Des députés de Djaballah se rendent à Istanbul : allégeance au gourou Erdogan

Djaballah officieuses
Abdallah Djaballah. New Press

Par R. Mahmoudi – Bravant une énième fois toutes les mises en garde officielles ou officieuses contre toute accointance avec des forces politiques étrangères, des députés affiliés à des partis islamistes algériens, dont ceux du Front pour la justice et le développement (El-Adala) d’Abdallah Djaballah, ont pris part aux travaux du troisième congrès du Forum mondial des parlementaires islamistes qui se tient dimanche et lundi, 3 et 4 novembre à Istanbul.

Ce forum, qui regroupe les parlementaires issus de formations affiliées organiquement ou idéologiquement à l’Internationale des Frères musulmans, se fixe comme objectif d’évaluer le rôle et l’influence des partis de cette mouvances dans les assemblées de leurs pays respectifs. Il le fait, évidemment, à l’aune du poids de chacun de ces partis dans les rapports de forces politiques, notamment dans les pays où le courant islamiste est minoritaire, comme c’est le cas concernant les députés algériens représentés à cette instance.

Sous couvert d’un travail d’évaluation de l’action des parlementaires, ce forum islamiste œuvre essentiellement pour la relance de la mouvance des Frères musulmans, mise à mal durant ces dernières années dans tous les pays où elle a pu prendre le pouvoir, comme en Egypte, en Tunisie ou en Libye.

Très revigorés depuis quelques semaines, à la faveur de la campagne mondiale contre le régime saoudien, qu’ils jugent comme leur principal obstacle dans la région, les Frères musulmans aiguisent, en effet, leurs armes pour repartir à l’assaut du pouvoir dans certains pays en proie à des troubles endémiques ou fragilisés par la crise économique.

La délégation algérienne à cette manifestation islamiste est conduite, comme d’habitude, par l’incoercible député du FJD, Hassan Aribi, un des plus fervents porte-étendard de l’islamisme international et avocat du FIS dissous.

R. M.

Comment (8)

    Vérité
    5 novembre 2018 - 11 h 25 min

    Lorsque des traîtres se mêlent de la politique, que reste-il à un pays déjà gravement malade, Djaballah est connu pour les coups fourrés et la manipulation politique,il n’a rien de musulman a part son prénom,il est de ceux qui salissent l’image de l’islam, l’opportunisme n’est pas musulman, plutôt une maladie de la FLN

    12
    3
    صالح/ الجزائر
    5 novembre 2018 - 9 h 23 min

    مواطنة
    ⵜⴰⵖⴰⵔⵉⵎⵉⵜcitoyenneté-démocratie
    Mouwatana
    Rassemblement
    Contre le 5em mandat et pour un Etat de droit
    Le Samedi le 06 Octobre 2018 à partir de 14h30
    Place de la République ( Paris 10em , métro République )
    Soyez nombreux pour une Algérie Démocratique
    A l’appel des organisations :
    – Action pour le changement en Algérie
    – Forum Démocratique
    – Front des Forces Vives
    – Jil Jadid Europe
    – Nida Elwatan France
    – UCF France
    Il faut signaler :
    Qu’il y a une importante communauté Algérienne au Maroc , en Tunisie … .
    Qu’on applaudit le plus vieux parti de l’opposition , le FFS , bien qu’il participait aux rencontres de « l’Internationale … » socialiste en qualité de membre de plein droit .
    Que ces organisations , ci-haut citées , qui militent pour accéder au pouvoir ou l’accaparer , n’ont pas encore de députés affiliés à formations politiques .

    3
    4
    Gatt M'digouti
    5 novembre 2018 - 8 h 53 min

    Sont ils partis au frais du contribuable? Avec ordre de mission officiel et transport et hébergement assurés par l’APN?

    12
    1
    Anonyme
    5 novembre 2018 - 8 h 47 min

    le problème c est qu ils reviennent a chaque fois

    6
    1
    HOMBRE
    5 novembre 2018 - 7 h 21 min

    Deux belles tetes de vainqueur ,c est eux qui veulent le pouvoir?j aimerai voir la tete de ce ceux qui ont vote pour eux;ca doit etre des gens qui demandent des visas pour la france ;et qui veulent faire revenir l ALGERIE au moyen age; alors qu ils sont infeodes a istanbul, ramduallah je vis en france je n ai pas a supporter les discourts haineux de ces soit disant croyant ,ils savent que la religion et la politique ne font pas bon menage
    ils sont deja vendus a l etranger

    18
    2
      kamel
      5 novembre 2018 - 10 h 28 min

      Ils savent qu’ils vont accéder au pouvoir et que l’avenir leur appartient. Je parle du courant arabo-islamique dans sa globalité car à la fin ils se rejoignent. En cas d’élection réelle et indépendante ils seront majoritaires. Tous nos maux seront totalement éradiqués, selon eux, juste supprimer la langue Française, revenir aux prescriptions religieuses islamiques, et copier le programme Erdoghan.

      12
      3
    Ch'ha
    5 novembre 2018 - 6 h 49 min

    Il faut interdire définitivement ces partis TERRORISTES quant à ces residus de FIS devenus frères musulmans pro Erdogan qu’ils aillent en enfer chez leur maître et voir ce que celui-ci a fait en Syrie et continue de faire d’ailleurs sans la Turquie pour protéger les terroristes de tout bord occidentalosionistes Idlib serait déjà libérée.
    Frères musulmans = création MI5 UK.
    Tout comme MAK = mossad
    etc….
    Prêter allégeance à une nation étrangère et bien dégagez du pays puisque voys êtes antipatriotique ! Est-ce que des turques obt prêté allégeance au pays ….
    Quant à l’assassinat de Khashoggi à qui profite le crime….comme si la Turquie pas au courant tout comme l’UK (MI6).

    8
    14
    Blakel
    5 novembre 2018 - 6 h 27 min

    Pour les islamistes, l’autochtone algérien n’est qu’un pigeon, dont il faut exploiter la crédulité. Ils se sont toujours senti plus proches de leur cousins islamistes du Moyen-Orient, que des Algériens ordinaires. Pour eux, l’intérêt des Algériens passe derrière celui de leurs mentors d’Orient (et de leur portefeuille).

    21
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.