Salon Hospitality & Food à Doha : des opportunités d’exportation pour les produits algériens

Doha
Laïd Benamor, président de la CACI. D. R.

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab a déclaré, mardi à Doha, que de grandes opportunités de coopération existaient entre les opérateurs économiques algériens et qataris, mettant en exergue les potentialités d’exportation vers les marchés des pays du Golfe. Invitée d’honneur à cette manifestation économique, l’Algérie compte explorer les opportunités de partenariat et d’investissement sur le marché qatari.

Saïd Djellab a visité le stand d’une filiale du Lulu Group International au salon international de l’agroalimentaire Hospitality & Food organisé à Doha du 6 au 8 novembre. Il a indiqué que les opérateurs algériens spécialisés dans le commerce extérieur étudiaient la nature du marché qatari pour définir les produits algériens exportables au Qatar. Cet espace a permis aux opérateurs algériens d’échanger les informations avec les responsables de ce groupe et de fournir des explications sur leurs diverses activités.

Le directeur régional de Lulu Group International a précisé que de grandes opportunités de coopération existaient entre le plus grand opérateur de distribution au Qatar et les opérateurs économiques algériens. Il a exprimé son intérêt pour les produits agricoles algériens à l’image des dattes, des olives, des fruits et légumes et des jus et conserves.

Pour sa part, le président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), Mohamed Laïd Benamor, a salué cette initiative devant permettre d’échanger davantage d’informations et créer des liens solides entre les opérateurs des deux pays en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie du Qatar. M. Benamor a annoncé la tenue d’une réunion entre les responsables de la CACI et leurs homologues qataries au siège de la Chambre pour examiner les perspectives de coopération.

Lulu Group International compte 164 filiales au niveau mondial, dont 7 au Qatar et enregistre des ventes annuelles de plus de 6,2 milliards de dollars.

R. E.

Comment (6)

    axxer
    12 novembre 2018 - 22 h 18 min

    nous n’exportons que du pétrole et le qatar en a à revendre du pétrole.
    d’un autre coté,même si vous leur proposez les meilleurs produits manufacturés du monde, ils n’achèteront que des produits occidentaux. leurs protecteurs occidentaux les y obligent et puis ils sont tellement complexés devant les blanc occidentaux qu’ils cracheraient sur vos produits pour plaire à leurs maitres.

    Anonyme
    11 novembre 2018 - 10 h 50 min

    Ce pays le Qatar a menacé notre pays et a voulu faire couler le sang dans notre sol et a essayé a plusieurs reprises de déstabilisé le pays ; comment peut on faire des affaires avec ce vilain Qatar? Et tt ses algériens spécialisé dans le commerce extérieur du vent ; que font ils du commerce intérieur en Algerie qui n existe pas c est la jungle ; les prix sont pas réguler ; la marchandise souvent périmée et non contrôlée ; sur la photo ils apparaissent comme de vrais hommes d affaires européens ou autres , ils en est rien plus d emballage que de contenu …ils ne feront jamais avancé l Algerie car on commence au pays d abord et on attend que c prenne que ca germe et on consolide et on met tt le monde au travail dans le pays ; nos hommes d affaires et spécialistes devraient commencer par la si avait une once d amour pour leur pays l Algerie ??? kedal ils pensent plutôt au salut de leurs poches que celui du pays et sa population .Viré moi tt ca l état et ses services de sécurités et faites du nettoyage contre le marché parallèle t ses vautours qui nous plombe depuis des années déjà.

    Anonyme
    10 novembre 2018 - 14 h 37 min

    Pour balancer notre commerce extérieur il faut appliquer la stratégie de boumediene années 70 c.-à-d. produire par substitution aux importations. Nous importons 40 milliards$ c là-dedans qu’il faut piocher. Même si nous faisions d’énormes efforts nous n’arriverons jamais à exporter plus que 4 ou 5 milliards$ . Et encore ce serait grâce à des subventions exonérations qui coûtent au tresor; on peut brader le ciment,les engrais…mais ça rapporte quoi en définitive??

    Chelieth
    9 novembre 2018 - 22 h 36 min

    Tamaah laasal fi ghargh bou mzenzen. Cessez de perdre l’argent du peuple dans des voyages d’aucune utilite pour le pays.

    toto
    8 novembre 2018 - 10 h 32 min

    On va exporter quoi ? La balance export – import agrolimentare est déficitaire dans des proportions énormes ,les prix flambent , on va exporter des produits que l’on importe nous – même ? Quelle concurrence face aux géants de l’export ? Le Qatar c’est 3 millions d’habitants , et ils ont les moyens financiers pour acheter des produits haut de gamme !

    Anonyme
    7 novembre 2018 - 16 h 36 min

    Merci de ne pas mettre le drapeau marocain et tunisien sur l’emballage de vos produits.

    37
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.