Les islamistes n’excluent pas un «limogeage imminent» d’Ouyahia

Gouvernement Ouyahia
Le Premier ministre Ahmed Ouyahia. New Press

Par R. Mahmoudi – Si les amendements apportés à la dernière minute à la loi de finances complémentaire sur injonction du président de la République sont unanimement interprétés par les partis de l’opposition comme un énième «rappel à l’ordre» du Premier ministre, voire comme un désaveu pour certains dirigeants islamistes, c’est l’occasion d’appeler au départ d’Ahmed Ouyahia et à un remaniement profond de l’Exécutif.

C’est le cas du chef du mouvement Ennahda, Mohamed Hadibi, qui n’exclut pas le limogeage d’Ahmed Ouyahia dans les prochains jours. Dans une déclaration au journal arabe Al-Raï al-Yawm,  Hadibi explique que «des signes de changement sont perceptibles». Selon lui, «plusieurs faits survenus ces derniers temps ont révélé  à l’opinion publique les priorités de l’heure et la façon dont sont gérées les affaires de l’Etat». Enfonçant le Premier ministre, le dirigeant islamiste considère qu’«il y a un fossé entre ceux qui représentent la profondeur politique et sociale de la stabilité de l’Etat et ceux qui veulent mettre en œuvre des mécanismes pour justifier sa gestion et son échec», allusion à Ahmed Ouyahia.

Dans le même sillage, le leader d’Ennahda estime que le chef de l’Etat «a le droit de protéger son programme s’il voit que le gouvernement menace ce programme, et d’intervenir par des décisions opportunes». C’est le cas des dernières propositions du gouvernement qui, selon Hadibi, «étaient sur le point d’embraser le front social».

Ce dirigeant islamiste ne cache pas son vœu de voir le chef de l’Etat se passer des services d’Ahmed Ouyahia sous prétexte que l’Algérie a, d’après lui, «besoin d’un gouvernement capable de gérer la situation complexe que traverse le pays à cause de la crise financière et économique induite par l’effondrement des prix du baril sur les marché internationaux».

R. M.

Comment (29)

    Tinhinane-Dz
    24 mai 2018 - 16 h 00 min

    Les vendeurs ( importateurs) des sous vêtements féminins veulent voir Ouyahia partir.
    La rente du marché parallèle a t-elle diminué




    3



    0
    Anonyme
    24 mai 2018 - 6 h 00 min

    Les domaines agricoles n’est qu’un camouflet car même en première lecture ce Vertou peut sauter très facilement par les parlementaires par ordre,ce sont les aggravations des droits et taxes que le président ne peut trouver mieux qu’Ouyahia pour ça qui pour ses intérêts personnels accepte toute etiquette




    2



    0
    hrire
    24 mai 2018 - 5 h 44 min

    Mauvaise analyse,la deuxième lecture au lieu d’atténuer va fait augmenter le poids.Ouyahia saut lire entre les lignes contrairement a Tebboune qui est tombe a cause de sa demande de réduction de ‘lIRG pour les travailleurs et retraites et Ouyahia sait que c’est une ligne rougecetva failli payer pour en 2009 quand il a promis une réduction ou un retour a l’ancien barème qui fixe le taux selon la categorie sociale du travailleur




    0



    1
    Kahina-DZ
    24 mai 2018 - 2 h 34 min

    les sanguinaires de Ennahda, ces antennes de Qatar en Algérie veut nous faire croire qu’ils ont un cerveau fonctionnel et sont dans le secret du bon dieu Algérien.
    Ces destructeurs de l’Algérie ne ratent jamais une occasion pour cracher leur venin sur le micro des chaines de leur Foutue oumma.
    Il faut dire qu’au nom de la coucoute civile, ces sanguinaires prennent ce droit de critiquer l’Algérie autant qu’ils veulent et partout sans avoir peur. Ils sont protégés par le Qatar et les AL-Saoud ainsi que la coucoute civile.




    9



    3
      Kahina-DZ
      24 mai 2018 - 11 h 14 min

      Correc: veulent




      0



      0
    Felfel Har
    23 mai 2018 - 22 h 35 min

    Les islamistes pensent nous convaincre qu’ils sont trés puissants et qu’ils ont leurs entrées dans les arcanes du Pouvoir. Ils prennent leurs désirs pour des réalités. S’ils ciblent Mister O, c’est sans doute parce qu’il leur donne du fil à retordre, au même titre que tous ceux qui éventent leurs complots importés de Turquie, d’Arabie Yahoudite ou d’ailleurs. La présidence, jalouse de ses prérogatives et consciente des dangers que font peser ces mercenaires sur le pays, devrait s’interdire de donner une importance à cette secte et ignorer ses appels. Ils ne représentent personne en Algérie et n’ont aucun poids politique.




    15



    4
      Anonyme
      24 mai 2018 - 6 h 51 min

      Nous convaincre qu’il y aurait des laics dans ce régime assassin c’est la plus grande truffe orchestrée par les criminels.




      1



      4
    Patriote
    23 mai 2018 - 19 h 42 min

    Les islamistes leurs souhait d’avoir quelqu’un a la tete du gouvernement Algerienne comme le criminel ali belhadj ou bien madani marzak.




    10



    7
    Brakna
    23 mai 2018 - 19 h 33 min

    Pas etonnant, le prix du petrole augmente.




    5



    0
    Djeha Dz.
    23 mai 2018 - 19 h 32 min

    Il ne faut être pas nécessairement islamiste pour souhaiter le départ de Ouiahya. Un pion parmi tant d’autres, au service du système et des affairistes et pas de l’Algérie, sinon cela se saurait et on l’aurait vu.
    Lui, comme tous les pantins du gouvernement, restent au service du marionnettiste. Ceux qui aiment honnêtement et sincèrement l’Algérie ne travaillent pas avec les ripoux.
    La respectabilité se mérite.




    15



    4
    DAHMANUS
    23 mai 2018 - 19 h 27 min

    Les islamizzz awdjahoum asshih…welah mayahachmou..raclée apres raclée et au final ca leur rein servi.




    8



    5
    Anonyme
    23 mai 2018 - 16 h 45 min

    Ces islamistes oublient qu’ils sont la cause de tous les maux du pays. Depuis qu’ils ont été « validés », le pays est coincé entre la corruption engendrée par le système lui même, et le wahhabisme. Il n’ya aucune volonté politique de se débarrasser de ces 2 fléaux qui se complètent. C’est pour cela que l’élite intellectuelle est écartée. Conclusion, le pays avance à reculons, y’a qu’a constater les dégâts dans tous les domaines, notamment dans les secteurs névralgiques:économie, éducation, enseignement supérieur, santé.




    18



    6
      Algerienne16
      24 mai 2018 - 7 h 14 min

      Le secteur universitaire en Algérie « enseignement et recherche » est en chute libre brutale depuis le début des années 90, on peut même se permettre d’affirmer que ce secteur est catastrophiquement hébété.

      La médiocrité a pris le dessus au sein des universités algériennes et services hospitalo-universitaires car l’authentique matière grise a pris la fuite vers des pays où on peut respirer, penser, s’habiller, se détendre comme on le désire. Les derniers départs des cerveaux dans les noires années 90 est une des conséquences de l’étouffement social par les nouvelles lois dites socio-religieuses importées et exigées par des « personnes » qui s’imaginent dans les Cieux proches de Dieu le Tout Puissant.




      6



      2
    DIVERSION PURE
    23 mai 2018 - 15 h 23 min

    Les Islamistes ont bon dos !




    3



    12
    Anonyme
    23 mai 2018 - 14 h 20 min

    sincèrement si c’est pour se farcir les islamistes , je préfère de loin ouyahia….;ce monsieur les gènes ….il faudrait qu’il devienne président pour nous débarrasser de la smala de tlémcèn et des islamistes




    19



    11
    Anonyme
    23 mai 2018 - 13 h 57 min

    Ces islamistes au pouvoir ont le droit de véto PARTOUT. C’est pour cela qu’ils se permettent de remonter les bretelles à Ouyahia. Celui ci fait partie du pouvoir, donc il est obligé de s’abreuver à toutes les auges.
    Une complicité est sciemment et savamment tissée pour maintenir la pression sur le peuple, le limoger de ses droits,et de toutes ses aspirations progressistes.




    10



    5
    Anonyme
    23 mai 2018 - 13 h 29 min

    Le régime a interet à foutre le camp le plus vite possible, avec ses voyoux sinon à terme quand le pays serait à genoux, il y aurait beaucoup de casse(…)




    15



    8
    صالح/ الجزائر
    23 mai 2018 - 13 h 16 min

    Si le mal réside dans le système ( le régime ) de gouvernance tout entier , et nom dans les noms , à quoi donc servirait le départ d’Ahmed Ouyahia ( sauf si le chef du mouvement Ennahda ne voit en lui qu’un éradicateur ) , et le remaniement profond de l’Exécutif ? .
    Abdelaziz Belkhadem ( FLN barbu ) , Bouguerra Soltani ( HMS ) , Abdelmadjid Menasra ( ex. HMS ) et Amar Ghoul ( ex.HMS ) , Ahmed Merani ( ex.FIS ) , Sassi Lamouri ( qui n’avait , avant d’être promu ministre , que le coran comme constitution ) , Noureddine Boukrouh ( PRA ) … , étaient chefs de gouvernement ou ministres , mais ils n’ont pas empêché l’Algérie de se trouver à genou , au contraire c’est à cause d’eux et d’autres semblables que le pays , autrefois très riche en valeurs éthiques , et en milliards de dollars , est arrivé à échouer dans la distribution du coffin de Ramadhan , et à recourir » au financement non conventionnel, la terminologie employé … pour parler de la planche à billets » . d’  » imprimer à grande échelle, des billets de banque et de provoquer intentionnellement une Hyperinflation » . « on a changé le gouverneur de la Banque d’Algérie, puis on a donné à son successeur, instruction de fabriquer autant de dinars que l’on veut « .
    Le premier et tous les autres ministres , même islamistes comme Amar Ghoul , désignés par le Président , se vantent d’appliquer son programme , pourquoi Ahmed Ouyahia devrait porter seul la responsabilité de l’échec sur tous les plans ? même la réconciliation nationale , n’a pas empêche la dernière tragédie de Sidi Bel Abbès.




    16



    4
      MELLO
      23 mai 2018 - 14 h 04 min

      Effectivement, certains de ces pseudo -politiques ne voient pas plus loin que le bout de leur barbe. Ouyahia n’est qu’un maillon de cette longue chaîne du système politique Algérien, qui mue depuis bien avant 1962.Telle une machine à engrenages, ce système refoulé tout individu qui l’à servi et qui a courbé l’échine pour effectuer les sales besognes. Ouyahia ,comme tant d’autres , servira encore et encore jusqu’à le voir se retourner contre ce régime et là, c’est la fin. Mais tant qu’il applique les règles émises par ce régime ,il ira jusqu’au bout et ce n’est pas cet islamiste qui le virer. Pour ce régime, Ouyahia s’acquite convenablement de ses missions, à savoir tout ce qui fera mal au citoyen. C’est la règle en cette Algérie de 2018.
      Mais, le peuple que nous sommes, ne mérite que ce gouvernement qui décide et agit pour nous.




      7



      4
    UMERI
    23 mai 2018 - 12 h 17 min

    Les islamistes, portent le 1er ministre Ahmed Ouyahia en « grippe » parce que ce n’est pas l’un des leurs. Ils aimeraient bien un « iranien » Belkhadem, a la tête du gouvernement, pour avancer leurs pions, pour préparer a leur façon, la prochaine élection présidentielle.De quelle utilité, avons nous besoin de parti politiques de leur genre, ou leurs députés, ne font que dénigrer l’action du gouvernement. Bouteflika lui, a le beau rôle, puisqu’il gère du vent, il est « là » en embuscade, pour gêner plus le gouvernement que pour l’accompagner dans ses activités. C’est ce qui plait aux islamistes, car ce genre d’intervention, par des Dépêches, ne peut que nuire, donnant a ces pseudos dirigeants, l’occasion pour s’accaparer des leviers de commande du pouvoir. Ouyahia, essaye bien que mal, malgré une conjoncture difficile de régler les problèmes, contrairement a d’autre qui tournent les pouces, tout en étant subventionné et grassement rémunéré par l’Etat.




    17



    7
    elhadj
    23 mai 2018 - 10 h 58 min

    Le pays navigue a vue,les citoyens excédés par l augmentation sans cesse des charges et du coût de la vie , sans perspective optimiste et sans oublier les replâtrages apportes pour tenter de redresser en vain la situation économique du pays malgré l augmentation du prix du pétrole et l amélioration des ressources et voila que les citoyens déjà exacerbes par cet environnement malsain sont de nouveau confronte a subir de nouvelles taxes en contre partie des prestations de service public .C est du jamais vu des lors que le pays dispose ,pour la gestion des affaires publiques et assurer le service public, de budget d investissement et de fonctionnement provenant des ressources du pays .Et encore des taxes exorbitantes qui risquent de créer de graves tensions a un moment ou les citoyens et le pays ont grandement besoin de sérénité.L on ne doit pas oublier qu il a crée la taxe de la vignette automobile pour, avait il précisé,une période limitée mais devenue permanente, la taxe sur les véhicules neufs.etc .




    13



    1
    Abou Langi
    23 mai 2018 - 10 h 14 min

    Ouyaya n’a pas besoin d’être limogé pour quitter la scène: c’est un intermittent du spectacle qu’on nous joue de puis des lustres. Il partira en fin de mission, ipicitou.
    Ipi la présidentielle approche : place aux bigots inconditionnels aux laudateurs et aux zaghradates maintenant !




    13



    3
    Hassen
    23 mai 2018 - 9 h 59 min

    Mettre sur le dos du 1er Ministre tous problèmes de l’Algérie est a mon sens indécent. le pays va de mal en mal depuis que nous avons cru comprendre que nous pouvions vivre sans travailler.




    15



    4
    anonyme
    23 mai 2018 - 9 h 46 min

    Ouyahia est un membre du système toutes nuances confondues c’est un polyvalent,il peut composé avec tous les partis, islamistes et militaires compris, tout simplement parce que aucun parti n’a de cadre capable de faire tourner la machine même le RND, après l’avoir limogé,a failli mettre la clef sous le paillasson,et il était rappelé certes il a un clan celui des décideurs, mais jamais de tribu …..C’est un loup solitaire.




    17



    1
    Hadj Brahim
    23 mai 2018 - 8 h 13 min

    Jusqu’à quand va-t-on entendre ce que veulent ou ne veulent pas ces islamistes ? Partout, où ces sectes ont phagocyté des états dans ce monde «arabo-musulman» c’est le désastre … Leurs allégeances sont ailleurs. L’histoire récente a prouvé qu’ils sont in fine les instruments d’officines et services de puissances occidentales coloniales ! Bref, chez nous ils ont mangé à tout les râteliers des gouvernements .. et saboté ou bloqué tout progrès de réforme, tantôt par les «thawabites», tantôt par mafia de la «chkara halal» et de l’opportunisme par faux «opposants» … Cette vermine parasite n’a jamais construit d’Etat-Nation, sauf participer à sa destruction, au bénéfice et service des ogres de la finance mondiale sioniste. Cela dit, j’apporte pas non plus caution pour Ouyahia et son gouvernement, à l’exception de quelques ministres (compté sur les doigts d’une main) compétents qui avancent. D’autant plus, que le programme du président a été une auberge espagnole, où tout le monde s’auto-gratifie de l’avoir accompli … Nous n’avons malheureusement pas de vraies institutions de contrôle et d’évaluation, pour rendre compte ! Ils aurait fallu des compétences républicaines, là ou tapissent dans l’ombre des blattes parasites suçant le denier publique sans résultat compromettant au pire l’avenir d’autres générations … les Abou Zabiba ont fait leur preuve néfaste, ça suffit !!




    46



    5
    Prédatot.DZ
    23 mai 2018 - 7 h 44 min

    Ouyahia a le dos rond et pourtant le Pays ne peut pas se passer de ses services. Lui au moins n’est pas un charognard politique comme ceux qui s’évertuent à trouver à redire dans tout ce qu’il accompli. Lui n’a pas de clan, pas de tribu, pas de lobby à servir, c’est peut être là sa plus grande erreur. En tout cas l’Histoire jugera bien.




    35



    30
      LOUCIF
      23 mai 2018 - 8 h 33 min

      Cher compatriote @Prédatot.DZ , c’est votre droit le plus absolu d’encenser et de glorifier Ouyahia, mais dire que Ouyahia … »n’a pas de clan, pas de tribu, pas de lobby à servir » , c’est se foutre de la république ! Pardon de le dire ainsi !




      37



      22
    Anonyme
    23 mai 2018 - 6 h 54 min

    Les islamistes tous poils confondus champions d’un populisme criard n’aiment pas Ouyahia pourtant homme du système,leur système pour la simple raison qu’il a horreur de ce populisme dont eux sont friands.Mais il y a aussi d’autres raisons liées à la nature de leur idéologie dépassée qui consiste à abrutir le peuple pour en faire un instrument de leur totalitarisme au nom de Dieu.




    41



    4
    Zaatar
    23 mai 2018 - 6 h 38 min

    Les cours du pétrole remontent, le baril a atteint les 80 dollars et continue de progresser. Donc, pour nos ignares de responsables la rente va se renforcer et donc début de la fin de l’austérité et par conséquent on n’a plus besoin d’Ouyahia qu’il faut remettre là où il était en attendant de le rappeler pour la prochaine baisse drastique des cours du pétrole et du début de la prochaine austérité…




    63



    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.