Benhabiles : «La solidarité avec les pauvres ne doit pas se limiter au Ramadhan»

CRA Ramadhan
Saïda Benhabiles. New Press

Par Hani Abdi – La présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), Saïda Benhabiles, relève le manque de culture de solidarité chez les Algériens. Intervenant aujourd’hui sur les ondes de la Chaîne III de la radio algérienne, Saïda Benhabiles regrette que l’impressionnant élan de solidarité qu’on voit durant le Ramadhan n’existe pas durant toute l’année. La présidente du CRA rappelle que les pauvres n’ont pas de quoi manger toute l’année et pas uniquement durant le mois sacré de Ramadhan.

Faisant la différence entre la politique de solidarité, qui est l’œuvre de l’Etat, et la culture de solidarité, qui est une pratique de la société civile, Saïda Benhabiles ne cache pas sa déception de voir beaucoup d’associations agir uniquement durant le Ramadhan, comme si le reste de l’année les gens ne sont pas dans le besoin.

Si le sentiment de solidarité envers son prochain est l’une des composantes de la personnalité algérienne, cette valeur ancestrale commence, selon Mme Benhabiles, à laisser place à l’individualisme.

Pour elle, «la solidarité émanant de l’Etat est un devoir», mais elle doit être appuyée par les différents acteurs de la société.

La présidente du CRA a, en outre, dénoncé ces «associations» qui n’existent que sur le papier. Elle appelle ainsi à ce que les associations soient mises devant leurs responsabilités.

H. A.

Comment (8)

    Felfel Har
    18 mai 2018 - 11 h 03 min

    Si la richesse nationale était équitablement distribuée, aucun Algérien ne vivrait dans la précarité. La richesse illégalement accumulée par les uns a considéralement réduit la part qui revient aux autres. Et n’attendez pas d’eux un quelconque geste de solidarité pour venir en aide aux plus vulnérables. Ailleurs dans le monde, ceux, qui ont bâti patiemment et légalement leur fortune, participent à des programmes sociaux et financent des associations caritatives au nom de la solidarité nationale. Aux USA, de nombreux philantropes ont pour nom Bill Gates, Warren Buffett, Ted Turn et leurs contributions se chiffrent pas milliards de dollars. Quid de nos néo-milliardaires? Au lieu d’aider leurs compatriotes, ils les narguent en exhibant ostensiblement leurs richesses mal acquises. Malhonnêtes, radins et arrogants!




    6



    0
      Erracham
      18 mai 2018 - 15 h 29 min

      Je ne connais aucun de ces nouveaux riches, Made in Bladi, qui font des dons aux orphelinats, aux centres de vieillesse, aux hôpitaux, aux nombreuses associations d’aide aux citoyens en situation précaire. Ils ne savent même pas ce que c’est que la saddaqa ou la zakat. Tout l’argent qu’il vole se réfugie à Barcelone, à Paris ou au Panama. Et pourtant, youm el Djoumou3a, on les voit, tout de blanc vétu, s’asseoir au premier rang. Quelle hypocrisie!




      5



      0
      EL HADDEF
      19 mai 2018 - 9 h 45 min

      @Felfel Har et Erracham. CHAPPEAU BAS, MESSIEURS POUR LE DÉVELOPPEMENT QUE VOUS AVEZ FAIT. VOUS AVEZ PARFAITEMENT VRAI DANS TOUT CE QUE VOUS AVEZ ECRIT : IL N’Y A PAS DE… JUSTICE SOCIALE EN ALGERIE !!! C’EST CELA NOTRE DRAME ET NOTRE MALHEUR. IL Y A UNE INJUSTICE SOCIALE FLAGRANTE DANS NOTRE PAYS QUI MINE ET RETARDE NOTRE DEVELOPPEMENT SOCIALE SUR TOUS LES PLANS. SEULE, UNE TOUTE PETITE MINORITE BENEFICIE DES RICHESSES DU PAYS POUR LA GLÈBE C’EST LA MISÈRE TOTALE QUI S’ACCELERE A UNE VITESSE EXPONETIELLE VERTIGINEUSE ET TRES DANGEREUSE POUR L’AVENIR DU PAYS. CE N’EST PAS POUR CETTE ALGERIE QUE SONT MORTS NOS CHOUHADAS AL ABRAR : BEN BOULAÏD – AMIROUCHE – HASSIBA – ALI LA POINTE – PETIT OMAR ET TOUS NOA MARTYRS… JE SUIS PLUS QUE DEGOUTE. MERCI MESSIEURS,




      3



      0
    Zoulikha
    18 mai 2018 - 7 h 59 min

    Ya Mme. Benhabiles, le mot « pauvre » ne devrait même pas exister en Algérie ! Vu que notre pays est un pays RICHE en Pétrole, en Gaz, en Or, en diamant, en Fer, en Phosphate, en Uranium et j’en passe…. Avec nos 2000 milliards de dollars on aurait pu développer TOUTE l’Afrique, cher Mme. pas uniquement notre pays l’ALGÉRIE ! C’est vraiment une honte que de parler encore de « pauvreté » en Algérie pour la MAJORITÉ du peuple Algérien pendant qu’une (…) MINORITÉ (…) se goinffrent avec nos pétrodollars, en mangeant à leur faim, en voyageant à l’étranger en vivant dans des villas pendant que le peuple vit dans des bidonvilles. (…)
    Si les choses se passaient comme il se devait avec notre pétrolière, les ALGÉRIENS et les ALGÉRIENNES vivraient comme des ROIS ! Où chacun de nous percevrait une allocation mensuelle de 2700 dollars par mois !
    Au contraire, le peuple pour se nourrir est obligé d’aller ramasser sa pitance dans les poubelles ! HONTE A VOUS ET A CEUX QUI VOUS RESSEMBLENT !!! JE M’INSURGE CONTRE CETTE TERRIBLE INJUSTICE AVEC FORCE…




    5



    0
    Zaatar
    18 mai 2018 - 4 h 20 min

    Pourtant la société musulmane et les musulmans dans leur globalité voudraient, selon la religion elle même, que soit venue l’aide nécessaire aux plus nécessiteux. La zakat étant un des leviers. Mais force est de constater que même dans la société musulmane on se comporte comme tout le reste du monde. Ce qui est tout à fait normal car la nature fait les choses pareils partout.




    5



    0
    1commentaire
    17 mai 2018 - 16 h 55 min

    La solidarité elle ce limite pas qu’au ramadan mais bien tout le temps la valeur humaine doit l’emportè sur tout




    8



    1
    Tn-Hinane
    17 mai 2018 - 14 h 10 min

    Dans une société qui se respecte et qui respecte l’humanité il ne devrait pas y avoir de pauvres du tout, ni au mois de ramadhan ni pendant les 11 autres mois de l’année. Notre solidarité devrait se concentrer dans l’éradication de la pauvreté des uns et ainsi de l’extrême richesse des autres, mais je sais c’est une utopie qui s’éloigne de plus en plus.




    11



    5
    Zawali
    17 mai 2018 - 13 h 51 min

    Chère Madame,
    Vous êtes dans votre rôle lorsque vous faites appel à la solidarité, c’est de votre ressort que de prendre contact avec les entreprises privées et nationales afin que celle-ci participent à cet élan d’entraide. D’autre part, la transparence dans la gestion et la prise en charge sociale des ayants-droits rassureront tous ceux qui ont à coeur de mettre la main au porte monnaie.




    17



    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.