Crise libyenne : accord à Paris sur des élections le 10 décembre

Paris crise libyenne
Les responsables de toute obstruction au processus électoral auront à rendre des comptes. D. R.

Les quatre responsables libyens réunis à Paris par le président français Emmanuel Macron se sont engagés ce mardi à travailler ensemble pour que des élections législatives et présidentielle se tiennent le 10 décembre, selon une déclaration lue à l’issue de la conférence. «Nous nous sommes engagés (…) à œuvrer de manière constructive avec les Nations unies pour organiser (…) des élections dignes de foi et pacifiques et à respecter les résultats des élections lorsqu’elles auront lieu», indique «la déclaration politique» endossée par le Premier ministre du Gouvernement d’union nationale, Fayez Al-Sarraj, le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est du pays, le président de la Chambre des représentants, Aguila Salah, et celui du Conseil d’Etat, Khaled Al-Mechri.

La déclaration, selon l’AFP qui rapporte l’information, a été lue en arabe et approuvée oralement par les quatre responsables libyens, à la demande de M. Macron, mais n’a pas donné lieu à une signature devant les caméras, comme cela était prévu initialement. «Donc tout le monde travaille ensemble sur cette base, bravo !», a lâché le président français. M. Macron a ensuite évoqué lors d’une conférence de presse une «rencontre historique» constituant «une étape clé pour la réconciliation» qui est «accompagnée par l’ensemble de la communauté internationale».

Les responsables libyens se sont engagés à procéder à l’adoption d’une «base constitutionnelle pour les élections» et des «lois électorales nécessaires» d’ici le 16 septembre 2018. Les forces de sécurité libyennes «seront chargées de garantir le processus électoral», avec «le soutien approprié» de l’ONU, des organisations régionales et de la communauté internationale, est-il ajouté sans plus de précisions. Les responsables de toute «obstruction» au processus électoral auront à «rendre des comptes», ajoute la déclaration, sans préciser quelles sanctions ils pourraient encourir.

Afin «d’améliorer le climat en vue des élections nationales», la Chambre des représentants, basée à Tobrouk, devra se réinstaller à Tripoli et le gouvernement parallèle instauré dans l’est du pays devra être démantelé à terme. Les deux chambres devront «s’employer immédiatement à unifier la Banque centrale de Libye et d’autres institutions», ont-ils convenu, alors que le pays est secoué par une grave crise monétaire.

R. I.

Comment (9)

    Anonyme
    30 mai 2018 - 1 h 22 min

    Macron veut à tout prix maintenir le maréchal Khalifa Haftar à la tête de la Libye, car homme de l’OTAN,donc manipulable. Macron n’en na rien à foutre de l’avis des chefs de tribu kadhafiste, ni d’un véritable consensus émanant de la société civile Libyenne, ni des milices militaires. Ce beau monde n’a pas été invité par Macron, alors qu’il s’agit des premiers acteurs concernés à être consultés, pour se diriger éventuellement vers une sortie de crise. Tout se qui intéresse Macron, c’est le pétrole libyen,et les contrats juteux chiffrés à des centaines de milliards. La réunion qu’il vient de présidée à l’Élysée, n’est que du pipeau.
    Il paraît que l’argent volé à la Libye se trouve dans une caisse noire à Paris et qu’elle servirait à financer le banditisme international français.
    Ce Haftar a encore de beaux jours devant lui, puisque arrosé par la France sioniste ,avec les sous du peuple Libyen. Macron est vulgaire néo impérialiste véreux, qui achète le banditisme pour assoir l’hégémonie de la France dans les pays qu’elle a elle-même ravagé par la terreur. Il est à l’image de ces sinistres prédécesseurs de l’Élysée. Les hyènes Sarkozy, et Hollande. Qui dit mieux?




    1



    5
    Felfel Har
    29 mai 2018 - 15 h 25 min

    Macron déchantera vite car l’accord ne vaut pas le papier sur lequel il est écrit, tant les Libyens en présence ne se font pas confiance et travaillent pour des forces occultes aux intérêts divergents. S’ils avaient réellement voulu la paix, ils n’auraient pas attendu la médiation de celui qui préside le pays responsable de leurs malheurs pour la concrétiser. Macron a voulu conduire des ânes à la fontaine, mais il ne pourra pas les forcer à boire, comme nous l’a appris l’adage populaire.




    12



    5
    yaw errihh
    29 mai 2018 - 14 h 46 min

    Coup de com de makron. D’ici décembre mes amis il coulera beaucoup de pétrole et de sang.
    Qui est si naïf pour croire un seul instant que la France travaille pour la paix et le développement d’ un pays Arabe ou Africain?
    Et elle a raison de profiter des pions corrompus pour assurer le luxe à son peuple et pleurnicher avec les déshérités d’ailleurs, qui continuent à espérer en leurs croyances dépassées et à oublier père et mère pour un match de Foot.
    VIGILANCE aux Algériens et aux Tunisiens, je sens le coup crasseux contre ceux qui sont encore debout après la 1ère vague du « cauchemar » Arabe, qu’ils s’évertuent cyniquement à nommer « printemps ».
    Ces peuples, ayant perdu toute confiance en leurs têtes, ne pensent qu’à traverser les mers au lieu de se révolter.




    11



    6
    Algerien
    29 mai 2018 - 14 h 24 min

    Je pense que ca tiendra pas
    vous avez vu leur tete
    Une bande d’escroc
    Bien garder la Frontiere fermé
    ils n’ont qua se bouffer entre eux ils l’ont bien cherché




    14



    4
    Anonyme
    29 mai 2018 - 14 h 19 min

    C est bien beau,esperons que tout se passera dans les meilleures conditions,Ghassan Salame le representant du secretaire general de l ONU Mr Guterres,est un homme serieux et surtout tres honnete…..pour aider les Lybiens a retrouver la voie de la sagesse pour s entendre,la France et Macron ont des objectifs bien flous….Tout ce qu on peut esperer c est la reussite de cet accord meme sans la signature des belligerants.




    9



    0
    Algerien
    29 mai 2018 - 14 h 17 min

    Ils ont tellement confiance aux Arabes qu’ils signent des accords en France
    C la France qui va décider qui sera le nouveau president Libyen ?
    Apres avoir détruit la Lybie leur representant viennent dire Amen a la France




    13



    5
    Anonyme
    29 mai 2018 - 12 h 48 min

    PS : ne pas chercher un message codé dans mon précédent commentaire c’est purement politique et pas psychotique.
    Seul le fils du Guide Allah Yarhmou est à même de reprendre les rennes machallah et INCHALLAH.




    10



    7
    Anonyme
    29 mai 2018 - 12 h 44 min

    PS : ne pas chercher un message codé dans mon précédent commentaire c’est purement politique pas psychotique seul le fils du Guide Allah Yarhmou est à même de reprendre les rennes.




    6



    5
    Anonyme
    29 mai 2018 - 12 h 08 min

    Acceptez un accord avec le pays responsable de son chaos de morts de ses civils etc bref acceptez l’ingérence c’est n’avoir aucune dignité.
    Inchallah que Saïf Al Islam Kadhafi remporte la présidentielle car lui seul est en mesure de remettre la Libye sur pied.
    Quant à Macron il croit avoir obtenu une CRÉDIBILITÉ mais peine perdue, la Syrie le Yémen….son refus de reconnaître la Palestine parle d’eux-mêmes et se passe de tout commentaire.
    Les dirigeants libyens sont vraiment tombés sur la tête.
    Saïf Al Islam Kadhafi INCHALLAH c’est tout le mal que l’on peut souhaiter à la Libye.




    12



    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.