Youcef Yousfi : «Plusieurs pays veulent installer des usines de véhicules en Algérie»

Youcef Yousfi
Le ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi. New Press

Par Hani Abdi Le ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi, assure que l’investissement dans le secteur automobile intéresse de plus en plus les pays étrangers.

Intervenant dimanche 21 octobre au forum d’El Moudjahid, le ministre de l’Industrie affirme que son département reçoit beaucoup de demandes d’investissement dans cette branche d’activité de pays étrangers.

Le marché algérien, selon lui, est des plus attractifs dans la région. Il est surtout l’un des plus importants en Afrique. Mais de grands constructeurs veulent faire de l’Algérie leur plateforme pour aller conquérir ou reconquérir le marché africain mais aussi celui du Moyen-Orient, estime Youcef Yousfi, qui souligne que plusieurs dossiers d’investissements de constructeurs automobiles étrangers sont actuellement à l’étude au niveau du Conseil national d’investissement (CNI).

Le ministre de l’Industrie précise que le secteur est ouvert à tout investissement étranger, soulignant que le gouvernement veillera au respect du cahier des charges afin d’arriver à moyen terme à un taux d’intégration assez appréciable.

Youcef Yousfi réfute les accusations selon lesquelles il y a du favoritisme dans l’octroi des autorisations d’investissement dans le montage automobile.

Interrogé sur l’usine de Peugeot en Algérie, le ministre de l’Industrie dément les rumeurs sur son blocage. Le retard accusé dans la réalisation de cette usine de 100 000 véhicules par an est dû, selon lui, à un problème d’assiette de terrain.

Les autorités ont dû déplacer l’implantation du projet vers une autre zone d’activité nouvellement créée à Oran. Il a fallu déclassifier des terrains agricoles, précise le ministre selon lequel le projet de Peugeot verrait bientôt le jour.

Mais pour arriver à créer une véritable industrie automobile, il faudra impérativement développer la sous-traitance, fait rappeler le ministre qui insiste sur ce point qu’il considère comme capital pour l’avenir de ces usines de montage automobile.

La question de la transparence des prix a été également relevée par le ministre. Pour lui, sans la transparence, il ne pourrait y avoir de relation de confiance.

L’option de l’industrie automobile est, selon lui, irréversible. Elle pourrait même être le moteur de la relance industrielle. Actuellement, le gouvernement a autorisé une quarantaine de projets dans le secteur automobile, entre le montage de véhicules, de sous-traitance et la fabrication de pièces de rechange. Le marché algérien peut absorber jusqu’à 400 000 véhicules par an, ce qui fait de lui l’un des plus grand en Afrique. Les kits CKD et SKD destinés aux usines de montage automobile s’élèvent à près de 2 milliards de dollars de janvier à août 2018.

H. A.

Comment (18)

    Anonyme
    25 octobre 2018 - 21 h 32 min

    «Plusieurs pays veulent installer des usines de véhicules en Algérie», Ce type dit n’importe quoi, les pays ne fabriquent pas de voitures, les societés automobiles sont presque toutes privées.

    Vroum Vroum
    23 octobre 2018 - 16 h 12 min

    @Annonyme 22/10 ..21h01….ce que tu fis est intelligent certe , mais que la voiture électrique remplace à court et moyen terme le Moteur à Explosion , énergie Essence , Go..ne sera pas pour ce siècle …l’économie Mondiale repose sur l’énergie Pétrolière et aucun Pays au monde ne pourra s’en passer à 100%..peut être 10% mais pas plus …c’est comme la Monaie de Réserve Dollar !! ..dont l’économie Mondiale , SWIFT…repose sur le Dollar..et si demain la Chine ou Japon ou…revendent la totalité de leurs Bon du Trésor US c’est la Crise Majeur d’assuré ..Pourquoi la Chine refuse la brutalité contre le Dollar alors qu’elle peut le couler demain !…de même pour l’enegie Pétrolière et Voiture essence/Gaz oil…l’alternative existe , mais juste à très petites doses ..Donc l’Algérie fait le bon choix pour des Usines Automobiles sur son sol …C’est mon avis …et Bonne Route @Annonyme !!

    1
    1
    anonyme
    22 octobre 2018 - 21 h 01 min

    bien sur qu’ils se bousculent tous pour nous refiler leurs technologies périmées et bientôt interdites , l’automobile du futur immédiat c’est la voiture électrique , d’ailleurs l’arabie satanique veut s’accaparer le marché en achetant le premier constructeur mondial! en plus de ses investissements dans d’autres entreprises concurrentes. tout çà pendant que l’algérie construit des mini usines de montage pour voitures essence qu’on ne pourra pas vendre !? mais du moment que certains pontes y trouvent leurs comptes alors allons y gaiement, n’est ce pas ?! c’est la ruine annoncée pour nous, ce sont des cadeaux empoisonnés!

    Tarass Boulba
    22 octobre 2018 - 18 h 53 min

    Youcef Yousfi n’est toujours là, que se soit quand il était Ministre de l’Énergie ou Ministre de l’Industrie et des Mines ou Ambassadeur etc… que pour nous annoncer des idées pompeuses, des projets pompeux mais il n’y a jamais rien de concret avec lui !

    Il a l’art de faire des promesses, des annonces sachant que demain il va changer de chaise pour une autre et donc il n’aura pas de compte à rendre ! C’est un type qui a toujours eu peur d’affronter les journalistes directement avec des questions libres et ouvertes ! Avec son air hautain,méprisant, dédaigneux, suffisant, il sait qu’il n’y a que les médias du pouvoir (Chaine 3, ENTV … ) où il peut s’exprimer comme il veut car c’est lui qui décide et des questions et des réponses !

    AMRANI REDHA
    22 octobre 2018 - 0 h 25 min

    Bonsoir
    Je ne lis que des commentaires négatifs voire totalement réprobatifs à l’encontre des informations données par le ministre de l’industrie sur le développement de l’industrie automobile en Algérie. Faut il continuer à importer 400 000 véhicules particuliers à 5 milliards de dollars tous les ans et d’ici dix ans il faudra importer un million de véhicules particuliers et à quel prix;nous avons tardé à commencer l’industrie du véhicule particulier et il était temps de rattraper les retards accumulés.Autour de cette industrie viennent les équipements de première monte comme les pneumatiques ,jantes vitres,pieces plastiques,pièces électriques et autres qui se développeront immanquablement.Il faudra dix à quinze années pour asseoir une telle industrie et l’industrie automobile algérienne pourra intégrer en route la traction hybride ou la traction tout électrique sans aucune difficulté;l’essentiel est de créer de l’emploi en Algérie et de réduire les coûts des importations et même d’exporter une partie de la production des voitures et des composants..Alors sachons raison garder et évitons le dénigrement systématique.Si des constructeurs automobiles veulent s’installer en Algérie c’est que nous avons le plus grand réseau routier goudronné d’Afrique et plus de dix millions de jeunes dans les écoles et universités;c’est un atout des plus important pour développer une industrie incontournable; dans les pays développés on ne dt plus « quand le bâtiment va tout va «  » mais quand l’industrie automobile va tout va » et aux USA il est dit que lorsque Général Motors tousse, l’Amérique a la grippe…….

    5
    7
    jokerpic
    21 octobre 2018 - 22 h 24 min

    C’est normale que beaucoups de fabricants veulent investir en montage de véhicule SKD en Algérie c’est en faite comme si qu’il vendaient des véhicules finis en Algérie .En faite ils veulent leurs parts de marchés des produits finis.
    En faite ‘il vendent des produits finis qui se vendent en kit
    Il est plus logique de demander la fabrication de A a Z comme cela se pratique chez eux là il y’aura beaucoup moins de fabricants qui se proposeraient a ça Car cela serait considéré comme du vraie transfert de technologie et par démonter pour mieux vendre.
    Ils mettent les prix quels veulent aux pièces et le cout du véhicule devient faramineux a l’image des renaults ou peugeot ou autre véhicule monté .
    Comme première étape de 2 ans je veux bien mais que cela deviennent la règle est ridicule pour l’image de l’industrie made in .

    8
    2
    khssara
    21 octobre 2018 - 21 h 30 min

    Oh miracle, tout d’un coup, comme ça, plusieurs constructeurs nous aiment !
    Quel est le but? qui va se frotter les mains? On veut notre voiture la DZ Blady !
    Où sont passés nos ingénieurs, nos usines ?
    Les cigarettes on en fabrique, et ils se retrouvent en france.
    Importer de la mayonnaise ! c’est pour faire plaisir à qui?
    Pauvres compatriotes je comprends votre dégout !
    Corruption de haut en bas !
    Entre-nous :Tous les Algériens que je croise à l’étranger me disent qu’ils bossent dans l’import-export !!! toujours dans le même sens bien entendu !

    14
    1
    Brahms
    21 octobre 2018 - 19 h 52 min

    A la longue, vous allez transformé l’Algérie en dépotoir. Vous oubliez les pièces détachées qui coûtent une fortune donc le peu de devises qui seront ramassés via le pétrole et le gaz repartiront dans les poches de ces mêmes investisseurs. En échange, vous aurez donc plus de voitures polluantes alors que les européens veulent carrément arrêter le diesel et l’essence pour 2040 afin de remplacer leurs véhicules par des voitures électriques ou hybrides. Enfin, beaucoup d’algériens ne peuvent pas mettre 2 000 000 de dinars dans une voiture. Le mieux serait donc déjà de commencer par construire un réseau routier, des autoroutes, des stations d’essences, des airs de repos, des parkings pour absorber tous ces flux de véhicules à défaut, vous aurez des accidents en pagaille, de la circulation où il faudra attendre des heures pour avancer, de la pollution et plein de maladies de types cancers à cause de ces gaz d’échappements (polluants nocifs pour la santé).

    12
    4
    Hakikatoune
    21 octobre 2018 - 19 h 21 min

    «Plusieurs pays veulent installer des usines de véhicules en Algérie» , c’est normal ya dada Yousfi car vous allez leur réserver une enveloppe devises de notre rente pétrolière pour leur permettre d’importer les kits pour montage de leurs voitures !

    18
    1
    benchikh
    21 octobre 2018 - 18 h 12 min

    non merci les terres agricoles Algériennes ne sont pas à vendre, et le montage des voitures ça nous ramène presque rien au contraire on paye des pièces fabriquées chez leur voisin (roumanie) notre dernière facture était de 2 milliard de Dollars,ou est le profit ??? Et en plus l’après voiture est en cours de réalisation ,ça veut dire qu’ils ont plus besoin de ce genre de ferraille, concentre- nous plutôt plus sur notre alimentation, prospérité d’une société,nos besoins industriels (l’armement ..) , et préservons notre environnement et notre indépendance loin des compagnies multi nationales .On préfère la marche.

    16
    3
      Coucou
      21 octobre 2018 - 22 h 58 min

      Slm alkm. Assemblons nos propre véhicules adapter aux routes et environement algériens et africains. on devrais pouvoirs créé nos propre marque .Solide et fiable .Ils faut créé des partenaria avec fabriquant fiable et développer des bureaux études .Renauld symbole la honte.c est tesla qu’ il faut intereser ou aller dans se sens.dommage car dans notre pays il y’a des gens compétant et très intelligent on pourrais rattraper notre retards dans beaucoup de domaines.
      Sinon on va devenir les prochains esclave des multinationnal et leurs clicks.mains d oeuvres pas chère.

      8
      2
    Kaci
    21 octobre 2018 - 18 h 04 min

    et en avant toute la ferraille sur toutes les routes. Un cerveau de poule ne peut pas définir une stratégie globale de développement équilibrée pour toutes les régions. L’Algérie a besoin de développer ses secteurs agricoles, de bâtiment, de textiles (on habille les algériens selon le mode occidental) de santé,(les hôpitaux datent de l’époque coloniale et le matériel médical presque inexistant, de l’éducation et la recherche. Alors basta ces voitures qui empestent la vie, même des trottoirs pour le citoyen lambda n’existent pas . Pourquoi un ministre décide tout seul de l’avenir d’une nation. Où est la consultation populaire. A BAS LA MÉDIOCRITÉ, A BAS LE BRICOLAGE.

    19
    3
    l'ouzine
    21 octobre 2018 - 17 h 56 min

    Tant qu’on n’utilise pas les kits fabriqués au Maroc ça va ! (enfin je l’espère)
    Plus de Diesel en Europe et généralisation de l’électrique. A nous les particules.
    Moi, vu les prix des véhicules neufs en Algérie, je ne comprends plus rien.
    Importer, consommer et l’intégration allez le raconter à d’autres.
    Pauvres terres agricoles du Nord ! Algérie martyrisée, Algérie outragée

    15
    6
    Anonyme
    21 octobre 2018 - 16 h 19 min

    «Plusieurs pays veulent installer des usines de véhicules en Algérie» comme les usines qu on a déjà!!!
    juste vendre la pièces et gonflage des roues , voila les usines dont parle ce ministre ,

    21
    3
    le niveau
    21 octobre 2018 - 16 h 08 min

    encore un (…) qui dit n’importe quoi mais monsieur le ministre fallait aussi dire
    quel son les exigeance de ces futur pays qui veulent ..eviter les taxes dans leur pays..
    (…)

    12
    1
    Abou Stroff
    21 octobre 2018 - 15 h 35 min

    «Plusieurs pays veulent installer des usines de véhicules en Algérie» dixit notre ministre.
    je ne puis remettre en cause l’affirmation de notre ministre.
    en effet, tous les pays développés agissent pour éliminer graduellement la pollution que causent les véhicules à essence ou diesel. il ne faut donc pas sortir de Harvard pour comprendre que les constructeurs d’automobiles sont à la recherche d’abrutis qui leur permettent de continuer à prospérer vu que les marchés des pays développés vont, de plus en plus, être réduits.

    18
    2
    D F
    21 octobre 2018 - 15 h 35 min

    Aucune stratégie intérêt national à long terme pour un projet de développement des industriels et entreprises algériennes ainsi que des plateformes soit en application immédiate et pour le future du pays…. la priorité aurait fait qu’un vrai ministre d’un poste aussi important de l’industrie soit d’une compétence et un stratégique visionnaire qui favorise l’Algérie sur le marché africain et du moyen orient .. ! au détriment des autres industriels étrangers cela s’appelle la concurrence directe .. mais ce sinistre de l’industrie ou sa capacité de réflexion s’arrête a ces pieds .. nous explique que des industriels étrangers et plateforme veulent conquérir le marché africain et cela au détriment des intérêts national de notre pays via en faire un pays sous traitent nos terres par ses industriels étrangers qui eux vise le marché africain…. quel incompétence , quel erreur même si les partenariats entre pays sont inévitable aujourd’hui

    11
    Anonyme
    21 octobre 2018 - 15 h 21 min

    ARRETEZ DE VENDRE, voire de prostituer, le pays. Avec votre ouverture irrationnelle les véhicules nous reviennent beaucoup plus chers même en devises et vous voulez encore offrir un marché à d’autres marques pour avoir leur part du gâteau et nous escroquer encore plus. Même les grandes nations industrielles n’ont pas plus de 2 à 3 marques et nous dont l’intégration est de ZERO, vous voulez installer 50 marques. Nous ne sommes même ,pas capable d’avoir une intégration économiquement viable avec 1 seule marque et vous voulez nous rendre dépendant de 50 avec un coût de revient nettement supérieur à une importation pure et simple. Je ne dis pas n’implantons pas d’usines, bien au contraire, mais 1 à 2 marques auraient largement suffit. Mais pour notre malheur, il est vrai, que pour satisfaire tous vos soutiens, extérieurs et intérieurs, il faut servir tout le monde.

    14
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.