Il nargue ses détracteurs : Ould-Abbès assure qu’il ne bougera pas du FLN

FLN Ould-Abbès détracteurs
Ould-Abbès répond à ses détracteurs qui ont lancé une pétition pour sa destitution. New Press

Par Hani Abdi – Djamel Ould-Abbès est décidé à rester à la tête du FLN, en dépit des tractations en coulisse pour le faire tomber. S’exprimant aujourd’hui lors d’une rencontre de lancement d’une nouvelle organisation estudiantine «Jil Bouteflika», le secrétaire général du FLN affirme qu’il ne compte pas céder aux pressions et aux manœuvres de «gens intéressés par le pouvoir plus que par le FLN et l’Algérie».

«A ceux qui s’agitent par-ci par-là, je dis qu’ils vaut mieux qu’ils passent à autre chose. Je ne suis pas un looser. Je ne bougerai pas du FLN», lance-t-il devant une assistance médusée. Par cette déclaration, Djamel Ould-Abbès semble vouloir répondre à ses détracteurs qui ont lancé une pétition pour sa destitution. A leur tête, il y a bien sûr le trublion Amar Saïdani, qui enchaîne les rencontres avec des cadres et des membres du comité central mécontents pour diverses raisons.

Le SG du FLN envoie donc un nouveau message à tous ceux qui réclament sa tête ouvertement, comme le sénateur de Blida, Benzaïm, mais aussi à ceux qui le font dans les coulisses, comme Mohamed Alioui, l’indéboulonnable secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA). Pour Djamel Ould-Abbès, l’heure de la récréation est terminée. Il n’est plus possible de destituer le secrétaire général du parti à travers de «basses manœuvres».

Le secrétaire général du FLN se targue ainsi de jouir de la pleine confiance du chef de l’Etat, qu’il appelle une nouvelle fois à poursuivre sa mission à la tête de l’Etat. Djamel Ould-Abbès, qui a déjà lancé un défi à Amar Saïdani, juge visiblement nécessaire de faire une autre mise au point et de réaffirmer son pouvoir au sein du parti.

Cette nouvelle réaction de Djamel Ould-Abbès cache mal le malaise régnant aussi du FLN, depuis que l’ex-secrétaire général, Amar Saïdani, s’agite pour, dit-on, reprendre sa place perdue à la tête de ce parti, après sa démission forcée en octobre 2016. L’ex-secrétaire général du FLN, Amar Saïdani, ne lâche pas, malgré les mises en garde d’Ould-Abbès. Il laisse entendre qu’il a été mandaté en haut lieu pour démettre l’actuel SG de son poste.

Ce qui est difficile à faire croire aux cadres du parti, qui connaissent les liens existant entre Ould-Abbès et Bouteflika. Pour qui roule dans ce cas Amar Saïdani, qui tente de revenir sur la scène politique, après avoir échoué une première fois en novembre 2017, à la veille des élections locales ?

Amar Saïdani avait contredit totalement le discours de campagne de son «successeur» ou «remplaçant», Djamel Ould-Abbès, qui ne cessait de se référer au FLN historique en tant que «dépositaire de l’indépendance de l’Algérie». Aujourd’hui, Amar Saïdani estime qu’Ould-Abbès est mou face au concurrent direct du FLN, à savoir le RND.

Toute cette agitation semble donc avoir un lien avec la présidentielle de 2019.

H. A.

Comment (6)

    LE BOULEVARD
    29 avril 2018 - 8 h 36 min

    M Ould abbas ! les étudiants que vous appelez »jil Bouteflika » sont tous des chômeurs et qui vieillissent chaque jour et ont perdu l’espoir de trouver un job .je vous donne un exemple bien édifiant: au boulevard où logent les directions ENTV , ENRS on ne veut pas recruter les enfants des anciens travailleurs et on a même fermé la porte aux retraités de ces deux entreprises et prolongé la retraite jusqu’à 65 ans pour des grabataires qui baillent aux corneilles et se roulent les pouces derrière leurs bureaux feutrés ,pensez-vous que cette manière de faire est juste. était- ce la politique du FLN d’antan ? Allah yarahmak ya si Abderrahmane Laghouati et comme dirait le brave Hakim Laalam :fumons du thé le cauchemar continue. n’est pas Aissa Messaoudi qui veut

    19
    3
    Rascasse
    29 avril 2018 - 5 h 46 min

    Cette caste de grabataire conseillée et portée par de jeunes loubards constituant une pyramide où une fois n’est pas coutume la base de la pyramide est plus régalienne que le sommet gouverne par la manipulation la création du problème et de la solution, ils sont tous les mêmes il n y’a ni lutte ni conflit

    26
    5
    Cauchemar
    29 avril 2018 - 0 h 17 min

    Ce mec est le cauchemar de tous les Algériens. Il se prend sérieusement pour le sauveur du pays.
    Il s’est arrangé à ce que de braves gens de Djelfa offre un pur sang arabe à un portrait géant de Boutef.
    Il prend les gens pour des bourricots.
    Quel cauchemar !

    42
    4
    Proposition Indescente !
    28 avril 2018 - 22 h 15 min

    ce n’est pas ses détracteurs qu’il nargue en leur assurant qu’ilne bougera pas de sa place …mais plutot beaucoup plus …regardez vers le ciel …
    O combien de gens ont dit : demain je ferais ceci et cela alors qu’ils ne savaient pas qu’ils allaient à la rencontre du SEUL PROPRIÉTAIRE DE TOUTES LES ÂMES !

    36
    6
    MERCI AP de laisser les lecteurs regarder .
    28 avril 2018 - 20 h 37 min

    il y’a 3 ou 4 jours il lançait :  » montrez moi un seul pays qui a  » construit  » 20 millions de logements pour son peuple  » ?
    à moins que cela soit une émission satirique …je ne vois pas une autre explication …car 20 millions de logements : cela veut tout simplement dire que les 40 millions d’algeriens sont logés !!!!
    ( un appart pour un couple ) !!!!
    j’ai vu cela dans l’emission suivante : https://www.youtube.com/watch?v=tLZ6xYac_Lg
    MERCI AP !!!

    38
    4
    Chaoui
    28 avril 2018 - 18 h 52 min

    Un seul mot : PATHÉTIQUE !
    Après l’Histoire qui a été la nôtre, si nous n’avons rien de mieux que des Ould Abbès et des Amar Saïdani c’est que sommes…damnés !
    Je ne reconnais plus le FLN. Ce parti dont le sigle appartient à TOUTE la Nation, doit être sinon dissous transformé en institution mémorielle avec interdiction à tout Parti politique ou organisation quelle qu’elle soit de se l’approprier.
    Où va-ton ? Où va l’Algérie ?

    38
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.