Espagne : jusqu’à 25 ans de prison requis contre des dirigeants indépendantistes

Oriol indépendantistes
L'indépendantiste de gauche Oriol Junqueras. D. R.

La presse espagnole rapporte ce vendredi que le parquet a requis de 7 à 25 ans de prison à l’encontre de 12 dirigeants indépendantistes catalans devant être jugés prochainement pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017. La peine la plus élevée, 25 ans de prison et inéligibilité pour «rébellion» et «détournement de fonds publics», a été requise contre l’ancien vice-président de la région, l’indépendantiste de gauche Oriol Junqueras, un an exactement après son incarcération.

Des peines de 17 ans ont été, par ailleurs, requises contre l’ancien président du Parlement régional catalan, Carme Forcadell, et contre les anciens présidents de puissantes associations indépendantistes catalans, Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, tous les trois incarcérés comme Oriol Junqueras. Selon le ministère public, «le plan sécessionniste (des dirigeants catalans) envisageait l’utilisation de tous les moyens nécessaires pour atteindre leur objectif, y compris – puisqu’ils avaient la certitude que l’Etat n’allait pas accepter la situation – la violence nécessaire pour  s’assurer du résultat criminel visé».

Les indépendantistes «se prévalaient de la force d’intimidation représentée, d’une part, par l’action tumultueuse déployée lors des grandes mobilisations citoyennes qu’ils avaient initiées et, d’autre part, par le recours aux Mossos d’Esquadra (police régionale) comme corps policier armé comptant 17 000 membres, qui auraient suivi exclusivement leurs instructions», poursuit le parquet.

L’usage de la violence pendant le processus indépendantiste en Catalogne est cependant contesté en Espagne, bien au-delà du camp indépendantiste, par un large éventail de témoins ainsi que d’éminents juristes. En droit espagnol, sont coupables de rébellion ceux qui «se soulèvent de manière violente et publiquement», notamment pour «déroger à la Constitution, la suspendre ou la modifier» ou «déclarer l’indépendance d’une partie du territoire».

Au-delà des indépendantistes poursuivis pour rébellion ou détournement de fonds publics en raison des dépenses engagées pour organiser le référendum interdit du 1er octobre, 6 autres seront seulement jugés pour «désobéissance grave» et encourent une amende.

La date du procès n’a pas été encore fixée mais son ouverture est attendue début 2019.

R. I.

Comment (5)

    Anonyme
    2 novembre 2018 - 23 h 35 min

    L’Europe Fédérale est dans les tuyaux…un petit ballon d’essai …ces independantistes on été sacrifié pour sonder l’Espagne comme laboratoire…comme pour la Belgique qui est prête à l’emploi..Brabants/Wallons…on y prépare la France….ect….l’Allemagne est déjà Fédérale…la Suisse aussi..
    La Yougoslavie est disparue pour laisser place à des petits états….Europe fédérale

    Vroum Vroum 😤..
    2 novembre 2018 - 23 h 30 min

    L’Europe Fédérale est dans les tuyaux…un petit ballon d’essai …ces independantistes on été sacrifié pour sonder l’Espagne comme laboratoire…comme pour la Belgique qui est prête à l’emploi..Brabants/Wallons…on y prépare la France….ect….

    Tredouane
    2 novembre 2018 - 18 h 08 min

    Quant je disais pas touche à l’intégrité territoriale quoi qu’il en coute je sais ce que je dit et je pèse mes mots.elfahem yefham

    5
    1
    Anonyme
    2 novembre 2018 - 17 h 12 min

    Un exemple à suivre pour condamner m’henni le dirigeant du mak. Une petite enquête sur mellal le président de la jsk ne nous ferait pas de mal car ce monsieur est toujours à la une des journaux régionaux le buteur et compétition en train de faire dans la provocation. La dernière est la menace de ne pas jouer les prochains matchs à cause d’une programmation qui ne lui sied pas. Il a dit texto: je ne suis pas ergaz si je reviens en arrière. Imaginez ce qui se passera s’il applique ce qu’il pense faire car la lfp ne peut pas se discréditer encore plus en cédant devant cet individu qui me semble TRES DANGEREUX.

    1
    1
    Anonyme
    2 novembre 2018 - 14 h 32 min

    Réaction trop tardive ,remettre en cause l’existence même de sa patrie c’est de la haute trahison et doit etre puni comme tel.

    6
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.