Appel d’intégristes à agresser les femmes : le ministre de la Justice réagit

justice Louh
Tayeb Louh, ministre de la Justice et garde des Sceaux. New Press

Par R. Mahmoudi – Le ministre de la Justice, Tayeb Louh, s’est montré ferme sur les agressions contre les femmes, après cet appel lancé sur les réseaux sociaux pour asperger les femmes non voilées avec de l’acide, comme au temps des années FIS.

Louh a annoncé que tous les parquets au niveau des quarante-huit wilayas ont été instruits de s’autosaisir dès qu’un acte ou un appel de ce genre est signalé. Il a aussi assuré que nos services de sécurité sont dotés de moyens sophistiqués qui leur permettent d’aboutir rapidement à ces dangereux pervers, tout en affirmant que l’Etat ne permettra jamais un retour aux années 1990 et que la Charte pour la paix et la réconciliation nationale est très claire là-dessus.

Cette promptitude et cette fermeté du gouvernement sont à saluer, mais le citoyen a aussi besoin de comprendre les origines de cette éruption inquiétante de la violence dans la société et de savoir ce qu’ont fait le gouvernement et les pouvoirs publics, en général, pour anticiper cette vague d’intolérance qui souffle sur le pays, et ce qu’ils envisagent de faire, en dehors des actions judiciaires, pour l’endiguer.

Ce qui inquiète encore plus dans cette histoire, c’est de s’apercevoir que, vingt-cinq ans plus tard, les résidus du FIS ne désespèrent pas de reconquérir le terrain perdu, en réempruntant instinctivement les mêmes voies qui les avaient propulsés à la fin des années 1980, c’est-à-dire avant même la création de leur parti de sinistre mémoire.

On se souvient que les premiers actes de violence perpétrés par les fanatiques islamistes, qui vont quelque temps plus tard constituer «la force frappante» du FIS, étaient des agressions à l’acide contre des jeunes femmes à la tenue jugée impudique. Ce sont ces menaces qui ont permis aux islamistes d’asseoir rapidement leur règne de terreur dans les quartiers populaires des grandes villes, avant d’aller à l’assaut de l’ensemble du pays.

R. M.

Comment (50)

    LE NUMIDE
    20 juin 2018 - 0 h 32 min

    Les Islamistes wahabistes du FIS et des autres milices s’en prennent aux femmes parce qu’ils savent que l’algérien réagit par la violence quand il s’agit de sa femme, ou sa fiancée ou sa sœur ou sa fille .. En touchant le domaine de la Horma algerienne , les Islamistes wahabistes franchissent les lignes , en travaillant assidument dans la stratégie bien connue de la Tension et de la Haine sauvage par la Terreur et la violence verbale, psychologique et physique … ils sont diaboliques et sont les mercenaires d’un projet satanique bien pensé .. Les islamistes wahabistes ne veulent qu’une chose en Algérie : pousser à la guerre civile … Ils savent depuis 1992 que sans la guerre civile ils ne pourront jamais detruire l’État et la Nation ni soumettre les algériens et l’Algérie . le wahabisme est une 5 eme colonne qui veut déborder l’Armée et la République par la subversion de la société et son ensauvagement . le Wahabisme c ‘est un cancer et la nation est en danger de mort

    Moh
    19 juin 2018 - 23 h 17 min

    Je pense qu’il va arriver à l’Algérie, ce qui est arrivé à certaine régions du Pakistan. Dans ces région, il n’y a presque plus de femmes. Commentcela est arrivé. C’est simple. Des qu’une femme tombe en ceinte, on regarde par echographie le sexe du foetus. S c’est un garçon, on laisse la grossesse aller à terme, si c’est une fille, on avorte. Aujourd’hui et depuis l’arrivé de l’echographie, on avorte les femmes qui ont un future bébé de sexe feminin. En Afghanistan et au Pakistan le nombre de femme diminue de plus en plus. Résultat, un père marie plusieurs fois sa fille car il n’y a pas assez de femmes pour le nombre d’homme qu’il y a. En Algerie, ce n’est pas l’avortement des foetus de sexe feminin qui va faire diminuer le nombre de femmes, mais c’est l’injustice envers les femmes qui va les faire fuir de leur pays. Faites gaffe algeriens, vous allez vous retrouver avec une femmes pour 10 hommes au moins. Vous les aurez tous fait fuir.

      HAHA
      20 juin 2018 - 2 h 21 min

      C’est ce qu’on appelle « scier la branche sur laquelle on est assis  » !!! , on voit ça que dans les pays où la décadence mentale par religiosité extreme , domine.

    Anonyme
    19 juin 2018 - 21 h 44 min

    Le pouvoir algerien s’il y en a un, il faut qu’il commence par établir des fichiers S afin d’identifier ces integristes et anticiper leur action. Qu’il en mette quelques uns parmi eux en prison speciale pour les deprogrammer de leur haine ou au moins les eloigner de la societé qu’ils empoisonne tous les jours. Il faut changer les programmes de l’ecole et remplacer tarbia islamia à l’education civique. Prépaprer les enfant à connaitre un futur meilleur avec la science, le savoir, la capacité de creer des richesses, à s’ouvrir au monde culturel et economique. Il faut au moins eloigner ces islamistes de la societé civile pendant au moins 10 an. C’est le temps pour les deprogrammer et eviter leur venin qu’ils serinent tous les jours dans la societé.

    14
    1
    co5
    19 juin 2018 - 21 h 35 min

    « en réempruntant instinctivement les mêmes voies « , chassez le naturel , il revient au galop .est ce le peuple va t-il « réemprunté » la voie du sacrifié ?

    Jamila
    19 juin 2018 - 21 h 25 min

    Il m’est arrivé en plein Paris de faire du footing vers 22 heure et je n’ai jamais eu le moindre problème. Personne n’a trouvé ça déplacé. Je faisais du vélo en été près du lac de Nantuas. Quand j’étais à l’université (Grenoble), je faisais mon footing dans le domaine universitaire et à l’extérieur en plein hivers à 20 heure. Pendant des années, je n’ai jamais eu le moindre problème. Pourvu qu’il y ait assez de monde à l’extérieur, on est en sécurité. Je me baigne dans la piscine commune à notre immeuble jusqu’à 23 heure. Aucun voisin ne trouve ça déplacé. Bien sur, on n’est jamais à l’abri d’un drame si on se fourvoie à l’aube dans une foret ou dans un endroit désert. Des cinglés, il y en a partout. Il faut juste rester dans les lieux assez fréquentés. Les pays occidentaux ne font que progresser et nous c’est l’islamisme, le fascisme, le wahhabisme et je ne sais encore quelle trouvaille en bigoterie qu’ils vont encore inventer. Les gens vivent, progressent. Les femmes gagnent de plus en plus de droits même s’il y a encore à faire et en Algérie, les islamistes ne font que s’attaquer aux femmes. Ouf, quand j’entends ce genre de choses, je me dit que j’ai bien fait de partir. Ce pays n’est pas fait pour les femmes. Alors qu’ils restent eux les hommes barbus islamistes. Quand je rêve d’Algérie c’est que j’ai fait un cauchemar. Pardon pour cet aveux mais l’Algérie est devenu un enfer pour les femmes.

    18
    4
    El Fellag
    19 juin 2018 - 21 h 06 min

    Existe-elle une vraie justice dans notre pays;personnellement je ne le crois pas;existe une justice aux plus offrant;ou le modeste citoyens n’a aucune chance d’avoir gain et cause;elle est réservée aux corrompus affairistes et les proches du régime en place;…

    10
    Hibeche
    19 juin 2018 - 20 h 19 min

    L’islamisme a été éradiqué militairement en Algérie, et anéanti politiquement. Mais culturellement il est florissant.
    Quand le pouvoir combat le terrorisme islamiste mais n’offre pas une alternative démocratique et un état de droit, c’est comme tailler du chiendent. L’islamisme se régénère.

    16
    1
    Anonyme
    19 juin 2018 - 19 h 05 min

    Le laxisme des autorités est indéniablement la cause mais aussi le catalyseur de ces actes d’un autre âge. Ces illuminés veulent imposer leur mode vie par la terreur. Il faut leur barrer la route . Les femmes non voilées doivent sortir en masse, investir la rue, les places et endroits publiques,, les plages aussi, l’erreur étant d’avoir laisser le champ libre aux hadjoubis et barbus de tous bords . Il est vrai que les voir partout ne donne pas envie de mettre le nez dehors , ils polluent l’atmosphère et clochardisent nos villes , mais leur céder la place est une grave erreur, il faut contre attaquer et re investir tous les endroits . Leur montrer que l’ Algérie appartient à tous et surtout que l’Algérie n’est pas et ne sera jamais l’Afghanistan ou l’ Arabie saoudite.

    13
    1
    Algerienne
    19 juin 2018 - 19 h 04 min

    Le laxisme des autorités est indéniablement la cause mais aussi le catalyseur de ces actes d’un autre âge. Ces illuminés veulent imposer leur mode vie par la terreur. Il faut leur barrer la route . Les femmes non voilées doivent sortir en masse, investir la rue, les places et endroits publiques,, les plages aussi, l’erreur étant d’avoir laisser le champ libre aux hadjoubis et barbus de tous bords . Il est vrai que les voir partout ne donne pas envie de mettre le nez dehors , ils polluent l’atmosphère et clochardisent nos villes , mais leur céder la place est une grave erreur, il faut contre attaquer et re investir tous les endroits . Leur montrer que l’ Algérie appartient à tous et surtout que l’Algérie n’est pas et ne sera jamais l’Afghanistan ou l’ Arabie saoudite.

    12
    3
    abdel
    19 juin 2018 - 18 h 19 min

    une femme medecin ou ingenieur,ilS veulent quoi ? les remplacer par des hommes au chomage sans aucune qualification,,? la bétise des islamistes est décidément sans borne!

    17
    1
    Anonyme
    19 juin 2018 - 17 h 42 min

    A cet informatien qui porte une barbe son commentaire et ci-dessus

    Vous racontez votre vie et vous parlez de votre barbe ??? Vous êtes un homme et le sujet concerne la violence des barbus envers les algériennes, en plus les barbus ne s’occupent pas que de leur barbe à la colorier rousse par exemple mais ces barbus sont souvent dérangeants en tentant de coller une barbe et un chador à toutes et tous les algériennes et algériens.

    12
    1
    Anonyme
    19 juin 2018 - 17 h 09 min

    Franchement être extrémiste et en plus barbu il n y a pas de quoi être fier l intelligence se loge partout même chez les tyrans et les dictateurs

    10
    1
      Jamila
      19 juin 2018 - 21 h 10 min

      Ce sont des informaticien d’operettes. On ne leur accorde jamais trop d’importance. On ne les laisse pas prendre des decisions. Ils sont juste là pour faire quelques requete ou travailler avec des script. Rien d’éloquent. Enfin, c’est long à raconter. Je les deteste. Ils sont mal payé d’ailleurs car trop limités point de vu niveau. Par ailleurs ils ne se sont formés au standard europeen, occidentale. Au plus, ils n’ont fait qu’une seule année en occident dans le meilleur des cas. Un jours l’administration va nettoyer tout cela et ça commence à être le cas.

      5
      2
    Anonyme
    19 juin 2018 - 15 h 49 min

    Moi j’ai pas pu quitter l’Algérie physiquement mais je l’ai quitté mentalement .

    21
    1
    Anonyme
    19 juin 2018 - 14 h 48 min

    Et si je te faisais savoir que je suis un extrémiste barbu Ingénieur Informaticien en plus j’ai donné à la société une fille Ingénieur Informaticienne, Un garçon Ingénieur Informaticien qui exerce ses talents en Europe et une autre fille Docteur en médecine.
    Maintenant êtes-vous rassuré que l’intelligence ne loge pas uniquement là où vous pensez?

    4
    41
      Nostalgia
      19 juin 2018 - 18 h 38 min

      Votre intelligence n’en est pas une ; quand on vit dans un monde de superstition et de mythes et que l’on combat la raison, cela s’apparente plus à l’adaptation instinctive qu’à de l’intelligence. L’intelligence n’élira jamais domicile en vos crânes frustrés et déchiquetés par la frustration. Je suis docteur et directeur de recherches et j’ai l’expérience de robots formatés de votre genre, il n’en sort jamais rien qui puisse s’appeler progrès ou évolution ; votre « travail » est nécessité de subsistance, qui évolue en dehors de toute intelligence, et non art. Le bonheur et la paix sont vos ennemis et vous n’êtes satisfaits que lorsque vos environnements, à l’image de l’Afghanistan, sont constitués de ruines et de terres arides. Le spectacle de votre accoutrement et de votre phénotype est une insulte à l »intelligence même, comment celle-ci pourrait-elle vous inspirer ?

      21
      2
        Jamila
        19 juin 2018 - 22 h 37 min

        @Nostalgia
        Très bien répondu Nostalgia. Je n’aurai pas fait mieux.

        6
        2
      Gatt M'digouti
      19 juin 2018 - 19 h 02 min

      Extrémiste barbu et ingénieur informatique, c’est un pléonasme. Ne dit on au sein de votre sphère que deux droites parallèles ne se rencontrent ila bi idn allah??

      13
        hibeche
        19 juin 2018 - 20 h 02 min

        Je dirai plutôt un oxymore.

      Citoyen
      19 juin 2018 - 21 h 19 min

      On peut être diplômé et extrémiste, fermé, raciste, mal éclairé, intolérant, fasciste,… La religion est une richesse intérieur qu’il est inutile d’étaler qui prône l’humilité, la sagesse, le partage, l’amour des autres, la tolérance et l’abnégation de soi. Les signes extérieurs ne sont pas la garantie et le label d’un bon musulman.

      13
      1
      Algerien Pur et Dur
      20 juin 2018 - 2 h 53 min

      En avouant que vous etes « extremiste », vous avez fait votre propre psychanalyse. Ce qui n’est pas donne a tous les autres extremistes. Avec vous il y’a au moins de l’espoir. Bonne chance. Combine avec le fait que vous avez eduque vos deux filles, je dirai que vous etes presque la.

      2
      1
    Anonyme
    19 juin 2018 - 14 h 34 min

    Mr le ministre de la justice peut-il nous renseigner sur les circonstances qui ont déclenché ce tollé, le coupable et ses motivations et même ses orientations politiques s’il en a.
    Cette affaire ressemble bizarrement à l’affaire de ces enfants qui, dans un jeu de gamins ont mis un croche-pied à un autre gamin portant kippa et qui a été instrumentalisée par la classe politique jusqu’à considérer que cette agression est une agression contre la République. Eh oui pas moins que ça.
    Alors éclairez nous Mr le ministre pour savoir de quoi il retourne exactement.

    5
    15
    Anonyme
    19 juin 2018 - 13 h 46 min

    Étant un croyant sincère qui essaie de bien faire, comme il peut, il nous faut nous regarder en face, analyser ensemble et nous dire les choses, si l’on veut que ce pays et sa population vivent bien : l’islamisme est une forme de fascisme. Cela n’a rien à voir avec de la croyance en Dieu, mais cela à vraiment à voir avec la domination et le contrôle par la force et la terreur des autres. Dieu n’est responsable de rien, mais la connerie et la dangerosité humaines sont endémiques chez ces pseudo-croyants qui se révèlent être de vrais ignards et de bien mauvais lecteurs des textes religieux. Ce à quoi nous assistons depuis l’émergence de la terreur chez nous, c’est l’ignorance théorisée pour aboutir à un horizon laid.

    24
    2
    QUESTION POUR UN CHAMPION :
    19 juin 2018 - 13 h 21 min

    franchement parlant (binatna):
    —————————
    sur 100 extrémistes barbus : [ combien y’a t-il d’intellectuels ( médecins docteurs Ingénieurs architectes ..) ? ]
    « peut être » un !!! et encore …(je suis gentil )

    ce que je veux dire en résumé : vous rendez vous compte qu’on nous impose de suivre les pas et le chemin de personnes qui ont totalement raté leur vie socio-professionnelle ? !!!! ( waw rien que ça ! )

    44
    1
      Khalilsadek
      19 juin 2018 - 19 h 44 min

      Dans notre systeme educatif il ya parmis chaque 100 enseignants, enseignement superieur y compris au moins
      60% de barbus qui ne portent pas de barbes, c’est facile a vérifier lors de chaque élections.

      10
      1
        LOL
        20 juin 2018 - 2 h 28 min

        « enseignants.. » hahahah
        on parle de medecins spécialistes , de cardiologues , de gynécologues , d’endocrino …etc : vous connaissez qui ont des barbes et des qamis et qui passent 9/10 de leur temps dans les mosquées ? c’était ce que voulait dire le lecteur çi dessus …
        moi j’en connais pas , les enseignants sont trés loin d’etre des élites …c’est plutot le contraire !

        2
        1
    Algerienne16
    19 juin 2018 - 13 h 18 min

    J’ai quitté l’Algérie et surtout Alger en ne prenant avec moi que mon gros bagage 💼 scientifique pour simplement éviter d’affronter ce courant religieux algérien particulièrement agressif envers la femme 👩. Ailleurs, j’ai gagné ma liberté 🗽 d’être comme je veux l’être sans jamais m’éloigner de nos coutumes de nos belles traditions et des précieux principes de l’islam que mes parents m’ont inculqués. L’Algérie actuelle ne m’attire plus mais pourtant je regrette quelque peu les belles années de l’école polytechnique d’Alger et son ex- prestige qui a certainement disparu avec le départ massif (dans les années 90) des élites de la science et du savoir.

    47
    6
    Anonyme
    19 juin 2018 - 12 h 46 min

    Quand on entend Larbi Zitout sur Almagharibia parler des femmes et se demander pourquoi elles travaillent et dans cette même famille le frere ne travaille pas et que c’est la petite soeur qui a fait de longue études de medecine, d’avocat ou de prof travaille, alors ce genre d’agression ne devrait pas nous surprendre. La soeur a fait de longue étude mais le frère n’en a pas fait et il n’a même pas son bac. Zitout ne fait même pas entrer dans sa logique ou ce qui en reste le parametre formation. Sachant qu’en Algérie, seule 13% des femmes travaillent, même ça, ça leur pose probleme ces integristes islamistes. Le peu de femmes qui restent, ça pose probleme à Zitout et co. Comment l’école algerienne est-elle arrivée à engendrer ces débiles mentaux et ces legions d’islamistes qui avaient mis le pays à feu et à sang et avaient attaqué les femmes en premier. L’islmisme doit être combattu comme l’est le nazisme.

    38
    2
    Anonyme
    19 juin 2018 - 12 h 25 min

    Ces pervers religieux des temps de Abu Lahab ont senti que l’Etat avait peur d’eux ,c’est ce qui leur a fait pousser des ailes de tayrou ababil.

    25
    4
    Jamila
    19 juin 2018 - 12 h 09 min

    Si j’ai choisi de quitter l’Algérie pour faire mes études, c’est aussi pour l’intolerance, nous autres étudiantes que nous avons vécu fin des années 80 dans notre université. Je me souviens que l’on avait une petite cafétéria ou salon de thé au sein de l’université et où nous nous réunissions entre femme pour parler des prof, des notes, des livres que l’on avait lu pendant les vacances d’été et on avait même un camarade prestigididateur qui nous montrait ses tours qu’il avait appris en été. Nous avions un autre étudiant qui nous montrait les dessin croquis et nous avions un coin jeux d’echec entre midi et 14 heure. Une étudiante passionné de crochet nous montrait ses ouvrages et ses brassiere car elle attendait un enfant. Le recteur avait décidé de faire de cette cafeteria un lieu culturelle. Les barbus sont arrivé un jour alors que nous dégustions une limonade entre copine de différente branche scientifiques toutes, ils ont saccagé les chaises, renversé les tables, nous ont fait sortir nous autres jeunes filles en ce temps là. La future mamans heureusement qu’elle n’était pas là ce jour si non, elle aurait perdu son bébé. Pour les hommes étudiants, ils n’ont rien fait mais il leur ont foutu une frousse. Nous sommes restés choqués après cet incident depuis ce jour là. La cafeteria qui nous accueillait le matin à 10 heure ou entre midi et deux avait fini par fermer. Ma camarade étudiante en médecine s’est vu agressé vers 17 heure alors qu’elle marchait avec son fiancé et future mari qui l’accompagnait après la sortie des cours et qui aujourd’hui elle est l’épouse et mère de 4 enfants. Chaque fi d’années nous avions droit à une fête payée par l’université où des artistes venaient chanter et les ouvrier d’entretiens faisaient des heures supplémentaires pour assurer le service, des heure payées et qui leur faisait plaisir car ça mettait un peu plus d’argent dans leur compte en fin d’années. Tout ça s’en est allé avec les barbus. La haine et la bigoterie se sont installé. Il n’y avait plus place au bonheur. Les souvenirs d’étudiants que l’on pouvait raconter à nos enfants se sont arrêtés là. Les islamistes ont gagné. La violence a gagné. Pour ma part, j’ai quitté le pays à cause de tout ça.
    Je vois aujourd’hui que malgré tout cela, malgré une guerre civile au nom de la bigoterie, le cauchemar continu. Que faire maintenant. Qu’a fait l’école pour préparer des générations seine d’esprit? Rien, ça continue et ça continuera demain. Bravo pour les occidentaux d’avoir lutté contre ce torchon sur la tête qui enlaidit la femme. Bravo pour leur courage de dire non à l’islamisme.
    Je ne regretterai jamais d’avoir quitté l’Algérie. Cela dit, nous aurions dû nous unir et nous organiser pour lutter contre ces fascistes d’islamistes et défaire leur idéologie morbide. Maintenant, je demande aux futures générations de lire de bon livres et ne pas sombrer dans le nihilisme islamiste. Si des voyous attaquent les femmes en Algérie, cela veut dire que le pouvoir est trop faible, que la justice ne passe pas, que le cancer qu’est l’islamisme continue d’exister et devient de plus en plus fort en Algérie.
    Pour finir, l’école n’a plus son vrai rôle en Algérie qu’est celui d’assainir les esprits en préparant de vrais citoyens. C’est la fuite en avant.

    40
    7
    Vangelis
    19 juin 2018 - 11 h 31 min

    Le laxisme du régime envers les islamistes est le résultat de la résurgence de ce phénomène.

    La charte n’a été faite que pour les terroristes qui peuvent quand ils le veulent, descendre du maquis. Il n’a pas été fixé de date butoir à leur reddition, de sorte que ceux qui se seraient rendus, sont remplacés par d’autres, constituant un réservoir de militants au FIS qui, bien que « dissout », fait apparaître que des énergumènes du genre BelHadj et autres ont encore pignon sur rue.

    Ce laxisme voulu entretient les citoyens dans la peur et permet à des islamistes de bomber le torse sachant qu’ils n’ont rien à craindre des zautorités.

    La responsabilité de ces actes est donc le fait de ces zautorités qui n’ont pas eu et n’ont pas la volonté éradiquer ces phénomènes car ils leurs servent de socle à leur fumeuse sécurité et stabilité qui, comme on le voit, n’est pas réelle.

    28
    2
    khalilsadek
    19 juin 2018 - 11 h 28 min

    Ces dangereux pervers comme vous dites monsieur le ministre, c’est le resultat NATUREL des préches incensées de nos mosqués et le produit de notre systeme d’éducation, AU CAS OU VOUS VOULEZ FRAPPER.

    32
    4
    Anonyme
    19 juin 2018 - 11 h 24 min

    Alors vous comprennez pourquoi la France lutte contre la banalisation du voile? Banaliser le voile c’est permettre à l’avenir de voir ce genre d’incident. La femme a mis des siecles por sortir de son statut de mineur. Alors pourquoi cette regression?

    33
    7
    Anonyme
    19 juin 2018 - 10 h 50 min

    Ce que de la poudre aux yeux,comment jugé son propre FIS,c’est de la manipulation et la propagande pour les prochaines élections,le FIS à toujours était le carburant du père FLN,il suffit d’enquêtes sur les députés du FLN,une majorité était adhérents ou sympathisants du FIS

    26
    1
    Anonyme
    19 juin 2018 - 10 h 48 min

    l ignorance n est pas une excuse pour faire n importe quoi ….

    17
    Anonyme
    19 juin 2018 - 10 h 29 min

    Le coupable a été arrêté à Oran.

    21
    3
    Widor
    19 juin 2018 - 10 h 19 min

    Le ministre de la justice aux enchères,va s’occuper des intégristes les carburants du régime actuel ou pourvoir,et comment faire pour la survie de ce régime corrompu et injuste

    24
    2
    Anonyme
    19 juin 2018 - 9 h 52 min

    Le plus important pour ne plus avoir ce genre d agressions envers les femmes est de fermer ou d interdire toutes les chaînes islamistes pourries et de remplacer l enseignement de la religion par des cours d éducation civique dans les écoles .
    Sinon c est comme prendre une goutte d eau dans un océan….

    53
    2
    Felfel Har
    19 juin 2018 - 9 h 35 min

    Ce qu’il faut, ce ne sont pas des déclarations d’intention timides et timorées. Il faut frapper fort en enquêtant, en arrêtant, en jugeant et en condamnant les coupables de telles initiatives, pour servir d’exemple. La loi doit s’appliquer dans toute sa rigueur car les menaces de ce type sont des crimes (selon le principe l’intention vaut l’action) passibles de prison. L’annonce de Mr. Louh, si elle n’était pas suivie d’actions fermes de protection de nos concitoyennes, s’avérera vaine pour prévenir des vendettas menant à la guerre civile. Ne minimisons pas le danger que font peser sur notre sécurité ces illuminés, plus enclins à mettre le pays à feu et à sang qu’à respecter les nobles principes du Coran!

    48
    6
    Anonyme
    19 juin 2018 - 9 h 19 min

    Pas de justice en Algérie avec ce pouvoir mais laxisme, clientélisme, privatisation de la rente à certains prédateurs, incompétences, corruption et intégrismes et régionalisme rampant qui ont été au cœur de la gestion de l’Etat durant ces dernières 20 années. ….

    40
    3
    Anonyme
    19 juin 2018 - 9 h 02 min

    Ouf enfin notre ministre de la Justice réagit et cela est à saluer je suis sur que il existe au sein de ce Gouvernement des personnes qui sont sincères mais il faut qu ils fassent entendre leur voix mais surtout agissent et sévissent face à ces malades avant qu ils recommencent on n a pas envie que notre pays devienne l Afghanistan et ces barbus s ils ne veulent pas comprendre qu on doit vivre en paix chez nous vous n avez qu à les envoyer en Arabie ou qu ils aillent montrer leur courage au vitriol ailleurs en Palestine par exemple

    37
    6
    Anonyme
    19 juin 2018 - 8 h 55 min

    10 ans au minimum dans la pire prison, ça fera réfléchir, 20 ans en cas de récidive et leurs donner de l’acide pour se laver au lieu de l’eau.

    44
    7
    Milouka
    19 juin 2018 - 8 h 37 min

    Je n’ai pas compris ce que vous voulez dire.
    L’Islam c’est vitrioler les femmes non voilées ?

    17
    12
    fakou
    19 juin 2018 - 8 h 01 min

    la guerre contre l islam continue , malheureusement par une main musulmane. je vous prie de publier çà.

    9
    51
      Anonyme
      19 juin 2018 - 11 h 43 min

      agresser nos soeurs nos femmes et nos meres c’est ca ton islam ?
      reveillez vous… on a trop souffert pendant des annees a cause de cet ideologie.
      la liberte de pensee est et doit etre sacree ce n’est ni a toi ni a moi d’obliger les femmes de porter ou pas le voile de faire son jogging ou d’aller en cuisine.
      que les MOKHTAR de ce bled s’occupe de leurs ognons et ils feront mieux de travailler parceque nos braves algeriennes les ont depasses sur tout les aspects.
      cordialement

      23
      2
    Rassuré!
    19 juin 2018 - 8 h 00 min

    A voir la célérité avec laquelle notre ministre de la justice a réagi, nous pouvons dormir sur nos deux oreilles ! …

    30
    10
      Anonyme
      19 juin 2018 - 9 h 46 min

      Ha ha….bien dit

      24
      1
    Anonyme
    19 juin 2018 - 7 h 23 min

    La vraie qui question mec ! est la suivante ! : peut-on nommer une commission d’enquête totalement indépendante donc choisie non pas par le régime en place mais par la société civile et les ONG ! pour déterminer l’origine de cette irruption. Tant que ça tourne dans le régime pourri du FLN… le résultat est déjà connu comme celui des élections.

    29
    14
      Raselkhit
      19 juin 2018 - 8 h 32 min

      …Le complexe du colonisé étant encore profondément ancré dans certain cervelles il sera très difficile de l’extraire .Encore longtemps nous entendrons parler de lui

      5
      29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.