Tirs croisés contre le ministre : Aïssa résiste à une offensive salafiste

Mohamed Aïssa
Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Le bras de fer opposant le ministre des Affaires religieuses à la coordination des imams qui a appelé à organiser un rassemblement dans les prochains jours, semble avoir atteint un point de non-retour, après la dernière passe d’armes durant laquelle Mohamed Aïssa a menacé de poursuivre en justice ceux, parmi les contestataires, qui oseraient l’invectiver sur les réseaux sociaux.

Le syndicat des imams, représenté par l’inclassable Djelloul Hadjimi, lui a rétorqué en affirmant que «le temps des menaces est révolu» et que «la Constitution garantit le droit de grève». Le représentant des imams ajoutera que Mohamed Aïssa n’était pas habilité à porter plainte contre les contestataires et que seul le ministre de l’intérieur peut leur interdire d’organiser leur action de protestation. Officiellement, la coordination des imams accuse le ministre de tutelle d’avoir fermé les portes du dialogue depuis un an et demi, pour discuter de leur plateforme de revendications, dont le point essentiel est la revalorisation du statut de l’imam. De son côté, le ministre avait clairement reconnu qu’il ne pouvait rien faire, au motif que la question de l’augmentation des salaires dépassait ses prérogatives.

Sur les réseaux sociaux, les commentaires hostiles à Mohamed Aïssa se font de plus en plus incisifs, dont certains portent l’empreinte claire des salafistes. «Le ministère des Affaires religieuses ferait mieux de combattre le soufisme et la propagation des idées hérétiques et du vice que de combattre les imams», écrit un internaute sous le sceau de l’anonymat.

Il y a quelques jours, Mohamed Aïssa avait mis en garde contre l’intrusion de «forces obscures» qui, selon lui, «parasitent le dialogue avec les imams». Il faisait allusion aux groupes salafistes avec lesquels il est toujours en guerre. Cette guerre était jusque-là confinée dans un cadre purement exégétique et discursif, avec notamment la polémique suscitée par les déclarations du guide de la secte madkhaliste pro-saoudienne, Mohamed-Ali Ferkous, excommuniant, entre autres, les partisans du soufisme. Mais, le bras de fer s’est vite déplacé dans les mosquées, avec le forcing mené depuis octobre dernier par des groupes salafistes pour le contrôle des comités de gestion des lieux du culte. La confrontation a fait plusieurs blessés et, au moins, un mort à Laghouat.

C’est, curieusement, en pleine bataille autour des mosquées que la coordination des imams fait irruption. Verbalement, Hadjimi assure que son organisation est irréprochable sur le plan dogmatique et qu’elle «suit le référent national», mais dans les faits, son action arrange bien les affaires des salafistes.

R. M.

Comment (12)

    Bachir Bruxelles
    15 décembre 2018 - 17 h 35 min

    Mr Mohamed Aissa;trouvez vous normal;des députés qui siège a l’Assemblée et leurs frères collaborent avec des ennemis;à Bruxelles et Rabat;drole de pouvoir;bizarre comme religion ou des cheikhs imams traitres

    khalilsadek
    15 décembre 2018 - 12 h 56 min

    TANT MIEUX, qu’ils fassent leurs gréve et qu’elle soit la PLUS LONGUE POSSIBLE un an par exemple, ces improductifs, leurs éxistance méme est anti économique puisque ils ne produisent rien d’utile a part des islamistes qui seront a la solde des pays du moyen orient et la CIA.Je pratiquerai l’islam de mon pere et je prierai et reglerai mes probleme avec mon dieu chez moi.

    16
    Technique du moindre mal
    15 décembre 2018 - 12 h 42 min

    Nuance, le régime crée le problème puis feint de le combattre, stratégie qui dure depuis 62. Surfer une onde artificielle qu’ils ont crée dans le labo high tech-FLN

    5
    1
    Apache
    15 décembre 2018 - 12 h 07 min

    Monsieur le Ministre! Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. N’attendez pas pour prendre les mesures nécessaires pour arrêter faire juger ce Hakimi qui fait de la politique au lieu de s’adonner à ce qu’il est payé pour. Il faut faire de même pour les gens de son espèce (salafistes et wahabites) qui créent des problèmes à l’intérieur des mosquées. La majorité des pratiquants est contre ces deux sectes et si des mesiures énergiques ne sont pas prises maintenant par votre département, l’intérieur des mosquées deviendra un champ de bataille.

    10
    1
    Bouzorane
    15 décembre 2018 - 11 h 49 min

    Que penser de cette pagaille???
    Quels sont les vrais acteurs de ce sketch??
    Il n’y a pas d’un coté les méchants salafistes et de l’autre un gentil Ministre Nationaliste digne représentant de l’état-Nation!
    En réalité, c’est un bataille rangée qui se passe à l’intérieur même de la nébuleuse islamiste.
    C’est une bataille entre 2 courants islamistes : salafisme contre frères musulmans. Ce dernier courant est merveilleusement représenté par notre merveilleux Ministre.
    Meme lorsqu’il parle de soufisme, ce Ministre défend moins le « référent National » que les frères musulmans, car, contrairement au salafistes, les frères musulmans tolèrent le soufisme.
    Le soufisme est en effet l’unique point de divergence entre ces deux courants intégristes.
    La dernière phrase résume une partie du problème : « l’action (de Hadjimi) arrange bien les affaires des salafistes. »… je dirai en complément que cela arrange aussi les affaires du ministre!!
    Notre Ministre, en tant que islamiste proche des frères musulmans egyptiens, est bien content d’afficher l’étiquette « anti-salafiste »
    Tout ce beau monde penche du meme coté, y compris ce Ministre qui prétend défendre le « référent Algérien ».
    Dans ce « référent Algérien », doit-on tolérer des mosquées portant des noms tels que ; « omar bnou lkhattab », abou bakr seddik »,…sachant que ces noms ne sont apparus qu’à partir de 1980, jamais avant!
    Je mets au défi notre Ministre de me citer une seule mosquée, à travers tout le territoire national, je dis bien UNE SEULE mosquée, datant d’avant 1980 et portant un tel nom!!
    Nos mosquées ont en effet toujours eu des noms Algériens bien de chez nous.
    Je m’auto proclame mufti de la Nation Algérienne et je dis que donner des noms étrangers à nos mosquées, c’est une bid3a, une mauvaise innovation introduite en 1980, qui n’existait pas durant 15 siècles d’islam paisible.
    De meme, en tant que grand mufti, je déclare « LA YAJOUZ » la construction d’une mosquée pharaonique par des gens qui ne sont pas Algériens, ne sont pas musulmans, ni même des gens du livre!… Se sont des chinois adorateurs de divinités non compatibles avec les religions monothéistes!!
    Le coran a bien dit : « … Car une Mosquée fondée dès le premier jour, sur la piété, est plus digne que tu t’y tiennes debout [pour y prier]. On y trouve des gens qui aiment bien se purifier, et Dieu aime ceux qui se purifient » (9 : 108)

    7
    1
    Robin des Bois
    15 décembre 2018 - 11 h 26 min

    on estime le nombre de mosquées a 30.000 dont 6000 en construction

    4
    1
      Anonyme
      15 décembre 2018 - 12 h 02 min

      Bouteflika espère atteindre 40 millions de mosquées,une mosquée pour chaque algérien .Eddi wa la khali.

      8
      2
    Anonyme
    15 décembre 2018 - 9 h 50 min

    Les salafistes ont une dent contre le ministre Aissa,parce que son prénom leur rappelle Jésus christ,alors qu’ils vouent une haine mortelle pour le christianisme.

    9
    4
    Anonyme
    15 décembre 2018 - 9 h 34 min

    Il y a tellement de milliers de mosquées que c’est devenu un enjeu financier qui ferait saliver d’envie même les compagnons du prophète. Les mosquées c’est les ressources financiers de l’après pétrole pour les rentiers religieux dans un émirat islamique algérien qui se profile à l’horizon.

    13
    2
    Ali-Bey
    15 décembre 2018 - 8 h 54 min

    Heureusement que le Ridicule ne tue pas;sinon il aurait fait un grand massacre chez nos dirigeants corrompus

    14
    Amar
    15 décembre 2018 - 8 h 11 min

    Les salafistes dites-vous, ils vont te dégommer Ya Moh i, Aïssa !

    3
    7
    Anonyme
    15 décembre 2018 - 8 h 02 min

    Le wahhabite Ben Salmane a laissé ses traces en Algérie.

    L’Algérie est sur la voie de l’intégrisme. Tous les chemins mènent au 5eme

    16
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.