Le juge Marc Trévidic se démarque du «qui tue qui» et admet la réalité

terrorisme Trévidic
Le juge français antiterroriste Marc Trévidic. D. R.

Par Karim B. – L’ancien juge antiterroriste Marc Trévidic a admis que la lutte contre le terrorisme doit être sans merci. «Ils (les terroristes, ndlr) se sont mis en position de nous faire la guerre, on leur fait la guerre», a-t-il, en effet, déclaré dans une interview à la chaîne d’information France 24.

Interrogé sur les opérations antiterroristes et les voix qui s’élèvent ici et là sur des actions menées «hors du cadre légal» contre les commanditaires des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et qui avaient fait 130 morts et des dizaines de blessés, Marc Trévidic a estimé qu’«on est entre la justice et la guerre», laissant entendre par là que les services de sécurité étaient amenés parfois à agir vite, et de façon efficace, contre les groupes terroristes. «Il faut se garder d’être trop moralisateur en la matière», a-t-il insisté.

Le juge français, qui s’était illustré par ses positions hostiles envers l’armée algérienne et qui s’inscrivait dans la campagne du «qui tue qui», a estimé que les actions antiterroristes «ne sont pas des opérations extrajudiciaires mais des opérations de terrain», avouant néanmoins que «les services de renseignement français sont dépassés».

Pour Marc Trévidic, les extrémistes sont en train de revenir à un terrorisme «traditionnel» après un «hyper-terrorisme arrogant» marqué par le recours aux moyens de communication modernes. Il a donné comme exemple les enregistrements de prises d’otages et d’attentats spectaculaires commis par Daech et Al-Qaïda. Mais le juge français n’a pas exclu le retour des «attentats structurés», qui pourraient être perpétrés par les «vétérans des premières filières formées par un panel de fanatisés». «Il y a pas mal de gens à surveiller», a-t-il averti, tout en appelant à «essayer de ne pas fabriquer des terroristes dans les maisons d’arrêt» et «éviter la radicalisation venant d’Etats étrangers et des prêches incendiaires».

K. B.

Comment (14)

    BELAKHDAR
    14 novembre 2018 - 13 h 33 min

    LE JUGE ANTI-TERRORISTE FRANÇAIS MARC TREVIDIC S’EST DÉMARQUE DE L’AFFAIRE QUI TUE QUI QUI A INCRIMINE LES FORCES DE SÉCURITÉ ET L’ARMÉE ALGÉRIENNE D’ETRE DERRIÈRE CERTAINS MASSACRES DE CIVILS COMMIS EN ALGERIE DURANT LA DÉCENNIE NOIRE DES ANNÉES 90 PARCE QUE C’ÉTAIT LA FRANCE QUI AURAIT FINANCE CE TERRORISME EN ALGERIE
    ET DE CE FAIT CE JUGE FRANÇAIS MARC TREVIDIC AURAIT REÇU DES INSTRUCTIONS DE SA HIÉRARCHIE SUPÉRIEURE DE S’ÉLOIGNER DE CETTE AFFAIRE .

    Brahms
    13 novembre 2018 - 23 h 22 min

    Après la mort de notre cher Houari Boumediene (irremplaçable), l’Algérie a glissé, rien de bon depuis sa mort. Donc tous ces problèmes sont connus, ils viennent de fléaux sociaux économiques couplée à une entente entre la CIA américaine et les Saoudiens qui ont financé des mouvements de type Ben Laden pour semer la mort à travers le monde.

    3
    2
    MELLO
    13 novembre 2018 - 20 h 52 min

    Le juge se démarque du qui tue qui . Mais Monsieur Karim Bouali que reste il de ce qui tue qui ? Bientôt trente ans après le début des années noires, en Algérie. La situation s’est apaisée aujourd’hui, mais il nous reste une vermine à exterminer, c’est ce salafisme rampant qui englue la société sous le regard d’un pouvoir inerte.

    20
    1
      Tredouane
      13 novembre 2018 - 21 h 14 min

      Excusez moi,personne n’extermine personne plus de tolérance les uns envers les autres et la loi au dessus de tous.Fraternellment

      6
      12
    Anonyme
    13 novembre 2018 - 20 h 19 min

    L’inventeur du slogan assassin est mort depuis 3 ans. Ce n’est que tard, très tard, trop tard que ce juge s’aperçoit qu’on ne peut combattre ces monstres qu’avec des armes et pas avec des poèmes et des fleurs.

    16
    Tredouane
    13 novembre 2018 - 20 h 08 min

    Je pense que nous n’avons aucune leçon ni justificatif a donner pour les déclarations d’outre mer.

    10
    4
    l'islamisme est couvé par le régime
    13 novembre 2018 - 17 h 58 min

    Les algeriens savent que l’islamisme est consubstantiel au régime. Chose secondaire que des personnes d’ailleurs croient ou pas à cela.

    12
    7
    Tinhinane-DZ
    13 novembre 2018 - 17 h 36 min

    Étrange !! Ses maitres ne payent plus ???
    Il a voulu faire une carrière sur le dos des 6 pauvres moines, il a fini par porter le jugement sur lui même.

    22
    1
      Penser à ses vieux jours !
      13 novembre 2018 - 22 h 39 min

      Parfaitement raison, Tinhinane-DZ. En plus d’un discours politique plutôt que juridique, ce juge pense à sa retraite en fourvoyant vers un nouvel employeur. Pauvre humanité !

      17
      1
    Anonyme
    13 novembre 2018 - 16 h 01 min

    Pour moi ce gars est en manque de reconnaissances et recherche à faire une certaine notoriété professionnel à travers des discours non vérifiable. Ce gars et son parcours sont tout deux discréditer et par conséquence en observe le gros flop de sa carrière brisée. Demandez lui c quoi la définition du terrorisme il rougira car il ne le sait pas pour la simple raison il suivait ce que ses maître lui chuchotes aux oreilles …quel mesquin et sans crédibilité aucune.

    20
    2
    djazairi hor
    13 novembre 2018 - 15 h 32 min

    un vieil adage en Algérie dit:  » Ne sent le feu de la braise que celui qui a le pied dessus », à bon entendeur salut.

    31
      Anonyme
      13 novembre 2018 - 17 h 22 min

      Ou : Ne comprend la souffrance d’autrui que celui dont le foie l’a éprouvé.

      En d’autres termes, ils ne reconnaissent que leurs souffrances et si leurs souffrances ressemblent aux tiennes, alors ils conceptualisent que tu aies pu souffert. En gros, ils n’ont pas atteint la maturité d’admettre que l’autre existe et qu’ils ne sont pas les seuls à être sur terre des êtres humains. C’est dire le niveau de leur sous-développement en humanité. Pas étonnant qu’ils fassent autant de guerres depuis si longtemps.

      22
    Felfel Har
    13 novembre 2018 - 15 h 19 min

    Le champion du « qui tue qui? » a fini par identifier les vrais criminels et celà lui a pris tout ce temps? Alleluiah!
    Celà me rappelle la cantique religieuse Amazing Grace: « …. I was once blind and now, I see! » S’il a effectivement eu la révélation divine, il doit prendre son bâton de pèlerin et convaincre les autres brebis égarées et trompées par la fameuse propagande (QTQ?) et les ramener à la raison pour faire leur Mea Culpa.
    Durant la décennie noire, l’armée algérienne devait faire face aux hordes sauvages téléguidées à partir du Moyen-Orient. Confrontée maintenant aux mêmes forces du mal, la France n’a pas d’autre choix que de les combattre sur son sol, à la différence que l’Algérie n’a jamais armé les terroristes pour foutre la pagaille au Sahel, au Maghreb et au Moyen-Orient. Que la France savoure le poison qu’elle destinait aux autres!

    31
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.