5e mandat : le jeu de mots d’Ould-Abbès et la fausse interprétation du Monde

FLN discours
Djamel Ould-Abbès manipule l'opinion publique. New Press

Par Karim B. – Dans son discours prononcé ce dimanche devant les députés FLN, à l’occasion de l’installation du nouveau président du groupe parlementaire de l’ancien parti unique, Djamel Ould-Abbès a déclaré que le candidat du FLN à l’élection présidentielle «est Abdelaziz Bouteflika». Le secrétaire général du FLN a usé subrepticement d’une lapalissade tout en sachant pertinemment que son «annonce» allait être mal interprétée.

Premier média à tomber dans le panneau, le journal français Le Monde qui titre : «Le président algérien Bouteflika sera candidat à sa réélection en 2019», en se référant à l’«annonce» du «chef du FLN». Or, Djamel Ould-Abbès n’a pas annoncé la candidature du président Bouteflika à sa propre succession, mais a répété une évidence, à savoir que le FLN ne peut présenter un candidat à la magistrature suprême autre que le président du parti. Cela ne signifie nullement qu’Abdelaziz Bouteflika a décidé de briguer un cinquième mandat.

Le secrétaire général du FLN manœuvre et manipule l’opinion publique, s’autoproclamant porte-parole du président de la République et outrepassant, ainsi, ses prérogatives de chef de parti. Djamel Ould-Abbès avait, auparavant, fait montre d’un zèle hystérique lorsqu’il a sanctionné des membres du FLN qui avaient appelé le chef de l’Etat à briguer un cinquième mandat. L’initiative machiavélique des députés FLN leur avait valu leur traduction devant le conseil de discipline du parti.

Le président Bouteflika ne s’est toujours pas prononcé et n’a pas mandaté les dirigeants des partis de l’alliance présidentielle à parler en son nom. Leurs déclarations tournent, pour le moment, autour des quatre mandats du président Bouteflika dont ils vantent les réalisations mais à aucun moment ce dernier n’a fait part de son intention de se maintenir au pouvoir.

L’annonce viendra du Président lui-même ou de son proche entourage. Tout le reste n’est que gesticulations et supputations.

K. B.

Comment (29)

    Anonyme
    30 octobre 2018 - 7 h 29 min

    Chaque oiseau chante a sa manière,mais lorsqu’ils se rassemblent le passant ne retient rien et ce qui se passe avec ces quatre mandats.Tout ce qu’on a pige ce dont ces centaines voire milliers de milliards de dollars qui se sont envolés et aucun des oiseaux pourtant volants n’a vu la destination et personne de ces indigènes des quatre n’a senti ses odeurs.Alors ouliad abbés ou autre …..c’est la fiente

    Anonyme
    29 octobre 2018 - 23 h 13 min

    Ould Abbas dit et fait ce qu’il veut,du moment qu’il n’y a aucune contradiction,les médias étant réservés aux partis du pouvoir. Mais bouteflika n’a jamais dit qu’il est president du FLN,jamais! C seulement les sg du FLN qui le disent,comme n’importe quel autre parti pourrait le revendiquer,c le president de tous les algeriens..

    MELLO
    29 octobre 2018 - 19 h 38 min

    Ould Abbés, que nous connaissons fort bien ,fait des choux gras outre-mer. Les journalistes francais du MONDE ne comprennent absolument rien de ce qu’avance ce dinosaure en politique Algérienne. Libre à lui d’annoncer que leur candidat ne peut qu’être le président actuel, mais est ce une annonce formelle de candidature ? Le candidat lui même ne s’est pas prononcé alors pourquoi ce journal avance une telle ineptie. Les journalistes français ne pourront jamais déchiffrer les arabesques politiciennes de nos responsables qui manient la véritable langue de BOIS.

    DZLander
    29 octobre 2018 - 17 h 58 min

    Il faudrait ètre tombé trop bas pour continuer de laisser faire un(…) pareil. Un imposteur de basse extraction qui, avec le visage d’un (…) , porte, toute honte bue, préjudice à tous les Algériens.

    11
    Lghoul
    29 octobre 2018 - 17 h 12 min

    Quand je regarde cette photo d’ould abbas, je comprend pourquoi l’Algérie a trop de fardeaux sur les épaules. Et avec des fardeaux, on ne se relève que difficilement.

    13
    1
    Anonyme
    29 octobre 2018 - 16 h 36 min

    Pour sauvegarder la dignité du peuple algérien ,Bouteflika ne doit pas se representer, d’une 2 mandats cela suffit, 2 le monde entier se moque de nous est vous pouvez parier qu’il se moquera encore plus , se representer serait un manque de respect pour toute la nation, maintenant si son but est d’humilier tout le peuple, et bien qu’il se représente ou qu’ils le pousse a le faire. n’y a t’il pas d’autres hommes capable pour se presenter et gouverner l’Algérie?, alors que tout le monde sait dans quel état de santé il est, si il se représente, personnellement je n’irais pas voter.

    18
    DYHIA-DZ
    29 octobre 2018 - 15 h 50 min

    chaque déclaration de Ould Abbes est une confirmation de l’absence totale de M Bouteflika.
    Qui est ce président qui se laisse ridiculiser tout le temps par des charlatans.Cela prouve que M. Bouteflika n’est pas au courant des agitations de ces charlatans qui se permettent d’utiliser son nom devenu bon à tout faire avaler.
    Un peu de respect à l’Algérie et son président..évidemment, au peuple aussi.

    22
    2
    Felfel Har
    29 octobre 2018 - 15 h 18 min

    « Wishful thinking! » (Voeu pieu!). C’est ainsi que l’on peut comprendre la déclaration d’Ould Abbès. Celà veut aussi dire qu’il prend ses désirs pour des réalités, qu’il hallucine, qu’il est dans un profond état psychédélique qui le rapproche de la folie. Après son coup d’État à l’APN, il veut maintenant forcer la main au président (comprendre ceux qui se font passer pour lui) pour satisfaire son égo de faiseurs de rois (Raspoutine le pensait aussi). Ses déclarations tonitruantes dans lesquelles il se donne le bon rôle (pour damer le pion à Ouyahia qui le suit bêtement dans ses mystifications) vont le désigner à la vindicte populaire et cristalliser le mécontentement du peuple contre celui dont il cherche à faire la promotion. Rien ni personne ne l’autorise à parler au nom du président, c’est tout juste un pistonné, parachuté au SG du FLN comme apparatchik servile et docile. J’attends avec impatience sa chute, sa disgrâce et sa décadence.

    16
    1
    Anonyme
    29 octobre 2018 - 15 h 12 min

    Je pense que le moment venu le president Bouteflika se prononcera,et la logique et le sens de l Etat dont dispose Bouteflika,lui dicteront de faire l intelligent choix de ne pas se representer pour un 5 eme mandat.je m explique: Bouteflika jusqu a ce jour presente un bilan tres positif de sa carriere de militant et d homme politique. L histoire de notre pays saura lui reserver des pages entieres comme etant un de nos meilleurs produits qui a participe activement et intelligemment aussi bien en tant que ministre des affaires etrangeres que president de l assemblee de l ONU ou en tant que president de la republique.Il faut lui reconnaitre le courage et la bravoure d avoir impose la reconciliation nationale et remi le pays sur les rails du developpement et de la democratisation des institutions,naturellement il reste beaucoup a faire encore.L intelligence c est de savoir et saisir le bon moment pour passer le temoin,car l alternance au pouvoir est une regle fondamentale de la democratie.Notre pays dispose d une pleade d hommes politiques jeunes ,competents,et capables de poursuivre la marche vers l autosuffisance et le developpement moderne des institutions de l Etat Algerien.
    L annee 2019 sera l annee de l Algerie ,l annee de la reconciliation definitive de toutes les forces politiques,
    l ennee de l union sacree autour de l Etat Algerien,l annee de la victoire definitive sur la corruption et le trafic des drogues,l annee des reformes profondes de l education vers le numerique generalise des les jardins d enfants,l annee 2019 sera aussi l annee des innovations ,de la creation dans les petites et moyennes entreprises et le developpement des startups dans les technologies de pointes et la robotique……..oui ceux qui ne revent pas n existent plus…et nous Algeriens nous avons tous des reves a realiser…c est pour cela que nous existons …pour notre Algerie eternelle…cette belle Patrie continent.
    Le president Bouteflika pense et reflechie en qualite d un homme d Etat competant et visionaire,et plusieurs pensent qu il ne cedera jamais aux chants des sirenes qui l entourent,et fera son choix definitif de quitter le pouvoir par la grande porte et ne se representera pas aux elections de 2019…prions Dieu pour qu il le preserve encore parmi nous en tant que citoyen pour assister fierement a la poursuite de son oeuvre par nos jeunes et moins jeunes hommes politiques qui formeront notre veritable elite pour sauvegarder nos interets dans le monde et pour developper,moderniser et diversifier davantage notre economie.Tahya Al Jazair…horra wa musteguilla

    5
    15
    Anonyme
    29 octobre 2018 - 15 h 08 min

    Je pense que le moment venu le president Bouteflika se prononcera,et la logique et le sens de l Etat dont dispose Bouteflika,lui dicteront de faire l intelligent choix de ne pas se representer pour un 5 eme mandat.je m explique: Bouteflika jusqu a ce jour presente un bilan tres positif de sa carriere de militant et d homme politique. L histoire de notre pays saura lui reserver des pages entieres comme etant un de nos meilleurs produits qui a participe activement et intelligemment aussi bien en tant que ministre des affaires etrangeres que president de l assemblee de l ONU ou en tant que president de la republique.Il faut lui reconnaitre le courage et la bravoure d avoir impose la reconciliation nationale et remi le pays sur les rails du developpement et de la democratisation des institutions,naturellement il reste beaucoup a faire encore.L intelligence c est de savoir et saisir le bon moment pour passer le temoin,car l alternance au pouvoir est une regle fondamentale de la democratie.Notre pays dispose d une pleade d hommes politiques jeunes ,competents,et capables de poursuivre la marche vers l autosuffisance et le developpement moderne des institutions de l Etat Algerien.
    L annee 2019 sera l annee de l Algerie ,l annee de la reconciliation definitive de toutes les forces politiques,
    l ennee de l union sacree autour de l Etat Algerien,l annee de la victoire definitive sur la corruption et le trafic des drogues,l annee des reformes profondes de l education vers le numerique generalise des les jardins d enfants,l annee 2019 sera aussi l annee des innovations ,de la creation dans les petites et moyennes entreprises et le developpement des startups dans les technologies de pointes et la robotique……..oui ceux qui ne revent pas n existent plus…et nous Algeriens nous avons tous des reves a realiser…c est pour cela que nous existons …pour notre Algerie eternelle…cette belle Patrie continent.
    Le president Bouteflika pense et reflechie en qualite d un homme d Etat competant et visionaire,et plusieurs pensent qu il ne cedera jamais aux chants des sirenes qui l entourent,et fera son choix definitif de quitter le pouvoir par la grande porte et ne se representera pas aux elections de 2019…prions Dieu pour qu il le preserve encore parmi nous en tant que citoyen pour assister fierement a la poursuite de son oeuvre par nos jeunes et moins jeunes hommes politiques qui formeront notre veritable elite pour sauvegarder nos interets dans le monde et pour developper,moderniser et diversifier davantage notre economie.Tahya Al Jazair

    5
    13
    CYTOYEN
    29 octobre 2018 - 14 h 32 min

    Ce que fait Ould Abbas est de la PRESTIDIGITATION qui a force de multiplier le même tour fini par le découvrir .

    12
    Kahina-DZ
    29 octobre 2018 - 13 h 08 min

    Ce Ould Abbes et son clan ont fait de l’Algérie et son président des Muppet-Show des médias à l’international.
    Mais comment peut-on se permettre de ridiculiser le président de l’Algérie à chaque virage.
    Ils veulent tellement combler le vide qu’a provoqué l’absence du président, qu’ils sont tombés dans les insultes et le ridicule.
    Ya t-il quelqu’un pour mettre fin à ce cinéma gratuit de ces charlots qui ne font que ternir l’image de l’Algérie.

    35
    4
    Dadi
    29 octobre 2018 - 12 h 08 min

    Je me demande si tous « nos politiciens » qu’on a élu démocratiquement lol, savent au-moins que le peuple les déteste à 99%? Qu’on est écœurer de les voir, de les entendre, de les sentir???

    35
    4
      Anonyme
      29 octobre 2018 - 13 h 51 min

      Ils le savent, c’est pour cette raison qu’ils ne font que dans la provocation.
      Le peuple les VOMIT
      Ils croyaient qu’il pouvaient gagner l’estime du peuple en lui offrant une boite de sardine pour y habiter.

      18
      Anonyme
      29 octobre 2018 - 15 h 23 min

      pourquoi tu les déteste si tu a voté sur eux? des gens comme toi qui porte préjudice aux au pays . voter sans connaitre la personne !!! alors qu il fallait boycotter au lieu de voter

      9
      1
        Dadi
        29 octobre 2018 - 15 h 43 min

        Voter?????tu crois encore au Père Noël.

        8
        1
      صالح/ الجزائر
      29 octobre 2018 - 16 h 57 min

      ils le savent bien , comme ils savent qu’ils ne sont pas élus par le peuple , c’est pour cette raisons qu’ils vivent isolés dans leur forteresse , disent des bêtises et achètent à l’étranger , au cas où .

    Lghoul
    29 octobre 2018 - 11 h 56 min

    Comme citoyen, j’ai le droit de poser des questions car ça touche a mon « avenir » et celui du pays. Quels sont les critères necessaires (même insuffisants juste un petit chouiya) pour devenir président 5 fois de suite en Algérie ? Et que dit la constitution au fait, sur le nombre de mandats, l’état de santé du candidat ? En fait, est ce que nous avons une constitution comme tous les pays du monde ? Si oui est elle applicable ? Si elle est applicable – Depuis quand fut elle appliquée ? Je suis juste un simple citoyen naif qui voudrait connaitre les rouages des péparatifs du vote prochain en 2019 car je me prépare déja pour faire la chaine dans ma commune. A moins que ce n’est point necessaire de voter. Il y a normalement des « guides explificatifs » pour les élécteurs non ? Et puis y a t il un candidat opposant, comme nous sommes supposés etre en Republique Algérienne DEMOCRATIQUE et POPULAIRE. Ce « Populaire » sous entend le « peuple » et donc comme je fais parti du peuple, j’ai aussi le droit de poser des questions pour comprendre plus, avant de « donner » ma voix au candidat X, Y ou Z, non ? Mais je ne vois ni Y et ni Z mais seulement X et ould abbas comme promoteur. Est ce que tout cela est normal dans un grand pays comme l’Algérie ?

    17
    4
    Anonyme
    29 octobre 2018 - 11 h 52 min

    Ce saltimbanque d Ould Abbés qui dirige le parti FLN nuit énormément à l Algérie…
    Comment peut on être d une légèreté pareille quand le sort et l avenir de l Algérie sont en jeu?
    Jusqu à quand le FLN va garder le pouvoir absolu sur le pays et mettre même un homme très diminué physiquement comme président?
    Des forces maléfiques en mettant des hommes de la trempe d Ould-Abbès pour battre le tambour cherchent vraiment à salir au maximum l image de notre pays.
    N a t il pas pour garder ses avantages ,octroyés à lui et à ses copains sur l argent du peuple par l APN ,provoquer une crise institutionnelle,cadenassé les portes et mis un deuxième président à l APN juste pour le servir et servir sa cour?
    La gabegie a assez duré,j espère qu elle va s arrêter le plus tôt possible….

    15
    1
    Zaatar
    29 octobre 2018 - 11 h 10 min

    ERRACHEM C’EST H’MIDA ET ELLAAB C’EST EGALEMENT H’MIDA. Tenez cette assertion pour vraie, appliquez cette assertion pour notre pays, et vous avez les réponses à toutes vos questions sur les élections et le mode de gouvernance du pays. C’est simple non?

    7
    1
    saad odhar
    29 octobre 2018 - 10 h 34 min

    sait on ,au moins que si Boutef disparait ce serait l’un des larbins actuels qui le remplacerait.
    je prefere de tres loin l’impotence de Boutef que le larbinisme à venir.
    a part Ouyahia qui a la stature d’un homme d’etat qui d’autre? .un benflis amorphe, ?les belkhadem sem3en wa ta3a ya siadi les orientaux? les autre abrutis islamiste ?
    que DIEU PRESERVE LA VIE DE BOUTEF POUR LE SALUT DE L’ALGERIE.
    O.ABBES EST CHARGE D’AMUSER LA GALERIE PAR SES INEPTIES DE SENILE.

    6
    12
    Le Monde
    29 octobre 2018 - 10 h 21 min

    Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, sera le candidat de son parti, le Front de libération nationale pour l’élection présidentielle prévue en avril 2019, a affirmé dimanche soir Djamel Ould Abbes, [actuellement] à la tête du FLN (…) Durant plusieurs semaines, le secrétaire général du FLN de l’époque [2013-2016], Amar Saadani avait alors répété que M. Bouteflika serait candidat. [C. Q. F. D.]

    9
    3
    Minable
    29 octobre 2018 - 10 h 18 min

    Ce type est incroyable. Comment peut-on avoir le cœur à plaisanter, à faire des jeux de mots dans un sujet, un contexte et une situation vitaux et dramatiques pour l’Algérie?

    14
    4
    Anonyme
    29 octobre 2018 - 10 h 14 min

    merci a ces gens la d’avoir humilié l’algerie partout au monde oui maintenant je suis sur l’algerie est devenue la risée du monde
    nos martyrs s’ils savaient que l’algerie allait arriver a cette humiliation je crois pas qu’ils auraient sacrifier leur vie pour l’indépendance de notre pays Honte a vous je vous méprise et je commence a avoir honte de dire que je suis algérien

    31
    4
    Apache
    29 octobre 2018 - 9 h 44 min

    Bouteflika ne partira pas avant de débarrasser l’Algérie des flagorneurs Ould Abbès, Ouyahia, Sidhoum Saïd de l’APN et du Sénat. Ce n’est qu’ainsi qu’il sortira par la drande porte et entrera dans l’Histoire.

    10
    23
    Djeha Dz.
    29 octobre 2018 - 9 h 16 min

    Bouteflika, depuis qu’il est cloué par la maladie sur son fauteuil roulant, n’est là qu’un instrument qu’on exhibe quelques fois pour mieux nous vendre une politique et système en faillite.
    Ould-Abbés, comme du reste tous les larbins du pouvoir, font déjà leur campagne et propagande pour la prochaine élection présidentielle. Cela se comprend. Ils savent bien que c’est leur survie qui en dépend. En apportant leur soutient à l’actuel ‘’président’’ , en fait, c’est plutôt au système de gouvernance que nous connaissons et subissons qu’ils font appel.
    Quelles que soient les gesticulations des opportunistes et de leur armée de baltaguia, et un prétendu 5éme mandat du président, les problèmes qui empêchent l’Algérie et son peuple de se hisser au rang des nations politiquement, économiquement et socialement évoluées, resteront les mêmes tant que ce système de gouvernance basé sur la rente et la corruption ne disparaitra pas.

    24
    1
      Malek
      29 octobre 2018 - 13 h 25 min

      Bien d’accord avec vous cher Djeha. Le système était pourri de la tête comme un poisson, et ce depuis l’indépendance. Maintenant, tout le corps est avarié. Tout doit-être rasé pour repartir sur des bases saines, sinon ça ne sera que du replâtrage… Tout le monde se souvient comment ce système diabolique est allé chercher l’historique pauvre Boudiaf (il avait la carte
      n°1 du FLN) pour ensuite l’éliminer parce qu’il n’a pas voulu marcher dans leurs combines. Il nous faut un dirigeant digne de la confiance du peuple qui croit encore en l’avenir de notre pays, derrière lequel un peuple-abeilles se met enfin au travail pour produire un bon miel…

      10
    Anonyme
    29 octobre 2018 - 9 h 12 min

    On préfère un mec d système presque mort qu’à un autre salopard qui aura toutes ses facultés pour perdurer.
    Rien ne va changer si le fondement même du régime et dans globalité ne sont démolis. Après des dizaines d’années de ruses et d’impostures multiples tout ce que dit le régime et contre le peuple tout ce que fait le régime est dans globalité est contre l’Algérie. Même les plus pacifiques espèrent désormais un bouleversement radical.

    18
    6
    EDZAIR+
    29 octobre 2018 - 8 h 57 min

    Le monde entier se fout de nous,il se moque de nos dirigeants, es-ce-que nous méritons ces humiliations quotidiennes???? qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu pour mériter ça?!!

    34
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.