Ali Haddad : «L’Algérie sera plus forte grâce à la fédération des efforts des travailleurs»

Haddad FCE
Ali Haddad, président du Forum des chefs d'entreprise. D. R.

Le président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, a affirmé, mardi à Hassi Messaoud (Ouargla), que l’Algérie sera à l’horizon 2030 plus forte grâce à la fédération des efforts des travailleurs et des forces vives du pays.

S’exprimant lors d’un regroupement des travailleurs à l’occasion de la célébration de la Fête internationale des travailleurs, Haddad a indiqué que «l’Algérie sera beaucoup plus forte à l’horizon 2030 grâce à la fédération des efforts des travailleurs et des forces vives du pays», estimant que le pays «est en mesure de concrétiser son indépendance économique à moyen terme».

Ceci, a-t-il expliqué, à travers notamment l’appui à toutes les initiatives économiques et dans tous les domaines, la facilitation de l’émergence d’entreprises algériennes et leur accompagnement pour les rendre compétitives et, de là, permettre à la production nationale de couvrir les besoins du pays.

Après avoir appelé aussi au partenariat et à la complémentarité entre les secteurs public et privé, le patron du FCE a fait état de «grandes ambitions» pour le pays, «ne relevant guère de l’impossible» et nécessitant seulement «un resserrement des rangs et une conjugaison des efforts pour atteindre les objectifs escomptés».

Les réformes économiques contenues dans le programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, ont permis l’émergence d’entreprises algériennes «performantes» dans différents secteurs, qui offrent un produit de qualité et en quantités suffisantes pour couvrir les besoins nationaux, atténuer la dépendance de l’étranger et préserver les devises du pays, a-t-il soutenu.

La sagesse et la clairvoyance du président Abdelaziz Bouteflika ont permis à l’Algérie de disposer aujourd’hui de diverses structures dans différents secteurs et d’enregistrer des réalisations colossales constituant le socle à l’édification d’une économie diversifiée et d’un développement durable, a  souligné Haddad.

L’Algérie postindépendance a traversé des étapes cruciales et déterminantes dans son parcours de développement où les travailleurs ont toujours relevé les défis, a poursuivi le chef du FCE, estimant qu’il «nous appartient aujourd’hui de redoubler d’efforts pour relever le challenge et construire une économie nationale solide avec des bras et des idées algériennes et des entreprises nationales performantes».

Pour Ali Haddad, l’Algérie vit des mutations structurelles et une étape importante de son développement économique, s’appuyant sur les cadres nationaux de haute compétence pour l’édifice d’une économie forte, garante de la souveraineté nationale et assurant une vie décente et prospère au travailleur et au citoyen.

Il rappellera, dans ce contexte, le message adressé par le président Bouteflika à l’occasion de la célébration du 55e anniversaire de la double Fête de l’indépendance et de la jeunesse, et dans lequel il a appelé à valoriser davantage les ressources et les atouts, à travers la réhabilitation de la valeur du travail, l’amélioration du climat de l’activité économique et la concrétisation diligente de l’ensemble des réformes nécessaires.

Les festivités officielles célébrant la Fête internationale des travailleurs, présidées par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, ont été organisées à travers un imposant meeting de travailleurs à la base Sonatrach d’Irara à Hassi Messaoud.

R. E.

Comment (5)

    awrassi
    2 mai 2018 - 11 h 32 min

    Que les « patrons » commencent par déclarer leurs employés et à cotiser. On les écoutera après.




    9



    0
    lhadi
    2 mai 2018 - 9 h 28 min

    Il est de mon devoir de citoyen de formuler publiquement des réserves ou des critiques sur la politique conduite par le pouvoir et d’alerter sur un phénomène politique inquiétant : la désaffection à l’égard de la vie publique d’un nombre croissant d’Algériens, qui se traduit dans les élections les plus récentes soit par une abstention record, soit par la montée des extrêmes. J’y voit autant de signes d’une crise, morale et politique, qui peut avoir des conséquences redoutables si rien n’est fait pour la conjurer.

    C’est pourquoi, je juge indispensable d’appeler les Algériens à se ressaisir et à rester fidèle aux idéaux qui ont forgé l’identité algérienne. Je leur demande de respecter, dans la lettre mais aussi dans leur esprit, leurs engagements à n’accepter aucune compromission, et de désapprouver celles ou ceux qui ont préféré les jeux politiques à la voix de leur conscience.

    Conscient de l’ampleur du malaise qui entraine de plus en plus d’Algériens à se réfugier dans l’abstentionnisme ou le recours aux extrêmes, je plaide pour une profonde rénovation du système actuel, devenu à mon sens aussi inadaptés aux réalités de l’époque qu’aux attentes de nos concitoyens.

    Tout doit être mis en oeuvre afin de permettre aux algériens et aux algériennes de mieux exercer leurs droits et leurs devoirs de citoyens. Un grand nombre d’entre eux se sentent tenus à l’écart du débat public, éloignés d’une vie politique qui ne les concerne plus et à laquelle ils aspirent à se voir davantage associés. Les jeunes doivent bénéficier d’un accès plus facile aux responsabilités locales et nationales. ils doivent avoir une plus grande place dans notre vie politique, tant celle-ci me parait inadaptée aux mutations profonde de la société Algérienne.

    Cet effort de renouvellement exige d’établir plus de transparence et de proximité dans les relations entre l’Etat et le citoyen. Je considère donc la décentralisation une des priorité de l’action publique. La prise de décision ne doit plus venir que d’en haut. Le temps est venu d’assurer une meilleur répartition des responsabilités, d’opérer des transferts plus importants de moyens et de compétences au bénéfices des collectivités territoriales, bref d’instaurer une véritable démocratie locale .De tous cotés, s’expriment un besoin croissant d’autonomie, de liberté, d’initiative et d’engagements individuels que les pouvoirs publics n’ont pas suffisamment pris en compte et qui doit conduire, là encore, à une révision profonde des modes de fonctionnement du système actuel.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    17



    11
    NAUSÉES
    1 mai 2018 - 22 h 07 min

    « Le président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad »
    çA ME DONNE DES NAUSÉES A LIRE CE TITRE

    « les travailleurs, Haddad a indiqué que «l’Algérie sera beaucoup plus forte à l’horizon 2030 grâce à la fédération des efforts des travailleurs et des forces vives du pays», estimant que le pays «est en mesure de concrétiser son indépendance économique à moyen terme». »
    PAROLES DE NOTRE BILL GATES

    « Les festivités officielles célébrant la Fête internationale des travailleurs, présidées par le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, ont été organisées à travers un imposant meeting de travailleurs à la base Sonatrach d’Irara à Hassi Messaoud. »
    LA OU SE TROUVE LA RENTE




    28



    2
    Anonyme
    1 mai 2018 - 20 h 24 min

    Depuis quand un chef d association parle au nom de l Algérie. C quoi ça ?




    26



    1
    Chibl
    1 mai 2018 - 16 h 47 min

    L’Algérie sera forte quand ont ne verra plus vos tètes de voleurs, si comme si que cette cervelle d’oiseau pouvait faire des projections jus-qu en 2030 ….




    43



    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.