La sécurité du territoire placée sous l’autorité du ministre de l’Intérieur

Intérieur, Bedoui
De nouvelles attributions pour Noureddine Bedoui, ministre de l'Intérieur. PPA Agency

Par Hani Abdi − Un décret exécutif fixant les attributions du ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, a été publié aujourd’hui au Journal officiel. Ce décret a été signé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia le 22 décembre dernier. Le ministre de l’Intérieur est chargé de la coordination des actions relatives à la sécurité du territoire. Une mission jusque-là assumée par le coordinateur des services de renseignement et également conseiller à la présidentielle, le général Bachir Tartag.

Le ministre de l’Intérieur n’aura pas à gérer les directions du renseignement (DGSI, DGRT et DGRE) relevant de Bachir Tartag, mais aura à définir leurs actions et celles des autres corps de sécurité (police et gendarmerie) visant à sécuriser le territoire national.

«Sans préjudice des attributions dévolues au ministre chargé de la Défense nationale, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire est chargé de la conception, de la conduite, de l’évaluation et de la coordination des actions de prévention, de lutte et de contrôle concourant à la sécurité du territoire et à l’ordre public. Il contribue à la définition de la politique nationale en matière de sécurité du territoire, à sa mise en œuvre et à son évaluation et assure la coordination générale en matière de sécurité intérieure du territoire», lit-on dans ce décret, selon lequel le ministre de l’Intérieur «développe, en particulier, toute mesure visant l’identification et la neutralisation des visées et ses actions dirigées contre le pays, sa population, ses institutions, ses potentialités et son patrimoine». «Il développe, en outre, sans préjudice des mesures relevant des autres secteurs, toute action tendant à préserver et à assurer la protection des sites civils stratégiques.»

Ce décret donne donc plus de pouvoirs au ministre de l’Intérieur en matière de la gestion sécuritaire du pays.

H. A.

Comment (29)

    Anonyme
    10 janvier 2019 - 16 h 48 min

    Alors qu´il n´arrive meme pas à tenir tete aux parkingueurs et de nous en débarrasser!

    1
    2
    Citoyen Karim
    9 janvier 2019 - 10 h 50 min

    Le pouvoir algérien, quand il parle d’institutions nationales, ne partage nullement pas le même lexique républicain de tous ceux qui aspirent à un système de gouvernance fondé sur une justice sociale équitable et équilibrée à toute la nation et même au-delà.

    Le sens des mots employés dans la communication des privilégiés du système et leurs significations sont à des opposés absolument contraires comme l’est le vice de la vertu.

    La définition du terme institution tel qu’utilisé par le régime actuel, en place en Algérie, est à chercher dans le vieux dictionnaire spécialisé de la gouvernance fantoche hérité de la période néocoloniale établie entre la France d’avant et ses anciennes colonies en Afrique.

    Lorsque Nicolas Sarkozy a décidé de supprimer la notion de haute trahison du dispositif constitutionnel français, avant de battre sa campagne présidentielle en 2007, il avait une tout autre idée de la démocratie que celle de la grande majorité du peuple français que les puissances lobbyistes ont transformé en Gilets jaunes.

    Un chef d’Etat ne détient son pouvoir ni de Dieu, encore moins des officines étrangères, mais du seul peuple souverain constitué par la citoyenneté, c’est-à-dire, par une communauté politique fondée sur des droits civils et politiques.

    3
    1
    Nora
    9 janvier 2019 - 9 h 14 min

    Ils portent tous des lunettes ‘à la gangster’, avec un air arrogant! Mais une petite odeur type rėvolution agraire leur colle toujours à la peau!

    6
    2
    Djeha Dz.
    9 janvier 2019 - 8 h 43 min

    Tout le monde ou presque, est d’accord pour dire que, l’ANP est l’institution la plus importante et la plus forte du pays, la plus disciplinée, la mieux structurée, modernisée, etc. Et surtout, politiquement neutre.
    Moi, je dirai plutôt, moins sujette à la manipulation et aux pressions extérieures, sans aucun doute.
    Ce qui la rend efficace et redoutable. Quant aux compétences, de la DGSN, tout le monde à sa petite idée.

    Cette restructuration, est-elle, la conséquence, du rôle joué par l’ANP dans la mystérieuse affaire des 701 Kg de cocaïne, et ses éclatantes retombées ??

    6
    1
    Argentroi
    8 janvier 2019 - 22 h 56 min

    On dit bien ” جاء يكحللها عماها ” qu’on traduira par : En voulant bien la farder (aux paupières), il lui creva les yeux !

    2
    1
    Anonyme
    8 janvier 2019 - 22 h 15 min

    Il va surveiller les URNES.

    1
    1
      Anonyme
      9 janvier 2019 - 7 h 55 min

      Il va surveiller les URNES PLEINES

      1
      1
    Anonyme
    8 janvier 2019 - 21 h 47 min

    Politique du tâtonnement. RIEN n’est sérieux.
    Bedoui va s’occuper de la sécurité du territoire national. Ah Ya L’WALI.

    3
    4
    Anonyme
    8 janvier 2019 - 21 h 12 min

    Il faut que le ministre de l’intérieur fasse ses preuves en nettoyant l’Algérie des migrants subsahariens, mendiants et les autres, il faut zéro migrant subsaharien chez nous pour qu’on soit dans la sécurité que nous revendiquons avec fermeté et insistance par le rapatriement de ces migrants.

    11
    4
    La tulipe
    8 janvier 2019 - 20 h 08 min

    On ne peut pas faire cohabiter une pensée civil et militaire, l’éducation et la discipline ne sont pas les mêmes. La sécurité du territoire confié à un civil n’est-elle pas risqué avec tout les problèmes actuels..😎

    18
    2
    Anonyme
    8 janvier 2019 - 19 h 38 min

    Bedoui est un homme sérieux et compétent dans l exercice de ses fonctions et il aime son pays ; ensuite la seule garante de la sécurité de l Algerie air terre mer c est l armée l ANP. Bravo à toutes les forces de sécurités confondues pour le travail qui font 24h/24 et 7jrs/7.

    20
    10
    Anonyme
    8 janvier 2019 - 19 h 36 min

    Bedoui a très mal géré le dossier des migrants clandestins. Regardez nos villes où le citoyen est agressé en plein jour par ces clandestins. Il faut leurs donner de l’argent pour avoir la paix.
    On en sait plus qu’est ce qui nous attend.

    19
    7
    Kahina-DZ
    8 janvier 2019 - 19 h 31 min

    Un vrai point d’interrogation ??
    Ce ministère n’arrive même pas à gérer la sécurité des quartiers, on lui a donné la sécurité du territoire.
    Fahmouna. ma F’hamna walou.

    32
    6
    Anonyme
    8 janvier 2019 - 19 h 07 min

    Au lieu de faire des expériences et remodelage au gré des hommes et des conjonctures on devrait faire le bilan de la situation, faire ressortir les failles et apporter des améliorations. On peut aussi tout juste voir ce qui se passent dans les pays où l’intelligence est au pouvoir et copier.

    11
    1
    Anonyme
    8 janvier 2019 - 18 h 56 min

    Une manœuvre du pouvoir avant les elections? Cela nous rappel 2014 avec laDRS

    20
    2
    zad
    8 janvier 2019 - 18 h 40 min

    curieux…mettre hors état de nuire Targtag…après.l’affaire de.l’attque en regle.d ennahar voila le.couronnemznt…targtag n’est pas complètement pour le 5eme mandat…???

    13
    1
      Argentroi
      9 janvier 2019 - 8 h 20 min

      @ Zad
      Est ce vraiment un lapsus quand tu écris : mettre hors d’état de nuire Targtag…

    N'oublions pas d'ou nous venons!
    8 janvier 2019 - 18 h 20 min

    @Felfel Har Les Extrémistes Occidentaux sont des anges comparés à toi! L’Etat de Droit, les droits humains cela te dit quelque chose? On ne peut pas réclamer la démocratie, la liberté d’expression et de circuler, un Etat de droit solide,…ect et se comporter comme un régime extrémiste fasciste. Oui pour la sécurité des frontières, oui contre la lutte des trafiques humains, des armes, la contrebande et la drogue, oui contre la lutte contre le terrorisme sans concession MAIS attention de ne pas franchir la ligne rouge qui serait de devenir un régime similaire à ceux que l’on dénonce ou on a dénoncé par le passé. Gardons nos convictions sans pour autant être laxiste et que nos actes soient en ligne avec nos discours diplomatiques.

    7
    4
      Felfel Har
      9 janvier 2019 - 13 h 41 min

      @N’oublions pas…..
      Je me méfie de ceux qui reprennent les discours des occidentaux, s’agissant de droits humains qu’ils bafouent quand cela sert leurs intérêts. Nous avons affaire à une invasion programmée pour nous nuire, alors que l’Algérie n’a pas pour vocation de recueillir la misère de l’Afrique. L’Algérie n’est plus cet Eldorado, elle a déjà fort à faire avec ses propres enfants. Que devient l’aide généreuse octroyée par l’Europe aux pays du Sahel pour financer des projets de création d’emplois? Elle finit dans des comptes numérotés en Suisse! Pourquoi ces pays sont-ils laxistes au point de fermer les yeux sur les multiples violations de leurs frontières avec l’Algérie? Ils agissent pour le compte de puissances néo-coloniales qui veulent mettre notre pays à feu et à sang. Nous devons nous défendre et stopper cette marée humaine, un véritable danger.
      PS. Pourquoi les Occidentaux dont on vante l’humanitarisme, ne veulent-ils pas de refugiés chez eux mais forcent l’Algérie à les recevoir, les nourrir, les habiller, les soigner, etc?
      Salutations!

        Felfel Har
        9 janvier 2019 - 17 h 18 min

        Correction: Lire ….. » humanisme » au lieu de ‘humanitarisme’. Merci!

    Anonyme
    8 janvier 2019 - 17 h 53 min

    La Sécurité, et la Stabilité du pays est une priorité absolue parmi des priorités
    Mais les fondations solides de cette Sécurité, et cette Stabilité sont:
    La Justice, la Transparence, et la Démocratie Parlementaire Multipartiste crédibles des Institutions du pays
    S.V.P, Ecouter les doléances profondes d’un peuple patient, et sage , est une sagesse, une clairvoyance
    Et une vision à long terme

    23
    Il a de l'allure
    8 janvier 2019 - 17 h 32 min

    Je le verrais bien à la tête de la présidence du pays: sérieux, compétent, structuré, patriote qui peut se révéler d’une vrai ambition et d’une vision pour le pays. Why not?

    16
    38
    MELLO
    8 janvier 2019 - 17 h 20 min

    Sa dénomination : ministère de l’intérieur et des collectivités locales, est claire er précise. Mais alors pourquoi lui rattacher la sécurité du pays sachant que ce ministère n’arrive pas à gérer correctement les collectivités locales. Le corps de la police et le corps de la Gendarmerie ne peuvent pas travailler en nette coordination sachant que les deux depenpendent de deux institutions différentes. Avec tous ce qui nous entourent , il serait hasardeux de se passer des  » services secrets » rattachés à l’ANP. Seule notre armée pourra tenir ce rôle de sécurité du territoire.

    34
    3
    Tarass Boulba
    8 janvier 2019 - 17 h 14 min

    @Felfel Har , si on était du temps Hitler , il t’aurait recruté sans problème dans les SS ! Même Trump est plus mesuré que toi ! Bezafe ya kho , tu perds les pédales ! D’accord on doit renforcer la sécurité de nos frontières mais notre armée, nos gendarmes n’ont pas besoin de tirer, d’abattre …. sans sommation ! Koune 3hakel !

    12
    25
      Felfel Har
      9 janvier 2019 - 16 h 17 min

      @ Tarass Boulba
      Comment osez-vous me comparer à un nazi en ignorant la signification du terme et de la doctrine qui le sous-tend? Je ne crois pas en la supériorité et en la pureté d’une race sur les autres pas plus qu’en la « solution finale ».
      Par contre, je crois fermement que mon pays est en danger à cause de ces individus ou groupes d’individus qui violent délibérément ses frontières, y entrent clandestinement, bafouent ses lois et exécutent les ordres de pays connus pour leurs actions belliqueuses de déstabilisation des autres. Mon devoir, le vôtre aussi et celui de tout Algérien qui se respecte, est de neutraliser la menace d’où qu’elle vienne, là où elle se manifeste et qu’importe les moyens.
      L’Algérie a suffisamment aidé dans le passé les pays du Sahel en leur octroyant une aide multiforme puis en annulant plus tard leurs dettes (ce qu’aucun pays occidental n’a fait). Résultat, ils nous trahissent en exécutant les basses besognes au profit de la France néo-coloniale et des autres forces du mal. On nous déclare la guerre et vous voulez que j’accueille ces mercenaires avec du lait et des dattes. Et pourquoi pas avec des petits fours et des fleurs! Les droits de l’homme comprennent aussi le droit de résister à/de combattre toute forme d’invasion. Le saviez-vous?
      Vous avez pris le nom de plume de Tarass Boulba, mais ignorez-vous que ce personnage a été décrit par Nicolas Gogol comme belliqueux et sanguinaire? Le seriez-vous?
      Salutations, quand même!

    mouatène
    8 janvier 2019 - 16 h 52 min

    une complémentarité, et c’est toujours bien. la sécurité doit etre renforcée et elle n’a pas de prix, meme si ça a l’air d’une réactivation de l’état d’urgence. c’est toujours un plus.

    18
    4
    Abou Stroff
    8 janvier 2019 - 16 h 36 min

    apparemment, des divisions blindées sont en train de s’aligner derrière bedoui!
    devrait on commencer à spéculer sur notre futur fakhamatouhou national?

    13
    14
    Felfel Har
    8 janvier 2019 - 16 h 34 min

    Build a wall! Notre sécurité ne doit pas seulement se limiter à verrouiller les frontières. Un no man’s land devra être délimité et toute personne qui s’y aventurerait serait abattue sans sommation. C’est ainsi que nous réussirons à endiguer ce phénomène.
    Par ailleurs, le Ministère de l’Intérieur et les différents services devraient aussi diligenter des enquêtes approfondies pour identifier, arrêter, juger et condamner tout Algérien qui aurait prêté main forte à ces hordes en les renseignant, en leur donnant le gîte et le couvert, en les transportant. Il s’agit d’un crime d’État passible du peloton d’exécution pour intelligence avec l’ennemi et trahison.
    Le danger est, non seulement réel, il est imminent; ce n’est pas le moment de tergiverser en avançant comme excuses, des raisons humanitaires. A la guerre comme à la guerre!

    37
    10
      anonymes au pluriel
      8 janvier 2019 - 21 h 21 min

      Nous sommes prêts à apporter de l’aide pour la construction du mur aux frontières avec le Mali et le Niger, ça sera avec un immense enthousiasme qu’on participera à cette alternative du mur qui semble l’unique solution pour éradiquer l’immigration subsaharienne.

      9
      5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.