Vers des candidatures surprises à l’élection présidentielle de 2019

présidenteille place
Bouteflika a-t-il estimé qu'il était temps d'appliquer son discours de Sétif ? PPAgency.

Par Karim B. – Rien n’est clair pour le moment. Le président Bouteflika ne s’est pas encore prononcé sur la prochaine échéance électorale et rien ne dit qu’il rempilera. Après s’être représenté en 2014 pour un quatrième mandat éprouvant, Abdelaziz Bouteflika pourrait décider de se retirer et de laisser la place à un successeur après qu’il aura mis de l’ordre.

Si le Président en exercice décidait de ne pas briguer un cinquième mandat, des candidatures inédites à la présidentielle de 2019 risquent de créer la surprise. En effet, il faudrait s’attendre à ce que des personnalités qui ne semblaient pas intéressées par la fonction suprême entrent en lice. D’autres hommes politiques en fonction ou à la retraite pourraient aussi prétendre au poste. De même que tout indique que des hommes d’affaires influents aient décidé d’allier business et politique et pourraient lorgner du côté d’El-Mouradia.

La guerre intestine qui mine le parti «majoritaire» et principal soutien au président Bouteflika pourrait encourager des personnalités publiques extérieures aux cercles politiques traditionnels à «tenter leur chance». La présidentielle de 2019 serait alors singulière en ce qu’elle ferait s’affronter des candidats qui se seraient jusque-là abstenus de «se mêler de politique» de façon ouverte. Les partis de l’opposition sont essoufflés et éparpillés, en dépit de leurs vaines tentatives de souder les rangs face au «candidat du système». Trop de différends les opposent pour qu’ils puissent constituer un contre-pouvoir et changer le cours des événements.

Devant ce vide créé à la fois par l’absence d’alternative à un probable retrait du président Bouteflika et l’incapacité de l’opposition à fédérer une force autour d’un candidat unique, la porte est grande ouverte devant des postulants dont l’annonce de leur éventuelle candidature chamboulerait la scène politique et pourrait reléguer les partis dominants au second plan.

Epuisée par un discours redondant et des personnalités politiques omniprésentes depuis de longues années, l’opinion publique, dans sa recherche du changement, n’hésiterait pas à adouber de nouveaux concurrents dans l’espoir de voir se tourner la page de la «légitimité historique».

L’émergence soudaine de Mouad Bouchareb semble participer de cette logique. «Elu» à la tête de l’Assemblée populaire nationale après l’éviction mouvementée de Saïd Bouhadja et parachuté au secrétariat général du FLN en remplacement de Djamel Ould-Abbès, l’avènement de ce nouveau «visage» dans l’arène politique tumultueuse est déjà un signe que le président Bouteflika a peut-être estimé qu’il était désormais temps d’appliquer son discours prononcé à Sétif le 8 mai 2012.

K. B.

Comment (54)

    Souk-Ahras
    19 novembre 2018 - 9 h 19 min

    En Algérie d’aujourd’hui, on s’incline et applaudit devant un portrait hors temps, hors champs et hors contexte.
    En Algérie, quand on détient un pouvoir tridimensionnel hors temps, hors champs et hors contexte, on ne le partage pas, on s’y inscrit à vie, on l’aime à mourir. Comme dans une bulle stérilisée, réfractaire aux aléas du temps, en lévitation permanente grâce à une force rentière paranormale.
    En Algérie, dans quelques mois, « ils » feront voter hors temps, hors champs et hors contexte pour une continuité à l’identique, hors temps, hors champs et hors contexte.
    L’Algérie ne vit pas de ses rêves légitimes de grandeur, otages d’un « braquage » méticuleux et durable ; elle suffoque, en apnée, de ceux de l’illégitimité historique hors temps, hors champs et hors contexte.
    Try one’s luck ! Autant dire qu’une invocation, ou une supplication insistante auprès de dieu (lequel?), pour « exorciser » le mauvais sort jeté sur notre pays, resterait sans écho puisqu’elle émanerait d’un espace lui-même hors temps, hors champs et hors contexte se situant aux confins de la déraison.

    1
    1
    Anonyme
    19 novembre 2018 - 2 h 29 min

    Un 5 eme mandat ou labass. Si bouteflika n’en voulait pas il l’aurait dit. Ils ne le disent pas afin de prendre l’opposition par surprise à la dernière minute de sorte qu’ils ne s’y préparent pas. Déjà que l’opposition est méconnue car privée de télés ou meme de reunions publiques pour se faire connaître. On l’a dénigre en disant à tort qu’elle n’a pas de programme…comment voulez vous qu’elle fasse connaître son programme sans la télévision ?? Meme la rue lui est interdite.
    Les partis du pouvoir,eux ont tous les plateaux télé à leur disposition depuis des années,les salles de réunion,l’argent…

    Anonyme
    18 novembre 2018 - 21 h 34 min

    On veut surtout un Homme fort, compétent, fin diplomate, intègre, honnête,dévoué, qui aime son pays et qui met l’intérêt de l’Algérie (Pays/Nation) avant tout autre intérêt.

    On ne veut pas d’un harki déguisé. Et là, le mot harki a plusieurs synonymes.

    7
    4
      Anonyme
      19 novembre 2018 - 9 h 15 min

      Comment va tu savoir que l homme que tu cherches à tous ces critères…

    Anonyme
    18 novembre 2018 - 21 h 27 min

    Vive boutef..vive le5ieme et le 6ieme et 7ieme mandats…seb3a fi 3aynikoum…seb3a we sbou3….il sera pour un autremandat car vous allez tous voter pour lui et c pour cela il a déjà fait 4 mandats car vous continuez à voter pour boutef..car vous l’aimez..epicitou…

    3
    18
      Anonyme
      19 novembre 2018 - 9 h 03 min

      Mais bougres d ânes..boutef est au pouvoir parce que vous avez voter pour lui, sinon aurait il eu 4 mandats? Dites lemoi. Il aura un 5 ieme car vous allez voter pour lui. Ma question est pourquoi alors vous m avez donner 13 thumbs down… c pas de ma fautes avoir écrit la vérité. Si boutef est président c que le peuple l à voté. C une vérité de lapalisse ou de bliss comme vous voulez..

      3
      2
    tahar
    18 novembre 2018 - 20 h 49 min

    une analyse fort possible juste pour ce qui de Said BOUHADJA mais est ce « les patrons » sont d’accord sur ce candidat.

    MELLO
    18 novembre 2018 - 20 h 45 min

    Le système politique Algérie est d’une complexité sans pareil dans le monde. Depuis 1962 , à chaque étape d’une élection ou plutot, désignation, nous avions assisté à des tours de magie pour tirer le président d’un chapeau noir. Pour 2019 , rien ne semble changer ou bouleverser cette pratique, mais , mais un fait est là, la mise à l’écart du président de l’APN ,remplacé par le « jeune » Bouchareb, personnage inconnu jusque là. Lors de cette opération , les lois de la république ont été foulées et « brixée » . Le comble est cette suite des événements, la désignation de ce personnage comme secrétaire general par intérim du FLN, alors que les textes de ce parti sont assez clairs. C’Est la Deuxième entorse qui engendrera une autre, à savoir la désignation de ce personnage comme candidat du FLN pour la présidentielle de 2019. Les autres candidats seront, comme de coutume, broyés par la machine électorale de l’administration acquise à l’ex parti unique.

    karimdz
    18 novembre 2018 - 19 h 27 min

    Le changement au sein de l’Etat algérien, est en marche, sans aucune violence, piano mais sano. Le président Bouteflika a servi le pays, son bilan n’est pas totalement positif, mais force est de constater que c est le président dans l’histoire de notre pays, qui en a fait le plus, jamais le pays n’a été aussi métamorphosé.

    Il reste encore beaucoup à faire, mais l’Algérie est sur les rails, ce qui est une bonne chose, le nouveau président aura pour objectifs, d’améliorer tous les services en Algérie et d’en développer d’autres, de tout mettre en oeuvre pour favoriser l’investissement productif, de renforcer notre défense national, qui n’a jamais été aussi puissante, bref de rendre la vie meilleure aux algériens.

    Quand à la démocratie, au risque de heurter certains, notre pays n’est pas une référence mais il y a aujourd’hui une diversité politique, la liberté de la presse, moins de répressions… Mais sommes nous préparés à vivre dans un état 100% démocrate, désolé je ne le pense pas, le peuple algérien n’a pas encore de culture démocrate quand on voit les divers comportements dans la société. L’important pour moi, c’est de pouvoir vivre en paix dans le pays, que les conditions de vie soient meilleures, que les algériens disposent notamment d’un pouvoir d’achat satisfaisant et qu’ils ne connaissent plus les tracas de la vie quotidienne actuelle.

    12
    12
    Tredouane
    18 novembre 2018 - 18 h 59 min

    Votre analyses est très piétinante,cela ce constaté à l’œil nu présentement;des prétendants incompétents sans la moindre analyse de notre réel d’aujourd’hui encor moins de celui de demain,pousser comme des pions,d’où à mon humble avis la primauté aux institutions fortes;qu’elles sont les critères d’un bon Chef D’État et/ou d’une équipe qui conduira les affaires de l’État,avec un programme à moyens long terme.
    Un Homme qui à un programme,une vision,dévouer et motivé par ça mission et non pas un Homme programmé.

    Anonyme
    18 novembre 2018 - 18 h 24 min

    En l’absence de Justice, et d’une Cour des Comptes dissuasives, et sévères, qui font régner la Justice
    Et la Transparence dans les activités des institutions véritablement démocratiques, et crédibles, en Algérie
    Les Hommes d’affaires, les Oligarches illégalement riches (du F.C.E, et autres,…..),
    Les très riches parasitaires , Les fraudeurs, les trafiquants, les grands barons, et les grands bonnets de l’informel, des fonciers agricoles, et industriels, et de l’immobilier Bradés à vil prix
    (et au Dinar Symbolique ?!,…), ainsi que les importateurs qui ont fait de grosses fortunes (surfacturations)
    Aux casiers judiciaires non propres, dans un pays rentier (pétrole contre importations de tout)
    Feront la pluie, et le beau temps avec leur argent sale, et blanchi où tout les coups sont bons, et permis ?!

    14
    2
    X
    18 novembre 2018 - 18 h 03 min

    L’Algérie a besoin d’un vrai Patriote pour President , de quelqu’un qui aime l’Algérie et qui veut.faire progresser ce pays et le rendre vraiment Independent ,prendre de l’écart avec les pays  » frères » et preparer l’avenir des futures generations dans une vrai Démocratie , mais existe t’il un homme de ce calibre?

    15
    2
    Salim Samai
    18 novembre 2018 - 17 h 37 min

    C´est bete et contreproductif! Toute l´Algerie suspendue á « Oui ou non » comme au temps ou toute une universite se MASSACRAIT pour 8 logements « offerts » par Mr. le Wali.
    Pourtant « Tab Jnana » fut tres sage!

    Le President Boutefilka a deja BATI son Monument de la Reconnaissance de la Nation quoiqu´en disent
    l´Opposition et la « Rue » qui ne fait que cracher oubliant UN Trou en guise de Toilettes et UN Robinet pour Salle de Bains et Cuisine pour 15 familles en 1962!

    Il reste nenamoins un detail, peut etre le plus important.
    Bouteflika a t-il assuré la TRANSMISSION du Baton et la FORMATION des Khalifes pour eviter encore une fois 1001 GUERRES d´Heritage!

    4
    9
    Anonyme
    18 novembre 2018 - 15 h 49 min

    Boutflika n’est concerné ni de près ni de loin par ce qui ce passe en Algérie. Il n’a ni les facultés physiques ni mentales qui lui permettent de saisir les faits ou de décider de quoique ce soit. Donc écrire et dire que Boutflika a fait, a décidé, a opéré, a limogé, a réhabilité, a envoyé et tous les verbes d’action, relève purement et simplement de l’abrutisme intellectuel et du journalisme amateur. Concernant toutes les décisions prises en son nom depuis son évacuation à val de grâce, sont en fait, de part les lois juridiques et les lois islamiques et communautaires, sont nul et non avenu

    26
    2
    Amine
    18 novembre 2018 - 15 h 35 min

    Lalgerie a besoin dun econimiste dun homme de terrain tel que rebrab

    20
    12
      Anonyme
      18 novembre 2018 - 18 h 47 min

      pourquoi pas Rebrab ? ou Smail Lalmas ? CA NOUS CHANGERAIT DES KHOUBSISTES DU FLN ET DU RND !

      15
      3
    lhadi
    18 novembre 2018 - 15 h 28 min

    La politique n’est pas affaire de diseuse de bonne aventure.

    Tous les indicateurs (et ils sont nombreux)) vont dans le sens d’un cinquième mandat du président qui ne préside qu’à son sommeil.

    Un cinquième mandat du président, affaibli par son accident vasculaire, le poids de l’âge et l’usure du pouvoir, portera, sans aucun doute, une atteinte très grave, morale et politique, et à l’Algérie et aux algériens.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    20
    3
    Chaoui
    18 novembre 2018 - 13 h 29 min

    Le meilleur pour mon pays !
    L’Algérie a enfanté des enfants – femmes et hommes – de qualité. Il s’en trouvent parmi eux des personnes aptes, humainement et moralement, à conduire nos destinées comme celle de notre Pays.
    Notre Histoire nous l’enseigne : nous ne devons compter que sur nous-mêmes.
    Vive l’Algérie et ses enfants !

    16
    3
    Chaoui
    18 novembre 2018 - 13 h 25 min

    Le meilleur pour mon pays !
    L’Algérie a enfanté des enfants – femmes et hommes – de qualité. Il s’en trouvent parmi eux des personnes aptes, humainement et moralement, à conduire nos destinées comme celle de notre Pays.
    Notre Histoire nous l’enseigne : nous ne devons compter que sur nous-mêmes.
    Vive l’Algérie et ses enfants !

    7
    3
    Anonyme
    18 novembre 2018 - 13 h 06 min

    Que les USA nous prête Bill Clinton, il est en chômage technique juste le temps de remettre l’Algérie sur rails .Nous leur donnerons une petite base militaire à Reggane.

    11
    25
    mohamed
    18 novembre 2018 - 12 h 59 min

    On veut un homme fort, pas une marionette,
    On veut un Poutine…!
    On veut un boumedienne..!

    39
    7
      Anonyme
      18 novembre 2018 - 14 h 14 min

      toi aussi tu peux faire l’affaire

      10
      11
      EDDZAIR-LIBRE
      18 novembre 2018 - 17 h 10 min

      On veut quelqu’un de chez nous;ni Marocain;ni Tunisien;pure souche et surtout pas un Arabe

      24
      12
        Ashtough
        18 novembre 2018 - 18 h 01 min

        En Algérie il y a des algériens point barre.alors ton commentaire a 2 centimes va les postes ailleurs.
        Mr EDazair libre., mais ton pseudo sonne faux , je ne suis pas sûr que tu soit Algérien, plutôt un intrus comme beaucoup qui viennent sur ke site nous polluer avec leurs pets( ourdhane Ni Izzàne.
        si tu comprends)

        11
        10
          Mhand
          18 novembre 2018 - 21 h 03 min

          @Ashtough: Bien dit.

          3
          5
    elhadj
    18 novembre 2018 - 12 h 42 min

    Et pourtant le pays a des hommes qu on tente de castrer par tous les moyens, et a qui on leur a pas facilite la tache de s organiser, d expliquer leurs programmes,de mobiliser la société civile,de s exprimer librement sur la manière dont est géré le pays,de restreindre leur liberté de réunion, de leur interdire l accès aux médias qui sont le bien de la collectivité nationale et non la propriété exclusive d un clan donne. tout a été manigance pour qu il n y ait pas d évolution dans ce pays jusque la paralysé .

    19
    1
    PREDATOR
    18 novembre 2018 - 12 h 31 min

    c’est le peuple qui décide
    Mais au fait y a t’il déjà un peuple?
    Nous voulons un autre president et un autre peuple

    24
    4
    Abdelatif
    18 novembre 2018 - 12 h 31 min

    Avec ou sans Bouteflika le candidat qui sera présenté par le FLN gagnera l’élection présidentiel comme depuis 1962. Ils faut que les autres candidats s’unissent pour désigner un seul candidat,la diversité des candidat arrange beaucoup le FLN aux yeux de l’opinion internationale que le grand a gagné face aux petits.

    21
    Maz
    18 novembre 2018 - 12 h 15 min

    Il n y a personne… tout dissoudre partis et syndicat recommence a zéro , une transition d un an ou deux gère par un homme hors système

    16
    2
    Tab Djanou
    18 novembre 2018 - 11 h 54 min

    Le Président va nous léguer le néant. Après 20 ans de règne, il n’a pas été capable de faire émerger un successeur et non laisse un pays en piteux état. Il n’est pas légitime pour faire un 5ème mandat car il a échouer dans sa gestion économique, part la vacance du pouvoir qui dure depuis plus de 5 ans , par la gangrène de la corruption dans tout les corps d’état et le rabaissement du niveau d’incivilité et l’augmentation de la délinquance dans le pays. Il est temps qu’il mette en adéquation son action avec ses paroles, il doit partir lui et cette génération médiocre et obsolète. Le TAB DJANOU estla jurisprudence qui doit s’appliquer pour la prochaine élection présidentielle.

    26
    5
    Anonyme
    18 novembre 2018 - 11 h 53 min

    malheureusement le malheur de l’Algérie sais sa richesse ou tout ces chacals veulent une part du gâteaux et non le bien de ce merveilleux pays où tout et présent pour la grandeur de son peuple et le bien vivre tous ensemble,cette élection 2019 seras la honte pour tout un peuple a cause de ces chacals qui mérite que mépris et d’égouts…

    17
    3
    Anonyme
    18 novembre 2018 - 11 h 27 min

    Le seul homme politique capable de prendre le relais c’est Bensalah .

    1
    45
      nacer
      18 novembre 2018 - 12 h 46 min

      et LOUH, et Messahel, et Benghebrit et Feraoun… ou un autre Tlémcenien quoi!!!!!

      13
      8
        Tlemcen, les beaux paysages !
        18 novembre 2018 - 14 h 20 min

        @Nacer
        18 novembre 2018 – 12 h 46 min
        —————————————————————-
        « Tlemcen » ce sont de beaux paysages, pas plus, vraiment de beaux paysages, et trop de laides âmes, c’est la wilaya où le sésame de la caverne d’Ali Baba est « Edrahem », si tu cries « 3andi Edrahem », tu auras tout le gotha à tes pieds, tu seras un marabout, les sidi t’innonderont, les grands hôtels se disputeront ta présence, mais si tu es pauvre, tu n’es même pas « Tlemcénien », tu peux toutefois admirer les beaux paysages, les oiseaux chantent sans être tlemcéniens, surtout les oiseaux migrateurs, il faut les voir survoler indifférents, au-dessus des mauvaises odeurs du fric , sans quoi ils n’y reviendront pas !

        18
        1
      ramdane
      18 novembre 2018 - 13 h 54 min

      non ce n’est pas BENSALAH , c’est toi

      Anonyme
      18 novembre 2018 - 22 h 07 min

      Ah non…ce n’est pas Bensallah. tu te trompes.Ce monsieur ne peut pas avancer vite le pays vers la technologie et les sciences.J’espère que ce ne soit pas le chekh Amar Saidani, sinon le pire nous attendra.
      Quant au président actuel,je dirai avec sérieux et sans risque de me tromper, qu’il reste de loin le meilleur des présidents, malgré quelque insuffisances enregistrés par ci et par là.C’est vrai qu’il était mal entouré.Ce qui a laissé la corruption ravageuse de prendre naissance parmi quelques hommes qu’il avait choisis mais qui l’ont trahi d’ou son AVC quant il avait pris connaissance de la trahison.Du reste c’est un président qui a brisé beaucoup de tabous qu’on avait hérité de ses prédécesseurs, sans oublier que c’est grâce à lui que tamazight est introduite dans la loi fondamentale du pays: la constitution. Ce qui a donné beaucoup d’apaisement à la population berbérophone et peut être aussi de l’apaisement parmi quelques-uns de nos frères arabophones..Il faut être objectif qu’il y a des réalisations sous le règne du président actuel telles la construction des barrages, l’électrification, l’alimentation des régions en gaz, la construction et l’extension des universités,constructions des logements,des écoles des hôpitaux,des routes…en plus de la liberté d’expression ou l’on pouvait traiter beaucoup de sujets plus librement, et parfois mieux que certains journaux Français,.
      Il reste la qualité de toutes ces réalisations.Oui il y a manque.Mais cela ne relève pas uniquement des compétences ou de la volonté du président .La société civile aussi n’a pas fait grand chose par rapport à ses devoirs, celle là qui cherche le gain facile, c’est à dire gagner de l’argent mais sans travailler.

      1
      1
    À CONDITION
    18 novembre 2018 - 11 h 00 min

    Surtout pas des hommes d’affaires pour là candidature de la président de la république.
    Ils vont confondre enrichissement personnel avec l’argent public de l’Algérie.
    Il faut un technocrates dont les biens personnels et financier soient compatilisés avant sa prise de fonction.
    Une sorte d’inventaire passé au peigne fin sur tout tout tout leurs biens personnels et ceux de leurs familles une condition ciné quoi none avant d’accéder au poste suprême de l’Algérie.
    Et à la sortie repasser à nouveau aux rayons X des inventaires.
    L’argent c’est comme la gale c’est contagieux.

    25
    Rascasse
    18 novembre 2018 - 10 h 59 min

    La familia fait confiance en une seule personne pour reprendre les règnes sans règlement de compte : ouyahia, mais j’avoue que l’option louhe reste énigmatique

    10
    13
    Ashtough
    18 novembre 2018 - 10 h 52 min

    On veut un président de pure souche algérienne, un algérien véritable de 3 ou 4 génération , si ce n est plus . On veut un président qui n est aucune ascendance ou descendance étrangère et surtout surtout pas marocaine . Cette condition doit être indiscutable.
    Toutes les autres criteres , on pourra en débattre, en discuter et soumettre à la volonté du peuple.
    N oublions pas cette condition. Une origine algérienne véritable et non ceux qui possède une relation de sang avec l étranger , surtout le Maroc surtout en ces moments d incertitude..
    Peut être dans un siècle on pourrai se le permettre mais pas aujourd’hui.

    25
    8
      Mhand
      18 novembre 2018 - 21 h 13 min

      Nous voulons un algérien qui aime son pays, nous voulons un algérien qui possède l’intellect, l’expérience et le charisme afin que la population lui fasse confiance, nous voulons un algérien qui lutte contre la corruption et nous voulons un algérien capable de se présenter sur la scène internationale. S’il est né en Algérie de parents martiens, cela ne changera rien tant qu’il pourra rendre l’Algérie encore formidable

      4
      3
    salah
    18 novembre 2018 - 10 h 29 min

    Moi la seule surprise c’est que le PRESIDENT BOUTEFLIKA décide de ne pas se présenté
    Donnons a l’opposition les mêmes organes de communications invité les pour des débats laissons leurs faire des meeting sans être matraquer ou arrêter là oui il y auras une opposition digne de ce NOM

    22
    4
    Anonyme
    18 novembre 2018 - 10 h 12 min

    à «tenter leur chance». Mais tu rêve mon vieux.
    Ceux qui «tenterons leur chance» seront tous instruits pour le faire, des opportunistes, des lièvres, des gas traînant tant de casseroles qu’ils obéiront au doigt et à l’oeil.

    13
    3
    Anonyme
    18 novembre 2018 - 9 h 38 min

    LA MEILLEURE SOLUTION POUR BOUTEFLIKA ET L’ALGÉRIE c’est que le président désigne son successeur ( un vrai homme politique ,un premier ministre , un homme d’état expérimenté de la trempe de Hamrouche, Ouyahia, Mokdad Sifi , Benflis , Ghozali , etc.. et non un pâle fonctionnaire ) et le propose au consensus nationaliste et national algérien pour barrer la route à toute aventure .. il lui donne sa feuille de route pour deux mandats , les algériens voteront pour le changement dans la continuité de l’état national et des institutions et pour une vraie politique de Puissance, si Bouteflika choisit le bon candidat et si le candidat applique la feuille de route stratégique de Bouteflika ( non pas que Bouteflika soit un superman , mais il est resté longtemps au pouvoir d’état et donc il a toutes les Données ,la nation doit exploiter et profiter de ces Données et de l’expérience du bonhomme en matière politique et diplomatique ) .. voila ce qu’on pourrait appeler une stratégie Berbère algérienne de Survie et de Défense de notre Nation , contre les dangers aux frontières et au-delà des frontières …c’est aux dirigeants et aux chefs de s’entendre et de trouver la Solution et pas nous , le peuple , les citoyens … Et qu’on ne vienne pas nous chanter la maudite chanson demokhratique de 90 pour nous ruiner encore fois , cette fois qui sera la bonne et nous fera disparaître comme état et comme nation .GHOUREK , l’Algérie ce n’est pas le Luxembourg !!! Garantir le passage à l’Alternance dans la vigilance , dans la quiétude et dans l’Unité doit être le seul souci des dirigeants pour réconforter les algériens et les laisser tranquilles pour vaquer à leur travail , à leurs familles et à leurs affaires …Soyons tous réalistes et laissez le président finir en paix et laissez l’Algérie poursuivre son chemin en paix , dans la Quiétude , dans le Calme et dans la Communion ….Gare à celui qui monte sur un lion borgne comme le dit le proverbe Auressien … celui qui tente le Diable aura le Diable dans sa maison et celui qui promet la Haine et la Fitna , elle se retournera contre lui ..Voilà !

    11
    42
      Non-Anonyme
      18 novembre 2018 - 10 h 02 min

      Certainement vous etes de la génération Bouteflika;ceux qui croient à la FLN et RND; mais pas à Dieu tout puissant;vous etes les endoctrinés du système mafieux;réveillez-vous nous sommes 2018 et nous avons eu notre indépendance en 1962;le Vietnam à eu sont indépendance en 1975;il est cent fois meilleurs que nous sans le pétrole;sans les mines d’or;ni d’argent;ni de phosphate;ni du gaz;un quart de nos meilleurs citoyens sacrifIés pour des MELONS

      29
      18
        Le Numide
        18 novembre 2018 - 10 h 32 min

        @non anonyme : le Vietnam est là où il est parce qu’au Vietnam il n y a pas des marabouts prétentieux comme toi et des Sorciers et des charlatans wahabistes et leurs chaouchs de la 5 eme colonne qui mêlent Dieu tout-puissant ( comme vous dites ) à toutes les sauces de la politique et du string pour plonger les peuples dans le servage …. c’est bien facile de parler de corruption en revêtant le Kamis et en diluant les cadavres des journalistes dans l’Acide .. on parle comment sauver une nation menacée par les Zombis de ton acabit et tu nous parles de siwak et de pisse de chamelle

        31
        11
          Non-anonyme
          18 novembre 2018 - 11 h 28 min

          @Le numide toi le Marchand de tapis,qui se prend pour un génie des crocodiles, réveil toi de ton sommeil profond,et reviens sur terre t’oublie que tu es qu’un simple marchand de tapis de porte a porte,certes tu as une grande gueule de crocodile ainsi des petites pattes juste pour gratter

          9
          16
        Anonyme
        18 novembre 2018 - 11 h 28 min

        à Non-Anonyme
        Dieu Tout Puissant ne vous a pas délégué pour dénoncer ceux qui croient en lui et ceux qui ne croient pas. Il faut être objectif pour avancer, le côté spirituel nous guide chacun de nous personnellement pour les bonnes actions à entreprendre que ça soit en politique ou ailleurs. Croyez-vous que vous êtes le parfait dans la croyance en Dieu, dans ce cas personne ne vous juge donc ne jugez personne.

        11
        4
          Anonyme
          18 novembre 2018 - 16 h 08 min

          Arrêtez de nous servir Dieu et la religion à toutes les sauces pour brouiller les cartes et vous servir au lieu de servir la Nation.Toutes les Nations modernes ont fait de la religion une conviction intime et non un moyen pour prendre le pouvoir et asservir le peuple.Nous voulons un Etat de Droit pour faire de notre pays un pays moderne au service du citoyen d’où seront bannis l’injustice,la corruption et le système D de l’enrichissement rapide des « élus » par la fraude.

          11
          2
        Vector
        18 novembre 2018 - 13 h 23 min

        Donc vous pensez que l’Islam est la solution mais votre modèle est un pays athée : le Vietnam !
        Très logique…

        11
        7
      LE NUMIDE
      18 novembre 2018 - 10 h 16 min

      je signe mon commentaire : LE NUMIDE …sans oublier de conseiller aux partis implantés chez nos frères kabyles (RCD et FFS ) de ne pas tomber dans le piège faussement démocratique des frères musulmans égyptiens et des wahabistes en général en Algérie pour leur ouvrir des couloirs au détriment de l’État national , pour foutre leur Merde comme en 92 … les frères musulmans veulent avoir une puissance comme l’Algérie à leur service , après avoir perdu en Egypte et en Tunisie et après que l’Arabie Saoudite les a ruinés… , ils ont une politique strictement moyen-orientale et pas du tout nationale ..le Bonheur du peuple algérien et de la nation algérienne ce n’est pas ça leur but … L’Algérie ne leur sert que de réservoir humain et de ressources Politiques et Economiques pour réaliser leur Utopie Califale et faire la guerre civile islamiste éternelle ; aujourd’hui contre leur nouvelle ennemie l’Arabie Saoudite, demain contre une autre jusqu’à la fin des Temps .. ceci ne nous concerne pas ! Les islamistes algériens doivent revoir leur copie et revenir à la nation s’ils veulent survivre , leur meilleure ligne doit être patriotique , algerianniste , berbère et institutionnelle comme celle de Nahnah et de Bouguerra Soltani et non moyen-orientale et impériale comme celle de Ferkouss et de Kardaoui

      12
      11
    Zaatar
    18 novembre 2018 - 9 h 37 min

    Vers des candidatures surprises? on pourrait alors voir Zaatar candidat?….à la présidentielle 2019, caramba y carambita…

    15
    3
    UMERI
    18 novembre 2018 - 9 h 36 min

    Vous croyez sincèrement, que le peuple algérien est uni et parle du même voix, qu’un homme providentiel, nous tombera du ciel, que le système va partir gentiment et laissant le pouvoir a un nouveau venu en politique alors nous n’avons rien compris. Tous ceux qui gravite autour de ce système, ont appartenu de prés de loin a ce même système et commis des bourdes aussi graves.Les Hamrouche, Benbitour, Benflis, Sellal, etc…ont raté l’occasion d’une bonne gérance et maintenant c’est trop tard. Bouteflika, qui a les clés de l’Algérie en main, ne partira pas, sans laisser un homme sur, qui ne trahira pas sa famille et se proches, c’est la seule condition, pour son départ.

    15
    1
    Gil
    18 novembre 2018 - 9 h 21 min

    GIL…(Génération) Bouteflika.c’est la génération ou l’argent est roi;le business et l’argent sale;se sont la constitution du pays; la corruption et l’injustice;c’est l’emblème de la nation;une éducation nationale à la méthode des Zaouias.ou tout nos jeunes revent comment traversé la mer pour rejoindre l’autre rive,le continent préféré de nos dirigeant,la génération Bouteflika est la falsification et les magouilles de tout genre;ou les traitres sont réhabilité et les honnètes citoyens emprisonné

    26
    2
    Non au cinquième mandat !
    18 novembre 2018 - 8 h 54 min

    Je suis pour le départ de Bouteflika pour une seule raison car avec son départ l’Algérie se débarrassera des escrocs et des naturalisés qu »il nous a imposé et espérons qu’il n’y aurait pas un cinquième mandat avec l’un de ces escrocs ou naturalisés.
    La vigilance s’impose car la France fera tout pour nous les imposer.

    43
    14

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.