu’on appelle leur incompétence ? Mais cette incompétence n’est-elle pas, précisément, la caractéristique indispensable dans un régime oligarchique, même s’il se prétend démocratique ? Existe-t-il une personne, réellement compétente, ayant le sens de sa dignité et la conscience de son devoir de servir le peuple, se réduire au rôle de larbin, parce que soucieux de «carrière» ?

Cependant, l’incompétence se manifeste uniquement au détriment du peuple ; elle n’empêche pas les fonctionnaires en question d’avoir la «compétence» de se servir de salaires plus que confortables et de privilèges scandaleux.

Permettez-moi trois proverbes populaires. Le premier est algérien : «Dîr kima jârak, walla haoual bâb dârak» (fais comme ton voisin, sinon déplace ta maison) ; le deuxième est chinois : «Le chien suit le chien, et la poule, la poule» ; le troisième est italien : « Quand le bon Dieu joue de la musique, les anges dansent.» Autrement dit, la nomination d’un fonctionnaire, quel que soit le pays, ne reflète-t-elle pas l’orientation du régime en place ? Et, dans le cas où les détenteurs de ce dernier s’apercevraient que ledit fonctionnaire sert non leurs intérêts, mais ceux du peuple, n’est-il pas rejeté et, si nécessaire, en le calomniant d’une manière ou d’une autre ?

Revenons au cas particulier examiné dans vos deux dernières contributions. Que gagnerait le peuple à remplacer un «naturalisé honteux» par un bureaucrate qui n’a jamais quitté le pays mais qui, cependant, est un fonctionnaire «fonctionnant» correctement dans le régime en place ? De ce genre de fonctionnaire, j’ai personnellement pâti récemment, précisément au Théâtre régional de Béjaïa(3). Ajoutons une deuxième information. J’ai récemment écrit un courriel au nouveau nommé directeur du Théâtre régional d’Oran, en proposant la réalisation d’une pièce théâtrale ; cependant, pour éviter tout malentendu à ce fonctionnaire, j’ai joint la copie d’un article qui explicite ma position sociale et artistique, non conformiste (4). Pas de réponse jusqu’à ce jour. Qui lira l’article en question comprendra aisément le motif du silence du nouveau fonctionnaire.

A ce propos, combien sont les personnes nommées à des postes (quel que soit le domaine social) où le fonctionnaire s’active réellement au service du peuple, sans finir, tôt ou tard, par être écarté, sous un prétexte ou un autre ? Peut-on faire «carrière» sans être un béni-oui-oui du régime ?

La nomination d’un «naturalisé honteux» a, cependant, l’avantage de rendre l’imposture plus flagrante, et la honte plus honteuse. Elle montre également l’art de certains individus d’avoir le beurre (le poste administratif avec ses avantages) et l’argent du beurre (la prétention de servir le peuple). Nous sommes encore dans cette ignoble situation, si fatale au peuple, non seulement en Algérie, mais partout dans le monde. La solution ? Existe-t-il une autre que changer non pas de personnes au pouvoir (et de fonctionnaires nommés par eux), mais de système de pouvoir (et de nomination de fonctionnaires) : non plus autoritaire vertical, mais démocratique horizontal, par l’établissement d’une société réellement libre et réellement solidaire ?

K. N.

[email protected]

(1) https://www.algeriepatriotique.com/2018/03/28/contribution-dabdellali-merdaci-breve-adresse-a-naturalise-honteux/ et https://www.algeriepatriotique.com/2018/03/30/mise-point-merdaci/

(2) Voir « Éthique et esthétique au théâtre et alentours », livres 1, 2 et 3, librement accessible ici : http://www.kadour-naimi.com/f-ecrits_theatre.html

(3) Idem, livre 4 : Retour en zone de tempêtes.

(4) https://www.algeriepatriotique.com/2018/03/10/comment-retrouver-le-public-au-theatre-et-ailleurs/

Comment (8)

    unrevenant
    13 novembre 2018 - 17 h 45 min

    La nationalité de BENAISSA m’importe peux, je l’ais connu Algérien point barre.
    Ce qui m’importe au regard de sont expérience étrangère et découverte qu’apporte t’il comme expérience nouvelle au théâtre algérien?
    A mon grand regret rien.
    IL REVIENT AVEC DU RÉCHAUFFE et une mise en scène et un jeux des année 80 alors que le théâtre dans sa conception vie une révolution tant sur la mise en scene que sur le jeux.
    Ton bateau ivre a coulé. Ton retour EST UN ECHEC ARTISTIQUE.
    Par contre ta trésorerie ce porte mieux. Quel dommage pour ton imagination fertile et ta verve cinglante

    Anonyme
    1 avril 2018 - 9 h 27 min

    tous ces sionistes intégrés dans la politique algérienne! on a du travail!! quant à ce BENAISSA il faisait uqoi en Suisse en 1995 ???

    2
    4
    Aldjazairi
    31 mars 2018 - 12 h 33 min

    Monsieur , vous avez touché solb Al maoudou3…..Ainsi je peux comprendre vos «  tracas » avec les « Fonctionneurs » qui en fait sont en PANNE de Vie Digne et Libre .

    4
    5
    Argentroi
    31 mars 2018 - 12 h 06 min

    Mais au juste, que reprochez-vous à Slimane Benaissa ! Il est algérien avec une double nationalité et alors ! En 1993, fuyant la mort et devant les difficultés de l’exil , que l’étroitesse de certains ne peut saisir, il s’est naturalisé français pour au moins profiter, je suppose, de l’aide au logement et au RMI car il faut savoir que les algériens nés avant janvier 1963 sont, sous certaines restrictions administratives, considérés comme français. De quel anticonformisme peut-on s’enorgueillir quand on rejoint le chauvinisme le plus étroit qui veut se faire un simple homme de théâtre qui a voulu sauver sa tête quand d’autres se faisaient tout petits dans leur bunker comme Ouyahia qui reprochait à ceux qui combattaient l’intégrisme à mains nues de fuir. Non, ce n’étaient pas des poltrons ceux qui ont pris le chemin de l’exil en ces années-là, c’étaient des résistants qui se repliaient.
    Le professeur Merdaci veut nous citer les artistes du théâtre de Constantine comme étant des résistants parce qu’ils sont restés sur place : ils sont certes des résistants du seul fait que ce sont des hommes et femmes de théâtre, mais ce n’est pas parce qu’ils sont restés. Car pour être un résistant lors de situations exceptionnelles comme lors des années 1990, il faut agir dans un cadre précis qui n’existait même pas en ce temps-là ou du moins qui était dans un état embryonnaire, alors qu’on ne me parle pas de résistance quand on tout le monde se laissait égorger à chaque virage, à chaque sortie d’immeuble, en pleine rue, chez soi, partout. J’ai vu des écoles, des mairies dynamitées, des régions désertées etc. L’horreur, la désolation et l’angoisse étaient partout et l’état qui cafouillait ! Alors, qu’on ne vienne pas reprocher à quelqu’un qui s’est exilé auparavant d’être revenu 25 ans après et prétendre, toujours pour survivre, à un poste. C’est de la pure HOGRA contre un homme qui n’a fait aucun mal.

    16
    4
    Anonyme
    31 mars 2018 - 11 h 23 min

    Le sujet n’est pas le fonctionnariât ni vous ! Mais Benaissa et sa nationalité!

    7
    6
      Anonyme
      31 mars 2018 - 15 h 32 min

      Benaïssa est à 100 % algérien ! Acquérir une seconde nationalité n’annule pas la première ni ne la diminue, d’aucune façon d’ailleurs. La loi algérienne en la matière le confirme.
      Si vous avez des preuves que Benaïssa n’est plus algérien ou l’est juste à 20 % ou à 70 %, alertez au plus vite les services de sécurité, saisissez la justice, alertez les médias…etc.

      14
      3
      Anonyme
      31 mars 2018 - 17 h 58 min

      mais l’ancien ministre du pétrole,poste hautement stratègique,n’avait -il pas une deuxieme nationalité,américaine et algerienne?

      27
        Anonyme
        31 mars 2018 - 19 h 54 min

        Et il est loin d’être le seul en l’occurrence. D’autres ministres sont dans ce cas, et il n’y a pas que les ministres !

        10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.