Benghebrit : «Un nouveau projet pour revoir l’organisation des examens est en cours»

éducation nouveau projet sur la révision de l’organisation des examens
La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit. New Press

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a annoncé dimanche à Tissemsilt que son département présentera de nouveau un projet sur la révision de l’organisation des examens.

Lors d’une visite de travail dans la wilaya, la ministre de l’Education a indiqué que ce projet sera élaboré avec le partenaire social en vue de revoir l’organisation des examens avec l’objectif de réduire leurs durées.

Dans ce contexte, elle a insisté sur la nécessité de prendre en considération l’évaluation permanente de l’élève qui se fera dès la première année jusqu’à la 3e année secondaire. Ce projet est en cours de débat, a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, Mme Benghebrit a appelé à la concrétisation d’un projet pilote dans la wilaya de Tissemsilt visant à lutter contre les phénomènes de déperdition scolaire et de redoublement, surtout dans le cycle moyen, indiquant que ce projet doit être concrétisé en recourant aux moyens numériques (enseignement à distance).

La ministre a ajouté que ce projet doit être réalisé avec le concours de l’Office national d’enseignement à distance permettant aux élèves touchés par ces phénomènes de reprendre à distance leurs études.

Elle a également demandé aux responsables locaux de son secteur de trouver des solutions aux élèves ayant abandonné leurs études en cycle moyen.

Mme Benghebrit a inauguré, au cours de cette visite, au chef-lieu de wilaya, un service de médecine du travail relevant de son secteur, deux écoles primaires ainsi qu’un lycée. Ce dernier établissement a abrité des activités culturelles et artistiques à l’occasion de la célébration de Youm El-Ilm (journée du Savoir) correspondant au 16 avril.

La ministre poursuivra sa visite en se rendant au nouveau siège de la direction de l’éducation pour présider une rencontre avec des directeurs d’établissements, des inspecteurs et des représentants des syndicats du secteur ainsi que des parents d’élèves.

R. N.

Commentaires

    MELLO
    15 avril 2018 - 19 h 25 min

    L’éducation nationale reflète inévitablement l’état de conscience d’une large partie juvénile du peuple.
    La classe juvénile Algérienne est entrée, de plein pieds, dans un cycle de refondation de la nature en question , à savoir un renoncement à l’obligation de respect des grandes personnes , une sur-exposition délétère du soit face un milieu social plutôt respectable des percepts de l’Islam et une vision du monde plutôt virtuelle que réaliste. Pourtant, les examens et concours peuvent et doivent constituer des filtres face à cette anarchie sociale qui s’est installée gravement en entraînant la société dans une descente aux enfers.
    Vouloir renoncer à ces épreuves c’est encourager la nullité et l’abêtissement d’une grande partie du peuple, c’est encourager la déperdition des connaissances et la déperdition des découvertes de la science, de toutes les sciences.

    3
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.