La présidentielle de 2019 sème la fitna au sein des partis islamistes

présidentielle création
Que se passe-til au sein des formations islamistes ? New Press

Par R. Mahmoudi – Les formations islamistes légales traversent aujourd’hui l’étape la plus cruciale depuis leur création. Divisées au sujet de l’échéance du printemps 2019, elles ne savent plus préserver leur cohésion interne, ni cacher les tiraillements qui les déchirent.

Ainsi, après le Mouvement El-Islah, qui a rejoint officiellement l’alliance présidentielle, pour le soutien de la candidature du Président sortant pour un cinquième mandat, le mouvement Ennhadha s’apprête à le suivre mais non sans risque d’implosion. On apprend qu’à la veille de son sixième congrès prévu vendredi prochain, les divergences au sein des instances de direction de ce parti ont atteint un point de non-retour.           

Cinquante-trois membres de la direction de ce mouvement viennent d’annoncer leur décision de boycotter les travaux du prochain congrès, parmi lesquels figure le président du Madjlis Echoura (organe délibérant), Mohamed El-Hadi Athmania. Les frondeurs accusent le secrétaire général du mouvement, Mohamed Douibi, de s’approprier le pouvoir et de violer les textes internes et les statuts du parti.

Dans une déclaration rendue publique mardi, les frondeurs du mouvement islamiste affirment ne pas reconnaître la légitimité de la commission de préparation du sixième congrès, en mettant en garde contre les risques d’aggravation de la crise face à une direction «décidée à effectuer un passage en force». Ils accusent enfin l’actuelle direction de vouloir servir un agenda politique «suspect».

Les signataires de la déclaration font certainement allusion à une tendance lourde au sein de ce mouvement favorable à une adhésion à la démarche initiée par les partis de la majorité pour soutenir la candidature du chef de l’Etat pour un nouveau mandat. Une partie des militants de ce parti semble plutôt acquise à l’initiative du MSP dite «pour un consensus national», prévoyant une période transition, avec un Président et un gouvernement consensuels.

R. M.

Comment (6)

    Anonyme
    14 novembre 2018 - 13 h 03 min

    eyzidhou fitna 3ala fitna !

    Anonyme
    14 novembre 2018 - 12 h 56 min

    Les bougres, qu’ils s’entretuent!!!! Allez y Franco, tout est permis si ca aide à se dėbarrasser de cette race de pourris!!!

    3
    1
    Anonyme
    14 novembre 2018 - 9 h 35 min

    Regarder sur la photo, à gauche de sol tain . Le …. et habiller en habille soudanais ou égyptien…ne sait ils pas que nous avons notre habillage algérien. Bande relais des khorti étranger. Nous avons notre culture pourquoi importer d autre culture.

    des moins que rien
    14 novembre 2018 - 8 h 33 min

    les islamistes , juste des  » farghine chghoul  » au sens propre du terme et qui s’adonnent à l’opportunisme vous vivre .
    ils devraient pointer au chômage …

    10
    Vérité
    14 novembre 2018 - 7 h 50 min

    Il n’existe aucun parti qui représente le vrai Islam en Algérie,se sont que des partis d’opportunités et d’ex voyous, qu’ils n’ont de l’islam juste pour berné une population naïve et désordonnée par le FLN-RND, Bouteflika à autoriser que les partis qui travaillent pour sa famille et sa formation de corrompus,un Islam qui cautionne la corruption et l’injustice, c’est un nouveau islam Made in Algeria, donner moi le nom d’un chef de parti qu’il n’a pas reçu de cadeaux de Pharaon d’Oujda aucun, notre pays est dirigé par des hors la loi et leurs complices,il nous faudra une autre révolution pour les chassés

    12
    1
      ANTI SALAFISTES
      14 novembre 2018 - 12 h 18 min

      l’islam n’a surtout pas besoin de ces racailles pour le représenter , l’islam est représenté par son seul propriétaire : ALLAH !

      3
      2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.