Le CNCD-PME réagit aux propos de Cecilia Mamlström

Cecilia Malmström
Cecilia Malmström. D. R.

Par R. Mahmoudi – Après le l’UGTA, le FCE et le CNES, c’est autour du Conseil national de concertation pour le développement de la PME (CNCD-PME) d’exprimer son indignation contre la déclaration faite, il y a quelques jours, par la commissaire européenne du Commerce, Cecilia Mamlström, devant la commission des affaires économiques et des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française.

Lors de son intervention devant le Parlement français, la responsable européenne avait laissé entendre que l’Algérie ne respectait pas ses accords commerciaux avec l’Union européenne. «L’Algérie, beaucoup des choses qu’ils font, ne sont pas en conformité avec nos accords de libre-échange», avait affirmé Cecilia Malmström. «Il faut qu’on trouve des solutions, sinon il faudra évoquer, dans l’accord, les clauses de règlement de différends», avait-elle prévenu.

Dans une déclaration parvenue à notre déclaration, le CNCD-PME ironise sur cette sortie ubuesque de la commissaire européenne, en l’attribuant au poids de la dette européenne et du chômage galopant, et réprouve «la vision d’une Algérie réduite à un simple marché accessible et réservé aux seuls Etats membres de l’Union européenne». Il qualifie cette déclaration de «disproportionnée», au moment où le monde assiste à la montée du protectionnisme dans les pays qui se réclament «les plus libéraux».

Démontant les critiques de la commissaire européenne, le CNCD-PME estime que l’Algérie «n’a jamais failli à ses engagements avec l’Europe, y compris dans les périodes les plus sombres qu’elle a dû affronter seule». Cette organisation défend le droit de l’Algérie, en tant qu’Etat souverain, de «créer les conditions de sa transition économique, du développement de son propre tissu industriel et de la maîtrise de son commerce extérieur».

Expliquant la position des entreprises algérienne, le CNCD-PME relève que celles-ci «veulent agir avec les partenaires économiques européens dans une relation fondée sur la coopération dans un esprit gagnant-gagnant».

Enfin, le CNCD-PME affirme son soutien aux mesures temporaires prises par les pouvoirs publics, lesquelles, dit-il, «impulsent une réelle dynamique de réindustrialisation du pays, condition nécessaire à l’émergence d’une nouvelle économie forte et diversifiée».

R. M.

Comment (7)

    Anonyme
    22 avril 2018 - 11 h 59 min

    Quel cirque..mais CNDC pme que voulez vous dire par gagnant-gagnant…cette terminologie qui date déplus de 15 ans n est plus de rigueurs … si y a un gagnant, il doit y avoir un perdant … donc ce gagnant gagnant c du khorti français pour vous endormir …et oui et vous…vous avalez la couleuvre très facilement.. je pleure mon pays …je pleure l incompétence… je pleure l auto copiage d expression…je pleure que nous sommes associé à cette UE association de malfaiteures et source des futures problèmes algériens. Faite une pause .. résilier cette connerie d association et retournons vers une libertés de transacter librement avec qui on veut et quand on veut

    5
    7
    Vangelis
    22 avril 2018 - 8 h 37 min

    Après x et y aucun membre du gouvernement et à fortiori le ministre des affaires étrangères, du ressort duquel dépend la réponse de l’Algérie, n’est intervenu.

    Même pas le ministre du commerce !

    Apparemment ils préfèrent préserver leurs relations personnelles avec l’U.E que de défendre leur propre pays.

    17
    2
    Rachid Djha
    22 avril 2018 - 8 h 33 min

    Oufff enfin une réaction patriotique !!!

    10
    9
    Makhloufi
    22 avril 2018 - 8 h 32 min

    Je comprend parfaitement la panique de l’UE habituée depuis la signature de l’accord d’association UE-Algerie par Ali Benfliis en 2002 et ayant permis notamment à nous soutirer chaque année pas moins de 20 Milliards d’euros en contre partie de sa quincaillerie obsolète et de son grain punaisé en provenance de la France en particulier.

    17
    9
    Mohamedz
    22 avril 2018 - 8 h 24 min

    Excellente initiative. Maintenant il faut joindre l’acte à la parole.

    16
    9
    BabElOuedAchouhadas
    22 avril 2018 - 8 h 23 min

    Avec un tel patriotisme économique l’Algerie sortira plus tôt que prévu de cette impasse économique n’en deplaise à nos ennemis éternels que dont la France et le Maroc.

    56
    8
    Hamed
    22 avril 2018 - 7 h 37 min

    l’Algérie n’est plus respectee ni ..les marochiens brûlent notre drapeau les Européens cherchent à nous nuire .. ils en profitent ces fumiers… personne au pouvoir pour prendre la défense de la patrie. les criminels profitent…

    12
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.