Ankara interdite d’armes américaines : Trump veut-il éjecter la Turquie de l’Otan ?

Turquie armes Etats-Unis Otan
L’avenir des commandes turques d’armements dépend notamment du Pentagone. D. R.

Par Sadek Sahraoui – Les membres de la Chambre des représentants ont dévoilé cette semaine une proposition de budget annuel de 717 milliards de dollars qui prévoit une suspension temporaire des ventes d’armes à la Turquie. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que son pays réagirait si les Etats-Unis décidaient de cesser de vendre des armes à la Turquie. Dans une interview télévisée, Mevlut Cavusoglu a déclaré que ce projet de budget était illogique et ne correspondait pas au statut d’allié de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) de la Turquie. «Si les Etats-Unis nous imposent des sanctions ou prennent une telle mesure, la Turquie y répondra bien sûr (…)», a prévenu le chef de la diplomatie turque.

L’avenir des commandes turques d’armements dépend notamment du Pentagone, dont il est attendu un rapport sur l’état des relations américano-turques. Mais dans tous les cas, les ventes de matériel militaire seront interrompues jusqu’à l’achèvement du rapport. La Turquie envisage d’acheter plus de 100 avions de combat Lockheed Martin F-35 multifonctions et est en pourparlers avec Washington pour l’achat de missiles Patriot.

Il faut savoir aussi que la Turquie a étonné l’année dernière en signant un accord avec la Russie pour l’achat de missiles sol-air pour renforcer sa capacité de défense. La décision d’acheter des batteries de missiles «non conformes aux règlements de l’Otan» a soulevé des inquiétudes parmi les membres de l’Alliance atlantique, déjà préoccupés par la présence militaire de Moscou au Moyen-Orient. Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo avait lui-même déclaré le mois dernier que les Etats-Unis étaient profondément préoccupés par la décision d’Ankara d’acheter des batteries de missiles S-400 russes.

Mevlut Cavusoglu a rejeté les inquiétudes occidentales et accusé les Etats-Unis de chercher à contrôler les actions de la Turquie. «La Turquie n’est pas un Etat soumis à vos ordres, c’est un Etat indépendant», a fait savoir le chef de la diplomatie turque. Il est possible que ces déclarations aient convaincu les Occidentaux d’éjecter la Turquie de l’Otan. Wait and see…

S. S.

Commentaires

    Anonyme
    7 mai 2018 - 10 h 02 min

    Turquie tu devrez une fois pour toutes choisir ton camp car la ces de l’hypocrisie




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.