La révision des subventions renvoyée à après la présidentielle de 2019

Ouyahia révision subventions
La révision des subventions n’interviendra qu’après la présidentielle de 2019. New Press

Par Hani Abdi Le gouvernement a finalement repoussé la révision de la politique des subventions jusqu’à l’après-présidentielle. C’est ce qu’a affirmé le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, lors de sa conférence de presse animée aujourd’hui au Centre international des conférences (CIC) à Alger.

«Nous allons revoir la politique des subventions publiques aux produits de première nécessité. Le système actuel est dépassé. Le gouvernement tient à rassurer que les couches défavorisées ne seront pas touchées par cette révision. Les autorités veilleront aussi à sauvegarder la classe moyenne qui est la colonne vertébrale de l’économie d’un pays», a assuré le Premier ministre, qui fait état d’un recensement national qui va être réalisé cette année par l’Office national des statistiques afin d’avoir une cartographie précise des poches de populations défavorisées.

La révision des subventions n’interviendra donc pas cette année ni même au début de l’année 2019. Cette question sensible, en ce sens qu’il y a beaucoup d’oppositions à l’abandon du système actuel des subventions, ne sera traitée qu’après la présidentielle de 2019. Le Premier ministre a annoncé que le travail commencera en juin 2019. Mais, a-t-il indiqué, un travail de préparation se fait déjà au niveau du ministère des Finances.

Selon lui, «deux ateliers chargés d’élaborer le nouveau système des subventions» vont être installés. Le premier atelier est installé au niveau du ministère des Finances. Il travaille en collaboration avec la Banque mondiale pour bénéficier des expériences étrangères. Le deuxième atelier est au niveau du ministère de l’Intérieur, il est le plus avancé en matière de maîtrise de l’outil informatique. Il est chargé de nous donner toutes les données sur la situation des familles.

La question de la révision de la politique des subventions, évoquée plusieurs fois par des membres du gouvernement, plus particulièrement le ministre des Finances, a suscité beaucoup de critiques de la part de l’opposition. Le Premier ministre a eu à préciser que les subventions ne seront pas supprimées, affirmant qu’il y aura plutôt un ciblage afin qu’elles n’aillent pas dans les poches de ceux qui n’en ont pas besoin.

H. A.

Comment (2)

    Anonyme
    15 avril 2018 - 15 h 13 min

    Un quelconque écolie très discipliné, pas forcément brillant ou créatif, qui a appris sa leçon par coeur, et qui vient la réciter devant peuple. Le maitre a dit:
     » Très bien,zéro faute,continuez.
    Merci, vous pouvez rejoindre votre
    place. »




    0



    0
    Felfel Har
    14 avril 2018 - 15 h 19 min

    Qui voit-on sur la photo? « Il professore », fort de son savoir et au sommet de son art: l’esbrouffe, la gesticulation, la comedia dell’arte. Pourtant il peine à convaincre car il ne peut en aucun cas se porter garant de ses promesses, le programme n’est pas le sien et sa marge de manoeuvre est nulle. Des ministres de son gouvernement lui tiennent la dragée haute et n’en font qu’à leur tête. S’il lui restait un peu de jugeote, il ne se prêterait plus à ce genre de prestations qui le fragilisent davantage, en le présentant comme un zélateur écervelé qui ne sait pas qu’il est sur une rampe de lancement et que l’allumage de la mêche est imminent. En fonctionnaire discipliné, il doit se contenter de fonctionner au quotidien, sans faire trop de vagues, elles pourraient lui valoir son poste et ses privilèges qu’il affectionne par dessus tout. Koun Fhel!




    3



    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.