Bouteflika : «L’intifada du 20 août 1955 est une admirable fusion entre nos moudjahidine et nos citoyens»

Tayeb Zitouni
Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine. New Press

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a affirmé lundi 20 août, que l’intifada du 20 août 1955 a été «une admirable fusion entre nos vaillants moudjahidine et nos valeureux citoyens» et que le congrès de la Soummam du 20 août 1956 «a permis de donner un souffle nouveau et fort à l’Armée de libération nationale (ALN)».

Dans un message à l’occasion de la Journée nationale du moudjahid, lu en son nom à Tébessa par le ministre des moudjahidine, Tayeb Zitouni, le président Bouteflika a affirmé que «l’intifada du 20 août 1955 a été une admirable fusion entre nos vaillants moudjahidine et nos valeureux citoyens, une synergie qui a terrifié l’implacable colonisateur». «Ce sursaut a été également une preuve supplémentaire de la détermination de notre peuple à payer le prix fort pour le recouvrement de sa liberté», a-t-il ajouté.

«La date du 20 août coïncide avec l’anniversaire de mémorables évènements historiques, à commencer par le sursaut de notre vaillant peuple dans le Nord constantinois qui a confirmé par les sacrifices qu’il a consentis que la Révolution du 1er Novembre 1954 était véritablement la révolution de tout un peuple, un peuple résolu à libérer sa terre, un peuple dont l’Armée de libération nationale a été le solide bouclier pour briser les chaînes du colonialisme», a-t-il rappelé.

«Face à ce nouveau sursaut de notre brave peuple et à la bataille courageuse menée par notre Armée de libération nationale le 20 août 1955, le colonisateur s’est livré à une sanglante répression sans précédent, en utilisant toutes sortes d’armes, par voie terrestre, aérienne et maritime. Une répression qui a atteint sa plus horrible manifestation avec le massacre dont a été le théâtre le stade de Skikda qui a vu le génocide de plus de 10.000 civils sans défense», a-t-il poursuivi.

«En commémorant cet anniversaire aujourd’hui (lundi 20 août) que l’Algérie est indépendante, le devoir nous impose de nous recueillir avec déférence et respect à la mémoire de ces milliers, voire ces dizaines de milliers d’Algériens et d’Algériennes tombés en martyrs dans le Nord constantinois en priant le Tout-Puissant de les rétribuer et de les accueillir en Son Vaste Paradis», a estimé le chef de l’Etat.

Evoquant la deuxième station historique célébrée à l’occasion de la Journée nationale du moudjahid, à savoir la tenue du Congrès de la Soummam, le 20 août 1956, le Président Bouteflika a précisé que ce congrès «a réuni l’élite des dirigeants de notre révolution armée qui ont arrêté une charte traçant la route de notre révolution jusqu’à la victoire et mis en place une solide organisation de notre lutte armée et une structure politique permanente, venue en appui au bouclier politique de la glorieuse révolution de Novembre, j’entends le Front de libération national».

Il a indiqué que «l’organisation militaire adoptée par le Congrès de la Soummam a permis de donner un souffle nouveau et fort à l’Armée de libération nationale qui a ainsi renforcé sa présence sur le terrain et resserré l’étau sur l’armée coloniale», rappelant que «la vaillante Armée de libération nationale, soutenue par le peuple dans son ensemble y compris sa communauté à l’étranger, avait contraint l’odieuse armée coloniale à acheminer plusieurs convois militaires vers notre pays pour maintenir sa présence dans une tentative désespérée, fatalement vouée à l’échec».

Le chef de l’Etat a affirmé que «l’indépendance de l’Algérie a été acquise au prix de sacrifices d’un million et demi de chahid et non sans une destruction barbare dont le point noir a été la sinistre armée sécrète de colons haineux qui ont déversé leur fiel sur les civils sans distinction entre grands et petits, ni entre hommes et femmes».

En cette date commémorative, le Président Bouteflika a tenu à adresser ses «salutations fraternelles et profondément respectueuses» à l’ensemble des moudjahidine et moudjahidate et à se recueillir à la mémoire de ceux parmi eux «qui nous quittent, malheureusement, les uns après les autres, et ce, après avoir contribué à la libération de l’Algérie et à la reconstruction de son Etat altier».

Il a salué, en outre, les membres de l’Organisation nationale des moudjahidine, en souhaitant à «leur auguste organisation davantage de réalisations au service de la mémoire de la glorieuse révolution de Novembre et de la défense de l’histoire de l’Algérie combattante».

R. N.

Comment (17)

    bedraham
    22 août 2018 - 9 h 10 min

    20 aout 1955, revolte populaire du peuple Algeriens contre le colonialisme francais-septembre 1962 premier coup d’etat de l’armee Algerienne des frontieres tunisiennes et marocaines contre le gouvernement provisoire de la republique Algerienne et contre la ligitimite populaire -1992 deuxieme coup d’etat contre la legitimite populaire apres l’arret du processus electorale, ca c’est l’histoire de notre democratie confisquee par ouled franca ya si Zitouni ce que nous vivons actuellement, un pays qui renie son histoire et son peuple.

    3
    7
    Mme CH
    22 août 2018 - 0 h 56 min

    Aid Moubarak Karim à tous et à toutes…!!!

    Un bon remède pour les Amnésiques…venant d’une française..!

    « Algérie, 20 août 1955. Insurrection, répression, massacres », de Claire Mauss-Copeaux : répression démesurée » (le Monde, 28.02.2011, F. Beaugé).

    Que s’est-il passé en Algérie, le 20 août 1955, quand des soldats de l’Armée de libération nationale, le bras armé du FLN, ont attaqué simultanément, avec l’aide de la population, les localités situées entre Collo, Philippeville, Guelma et Constantine ? Y a-t-il eu, comme on le dit depuis, un massacre généralisé perpétré par les Algériens ? Et que sait-on de l’ampleur des représailles qui ont suivi ?
    L’historienne de la guerre d’Algérie, Claire Mauss-Copeaux, a éclairé les zones d’ombre, devenues sources des rumeurs les plus folles ces dernières années, en raison du travail de sape mené par les activistes de la mémoire.

    Deux massacres d’Européens ont bien été perpétrés par les insurgés dans deux villages du Constantinois : à El Alia, 35 villageois ont été tués, et 7 villageois à Ain Abid. Les 29 autres victimes comptabilisées ont péri en divers endroits, dans des circonstances rarement précisées, lors d’une succession de crimes mais « non d’un crime de masse « , précise Mme Mauss-Copeaux. Le tableau faisant état d’un massacre généralisé des Européens dans le Constantinois, tel qu’il a souvent été rapporté par les médias français, est donc sans rapport avec la réalité.

    Instrumentalisées par certains, les deux tueries d’El Alia et Ain Abid ont été érigées en surévénements, avec un objectif : masquer l’insurrection du Constantinois et, surtout, dissimuler les terribles représailles qui se sont abattues bien au-delà du mois d’août sur la population civile de la région. La violence a été extrême et générale, partagée par les militaires et les civils engagés dans les groupes d’ « autodéfense ».

    Combien de civils algériens ont péri dans cette répression d’une ampleur démesurée ? Impossible de le dire avec certitude, répond Claire Mauss-Copeaux. Si l’on se fie aux estimations officieuses de militaires français, 7 500 Algériens auraient été tués entre le 20 et le 25 août. Mais cette estimation ne tient compte que des hommes tués au cours des affrontements et des ratissages. « Il ne faut pas oublier les autres victimes, massacrées par les milices ou tuées après le 25 août « , insiste-t-elle.

    Quoi qu’il en soit, beaucoup de ces opérations de représailles ont été menées non pas à chaud – comme par ce père d’une famille dont tous les membres avaient été massacrés, mais à froid, par des militaires obéissant aux directives de leur hiérarchie et décimant, pendant plusieurs semaines, des civils sans défense.

    Il n’est dans ce cas « plus question d’émotion », mais d’une volonté délibérée « d’écraser le nationalisme adverse » et de terroriser la population algérienne, souligne Claire Mauss-Copeaux. Pour l’historienne, le crime de guerre atteint alors des dimensions exceptionnelles : « Il est proche du crime contre l’humanité. »….Merci Mme Copeaux, mais il faut oser dire qu’il s’agit bien d’un crime contre l’humanité…!!

    « Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir »….et…. »Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre »

    Vive l’Algérie…!!

    4
    28
    La vraie famille révolutionnaire
    21 août 2018 - 21 h 32 min

    Les chouhada.
    Gloire a nos martyrs et honte aux escrocs et faux moudjahidine.

    10
    Slam
    21 août 2018 - 11 h 40 min

    Les mêmes messages creux et paternalistes chaque année. On change la date et on ajoute quelques citations et hop on imprimé pour le bon peuple qui de toute façon ne lit plus rien. Présider par des lettres et juste à l’occasion de dates commémoratives. Un simple fonctionnaire au ministère des commémorations suffirait. Pourquoi créer toute une Présidence pour rédiger des lettres enregistrées sous Word ?? Mystère…

    32
    1
    Anonyme
    21 août 2018 - 1 h 28 min

    Et aujourd’hui,Mr Bouteflika?? Il ya fusion entre le peuple et votre pouvoir?? Vos ministres députés sénateurs ould Abbas sidi said fce….vivent à Bab El oued?? Ou au club des pains??

    29
    1
    Felfel Har
    20 août 2018 - 23 h 53 min

    Soubhan Allah! C’est à ne rien comprendre! Je suis tout étonné de constater qu’à l’approche du 20 août, tous ceux qui n’ont rien à voir avec le congrés de la Soummam sont ceux qui font le plus de déclarations tonitruantes pour tenter d’accréditer l’idée que soit ils y ont contribué, soit ils sont imprégnés de l’esprit et de la lettre de ses résolutions. Rappelons qu’à peine une année après sa tenue, des colonels (des militaires donc) se sont attelés à démonter, à vider de leur sens ses principales recommendations dans le but de s’accaparer du pouvoir (devant être exercé par des civils), quitte à éliminer physiquement tous ceux qui tentaient de s’opposer à leur « coup d’État ». Je conseillerais donc aux bonimenteurs de se calmer, de se taire et de méditer cette pensée du philosophe chinois Lao-Tseu « Ceux qui savent ne parlent pas et ceux qui parlent ne savent pas, le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles ». Et des actes, nous ne voyons que ceux qui perpétuent la confiscation du pouvoir au peuple au profit d’une caste. Et cela va encore durer!

    31
    2
    Anonyme
    20 août 2018 - 22 h 48 min

    Ils ressortent leurs vieux disques rayés ,ce pouvoir vit dans sa bulle hors du temps.

    20
    1
    Anonyme
    20 août 2018 - 22 h 21 min

    ne vous viendrez t ‘il a l’ idee d’axer une grande partie du budget versee au ministere des moudjahidines a celui de l’ education sachant que celle est totalement abandonnee .

    28
    Ifri Body
    20 août 2018 - 21 h 47 min

    On constate plus une décomposition qu’une fusion aujourd’hui. Le pays va imploser si un vrai changement n’arrive pas rapidement.

    37
    Brahms
    20 août 2018 - 19 h 03 min

    Quelle fusion ? Des millions de pauvres chez les ouvriers, employés morts inutilement. Les riches et les enfants de riches sont tous à l’extérieur, ils vivent comme des pachas avec le magot

    26
    1
      Anonyme
      20 août 2018 - 19 h 21 min

      Bravo!

      15
      1
    TamurthAlwaysTamurth
    20 août 2018 - 18 h 55 min

    20aout 1955: La Wilaya II se souleve en masse pour soutenir la willaya I qui a donne le plus et souffert le plus durant la premiere annee de lA GLORIEUSE REVOLUTION
    20 aout 1956: la wilaya III organise le congres de la soumamn, la wilaya II lance un dexieme 20 aout
    Gloires a nos Glorieuses CHOUHADATES et CHOUHADAS.
    Vive Tamurth

    6
    10
    Gatt M'digouti
    20 août 2018 - 18 h 20 min

    Ya sid el wazir !
    Demandez alors aux « Anciens Moudjahidines » dont vous gérez la carrière de nous refaire ce coup ! un remake en quelque sorte ! si il y avait une fusion formidable comme vous le dites entre les Moudjahidines et les citoyens, il n’y a pas de raison que cette flamme s’éteigne ! Le poète ne disait il pas : » on a vu souvent rejaillir le feu d’un ancien volcan qu’on croyait trop vieux « ?
    Haya khouya Tayeb Zitouni époustoufles nous ! Que ces Moudjahidines se manifestent et disent aux Algériens : ON VOUS A CONFISQUE VOTRE INDÉPENDANCE ! et svp ! stoppez les témoignages style j’étais avec si flen ALLAH YARAHMOU et si felten AMMAH YERAHMOU ! ça ne marche plus ! chaba3touna guenines !

    21
    1
    Anonyme
    20 août 2018 - 17 h 11 min

    Il n a jamais ete question d’ in tifada sauf dans votre volonte ‘ d’ inscrire la lutte numide dans la subordination a’ l’ arabisme, un non- dit criard , celui de plier notre histoire a’ l’ imperatif Arabe, a’ savoir lier l’ algerie a’ la palestine. Ce qui denote la haine de soi ed l’ hypocrisie des discours officiels!
    Pas en mon nom.

    19
    3
    Tarass Boulba
    20 août 2018 - 17 h 04 min

    Bouteflika aurait pu quand même nous dire quel est le nombre exact d’anciens moudjahidine qui sont encore en vie ! Sacré Bouteflika !

    Vu le budget en hausse constante chaque année que les loi de Finances consacre au Ministère des anciens Moudjahidine, on peut remarque que cette espèce, au lieu d’être en voie de disparition comme la nature le veut, se multiplie au contraire à volonté ! Les chercheurs en biotechnologie devraient se pencher sérieusement sur cette question de reproduction de l’espèce … sans accouplement !!!

    42
    1
      Anonyme
      21 août 2018 - 7 h 43 min

      ok c facile a bou bri 10 milliou di moudjahid sil vous bli. Et chaque année le nombre augmente …. c la loi de la nature..même toi tu peux devenir grand moudjahid. Il faut juste faire un dossier et aller à gauche et à droite avec 3 temoins et c fait…vous aurez votre carte de moudjahid et la bonssion aka pension.. tout est faux et ca s amplifie. Aid moubarek à tous et à toutes

      31
    Séhab
    20 août 2018 - 16 h 40 min

    lu en son nom à Tébessa par le ministre des moudjahidine, Tayeb Zitouni

    lu en son nom

    lu en son nom

    lu en son nom

    pourquoi il ne viendrai pas nous lire ces messages lui même!!!

    quant on’est présidant d’un peuple de 40 000000 million on doit assumer ces fonctions selon la constitution (ou?) il faut arrêter la dictature et respecté la constitution!! le peuple en à assez de vos magouilles!!!

    29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.