Hela Ouardi et ses «derniers jours du Prophète»

Prophète
L'historienne Hela Ouardi. D. R.

Par Nazim Maiza – Le livre Décadence de Michel Onfray fut pour moi une lecture, voire un exercice malcommode et superflu du point de vue du savoir qu’il colporte. Décadence est une sorte de thèse qui «nécrose», tout au long du livre, le fondement des Evangiles, à savoir les apôtres de Aïssa le «Christ», allant même jusqu’à remettre en cause l’existence de ce Prophète. Onfray n’a pas usé d’artifices, ni de faux semblants dans les raisons qui l’ont poussé à écrire cet ouvrage ;  il se dit athée et exècre la religion, quelle qu’elle soit. Cela a le mérite d’être explicite. En vérité, Onfray n’est pas un écrivain clair-obscur. Je l’aime bien pour cette raison, pour ce courage.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à signaler que je ne suis pas historien, ni spécialiste de l’islam ; tout ce que j’écris aujourd’hui est le fruit de nombreuses lectures sur le sujet et de conférences auxquelles je me suis intéressé.

Faire l’amalgame avec le chiisme lorsque je lis Les Derniers Jours du Prophète de Hela Ouardi est tout naturel mais soyons clairs, je ne présente pas une olla-podrida sans comprendre de quoi il est question dans ce livre. Force est de constater que l’auteure, Hela Ouardi, reprend majoritairement les thèses chiites, rien de plus, sans pour autant accuser cette dernière d’une quelconque «obédience», religieuse cela va sans dire.

Présentement, je ne fais que critiquer humblement sa vision de la tradition musulmane. Selon moi, elle présente superficiellement ce que je crois être une doxa. Je m’efforce de livrer ma aletheia (conception), rien de plus.

Le chiisme dans mon quotidien algérien, voire algérois, m’a de tout temps intrigué profondément. Le nombre de chiites algériens est en pleine croissance, la qualité intellectuelle des Algériens «sunnites» devenus chiites est, lui aussi, intrigant. Pour la plupart de cette population restreinte, ce sont des gens éminemment intelligents, instruits et politiquement, le poids de l’Iran sur la scène internationale donne du crédit à leur palinodie.

La remise en cause des conditions de désignation du premier calife de l’islam «post» Prophète Mohamed, Sala Allah Alayhi Wa Salam (SWS), a de tout temps été l’apanage du courant chiite dans l’islam, à ne pas confondre avec le kharidjisme.

Hela Ouardi, une historienne que je découvre, aborde ce sujet avec plus de véhémence que les chiites eux-mêmes dans son livre Les Derniers Jours du Prophète et moins de courage que la Décadence d’Onfray. Cet ouvrage a été présenté au Salon du livre d’Alger.

La littérature de ce courant religieux – le chiisme dans l’islam – est phénoménalement abondante, et croyez-moi quand je vous dis que cette lecture soulève beaucoup de questionnements pour le lecteur «standard». Etant moi-même un lecteur «standard», cette question m’a beaucoup intéressé dans ma relative jeunesse. J’ai fini, bon an, mal an, par comprendre les raisons réelles de l’avènement du chiisme dans le contexte politique de l’époque. Nous en parlerons en conclusion.

Dans cet ouvrage, il est avancé par Hela Ouardi que le Prophète de l’islam fut empêché de faire son testament et qu’il fut contraint de cacher un document testamentaire dans le fourreau de son épée de peur de se faire prendre par ses compagnons. Elle apporte par la suite d’autres «révélations». Ecrire cela aujourd’hui, c’est mésestimer la puissance d’un homme − car c’est d’un homme qu’il s’agit − qui plus est un homme qui a fondé l’un des plus grands empires qu’a connu l’humanité.

C’est tout naturellement que je pense à Alexandre le Grand. C’est comme si l’histoire se répète à une différence près. En effet, je ne me rappelle pas avoir lu, ni entendu un historien ou autre philosophe aborder la question de la succession politique d’Alexandre III de Macédoine ou jeter l’anathème sur ses compagnons. Des hommes comme Cratère qui, tout comme Ibnou El-Khatab (radiah Allah anhou), avait appris la mort d’Alexandre alors qu’il était sur le chemin du retour et Perdiccas auquel Alexandre aurait confié, agonisant, l’anneau royal, cela rappelle le fourreau de Hela Ouardi. Il y a matière pour un historien, ne pensez-vous pas ?  Alexandre est, lui aussi, un autre «grand» personnage par la concrétisation de beaucoup de concepts qui étaient jusque-là des délires de souverains car c’est de succession politique qu’il est question et non pas de succession religieuse. C’est une nuance liminaire lorsque l’on s’attaque à un sujet pareil, qui plus est pour une historienne. Je pense pouvoir fermer cette parenthèse ; cette parabole est, pour ma part, une forme de nécessité démonstrative de ce qu’est une succession politique dans deux contextes différents dans le temps mais similaires dans les faits.

De prime abord, cette nuance qu’est la succession politique échappe à l’auteure qui s’emmêle les pinceaux, tel Arcimboldo devant ses fruits. Candidement, c’est une dissemblance qui pourrait m’échapper, moi le lecteur «gobe-mouches». Vous pourriez aisément m’absoudre car profane je suis mais, pour une historienne, c’est un peu plus délicat.

Clarifier l’idée en filigrane diluée dans l’ouvrage de Hela Ouardi est primordial. En effet, cet ouvrage est une littérature fondée sur des «informations» qui, grosso modo, se cristallisent à la façon de Stendhal mais sans «amour», dans le message suivant : «Aujourd’hui, le monde musulman est en plein tourbillonnement pour la simple raison du fait qu’après à la mort du Prophète de l’islam Mohamed (SWS), un ‘’coup d’Etat’’ fut ourdi par Aboubakr Essedik et Omar Ibnou El-Khettab pour empaumer le pouvoir.»

Selon Mme Ouardi, personne ne sait de quoi le Prophète Mohamed (SWS) est mort. Certains avancent l’empoisonnement ; d’autres parlent de problèmes au niveau de l’abdomen. Une chose est sûre : personne ne peut dire de quoi le Prophète (SWS) est mort, c’est une vérité.

Après le pèlerinage de l’Adieu, le Prophète (SWS) était rentré à Médine où il avait décidé de finir ses jours par amour pour cette ville et pour les Médinois, les fameux Ançar. Par la suite, il tombe malade, une maladie qui, au fur et à mesure des jours, a fini par l’empêcher de mener les prières canoniques au sein de la mosquée. Ne pouvant plus faire cela, il demanda à ses fidèles de dire à Aboubakr Essedik d’être l’imam derrière lequel ils prieront. Il ne faut pas oublier que Aboubakr a de tout temps été l’ami fidèle du Prophète (SWS), avant et après sa conversion à l’islam. Il est important de retenir cela. Il y eut de la résistance devant cette directive. L’épouse du Prophète (SWS), Aïcha (radhia Allah anha) elle-même était d’avis que ce soit Omar Ibnou El-Khettab qui soit l’imam intérimaire, sachant que Aboubakr était son père. Devant ces contestations, le Prophète (SWS) insista pour que ce soit Aboubakr qui mène les prières, et ce fut le cas.

Arrêtons-nous un instant sur cet aspect. Hela Ouardi contourne habillement cet épisode dans Les Derniers Jours du Prophète, pourtant la littérature est abondante dans ce sens, les témoignages des sahaba (compagnons) sont, eux aussi, nombreux mais elle choisit en tant qu’historienne de faire fi de cela. Mais continuons.

Donc Aboubakr devient l’imam des croyants pendant une semaine, jusqu’au lundi où, en fin de matinée, le Prophète (SWS) décède des suites de sa maladie. Aboubakr n’était pas présent au moment du décès car il rendait visite à sa famille dans les faubourgs de Médine. Quand il en est averti, il revient précipitamment, pénètre dans l’appartement du Prophète (SWS). Il voit le Prophète (SWS) allongé, l’embrasse sur le front et dit : «Quant à la mort que tous les êtres humains doivent goûter, tu y a goûté ô messager de Dieu ! » Il sort ensuite de l’appartement contigu à la mosquée et y retrouve les fidèles alertés. Il faut savoir qu’ils eurent du mal à accepter la nouvelle, si bien que Omar Ibnou El-Khattab menaça toute personne qui oserait dire que le Prophète (SWS) était décédé.

Omar dira que le Prophète n’est pas décédé ; il n’est pas mort, il va juste s’absenter et revenir comme Moïse (SAAWS) était revenu ; il n’est nullement question de Aïssa, «Jésus», comme l’avance Ouardi Hela fièrement.

Cet épisode est important dans l’histoire des musulmans. La question qu’il est pertinent de poser est comment un compagnon de la stature de Omar a pu ne pas accepter, momentanément certes, la mort du Prophète (SWS). Pour certains spécialistes de l’islam, la réponse est simple : l’émotion l’avait emporté sur la raison. En vérité, Omar Ibnou El-Khettab a été déstabilisé par la mort du Prophète (SWS).

Aboubakr Essedik, s’adressant aux sahaba dans la mosquée, dit : «Que ceux qui adoraient Allah continuent à l’adorer car Dieu est Immortel et que ceux qui adoraient Mohamed, alors qu’ils sachent que Mohamed est mort.» Il récita ensuite le verset : «Mohamed n’est qu’un messager – des messagers avant lui sont passés – S’il mourait donc ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à Dieu, et Dieu récompensera bientôt les reconnaissants.»

C’est alors que Aboubakr prononça son fameux discours : «Ô gens ! Celui qui adorait Mohamed, qu’il sache que Mohamed est mort ; et celui qui adore Dieu, qu’il sache que Dieu est Vivant et qu’Il ne meurt pas !»

Il est important de savoir que Omar Ibnou El-Khettab dira plus tard qu’en entendant ce verset récité par Aboubakr, il eut l’impression que c’était la première fois qu’il l’écoutait, alors qu’il le connaissait très bien. C’est dire l’importance du Coran dans le contexte. Certes, Omar connaissait le verset en question mais dans un contexte abstrait. Le verset dit que Mohamed (SWS) allait mourir un jour, lorsque ce jour arriva et que Omar entendit le verset, il l’assimila profondément.

Les Ançar se sont regroupés pour discuter de la succession politique du Prophète (SWS) – il est important de souligner cela – et non pas de la succession religieuse. Il faut savoir que le Prophète Mohamed (SWS) avait deux rôles primordiaux :

– Il était le messager de Dieu : il éduquait les gens et les aidait à cheminer spirituellement.

– Il était chef d’un Etat qu’il avait fondé : il s’occupait de la politique à mener, il enseignait aux musulmans l’importance d’être structurés, organisés et unis autour d’une idéologie, une loi, celle du Coran.

Donc, les Ançar se retrouvent entre eux et commencent à discuter de cette succession politique. Ils sont tous d’accord pour désigner Saâd Ibnou Oubada comme le successeur politique du Prophète (SWS), un «grand parmi les grands de Médine». Il faut aussi comprendre que les Ançar pensaient et croyaient qu’ils étaient prioritaires dans la gestion de la nation musulmane car, non seulement ce sont eux qui ont soutenu énergiquement la cause mais aussi car Dieu n’a cessé de citer ces derniers dans le Saint Coran.

Aboubakr va essayer de convaincre les Ançar dans ce sens, il leur fait une proposition : «Voici Omar à ma droite et Abou Oubayda à ma gauche, je pense que ces deux personnes sont aptes à diriger la communauté.» A ce moment, Omar réagit : «Il est hors de question que quelqu’un prenne les devants tant que Aboubakr est parmi nous.» Puis il mit en évidence les qualités d’Aboubakr et ce que le Prophète (SWS) a dit de lui (il y a plusieurs hadiths sur ce sujet).

Pour ne pas faire plus long, sachez qu’Aboubakr l’emporta par la majorité. Il n’a pas fait consensus, certes, mais la majorité s’exprima dans le calme et sans effusion de sang. Et il fut le premier calife. C’est dire que les musulmans étaient dans un processus «démocratique pur» et non pas dans une sorte de «pronunciamiento» que Hela Ouardi croit être les raisons de la discorde dans le monde musulman.

La tradition musulmane n’est pas en faveur de la transmission du pouvoir héréditaire. C’est bien après, au temps de Mouawiya et de son fils Yazid, que la «monarchie» fut instaurée.

Je voudrais en conclusion dire une chose du chiisme parce que l’auteure du livre Les Derniers Jours du Prophète remet en cause les conditions dans lesquelles le premier calife de l’islam «post» Prophète Mohamed (SWS) fut proclamé, un sujet qui a de tout temps été l’apanage du courant chiite dans l’islam. Je ne pense pas être apte à faire la démonstration des illogismes du chiisme, ni même prétendre détenir la vérité mais comprenez mon déplaisir lorsque je lis Mme Ouardi qui surfe, tel Joël de Rornay, sur la vague de Kamel Daoud, Yasmina Khadra, Amin Zaoui et autres candidats qui rêvent de voir une fatwa de pseudo-oulémas émise pour consolider leur statut d’exilés pour la liberté contre l’islam intolérant.

N’étant pas appréciateur ou maîtrisant ex-professo l’histoire de l’islam, je fus moi-même interpellé par cet ouvrage et par les différentes déclarations de Hela Ouardi, qui dit bien que son livre est le fruit de nombreuses années de travail mais aussi qu’il n’apporte aucune réponse ; son but est de poser des questions importantes dans le monde musulman actuel.

Le courant chiite considère que la transmission du pouvoir politique s’est faite en défaveur de Ali Ibnou Abi Taleb (radhia Allah anhou), c’est clair mais, au temps des Abbassides, ils eurent l’opportunité de voir un descendant direct de Ali au pouvoir ; ils refusèrent et exigèrent que ce soit un descendant d’El-Hussain, l’un des nombreux fils de Ali, c’est leur dogme à nos jours. Savez-vous pourquoi ? La mère de Hussain était Perse. Donc comprenez que le chiisme est politique et non religieux.

N. M.

 

Comment (107)

    Un Lecteur Lambda
    2 décembre 2018 - 15 h 25 min

    La première réflexion qui me vient à l’esprit, c’est pourquoi ce livre. Sa finalité, est-elle mue par un besoin de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire de l’Islam ou plus exactement à une certaine histoire de l’Islam ? S’agit-il de rétablir « la vérité » sur la succession du Prophète (SWS) ? L’auteure, une historienne, aurait, semble-t-il affirmer que sa thèse n’apporte aucune réponse, de plus, elle aurait (n’ayant pas lu ce livre, je préfère user du conditionnel) épousé la thèse iranienne en ignorant délibérément des points importants dans ce processus de succession (pourquoi et dans quel but ?)
    Étant profane et ne m’intéressant qu’occasionnellement à l’histoire des religions, je ne suis pas qualifié pour débattre sur ce sujet. Donc, je ne discuterai pas de l’ouvrage de Mme Ouardi. Néanmoins, une chose m’interpelle.
    La question de la succession divise le monde musulman depuis des siècles sans que cela n’ait débouché sur un affrontement entre Sunnites et Chiites. Nous savons tous que cet affrontement entre Saoudiens et Iraniens n’a rien de religieux, il est éminemment politique. Chacun s’appuyant sur des alliances parfois de circonstances pour tenter d’imposer sa prédominance sur l’autre en se servant d’arguments religieux.
    Je reviens à cette question qui m’interpelle: le monde musulman vite sans doute les moments les plus critiques de son existence, a-t-on besoin de cette publication qui agit comme de l’huile sur un feu déjà inquiétant ? Comment expliquer le timing choisi ? Ne sommes-nous pas face à une démarche précise et par ailleurs sournoise dans une intention occulte et savamment orchestrée ? Que chacun se rassure, je ne suis pas parano mais les complots existent bien, rien qu’à voir ce que la Libye est devenue. Si le but de ce livre était constructive, l’auteure aurait pris le temps d’approfondir son enquête afin d’apporter des réponses. Ce n’est malheureusement pas le cas et c’est semble-t-il elle-même qui l’affirme.

    Zombretto
    25 novembre 2018 - 12 h 05 min

    @Krimo : Je ne peux pas te suivre dans tes voltiges stratosphériques dans la prospection philosophique (Cercle ce Vienne, Induction, etc.) Je ne m’adonne pas aux observations philosophiques au microscope Titan Krios. Je suis plus terre à terre.
    Je sais que je ne sais rien, ou du moins pas grand-chose, mais une chose que je sais pour sûr est que les gens qui ont écrit la Bible et le Coran savaient beaucoup moins que moi et que ceux d’entre nous qui veulent bien se donner la peine de réfléchir froidement et librement. Pour m’en tenir à la religion, c’est une question de vouloir comprendre ou non. Celui qui veut comprendre n’a qu’à lire les livres soit-disant sacrés pour voir que ce ne sont que des sornettes. Celui qui veut lire pour renforcer sa foi lira avec une vision étroite, il sera victime d’une scotomisation. Je le sais par expérience personnelle, car j’étais croyant fervent, quasi-mystique, dans ma jeunesse.
    «….la Bible un recueil de légendes, certes honorables mais primitives qui sont néanmoins assez puériles…».
    Là je ne suis pas d’accord avec Einstein. J’ai épluché la Bible de A à Z et je dois dire que je n’y trouve rien d’honorable. Absolument rien. C’est une compilation de légendes nationalistes juives, pleines de cruauté, de barbarité et de stupidité. La première fois que je l’ai lue j’avais 35 ans. Au bout de 10 ou 15 pages, je me suis dit que je ne comprenais pas ce que je lisais, sûrement. Ça ne pouvait pas être ça la Bible, quand-même, voyons !… Non, c’est moi qui ne comprends pas… Et puis je relis encore et encore, et plus je lis, plus je suis ébahi !…. C’est vraiment ça qu’on nous présente comme un livre de Lumière et de Sagesse ???? C’est ça ???… Non seulement elle contient de la haine et de la violence, mais elle ne contient QUE de la haine et de la violence. N’ayant pas été pré-conditionné pour n’y voir que du bon, je l’ai vue bien clairement pour ce qu’elle est : du nationalisme hébreu, rien que de la haine pour tout ce qui n’est pas hébreu. Et ça inclut le Nouveau Testament. Je ne vois rien dans ce qui est attribué à Jésus qui ne soit du Nationalsime Hébreu. Si l’on en croit la Bible elle-même, il êtait irascible, insensible et haineux de tout ce qui n’était pas juif. La petite histoire de « que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre » est un faux, ajouté à la Bible au 10ème siécle. Tu peux rechercher ça si tu veux, c’est bien connu parmi ceux qui font des recherches sur la Bible. Il y a d’ailleurs tout un tas d’autres faux dans le Nouveau Testament. On peut aller plus loin et dire que le truc tout entier est faux car il date de 150 ans après les faits.
    Je ne suis pas d’accord non plus avec Eisntein quand il dit « assez puériles » car je ne vois pas pourquoi dire « assez » puériles, Elles sont plus que puériles, elles sont incroyablement puériles.
    En conclusion : je sais que je ne sais à peu près rien, mais je sais que je sais assez pour savoir que ces gens savaient encore moins que moi et qu’il est temps de les jeter à la poubelle.

    3
    1
      Zaatar
      25 novembre 2018 - 12 h 23 min

      Bonjour Zombretto,

      Moi mon ami, cela fait longtemps que je les ai jetés à la poubelle. Et j’ai tout jeté à la poubelle… il ne reste rien chez moi, ni dans mon esprit. Je ne veux rien dire sur les autres, mais j’ai le droit de penser ce que sont les autres qui croient en ces sornettes… tu devines très bien ce que je pense. A plus l’ami.

      4
      1
    Anonyme
    24 novembre 2018 - 19 h 42 min

    C’est la nouvelle cartouche des sionistes, semer le doute et la confusion dans l’esprit des musulmans pour les diviser et les éloigner encore plus de leur religion. Pourquoi ce soudain intérêt des « contrebandiers de l’histoire » comme cette hala Ouardi que Dieu la punisse, et des médias sionistes à la mort du Prophète (saws)… C’est comme s’ils cherchaient des poux dans le tête des nazes et les pousser à se tondre la tête. De quoi, je me mêle, quel intérêt avez vous à savoir comment, pourquoi…puisque vous n’êtes pas musulmans. Attention; leurs plans diaboliques ne vont pas s’arrêter là, avec la connivence, comme d’habitude, des « Harkis intellectuels » leurs valets.
    Ne tombez dans leur piège tête baissée!

    2
    9
    Max93
    24 novembre 2018 - 17 h 40 min

    Chiisme et sunnisme sont des inventions anglo-saxonnes pour diviser les musulmans suite à la chute de l’Empire Ottoman au début du 20e siècle grâce à leur soutien aux Saouds et au courant wahhabite. En fait il s’agit grossièrement de diviser les musulmans entre républicains et royalistes. Hérédité de sang ou transmission de personne a personne? La monarchie présente l’avantage pour les anglo-saxons de contrôler les ressources pétrolières en ne contrôlant qu’une poignée de gens alors que les républiques c’est beaucoup plus dur à soumettre, ça peut nationaliser, ça vote demande l’avis à la population non, pas bien. Musulmans il n’y a qu’un seul Islam alors faites juste vos 5 prières par jour, l’aumône, le jeune du Ramadan et le Pèlerinage si vous pouvez. Le reste n’est que foutaise politique et n’a rien a voir avec le Coran, seule Parole de Dieu. Ne vous égarez pas dans les paroles des Hommes que sont Hadiths. Le Coran et le Coran seul, ainsi vous n’êtes que Musulmans, sans rien y ajouter d’injuste. Maudits soient ceux qui divisent les croyants.

    4
    5
    zad
    24 novembre 2018 - 13 h 21 min

    Oui j’ai lu le livre, oui il reproche, preuve à l’appui, aux Sahaba d’être des hommes assoiffés de pouvoir et à juste titre, ils voulaient assassiner le prophète, à plusieurs reprises, oui ils ont laissé son corps se décomposer, et s’occupaient à se tirailler pour le pouvoir, pour l’argent, c’est depuis 14 siècles que les chiites le disent et toute l’historiographie conclut…pas la peine cher monsieur de nous vendre une althenia comme tu dis, qui ne repore que sur une bienveillance sans faits

    8
    3
      Zaatar
      24 novembre 2018 - 21 h 38 min

      Finalement tout et partout ne sont que des histoires d’interets… l’argent, les richesses en tout genre, le sexe, les plaisirs… et cela dure encore en des variantes toujours en innovation, car ca evolue avec le temps bien sur. On ne truande pas les peuples aujourd’hui de la meme maniere qu’il y a 14 siecles.

      6
      1
    ZORO
    23 novembre 2018 - 22 h 33 min

    Je garde une tres belle photo de jeunesse pres du baha house.Salut zombretto. Dans les annees 80 au moment ou j ai commence a pratiquer mon islam, j ai connu un imam a travers un de mes amis,un jour il nous raconta que L ange Gabriel fut envoye a moise pour lui oter la vie Moise refusa et giffla Gabriel et le rendit borgne etc etc
    j etais sidere a l ecoute de cette histoire que mon esprit ne pouvait tolerer,j avais compris alors que dans notre religion aussi, il y avait des sornettes sur lesquelles il ne fallait que je m y attarde. L essentiel pour moi fut la foi en un createur dont je sentais les signes de sa creation, en son prophete et les cinq piliers de notre religion.Et crois moi l ami zombretto l essentiel et le plus important je me sent tres bien dans ma nouvelle peau;
    SIGNEZORO…Z…

    8
    7
    ZORO
    23 novembre 2018 - 19 h 27 min

    De Z a Z et Z. ( ZORO, ZAATAR, ZOMBRETTO )
    Quoique nous sommes 3 Z , nos parcours dans cette vie furent differents. J ai eu peut etre la chance un peu plus que vous?? de passer à mon jeune age par ce gouffre dans lequel vous me semblez etre engloutis,et comme jeunesse signifie force dans tous ses sens , j ai reussi a m en sortir au bon moment. Mon esprit etait formaté comme le votre par le milieu dans lequel j evoluais.Aujourd’hui ,vous disez que mon esprit est différemment formaté ,j approuve par experience et de loin, ce formatage au premier.
    SIGNEZORO. …Z….

    3
    7
      Zombretto
      23 novembre 2018 - 20 h 01 min

      Salut, Zoro ! Tu sais que c’est sans aucune méchanceté que je dis ce que je dis, du moins j’espère que tu le sais. Toi qui as passé je ne sais combien d’années à Chicago, je suis sûr que tu as été approché au moins une fois durant ton séjour là-bas par des fous de Jésus qui ont voulu te convertir au christianisme pour « sauver ton âme ». Ce sont des gens affables, tout gentils, et animés par des sentiments tout à fait purs. Ils croient réellement, sincérement ce qu’ils disent. Leur ferveur n’a rien à envier à celle du musulman le plus dévoué. Pourtant est-ce suffisant pour te faire croire qu’un dieu a envoyé son fils pour être crucifié afin que les péchés des hommes leur soient pardonnés, pourvu que tu croies que c’est bien le cas en effet ? Ce ne sont pas là des sornettes ? On ne se moque pas de ta gueule quelque part ?
      De leur côté, ils se demandent comment c’est possible que Dieu ait choisi un nomade en dehors du peuple juif pour lui révéler Sa Vérité et l’accusent d’avoir copié et falsifié la Sainte Bible.
      J’ai été approché par des bahaïstes et des fous de Krishna aussi, maintes fois. La ferveur des uns n’a d’égale que celle des autres. Lequel d’entre eux a raison ? Le sens de La Logique mathématique dicte qu’ils ne peuvent pas tous avoir raison, mais ils peuvent tous avoir tort malgré l’intensité de leur ferveur.

      6
      2
        ZORO
        23 novembre 2018 - 22 h 30 min

        Je garde une tres belle photo de jeunesse pres du baha house.Salut zombretto. Dans les annees 80 au moment ou j ai commence a pratiquer mon islam, j ai connu un imam a travers un de mes amis,un jour il nous raconta que L ange Gabriel fut envoye a moise pour lui oter la vie
        Moise refusa et giffla Gabriel et le rendit borgne etc etc
        j etais sidere a l ecoute de cette histoire que mon esprit ne pouvait tolerer,j avais compris alors que dans notre religion aussi, il y avait des sornettes sur lesquelles il ne fallait que je m y attarde. L essentiel pour moi fut la foi en un createur dont je sentais les signes de sa creation, en son prophete et les cinq piliers de notre religion.Et crois moi l ami zombretto l essentiel et le plus impotant je me sens tres bien dans ma nouvelle peau;
        SIGNEZORO…Z…

        2
        4
      Zaatar
      23 novembre 2018 - 20 h 54 min

      C’est plutot moi qui ai eu de la chance en faisant le chemin inverse que le tien l’ami Don Diego. Car c’est dans la force de ma jeunesse justement que j’ai ete temporairement formate a l’ecole. On m’avait meme appris a faire la priere. Et je ne me rendais pas compte dans quel gouffre on m’embarquait. Ce n’est que par la suite, et heureusement, que j’ai pu m’en sortir de ce formatage et ouvert mon esprit a un univers plus logique. Je me dis maintenant que c’est de l’histoire ancienne.

      7
      3
        ZORO
        23 novembre 2018 - 21 h 55 min

        Tu as surement viré a 20 tu n etais pas encore mur.

          Zaatar
          24 novembre 2018 - 8 h 36 min

          Cher Don Diego, il n y a pas d’age precis a toute prise de conscience dans sa vie quand on est a une croisee des chemins. De plus, ca ne se decide pas en un jour ce genre de choses, ni meme en un mois ou une annee. La tu m’etonnes vraiment l’ami Don Diego. Comme je le disais je te pensais plus analyste et plus subtil dans tes reflexions.

    Anonyme
    23 novembre 2018 - 17 h 30 min

    Que disent les islamistes de Hela Ouardi ?… « Elle a ourdi » un complot contre l’islam.

    ZORO
    23 novembre 2018 - 14 h 31 min

    Je n ai jamais pensais pas revoir le Muppet show sur internet ,le voilà qu il arrive à travers nos athées formatés.
    SIGNÉ ZORO. …Z….

    5
    10
      Zombretto
      23 novembre 2018 - 16 h 10 min

      Si les athées sont form-athées, que sont les croyants alors ? Ce sont bien les croyants qui sont conditionnés pour croire à toutes sortes de sornettes. Le musulman « sait » que Mohamed est l’envoyé d’un Dieu que personne n’a jamais vu, le chrétien « sait » que Jésus est mort il y plus de 2000 ans pour que les péchés soient pardonnés à ceux qui croient en lui, l’animiste « sait » que la petite statue qu’il a fabriquée avec ses propres mains est une déesse puissante, etc. L’athée dit : « moi je veux bien croire, mais il faut qu’il y ait des preuves objectives et logiques. Et tant que je n’en vois pas, je ne crois pas. » Alors lequel est formatté ?

      8
      2
        Krimo
        23 novembre 2018 - 19 h 43 min

        Zombretto,

        Ton écrit «L’athée dit ……Et tant que je n’en vois pas, je ne crois pas…… Alors lequel est formatté ?»

        Si je me réfère a ton assertion je te renvoie a ceci : «Parce que tu me vois, tu crois. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru! » dixit Yeshoua par la bouche de l’apôtre Yehohānan

        A croire que sur cette question, t’étais assurément plus clairvoyant que celui qui l’aurait dite avant l’apparition du microscope.

         » Chouia selecto oua chouia lalcoul, oua en’ouili ne’plani  »

          Zaatar
          23 novembre 2018 - 21 h 52 min

          @krimo,

          Cher ami dans toute cette histoire, Zorro inclus, je me suis dit que je vais finir par chanter du Driassa… ca ne nous rajeunira pas pour autant mais ca mettra ube certaine voile pour avoir le bon vent…

          1
          1
          Zombretto
          23 novembre 2018 - 22 h 10 min

          @Krimo : Juste parce qu’un livre dit que quelqu’un a dit quelque chose il y a 2000 ans, je ne vois pas en quoi ça constitue une preuve quelconque. Yeshou3a (si tu parles bien de Jésus) n’a probablement jamais existé du tout. En tout cas, s’il a existé il n’y a pas un seul mot qui lui est attribué dans la Bible qui soit lié au temps pendant lequel il est supposé avoir vécu. Le plus ancien « document » du Nouveau Testament date de 70 ans après les faits supposés et est de la taille d’un…timbre-poste contenant deux ou trois mots. Le reste du Nouveau Testament date de 150 ans plus tard. Donc nous n’avons rien dont nous puissions être sûrs qu’il vient de Jésus ou de gens qui l’ont côtoyé. Rien ! Cet homme aurait donc vécu, guéri des handicappés, rendu la vue à des aveugles, et RENDU LA VIE À DES MORTS, et personne ne l’a remarqué en dehors de ceux qui ont écrit la Bible 350 ans plus tard ?? Pire que ça, des gens qui soit-disant ont été témoins de ces miracles supposés n’ont pas été impressionnés et l’ont accusé d’avoir accompli ces miracles durant le Sabbat !! HA HA HA !!!… Je ramène des gens de la mort et tout ce qu’ils remarquent est que je l’ai fait en un certain jour de la semaine, et les romains n’ont même pas été assez étonnés pour l’écrire quelque part. Oui, oui, c’est facile à croire tout ça, oui pour celui qui veut absolument croire. Mais pour celui qui veut réfléchir, ça ne mérite pas une seconde d’attention.

          2
          1
          Krimo
          24 novembre 2018 - 19 h 20 min

          Zombretto,

          Par la parabole de Jésus, je voulais te rappeler qu’un de ses apôtres avait déjà lancé ces paroles «je ne crois qu’en ce que je vois» dixit santo tomas. Cette citation tronquée a fait beaucoup d’adeptes auprès d’émules férus de sciences exactes. Si je ne m’abuse on serait de la même génération, et rien que pour rappel avant bac les Math.Elem et les Tech. Math. étaient déjà sur une autre planète.

          Zombretto et Zaatar pour sûr (quasar et pulsar) et quelques autres n’êtes-vous pas, malgré vous, a refaire une version éculée du Cercle de Vienne Ɂ

          Les atouts de la raison s’appliquent à la théorie. Dés que la connaissance scientifique bute et atteint un paroxysme, le chercheur commence par se chercher, il ne trouve plus et tout de go il s’attaque au dogme. Pour l’exemple, le père de E=MC2 dit «Le mot Dieu n’est pour moi rien de plus que l’expression et le produit des faiblesses humaines, la Bible un recueil de légendes, certes honorables mais primitives qui sont néanmoins assez puériles». Athée ou AgnostiqueɁ (pour ne pas reprendre Hamlet)

          Une question si tu le permets, Zaatar inclus : au sujet de l’induction, votre avis.

          Bien a toi et chaude poignée de mains ainsi qu’a Zaatar

      Zaatar
      23 novembre 2018 - 17 h 22 min

      Ahh ya Don Diego de la Vega je te croyais plus subtil que ca dans tes idees. Athees formates? Je pensais que tu savais qu’un formatage dans quelque chose est un conditionnement a cette meme chose. Un formatage de cerveaux de surcroit c’est pour en faire des disciples et des adeptes… alors que l’athee est plutot volage… il ne croit en rien. Et puis dans le meme temps qu’est ce qui te fait croire que t’as a faire a des athees? Ce n’est pas parce que la personne ne croit pas en une religion qu’elle est athee t’en convient, n’est ce pas? Comment alors t’as deduit que ces personnes ne croient en rien? Tu nous dois bien une explication… non?

      5
      1
        Krimo
        23 novembre 2018 - 20 h 16 min

        Zaatar,

        Tu dis : «Ce n’est pas parce que la personne ne CROIT PAS EN UNE RELIGION qu’elle est athee t’en convient, n’est ce pas?»

        Mon ami la tu me laisses perplexe au point de te dire « que tes parties de pêche ne sont pas du cote de Zemmouri mais plutôt furent du cote de Courbet marine»

          Abou Langi
          23 novembre 2018 - 21 h 39 min

          Il peut être agnostique ou j’mentapiste!

          Zaatar
          23 novembre 2018 - 22 h 08 min

          @krimo,

          Cher ami mes parties de peche reposent mon esprit… de la meme facon au meme endroit meme si on l’appelle differemment. Car l’athee ne croit effectivement en aucune divinite… mais je n’irai pas jusqu’a lui tisser un lien avec le sens de l’absolu et de la logique. Par contre j’ai rencontre des non croyants, ne croient en aucune religion, et qui vont egalement pecher a zemmouri.

          2
          1
          Zaatar
          23 novembre 2018 - 22 h 13 min

          @Abou Langi,

          On peut etre les deux aussi… agnostique et j’mentapiste… d’ailleurs ils vont bien ensemble dans un seul ensemble.

          2
          1
          Krimo
          24 novembre 2018 - 19 h 31 min

          Zaatar,

          L’allusion aux parties de pèche a Courbet Marine était un peu mal placé, mais je voulais m’assurer.

          Ta réaction spontanée me conforte.

    Zombretto
    23 novembre 2018 - 14 h 13 min

    De rien, Mr le Boulanger. Il était temps de rétablir La Vérité ta3 eççehh, le çahih çahimement çahih. Quand à Khadidja qui aurait pu être sa grand-mère, tu ne crois pas si bien dire, car à çahimement parler… et puis non, je ne veux pas entrer dans ce sujet.

    4
    2
    Zombretto
    23 novembre 2018 - 13 h 06 min

    @Chibl et @Zaatar : Ne te casse pas la tête à essayer de trouver une réponse objective à cette question. La réponse, c’est moi qui la détiens : tu vois, en fait, ce n’était pas la fille qui avait neuf ans, c’était Mohamed. Elle avait 97 ans.
    D’où je tiens ça, tu me demandes ? Je la tiens d’un vieillard très vénéré qui l’a entendu de la part d’un autre vieillard, etc., et ainsi de suite jusqu’à l’époque de Mohamed, il y a 1500 ans. Pourquoi pas ? On appelle « çahih » des affirmations rapportées oralement deux siècles aprés les faits supposés, alors pourquoi pas « çahih » 1500 ans après ? Aucune différence, je te garantis. Pour vérifier qu’il n’y a aucune différence, tu n’as qu’à essayer d’écrire l’histoire de n’importe quel algérien qui a vécu juste avant la conquête française. N’importe lequel. Tu crois que ce sera plus facile que de faire celle de quelqu’un qui a vécu en Algérie il y a 1500 ans ? Tu crois que sauter 20 mètres de hauteur est plus facile que sauter 2000 mètres ? Vas-y, essaye alors. Je te permets même de tricher en utilisant une perche.

    4
    2
      Abou Langi
      23 novembre 2018 - 13 h 33 min

      Merci ya akhi Zombretto de rétablir la vérité. Je me disais bien que notre Prophète était un saint et il ne pouvait pas commettre un tel sacrilège . C’est lui qui a été violé. D’abord par Khadidja qui aurait pu être sa grand-mère , ensuite par ses cousines, et par six ou sept autres femmes.

      5
      4
        Zombretto
        23 novembre 2018 - 14 h 07 min

        De rien, Mr le Boulanger. Il était temps de rétablir La Vérité ta3 eççehh, le çahih çahimement çahih. Quand à Khadidja qui aurait pu être sa grand-mère, tu ne crois pas si bien dire, car à çahimement parler… et puis non, je ne veux pas entrer dans ce sujet.

        2
        3
          Karamazov
          23 novembre 2018 - 16 h 58 min

          Elle aurait pu être même son arrière arrière grand-mère si elle s’était mariée au même âge que Lalla Aïcha .

          Mais tu as raison, il ne faut pas « entrer » dans le sujet.

          4
          2
        Abou Stroff
        23 novembre 2018 - 15 h 24 min

        arrêtez de balancer des bêtises, mister Abou langi!
        notre prophète (qssl) a épousé khadidja par cette dernière était riche et que notre prophète (qssl) était pauvre.
        quant à la dizaine d’autres femmes qu’il a épousé, reconnaissons, que contrairement aux vieux canassons qui le dénigrent, notre prophète (qssl) était un vrai étalon qui assurait à chaque moment qu’il était sollicité.
        moralité de l’histoire: notre prophète a vécu comme un pacha plein aux as (grâce à la part du butin qui lui revenait de droit après chaque razzia) et a eu une vie super équilibrée grâce …………… à son potentiel inégalable.

        10
        1
          Zaatar
          23 novembre 2018 - 18 h 34 min

          Cher Abou Stroff je te salue,
          Voila des precisions fortes interessantes. Y a plus a croire qu’a comprendre le comportement des musulmans relativement a leurs vies sexuelles… on aura compris qu’il fallait du 380 V au lieu du 220 V.

          5
          1
      Zaatar
      23 novembre 2018 - 14 h 00 min

      Voila enfin la reponse a ta question l’ami. Ca n’a jamais ete une question d’age, c’est juste une question d’etat d’esprit et d’envie. Tres simple en fait.

      3
      1
    Hakikatoune
    23 novembre 2018 - 12 h 52 min

    Cher @Chibl 22 novembre 2018 – 21 h 22 min , personne ne vous a répondu sur votre questionnement à savoir … « comment peut-on concevoir qu’un homme de 52 ans se marie avec une fillette de 9 ans, surtout si cet homme est un prophète? » , moi je vous réponds tout de go que c’est un détournement de mineur. C’est même de la pédophilie ! Je sais que par crainte de ne pas aller au Paradis, par crainte de l’Enfer (e’ n’aarr), par crainte soit disant de blasphémer, les musulmans n’osent jamais en parler et lui trouve toutes les justifications possibles, oubliant que le Prophète est d’abord un homme avant tout ! Certes un homme pas comme les autres par sa stature d’homme politique et son sens de la religion, mais moi je vous le dit même si je dois aller en enfer. Mais si d’aventure Dieu m’envoie en enfer pour çà, je pourrais croire alors que Dieu n’est pas juste du tout ! Voilà , mon frère, ce que j’avais à te répondre avec tout le respect que je dois aux croyants musulmans du monde entier !

    5
    1
      Anonyme
      23 novembre 2018 - 13 h 11 min

      Et il a enfoncé le clou en arrachant la femme de son fils adoptif pour l’épouser en s’aidant pour justifier son acte de versets coranique.

      7
      3
    Mouloud
    23 novembre 2018 - 12 h 24 min

    Mr Nazim maiza, malgré l’apparente culture dont vous avez essayé de draper votre commentaire je vous trouve nul et surtout malhonnête! Vous n’avez certainement JAMAIS lu une ligne de BOUKHARI, MOUSSLIM, TABARI etc je ne cite pas tous les historiens arabo sunnites qui ont rapporté TOUS les faits qui se sont passés lors de la mort du prophète et le coup d’état EFFECTIF qui a eu lieu contre les banou hechem ET les ançars par aboubakr ibnou qouhafa et omar ibnou el hattab (de son vrai nom et non elkhattab)! et cela a continué même lors de la désignation de othmane par ibnou el hattab!
    ol suffit de lire les ouvrages des adorateurs de ces sahaba qui rapportent fidèlement leurs actions néfastes!!!!!!!! NB: je ne suis pas « chiite » ni encore moins « sunnite »; je suis mousslim comme nous a décrit le CORAN (notre père IBRAHIM)

    4
    2
      Zaatar
      23 novembre 2018 - 12 h 52 min

      Tu n’es pas Sapiens Sapiens? Pourtant l’homme a d’etroites ressemblances avec le singe…

      5
      3
    Anonyme
    23 novembre 2018 - 3 h 13 min

    La Chahâdah est. une association entre Mohamed et Allah dans la profession de foi musulmane. Le, le témoignage de foi, ach-Chahâdah, première obligation du musulman, résumé du premier pilier de la foi musulmane : « il n’y à point de divinité en dehors d’Allah et Mohamed est l’Envoyé d’Allah » (Lâ ilâha illa Allah, Mohamed rasûlu Allah). Mohammed est donc associé à l’action divine mais qui est-il ? Est-il un « super-homme » ?
    . « L’Envoyé ». Il est donc étrange que dans la foi musulmane, on trouve associé au nom d’Allah sans cesse le personnage de Mohamed. Peut-il être concevable qu’un messager puisse être aussi important que le message qu’il porte car il en connaît le sens ; mais ici, le messager est associé à l’émetteur du message, Allah lui-même ! Plusieurs questions se posent donc. Car Mohammed affirme qu’il est humain « je ne suis qu’un mortel semblable à vous (sourate 18 : 110), il savait qu’il allait mourir comme un autre humain « te voilà mort (Mohammed) et eux aussi sont morts (sourate 39 :30) et il est un esclave d’Allah (sourate 2 :23). L’esclave peut-il être associé si fortement au maître ? En plus Dieu ne peut prier sur un être humain (صلى الله على محمد) Allah en priant sur Mohamed, il prie qui pour que ses vœux soient exaucés ? En islam Mohamed est associé à la divinité d’Allah et même plus puisque ce dernier prie sur lui.

    7
    6
      anonyme
      23 novembre 2018 - 7 h 51 min

      Je me suis toujours demandé comment on attestait sa foi avant Mouhammad. A l’époque de Moussa, disait-on « Achhadou an la illah illa Allah wa achhadou ana moussa rassoulou Allah » ? Et du temps de Issa ? Et du temps d’Abraham ? Etc. Je n’ose jamais en parler à mes frères en Dieu, car on ne veut jamais utiliser le cerveau que Dieu nous a POURTANT donné ! Je pense que cette seconde partie a été ajoutée par les hommes, car Mouhammad est certes le dernier Messager mais il n’est pas le prophète choisi pour revenir sur Terre combattre Dadjal avant l’Apocalypse. C’est peut être le premier geste politique des « souhabas » : assurer l »héritage « arabe » de l’islam, pourtant universaliste …

      5
      1
    Chibl
    22 novembre 2018 - 21 h 22 min

    Personne n’a répondu a ma question qui est: comment un prophetre se marie avec une fillette de 9 ans, j’ai eu des votes nogatifs, mais je n’ai eu aucune reponse.cela fait 24 h que j’ai fais ce post mais je n’ai eu que des aneries commets votes ou reposes, je veux une réponse franche. WALOU que du KHORTI aucune reponse.

    8
    7
      ZORO
      22 novembre 2018 - 22 h 44 min

      Des reponses de ce genre ne peuvent etre donnees a des CHIBL attends jusqu au jour ou tu seras adulte.
      SIGNEZORO….Z…

      4
      9
      Mobel
      22 novembre 2018 - 22 h 49 min

      Regades sur youtube Ousmane Timera, écris Ousmane Timera Aicha pour avoir la vidéo en question.

      Zaatar
      23 novembre 2018 - 8 h 05 min

      Une malformation endocrinienne, un rate de l’hypothalamus, un environnement pervers… sont autant de facteurs qui peuvent conduire un individu a se « singulariser » pour ton assertion. De notre epoque on les appelle des pedophiles… et curieusement les cures et les abbes constituent quand meme une petite communaute. De l’epoque dont tu parles, on n’avait encore aucune notion de la medecine moderne, encore moins des sciences physiques et envoironnementales et on ne s’occupait pas trop de ce que faisient les cures et les abbes dans leurs eglises du fait de leurs pouvoirs. T’as une bonne reponse la l’ami.

      4
      1
        ZORO
        23 novembre 2018 - 11 h 18 min

        @ZAATAR : Quel est ton avis sur le mariage homosexuel et sur les lois qui leurs permettent d adopter des enfants?
        SIGNE.ZORO. ..Z….

        1
        2
          Borfayor Lewwel
          23 novembre 2018 - 15 h 43 min

          Pourquoi poses-tu cette question ya Si Zoro ? Veux-tu dire que Mohamed n’a pas épousé mais plutôt adopté la petite Aïcha et qu’il était… Nooon, je suis sûr que ce n’est pas ce que tu veux dire. Seulement je ne vois d’autre relation entre ta question et le sujet ici.

      Abou Langi
      23 novembre 2018 - 11 h 50 min

      Parce que tout ce qui n’est pas interdit est permis ! Aux Etats Unis il n’y pas d’ âge minimum pour le mariage. Quand on aime on ne compte pas.

      Et comme Zaatar te l’a expliqué : l’amour n’attend pas le nombre des années.
      Et puis quand on compte en années « lunaires » , ça prête à exégèse .

      1
      1
      Anonyme
      23 novembre 2018 - 12 h 33 min

      « Vous avez, dans le Prophète de Dieu, un bel exemple » (Coran 33,21)
      “ Le messager d’Allah m’a épousée quand j’avais six ans, et il m’a admis chez lui quand j’avais neuf ans  »
      (récit d’Aisha, Muslim VIII 3310)

        Anonyme
        23 novembre 2018 - 19 h 54 min

        A 6 ans Aisha était la mère des croyants (Oum al mouminine). Mohamed était monogame avec Khadidja parce c’était elle la patronne. A sa mort Mohamed s’est rattrapé de la fillette de 6 ans jusqu’aux femmes mures collectionnant ainsi plus de 60 femmes .

    Karamazov
    22 novembre 2018 - 10 h 32 min

    Les tenants et aboutissants de cet article ne pouvaient se comprendre qu’en faisant le poirier. C’est de bas en haut qu’il m’eût fallu le lire.

    N’ayant jamais été un fada de la vérité sur Dieu, je n’ai jamais cherché à me faire une conviction à son sujet. Je ne suis ni croyant , ni agnostique, ni athée . Pour la bonne et seule raison que mes quelques neurones disponibles pour la réflexion n’arrivent pas à ce constituer la preuve de l’existence de Dieu et encore moins celle de sa non-existence parce que s’il n’y a aucune preuve de son existence il y en a encore moins pour démontrer qu’une chose qui n’existe pas n’existe pas. j’avais d’autres préoccupations intellectuelles , et celle -là ne m’intéressait que par curiosité .

    Le livre de Hela Ouardi , ne surprendra point les Zaatar, Abou Stroff, Abou Langi et autres qui n’y trouveront pas matière à exciter leurs positions à ce sujet . Et je comprends assez bien qu’il n’aient aucune envie de le lire. Pas plus qu’il n’ébranlera la foi de ceux qui ont reçu le Bon Dieu sans confession, ceux à la bonne foi charbonnière qui croient sans chercher à savoir. H.O ne prêche qu’à d’enthousiastes convertis ou à des sourds qui ne veulent rien savoir.

    Cet article concernait H.O qui ne connaissait sans doute même pas KD , ou de loin comme nous ici. qui a voulu non pas éclairer de sa chandelle le dialogue divin entre le prophète et l’ange Gabriel, mais l’autre coté : les aspects bassement terrestre de la genèse de la théologie. C’est déjà en soi une profanation . H.O en humanisant le Prophète l’a dédivinisé : le blasphème est constitué.

    Elle dit que ses adeptes avaient attendu quelques jours pour l’enterrer parce qu’il croyaient en son immortalité. Pendant qu’ils espéraient sa résurrection ou du moins son ascension , qu’advint-il de son corps en pleine chaleur orientale , à votre avis ? Pendant ce même temps Abou Bakr se faisait sacrer Calife Premier au nez et à la barbe d’Ali qui lui aussi s’y voyait. Le chiisme c’était quoi donc à votre avis ?

    Au départ pour moi le sujet c’était le livre de Hela Ouardi. Et non Hela Ouardi selon « Nazim Maiza » . Ou comment YB s’est constitué une cabale contre KD. Je ne dis pas qu’ils sont de la même tribu mais il n’y a aucune incompatibilité.

    Par contre entre H.O et KD il y a cette volonté de régler des comptes avec des idées reçues et les figures imposées dans l’approche des dogmes et des idéologies qui biberonne les masses arabo-musulmanes min essedi ila el heddi. Si les voies qui mènent à Dieu sont pavées de mauvaises intentions , c’est encore pire pour celles qui nous en sortent.

    Je ne cherchais point à décortiquer la profession de foi de « «  parce que je ne voulais m’attaquer aux totems et à tous les membres de la tribu à YB qui font du prosélytisme pour sa théologie anti KD quand la moindre des occasions leur a été donnée.

    Mais comme Fanon nous l’a expliqué je ne pense pas que leur traumatisme remonte aux lendemain de la Mort du Prophète Mais à la colonisation. Plus exactement il se situe dans la distorsion créée par la rupture avec cette mère infidèle qui ne les pas reconnus eux mais qui décerne des prix littéraires de-ci de-là non aux butindeguerristes aguerri et acharnés mais à ceux qui ont réussi à réconcilier l’écriture avec elle même. Aux électrons libres comme Sansal et KD.

    J’allais donc me demander pourquoi la sentence ne nous a été lâchée qu’au bord des limites de notre épuisement , à la fin de l’article : « Mme Ouardi qui surfe, tel Joël de Rornay, sur la vague de Kamel Daoud, Yasmina Khadra, Amin Zaoui » .

    J’allais donc dire , dans un dernier soupir d’indignation : mais pourquoi Yasmina Khadra ? Il n’a pas les mêmes préoccupations que Sansal, Zaoui, et KD.
    Mais je dirais : pourquoi Joël de Rornay ?

    11
    2
    Anonyme
    22 novembre 2018 - 9 h 57 min

    Séparation ente sacré et profane!! Sinon il y aura toujours des stratégies de contournement ou (disons le mot) de Violation du sacré par le profane!! l’absolutisme de l’au-delà et le relativisme d’ici bat dirions -nous!! l’un est fondamentalement de l’ordre de l’intimement personnel et privé!! L’autre est foncièrement collectif de l’ordre du groupe ou du sociétal…Mais comme notre pays , au demeurant riche de sa diversité culturelle qui ne peut en aucuns cas être fondue dans un monolithisme génocidaire, a perdu tous ses repères non pas du fait colonial (atavisme oblige) mais d’une histoire séculaire spoliée ALORS DES COMPORTEMENTS CONTRE NATURE mettent en lumière le décalage abyssale qui existe entre le DIRE et le FAIRE…pour faire simple traduction du texte en acte…

    Wossetta
    22 novembre 2018 - 9 h 25 min

    Vous n’oubliez qu’une chose monsieur le critique cc’est que la dépouille du prophète. est restée 3 jours sans sépulture c’est connu historiquement. Question : pourquoi cela ? Plusieurs réponses à ce manquement d’une régle de base du rite musulman mais la plus vraie c’est que ces fameux compagnons que vous adulez se DISPUTAIENT le pouvoir et avaient donc bien d’autres préoccupations. Le jour où nous musulmans nous accepteront un regard intelligent et impartial de notre histoire religieuse en lieu et place de cette mythification qui se nourrit de tabous nous avancerons vers une société enfin rationnelle et intelligente

    12
    4
    anonyme
    22 novembre 2018 - 9 h 23 min

    En 600, l’arabe existait déjà depuis très longtemps, à Makkah comme à Yatrib. Il était enseigné. Notre Prophète (PBSL) était analphabète. Pourquoi n’a-t-il jamais exigé que les révélations divines ne fussent pas immédiatement consignées par écrit et conservées ? Pourquoi a-t-il fallu attendre sa mort pour qu’un de ses « apôtres » le fasse ? Beaucoup de questions que nous ne posons jamais au grand jour, parce que nous avons peur, quelque part, de comprendre que l’on nous a peut être toujours menti … pour des raisons que seuls les auteurs du mensonge connaissent. En ce qui me concerne, je me fiche de tous les souhabas et même des prophètes de Dieu. C’est UNIQUEMENT lui que j’implore et prie. Suis-je un mécréant pour autant ? Non. Je crois en Dieu et en son unicité.

    10
    3
      Souk-Ahras
      22 novembre 2018 - 17 h 15 min

      @Anonyme 22 novembre 2018 – 9 h 23 min

      Parfait.
      Le Coran est un message et non une religion. Le Messager désigné n’avait aucune prétention d’en faire une religion, cela est sous-tendu par un grand nombre de hadiths.
      Je vous cite :  » Je crois en Dieu et en son unicité. » Ce fut son crédo lors de ses affrontements contre les polythéistes. Credo que les Khalifs, après la mort du Messager, transformèrent en pouvoir politico-religieux.

      3
      1
      Abou Langi
      22 novembre 2018 - 19 h 39 min

      « Pourquoi n’a-t-il jamais exigé que les révélations divines ne fussent pas immédiatement consignées par écrit et conservées » ?

      Boukistyou!

      Il vous suffit d’écrire votre question sous forme affirmative, en effet. Il y en a qui disent que le Prophète ne voulait pas en faire une religion mais une eschatologie. La rassouloun ba3dahou , ni ni!

      Et si vous avez un besoin de spiritualité continuez à vous faire votre propre théologie. .

    Argentroi
    22 novembre 2018 - 9 h 01 min

    Nazim Maïza nous apprend que les chiites se prévalaient au temps des abbassides que Husseïn était d’une mère perse. Mais avancer cela dépasse l’entendement et frise le ridicule car tout le crédo chiite est basé sur le fait que la mère de Sayidina el-Husseïn est Fatima, la propre fille de notre Prophète, que les bénédictions de Dieu soient sur eux ! Je ne savais pas que la propagande saoudite anti-chiite était arrivée au stade qu’on prenne autrui pour des imbéciles primaires !

    8
    2
    Souk-Ahras
    22 novembre 2018 - 8 h 01 min

    Pas si Profane que ça !
    Le 21 novembre de l’an de grâce 2018, jour de parution de son présent article et sous le haut sponsoring des rivalités légendaires du sunnisme et du shiisme, Nazim Maiza signe l’acte de début de l’hégire de Hela Ouardi. La KD tunisienne est née, la quadrature du cercle se complique pour les théoriciens de l’absurde.

    9
    2
    Anonyme
    22 novembre 2018 - 3 h 55 min

    Il est difficile de comprendre pourquoi la poésie ante islamique (Imrou El Kais, Antar Ibnou Chaddad) qui etait écrite sous forme de « Mouallaquat » , sorte de Dazibao, s’est conservée jusqu’à aujourd’hui sans versions multiples alors que le Coran n’a pas fait l’objet d’un receuil écrit durant les 20 ans qu’a dure la révélation. Il a fallu attendre le Calife Othmane pour que des versions officielles soient fixées. Au détriment de versions différentes provenant pourtant de proches du prophète (ses épouses). Qui peut affirmer que ce calife n’avait pas des motivations politiques lorsqu’il a fait le choix d’une version au détriment d’autres ?

    14
    ripper
    22 novembre 2018 - 3 h 13 min

    Hela Ouardi jure qu’elle a tiré ses informations du très sunnite Sahih El Boukhari !!
    S’agit-il d’incongruités mentionnés dans cet ouvrage ou simplement de sa lecture personnelle biaisée ?

     »La mère de Hussain était Perse. »
    Sacrés iraniens, dévier toute une religion pour assouvir ses caprices ethniques.

    2
    5
    Ch'ha
    21 novembre 2018 - 23 h 40 min

    La vie de Mohammed par Étienne Dinet et El Hadj Sliman Ben Ibrahim.
    Et le Saint Coran.
    Le reste des ouvrages « comptant pour rien » de soi-disant auteurs « historiens » « specialistes » littéraires et cie KD Hela Ouardi Sansal et toute la clique ne sont que destinés à des calendriers politiques et de propagande. Comme toujours ces pseudos intellectuels historiens de pacotille n’écrivent JAMAIS sur le judaïsme ou le christianisme, non taper sur l’islam fait vendre et répond à des objectifs spécifiques commandités, salir l’islam est leur credo c’est aussi simple que ça.

    7
    13
    Souk-Ahras
    21 novembre 2018 - 23 h 29 min

    La véritable quête de Nazim Maiza ne se trouve pas dans les pseudos descriptions du sunnisme et du shiisme, qu’il tente vainement de fournir, elle est illustrée par, je le cite :
    « …comprenez mon déplaisir lorsque je lis Mme Ouardi qui surfe, tel Joël de Rornay, sur la vague de Kamel Daoud, Yasmina Khadra, Amin Zaoui et autres candidats qui rêvent de voir une fatwa de pseudo-oulémas émise pour consolider leur statut d’exilés pour la liberté contre l’islam intolérant. »
    Les personnes citées et « autres candidats », en plus de leur crime d’apostasie, seraient-ils donc mêlés aux affaires de détournement sunnisme / shiisme ? Il y a plus de 14 siècles !

    9
    2
    Mohamed
    21 novembre 2018 - 22 h 03 min

    Salam aleikoum,

    Quand je suis envahi par des doutes, et quand tout s’obscurcisse, je prend le saint Coran qui est ma lumière dans ces ténèbres, et là « kissas Al Anbiya » prend tout son sens, et là je me dis qu’à travers ces « kissas Al Anbiya », où est ce qu’Allah (SwT) avait dit qu’Ibrahim, Moussa, Issa et tous les Prophètes et tous les Messagers (ASwS) étaient soient des sunnites ou des chiites ou autre chose ? Sauf qu’ils étaient des musulmans « Des soumis à Allah », Allah (SwT) n’avait-il pas demandé à Muhammad (ASwS) de suivre « millate » (la voie) d’Ibrahim (ASwS).
    Les apôtres du satan qui ont perverti et corrompu la Thorah, Indjil, ne peuvent pas le faire avec le Coran, car Allah (SwT) est le garant de sa préservation
    En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien. (Sourate Al Hijr – Verset 9)
    Et celui qui doute de ça, devrait faire un examen de sa foi car c’est la frontière qui sépare d’un croyant d’un non croyant. (faire distinction entre musulman et croyant)
    Donc, si les apôtres du satan doivent pervertir l’Islam, la chose qu’ils puissent faire, c’est de pervertir des ahadiths, en sortir des tas d’ahadiths qui seront collés à Muhammad (ASwS) et là Allah (SwT) n’est pas le garant de la préservation des ahadiths.
    C’est écrit dans le Coran, au jour du jugement dernier, Muhammad (ASwS) dira à Allah (SwT) mon peuple a délaissé le Coran
    – Et le Messager dit: « Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! » (Sourate Al Furqane – Verset 30)

    8
    7
    Chibl
    21 novembre 2018 - 21 h 24 min

    Comment peut ont concevoir qu’un homme de 52 ans se mari avec une fillette de 9 ans, surtout si cet homme est un prophète?
    FAHMOUNI.je me fout des autres choses FAHMOUNI juste ce truc.

    27
    12
      Zaatar
      21 novembre 2018 - 21 h 30 min

      Le coup de foudre l’ami, et puis l’amour ca n’a pas d’age…

      13
      9
        Chibl
        21 novembre 2018 - 22 h 08 min

        Coup de tonnerre plutôt.

        11
        12
      Chibl
      21 novembre 2018 - 21 h 34 min

      se marie, pardon pour la faute.

      6
      11
        issam
        21 novembre 2018 - 22 h 05 min

        Y a rien à comprendre y a juste à être logique et c’est un belge qui répond .

        L’AFFAIRE AÏCHA : RÉPONSE A MICHEL DARDENNE

        7
        10
      ZORO
      21 novembre 2018 - 23 h 02 min

      Comment peut on concevoir que ce meme homme continue durant des siecles a influencer des centaines de millions de gens ,moins et plus intelligents que vous ???accrochez vous aux details vous avez raté essentiel!
      SIGNE.ZORO. ..Z….

      6
      7
      Zineb
      21 novembre 2018 - 23 h 50 min

      @Chibl
      Si tu t’étais intéressé tu serais le pourquoi du comment et que le mariage n’a pas été consommé alors qu’elle n’était qu’une enfant. La femme qui a le plus compté pour le prophète (SWS) est Khadidja.

      6
      5
      Mobel
      22 novembre 2018 - 20 h 44 min

      FAUX, Aicha avait à l’époque une vingtaine d’années. Ousmane Timera et il n’est pas le seul l’explique très bien,

      1
      1
    Zaatar
    21 novembre 2018 - 21 h 22 min

    Je n’ai pas lu le livre. Je ne le lirai pas d’ailleurs. Pour la bonne et simple raison que les religions sont, et ont ete, des instruments, des batons pour l’homme et la societe. Voila quelques millenaires que ca dure. En fait j’aurais voulu savoir si homo Erectus avait une religion, ou homo habilis, ou pitecanthrope…etc. en fait je ne sais meme pas s’ils sont au paradis ou en enfer. Mais au fait quel a ete leurs liens avec Adam et Eve? Est ce que Adam etait deja Sapiens ou Homo Erectus? Pareil pour Eve… et cro magnon? Croyait il en dieu lui? Je voudrais bien que l’on m’eclaire, surtout ceux qui ont lu le livre de hela ouardi…

    18
    7
      Krimo
      22 novembre 2018 - 3 h 34 min

      Zaatar,

       » L’homme descend du singe ……. mais …. le singe descend de l’arbre » .
      Mon bon ami verrais-tu quelqu’un dire cela a King Kong et lui attribuer une origine vegetale.

      Bien a toi

      4
      1
    hyarbas
    21 novembre 2018 - 20 h 42 min

    l’auteure en question n’est pas historienne,elle est professeure de lettres.elle a procede une compilation de textes accompagnee de commentaires quelque fois deplaces.elle n’apporte rien de nouveau.quant a la mort du prophete,salla allah aallih wa salam,l’ecole de medecine de chigago.en compulsant les temoignages concernant les symptomes rapportes,pense qu’il est mort d’une meningite bacterienne.

    4
    8
      Mouloud
      24 novembre 2018 - 5 h 17 min

      Ce qu’il y a de nouveau c’est la compilation de textes inaccessibles aux communs des musulmans parce que les livres historiques et autres des « savants » musulmans constituent de véritables encyclopédies coutant très chers à acquérir et je pense que les bien pensants traditionnels veulent éviter que la populace n’accede à ces sources!!!!

    Anonyme
    21 novembre 2018 - 20 h 33 min

    Hé…nous parlons du MESSAGER de DIEU..du PROPHETE MOHAMED (saws), alors est-ce qu’on va écouter, lire croire n’importe quel être (homme ou femme) qui vient nous chanter une chanson avec une nouvelle composition musicale ?? Testaments?? On ne fait pas de testaments dans les traditions arabo-musulmanes et même le Bon Dieu parle d’héritage et non pas de testaments..!
    Cette Ouardi n’a rien d’une fleur, c’est juste une herbe folle qui veut devenir plus célèbre et rejoindre la horde des zécrivains sous la botte des sionistes et voudrait caresser les iraniens dans le sens du poil pour se venger de Ghannouchi et compagnie. Elle leur rend service en voulant encore envenimer la situation, et renforcer encore la division entre les musulmans.
    Ah! Ya Zaman….n’importe qui écrit n’importe quoi ! Une si « belle » femme aurait mieux fait d’écrire sur la mode et le féminisme…sur l’histoire de la Tunisie, de la Palestine qui est colonisée par les sanguinaires (elle rendrait plus service)…. puisqu’elle est historienne. Pourquoi a-t-elle choisi spécialement ce sujet si ce n’est pour des desseins inavoués, la preuve même les lecteurs athées de AP s’y intéressent et font des commentaires sur le sujet ..!?? Le monde à l’envers. Ce n’est pas aujourd’hui, qu’une historienne(en plus la photo en dit long sur le personnage) née de la dernière pluie va nous faire douter de ce que nous connaissons déjà suffisamment.

    Est-elle crédible ???? A-t-elle les compétences exigées pour faire ce genre de travail ??? Allez circulez, il n’y a rien à voir,..elle est de la trempe des »Contrebandiers de l’histoire »…

    Merci M.Maiza pour ces éclaircissements.

    9
    24
      K. DZ
      21 novembre 2018 - 22 h 02 min

      Apportez la preuve si vous êtes sincères, #hatou borhanoukoum in kountoum sadikoun# une traduction approximative peut être, mais ayez la descence d’argumenter vos critiques acerbes à la manière tango. Vous avez tout l’air d’un extrémiste des années 90.

      12
      4
        Anonyme
        22 novembre 2018 - 0 h 05 min

        Vous êtes une preuve suffisante! Et puis, c’est à vous de nous apporter les preuves de la crédibilité, des compétences et des références de cette nana!
        Allez changez de disque, il est rayé celui de l’extrémisme et tout le blabla, trouvez autre chose de plus moderne, sinon attendez, les maîtres sionistes vont sûrement nous sortir un nouveau tube en « isme »..!

        10
          K. DZ
          22 novembre 2018 - 11 h 49 min

          #Anonyme 22.nov.00ho5#Vous êtes le parfait exemple de l’obscurantisme, cette nana comme vous l’appelez à écrit un livre, présenté des arguments, bons ou mauvais, mais vous, vous n’avez que le déni à opposer. C’est sur des gens comme vous que les sionistes s’appuient pour nous abrutir.

      Mouloud
      24 novembre 2018 - 5 h 36 min

      terroriste soft c’est comme cela que tu devrais t’appeler sur ton post! el hamdoullilah pour internet qui nous permet d’accéder à tous les livres des « savants » musulmans qui ont rapporté tous les faits et gestes de ceux qui ont fait le coup d’état à la mort du messager d’Allah et qui ne se sont même pas préoccupé pendant plusieurs jours de l’enterrer!!! Seuls les banou hachem l’ont préparé pour l’enterrement! une information que peu d' »imams » rapportent c’est que Abou Bakr ibnou quouhafa alias essedik avait ramené 600 cavaliers d’une tribu proche de lui pour dissuader toutes velléités d’opposition des ançars et des hachimiyine et les discussions au niveau de la saquifa des banou sa3ida n’étaient en rien pacifique: omar ibnou elhattab a menacé avec son épée beaucoup des récalcitrants… lisez vos livres d’histoire tout y est!

    Tredouane
    21 novembre 2018 - 20 h 10 min

    L’ISLAM deniers religion monothéiste universel ,comment peut on contester les décisions prises par les compagnons de notre Prophète محمد صلى الله عليه وسلم و رضى الله على صحابته الكرام après son décé ,soi par pure interprétation religieuse et/ou politique.
    Aboubaker el sadik avais prier au devant des fidèles lors de la maladie du Prophète sala ellahou aliyhi wa salem,un signe qui ne trompe pas,lors du déce du Prophète sala ellahou aliyhi wa salem il fut proposé par Omar elfarouk devant les compagnons du Prophète Mohammed sala ellahou aliyhi wa salem et ainsi Aboubaker a été le premier Kaliha cela du vivant de Ali Radia ellahou anhou qui n’a pas contester.
    Je ne vois pas pour quoi certains s’acharnent à rabâcher interpréter suggérer des interprétations de ce qui c’est passe ainsi.

    6
    13
    anonyme
    21 novembre 2018 - 19 h 58 min

    Perso, je me contente du Coran et j’évite toute tentative de mystification de ma religion. J’aimerais juste que les chiites s’assoient avec les sunnites pour que l’on mette à plat nos différents !

    13
    4
      Anonyme
      21 novembre 2018 - 21 h 34 min

      c’est ce qu’on appelle de la sagesse mélangée avec de l’intelligence. Totalement d’accord!

      8
      1
    Anonyme
    21 novembre 2018 - 18 h 32 min

    Je n’ai pas encore lu le livre,par contre j’ai ecoute Leila ouardi dans une interview sur une chaine WebTV…
    On touchant a un sujet aussi sensible ..on rentre droit a l’interminable debat sur la succession du Prophete Mohammed -allayhi wa alla alihi salat wa salam- je n’oublie pas Alla Alihi comme vous le constater ..Car c’est le centre du debat..un livre pareille nous menent droit a la place de Ahl Elbayth -les gens de la maison- comprenez Ali-Fatima-Hassen wa Husseein ..Aicha Hasfa et autre ne font pas partie de cette categorie selon le verset du Corant –Hadith El kissaa-…
    Pour repondre a l’article sur les sources de Leila Ouradi qui sont plus d’inspirations Chiites que sunnites ..si c’est le cas -je repete que je n’ai pas lis le livre –je comprend bien L’auteur -car moi meme ayant fait cette etude comparative en le Shiisme duodecimains-12 imamas- et le sunnism…quelques conclusions:
    -Les sources Shiites sont plus credibles pour la simple raison que les Shiites dans leur argumentations ,utilisent tres souvent des sources sunnites pour renforcer leur theses dans une logique – wa shahida shahidoune min ahliha-.. je cite comme example Tarikh tabari ..tabakat beni Saad..El biday wa nihaya li binou athir..Elimama wa sayissa li beni Kouteiba ..etc ..la version des chiites sur la mort du prophete ou la succession –c’est a dire le fait que le prophete ai laisse une -wassiya-Testament pour sa succession.!
    sont tres tres souvent citer dans des ouvres historiques sunnites ..meme dans El bokhari -le sahih-..alors qu’Elboukhari est venu au monde 200 and apres le prophet ..mais tout est verdique dans ce livre sacree..meme quand il ‘ya des hadith en contradition totale avec la science !!!! tel que hadith el doubaba..
    -Les Sunnites ne lisent pas beaucoup-malheuresement – ..par contre ils defendent beaucoup des livres qu’eux meme n’on pas lu..si il le faisaient ils se seraient rendu comptes des flagrantes contradictions que contient El Boukhari ..et ques des Hadiths qui confirme la wassiya ..
    – Dans le Shiisme, mis a part le Coran,il n’existe aucun livre sacre ou Veridique – Sahih- tout est a debattre si le hadith est en contardiction avec le Coran ou la raison ..rapellons que dans les sources du tashrii-Jurisprudence- la raiso vein en troisiemme positiion apres le Coran et la Sunna..contrairement a l’approche Sunnite ou la raison n’a aucun role ..c’es plutot AlKiyasse -l’analogie- qui et la source du tashrii apres le coran et la sunna ..Car les portes de L Ijtihad-L’effort intelectuel- sont fermes!!!
    Or que dans nos traditions Sunnites ..on considere que tous les Sahaba sont saint et qu’ils sont loin de tout reproches avec leur contradictions ..la guerre de Siffine-70000 morts- la guerre de Al jamel-13000 morts- la guerre de Nahrawan -10000 morts- ..entres des sahaba et des plus proches du prophetes..ils s’entretueaient mais ils s’saimeaient ..et ils iront tous au paradis!!! ..
    Sources sunnites : L’histoire de Tabbari ..tabakat bin Saad- et El Khilafa wa el Moulk –Mawdoudi-

    9
    3
      Hakikatoune
      21 novembre 2018 - 19 h 04 min

      @ Anonyme 21 novembre 2018 – 18 h 32 min , absolument d’accord avec vous ! Vous n’avez peut-être pas lu le livre « Les Derniers Jours du Prophète » mais vous êtes dans le vrai de l’histoire, ce qui contredit ce qu’avance Nazim Maiza, l’auteur de l’article. Lui il accuse l’historienne Hela Ouardi d’être dans les thèses partisanes des Chiites, ce qui n’est pas exacte, je le répète ! Elle s’inspire aussi bien des thèses , des écrits , des archives et des déclarations des personnalités historiques sunnites et chiites et c’est ainsi qu’elle arrive à faire une synthèse crédible et objective sur les derniers moments du prophète Mohamed !

      12
      3
    GharibTos
    21 novembre 2018 - 18 h 29 min

    Je n’ai pas encore lu le livre,par contre j’ai ecoute Leila ouardi dans une interview sur une chaine WebTV…
    On touchant a un sujet aussi sensible ..on rentre droit a l’interminable debat sur la succession du Prophete Mohammed -allayhi wa alla alihi salat wa salam- je n’oublie pas Alla Alihi comme vous le constater ..Car c’est le centre du debat..un livre pareille nous menent droit a la place de Ahl Elbayth -les gens de la maison- comprenez Ali-Fatima-Hassen wa Husseein ..Aicha Hasfa et autre ne font pas partie de cette categorie selon le verset du Corant –Hadith El kissaa-…
    Pour repondre a l’article sur les sources de Leila Ouradi qui sont plus d’inspirations Chiites que sunnites ..si c’est le cas -je repete que je n’ai pas lis le livre –je comprend bien L’auteur -car moi meme ayant fait cette etude comparative en le Shiisme duodecimains-12 imamas- et le sunnism…quelques conclusions:
    -Les sources Shiites sont plus credibles pour la simple raison que les Shiites dans leur argumentations ,utilisent tres souvent des sources sunnites pour renforcer leur theses dans une logique – wa shahida shahidoune min ahliha-.. je cite comme example Tarikh tabari ..tabakat beni Saad..El biday wa nihaya li binou athir..Elimama wa sayissa li beni Kouteiba ..etc ..la version des chiites sur la mort du prophete ou la succession –c’est a dire le fait que le prophete ai laisse une -wassiya-Testament pour sa succession.!
    sont tres tres souvent citer dans des ouvres historiques sunnites ..meme dans El bokhari -le sahih-..alors qu’Elboukhari est venu au monde 200 and apres le prophet ..mais tout est verdique dans ce livre sacree..meme quand il ‘ya des hadith en contradition totale avec la science !!!! tel que hadith el doubaba..
    -Les Sunnites ne lisent pas beaucoup-malheuresement – ..par contre ils defendent beaucoup des livres qu’eux meme n’on pas lu..si il le faisaient ils se seraient rendu comptes des flagrantes contradictions que contient El Boukhari ..et ques des Hadiths qui confirme la wassiya ..
    – Dans le Shiisme, mis a part le Coran,il n’existe aucun livre sacre ou Veridique – Sahih- tout est a debattre si le hadith est en contardiction avec le Coran ou la raison ..rapellons que dans les sources du tashrii-Jurisprudence- la raiso vein en troisiemme positiion apres le Coran et la Sunna..contrairement a l’approche Sunnite ou la raison n’a aucun role ..c’es plutot AlKiyasse -l’analogie- qui et la source du tashrii apres le coran et la sunna ..Car les portes de L Ijtihad-L’effort intelectuel- sont fermes!!!
    Or que dans nos traditions Sunnites ..on considere que tous les Sahaba sont saint et qu’ils sont loin de tout reproches avec leur contradictions ..la guerre de Siffine-70000 morts- la guerre de Al jamel-13000 morts- la guerre de Nahrawan -10000 morts- ..entres des sahaba et des plus proches du prophetes..ils s’entretueaient mais ils s’saimeaient ..et ils iront tous au paradis!!! ..
    Sources sunnites : L’histoire de Tabbari ..tabakat bin Saad- et El Khilafa wa el Moulk –Mawdoudi-

    7
    2
    Karamazov
    21 novembre 2018 - 18 h 21 min

     » Personnellement je peux lui reprocher de minimiser la dimension divine (supra-humaine) de la personalité du Prophète QSSL » .

    Humain trop humain , elle l’a fait le Prophète ? Elle ne serait pas un peu nietzschéenne ?

    C’est vrai qu’elle n’a même pas interrogé l’Ange Gabriel.

    4
    2
    Mustang
    21 novembre 2018 - 18 h 07 min

    J’ai lu le livre de Hela Ouardi, comme pas mal d’algériens et Mr Maiza; je ne suis pas historien ni spécialiste d’aucune branche de sciences sociales mais ayant un certain niveau culturel de part mes nombreuses et diverses lectures d’ouvrages de bonne facture, je peux avancer que Hela Ouardi a eu le courage de poser les bonnes questions auxquelles le « Monde Musulman » , toutes écoles confondues, doit trouver des réponses rationnelles adéquates pour sortir du marasme et de l’impasse dans lesquels il se débat aujourd’hui: excommunication, haine, terrorisme, sous-développement et j’en passe… Personnellement je peux lui reprocher de minimiser la dimension divine (supra-humaine) de la personalité du Prophète QSSL et de tirer parfois des conclusions un peu trop rapidement, ce qui sous- entend un certain subjectivisme.
    Question sources: elle a beaucoup utilisé les sources sunnites que chiite, alors l’accuser de défendre le chiisme, c’est un peu trop court. Mr Maiza, vous parlez de chiisme, de quel chiisme s’agit-il? (il y a au moins 04 écoles), de sunnisme, de quel sunnisme s’agit-il? (4 écoles au moins, sans citer le wahabisme…). Les terroristes qui sèment la mort aux quatre coins du monde, ne se disent-ils pas sunnite?
    Vous vous étonnez que des algériens, intellectuels et bien dan leurs têtes, se convertissent au chiisme! Eh bien, il faut creuser la question et trouver les bonnes réponses; ne sont-ils pas à la cherche de la vérité au sens large du terme (historique, religieux, culturel, cultuel), réponses qu’ils ne trouvent pas peut être dans notre héritage notamment religieux qui comporte assez souvent des contradictions qui vont à l’encontre des enseignements du Saint Coran ? Tout ça donne à réfléchir!!! Et AVOIR LE COURAGE DE SE POSER TOUTES CES QUESTIONS, PURIFIER OU DÉPOUSSIÉRER LE PATRIMOINE HÉRITE DES ANCIENS ET REMETTRE LES PENDULES A L’HEURE (du XXI siècle). Salam.

    13
    5
    Abou Stroff
    21 novembre 2018 - 17 h 53 min

    je pense que, pour couper court à l’onanisme avéré des gardiens du temple, nous devons simplement accepter l’idée tout à fait plausible que les religions, toutes les religions ne sont que des productions humaines répondant à des préoccupations humaines servant, dans un premier temps, à atténuer l’angoisse existentielle que ressent tout être vivant qui sait qu’il va mourir (l’être humain qui travaille appréhende la tridimensionnalité du temps qui se termine nécessairement par sa mort), avant de devenir, dans un deuxième temps, de puissants outils servant à anesthésier la populace au profit des classes dominantes.
    moralité de l’histoire: ce que raconte les gardiens du temple qu’ils soient sunnites, chiites ou tartempionnites ne sont qu’élucubrations d’hurluberlus incapables de prendre leur destin en mains. n’avez vous par remarqué que les citoyens vivant dans les sociétés développées parlent rarement de religion et encore des mythes structurant la pensée archaïque?

    22
    12
      Karamazov
      21 novembre 2018 - 18 h 14 min

      C’est ce que suggère Hela Ouardi , en long en large et en diagonale sans zozer , le dire clairement. Mais que veux-tu, si certains veulent y voir le contraire , qu’y pouvons-nous?

      12
      10
        Abou Langi
        21 novembre 2018 - 18 h 39 min

        Même si Dieu leur disait qu’il n’existe pas, ils ne le croiront pas.
        C’est y plus l’être qui détermine la conscience?

        13
        5
      Ch'ha
      21 novembre 2018 - 18 h 31 min

      @Abou stroff
      Quelles sont pour vous les sociétés développées : l’occident… Détrompez-vous la religion y est belle et bien présente. Les américains sont hyper croyants et pratiquants. Ce que l’on peut affirmer sans se tromper dans ces sociétés dites développées c’est le même unanimsme pour taper sur l’islam en 1er lieu, la chrétienté en 2nd lieu et jamais sur le judéosionisme jamais.
      Il vous suffit de voir que dans un pays laïque comme la France la kippa se porte partout au niveau étatique jusqu’au sommet de l’État Sarko Hollande.
      Par contre le chapi chapo musulman jamais😉

      12
      14
        Abou Stroff
        22 novembre 2018 - 9 h 45 min

        manque de pot pour vous, je connais bien les américains pour avoir vécu avec eux. dans leur grande majorité les amerloques se fichent aussi bien de Dieu que de ses prophètes. aux USA, le seul vrai Dieu est le dollar et les églises évangéliques qui ont le vent en poupe, au moment présent, profitent de la crédulité des amerloques lambda pour les gruger et leur soutirer le peu de dollars qu’ils possèdent.
        quant à l’histoire des kouffars qui tapent sur l’islam, réveillez vous, mon cher. l’islam ne fait la une des journaux que parce que ses adeptes croient détenir la vérité avec un grand V et se croient investis par Dieu himself pour islamiser le mode entier (n’oublions jamais que l’islam est d’abord et avant tout, une religion conquérante).
        les kouffars ont ainsi peur des musulmans parce que ces derniers veulent entrainer le monde entier vers l’archaïsme dont ils (les arabo-muslims) n’arrivent pas à s’extirper.

        8
        1
          Zombretto
          22 novembre 2018 - 11 h 13 min

          Salut, Abou Stroff ! Pour avoir vécu avec les amerloques pendant quarante ans, chez eux et en différentes parties de leur pays, je confirme tes dires. Pour preuve, les supporters les plus fervents de Donald Trump sont les chrétiens fondamentalistes. Il y a cinq ou six ans, si quelqu’un avait dit que les chrétiens fondamentalistes auraient supporté un homme comme Trump, on l’aurait traité de fou. Il est le contraire absolu de ce qu’ils représentent comme un bon modèle de conduite. Il y a toutes les preuves que l’homme est un escroc, un traître à son pays, un égoïste extrême, un homme qui trompe son épouse pendant même qu’elle est enceinte, un homme qui a payé des millions de dollars pour faire taire des prostituées, un homme qui manque de respect aux femmes de façon flagrante et basse, voleur, menteur comme pas un. Tout le monde sait qu’il ment comme il respire. Il dit une chose le matin et son contraire le soir, et quand on le confronte avec les preuves (vidéo) de ce qu’il avait dit ou fait le matin, il appelle ça « fake news. » Son dernier mensonge date d’hier. Il supporte Ben Salmane dans le meurtre de Khashoggi et quand on lui demandé s’il avait des intérêts personnels en Arabie Saoudite il a répondu : « Qui ? Moi ? Mais bien sûr que non ! Je ne me fais pas un sou en Arabie Saoudite, je n’ai aucune relation commerciale avec ce pays ! Jamais. C’est juste que c’est un pays allié. » Il a suffi de quelques minutes pour qu’un journaliste trouve plusieurs archives vidéos dans lesquelles il disait tout à fait le contraire : « L’Arabie Saoudite est très bonne pour moi. Je m’y fais des dizaines, non des centaines. de millions de dollars. Ils achètent tout un tas de mes produits. »
          En une phrase, il se moque du monde et de toutes les règles de moralité chrétienne traditionnelle. De vrais chrétiens l’auraient pendu depuis longtemps. Pourtant ils sont avec lui en gros et en détail. Il y en a même parmi eux qui le considèrent comme le retour du christ.

    LOUCIF
    21 novembre 2018 - 15 h 21 min

    @K. DZ 21 novembre 2018 – 14 h 55 min , vous posez ici « les » très bonnes questions : pourquoi le Coran a été écrit plusieurs dizaines d’années après la mort du prophète, pourquoi cette profusion de version du Coran au cours du temps etc… etc.. ????

    Mais il y a une autre vraie question qu’on doit se poser tous : pourquoi le Prophète devrait-il avoir … un successeur ? Je crois que seul Dieu a la possibilité d’en désigner un à sa place. Or Dieu lui-même n’en a pas désigné. Pourquoi donc la famille proche du Prophète, ses épouses, ses compagnons, ses soldats, ses adeptes voulaient à tout prix lui désigner un successeur ! Il n’y a que Dieu qui peut le faire, non ??? Et en plus être prophète est « un », « indivisible » et « intransmissible » ! Etre fait … »Prophète » … est une décision de Dieu, et donc sa succession n’a aucun sens théologique, n’a aucune légitimité ! Salut à vous !

    35
    1
      Abou Langi
      21 novembre 2018 - 17 h 46 min

      Un successeur comme chef . Pas comme Prophète car sur ce plan akmala lana dinouna.

      3
      7
    Karamazov
    21 novembre 2018 - 15 h 14 min

    Le livre de Hela Ouardi n’est ici qu’un prétexte pour avancer l’idée que le chiisme progresse en Algérie. Je dirais même qu’à supposer qu’il rende un peu de légitimité au chiisme , c’est une religion totalement démystifiée et profanée qu’il leur cède.

    La thèse centrale de ce livre d’histoire n’est pas le chiisme mais la mort ( l’agonie) – et pourquoi vous n’en dites rien?- puis la succession du Prophète de l’Islam. Avec , il est vrai , matière à conclure que si le Prophète avait eu le temps de faire un testament pour désigner son successeur , ou de le rendre publique, il aurait désigné Ali.

    Et si Ali avait été le premier calife, le sunnisme aurait-il existé ? Ou alors c’eût été eux les chiites ?

    Cela suffit-il pour insinuer que ce livre est une propagande pour le chiisme ?
    Vous dites que le chiisme n’est que politique en laissant entendre que le sunnisme ne l’est pas.

    Pourquoi ne vous intéressez-vous pas à la succession réelle du Prophète au Niveau du khalifa. Yakhi la fonction de calife est plutôt politique ?

    Et là vous nous auriez expliqué pourquoi Abou Bakr a été assassiné ? Et pourquoi Omar, puis Othmane , puis Ali  qui dans l’ordre de la succession n’est que le quatrième calife ?

    El islamou chiite ou sunnite ou pas :Dinoun, dawlatoun, siyassatoun wa moudjtama3oun.

    10
    5
      ZORO
      21 novembre 2018 - 17 h 23 min

      @ Komrad karamazov :
      D apres vous ,toutes les bibliothèques du monde vous sont passees sous la dent, sans jamais pondre une minuscule contribution qui nous renseignerait mieux que el Manchar sur l inutilité de vos efforts.
      SigneZORO …Z…

      8
      7
    Ch'ha
    21 novembre 2018 - 15 h 13 min

    Excellent article.

    16
    14
    K. DZ
    21 novembre 2018 - 14 h 55 min

    En parfait profane, je pose une seule question : pourquoi est ce que le saint Coran n’a pas été écrit du temps du prophète (qssl) et sous ses supervision et authentification. Pourquoi cette profusion de copies, celle de Aicha, de hafsa de de et de. Le premier verset n’a t il pas été : lis au non de ton seigneur. ou bien cela a t-il une autre signification ? La violence dans la succession qui a jalonné le monde musulman n’a rien de different des autres luttes dans les autres empires, à l’exception que cela a été fait au nom d’une religion, et cela laisse des séquelles irrémédiables.

    28
    1
    Hakikatoune
    21 novembre 2018 - 14 h 48 min

    Nazim Maiza , auteur de l’article, dit une chose qui n’est pas vraie du tout en affirmant que l’historienne Hela Ouardi, ne fait que « reprendre les thèses chiites » sur les derniers jours du prophète ! Pour preuve de ce que j’avance, je me dois de conseiller aux internautes de visionner son interview sur Radio M , faite par Ihsane El Kadi

    Dans cette interview, elle dit bien que son livre n’est pas une « légende chiite » puisqu’elle cite aussi bien des témoignages écrits et relatés par des personnalités de tendance sunnite que chiite. Et ces témoignages se recoupent bel et bien ! Je conseille vivement cette interview pour bien comprendre que ce que dit Nazim Maiza , auteur de l’article, n’est pas aussi vrai qu’il le prétend tout au moins sur ce plan là !

    15
    4
    Argentroi
    21 novembre 2018 - 14 h 41 min

    Hela Ouardi n’a pas le courage d’Onfray car elle risque d’être au moins vitriolée en plein Tunis; elle en est complétement consciente en essayant de surmonter cette peur que ne connaissent pas les planqués. Il serait assez naïf de croire que les gens vont se laisser se faire abattre ou être égorgés comme des moutons sans réagir. Les réactions intellectuelles de Hela Ouardi, Kamel Daoud, Sansal, Zaoui, Yasmina Khadra et beaucoup d’autres ne sont qu’une première réponse contre la barbarie. Les sociétés musulmanes ne peuvent rester tétanisées continuellement comme semble le croire l’islamisme qui pense qu’il lui suffit d’éliminer les élites modernistes pour avoir le champ libre. Le Fida du FIS l’a bien essayé durant les années 90 en assassinant intellectuels, journalistes et enseignants mais rien n’y fait et une nouvelle génération de cette élite est apparue pour être encore plus incisive ! L’intérêt que porte certains pour le chiisme est aussi une forme de réaction contre cet islamisme qui, ce dernier, ne supporte même pas qu’un autre devienne chiite pourtant aussi musulman à ce que je sache ! C’est vraiment un dilemme de nos jours, être musulman ou être islamiste !

    15
    13
      Ch'ha
      21 novembre 2018 - 15 h 52 min

      @Argentoi
      Pour vous réactions d’intellectuels face à la barbarie…c’est UNE BLAGUE…Sansal ISLAMPPHOBE ET CHANTRE D’IsRatHell une réaction à la barbarie…
      Le jour où ces pseudos intellectuels taperont sur la religion juive et le sionisme, faites moi signe on en reparlera ! Si tel était le cas, ils ne seraient même pas publiés et ne feraient pas partie du paysage meRdiatique.
      C’est le terrorisme sioniste FIS GIA (France) DAECH (création d’Obama même Trump l’a reconnu) Frères musulmans (MI5 UK) Front Al Nosra Hayat Tahrir Al Cham Al Qaïda etc…MAK = mossad ….qui est une RÉALITÉ INTERNATIONALE. Terrorisme islamique = mythologie.

      17
      10
        Argentroi
        22 novembre 2018 - 8 h 08 min

        @ Ch’ha
        En somme, on a que des pseudos intellectuels qui tapent sur un pseudo terrorisme islamique mythologique qui n’existe pas et s’il existait il n’est que d’inspiration israélienne ou américaine. C’est d’une autre manière dire que c’est Don Quichotte qui se bat contre les moulins à vent !
        Mais c’est que le terrorisme islamiste on l’a vécu dans notre chair ici en Algérie, il n’arborait ni étoile de David ni kippa et on l’a côtoyé et on l’a vu comment il a évolué à partir des années Chadli jusqu’à arriver à l’irréparable. Croire qu’en niant l’existence de ce terrorisme islamiste c’est défendre l’Islam, est une erreur monumentale qui ne fait qu’alimenter davantage l’islamophobie ambiante. Il est parfaitement clair que cette islamophobie n’est qu’une forme de réaction contre ce terrorisme puisque ce terrorisme se réclame lui-même de l’Islam. Ainsi, pour les musulmans sincères dont l’adoration de Dieu est le seul credo, il est de leur devoir de rétablir la vérité en combattant ce terrorisme qui a agi, ce dernier, en véritable déclencheur de cette islamophobie. Rester dans le déni en s’attaquant aux conséquences tout en délaissant les causes est une démarche qui peut paraitre suspecte en ces temps de manipulations et de mystifications à grande échelle !

        6
        1
    Anonyme
    21 novembre 2018 - 13 h 31 min

    Une Youcef Benzatat au féminin .

    21
    3
    salah
    21 novembre 2018 - 13 h 29 min

    Excellent Article

    14
    9
    Karamazov
    21 novembre 2018 - 13 h 22 min

    J’ai comme vous lu le livre d’Hela Ouardi, mais autrement. C’est une œuvre historiographique, avant toute extrapolation.

    Je ne l’ai donc pas compris comme un plaidoyer pour quoi que ce soit. Et si tenté qu’il en soit ce n’est point un plaidoyer pour le chiisme mais plutôt ,comme vous le faite sans l’assumer au début de votre contribution, à propos d’Onfray, un plaidoyer pour l’athéisme.

    Pour ce qui me concerne , même si j’avais eu la foi, je ne l’aurais pas troquée, en lisant ce livre, contre le chiisme, mais je l’aurais totalement reniée.

    Il me semble que vous avez été surpris par ses révélations qui pour un lecteur comme vous auraient dû ressembler à des secrets de Polichinelle. Hela Ouardi ne fait que rapporter , en témoigne la foisonnante bibliographie qui occupe le tiers du livre en question.

    Mais c’est vous qui faites une lecture spéciale de la place accordée au chiisme par L’auteure. Vous auriez aimé qu’elle ne parle pas d’Ali ? Des querelles qui ont suivi la succession ? Aurait-elle pu parler de cette succession qui rappelons-nous le a été sanglante : Abou Bakr, Omar, Athmane, Ali, Hussein, furent assassinés l’un après l’autre au cour de cette succession, sans évoquer les schismes ?

    Si vous aviez lu le dernier Mathieu Guidère (Au commencement était le Coran ) vous verrez qu’il confirme ce qu’avance Hela Ouardi. Comment Athmane a bidouillé la compilation du livre sacré en détruisant par la suite toutes les versions précédentes : celles d’ Aïcha, la fille d’Abou Bakr qui travaillait pour son père. Celle de Hafsa qui elle travaillait aussi pour son père : Omar. Et Enfin celle de Fatima qui travaillait pour son mari Ali.

    A vous lire c’est plutôt vous qui faites l’apologie du chiisme. Si ce n’était la dernière phrase : « Donc comprenez que le chiisme est politique et non pas religieux ».

    Nooooon, pas le sunnisme ! ll n’y a aucun courant politique ou autre dans le sunnisme, ow!

    15
    7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.