Une source autorisée : «Il n’y a aucune rivalité entre Messahel et Lamamra»

Lamamra
Le rôle de Lamamra est loin de «gêner» le travail de Messahel. PPAgency

Par Kamel M. – Certains ont vu dans la désignation de Ramtane Lamamra au poste de conseiller diplomatique du président Bouteflika une sorte de «rivalité» entre l’ancien ministre d’Etat et le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. «Faux !», réplique une source autorisée sollicitée par Algeriepatriotique.

Pour notre source, «le rôle des deux hommes est complémentaire et leur action commune donnera encore plus d’efficacité à l’effort diplomatique soutenu que le ministre des Affaires étrangères a mené et continue de mener, enregistrant des succès retentissants sur le plan international».

La désignation de Ramtane Lamamra, diplomate chevronné et très respecté au sein des institutions internationales, a donné lieu à des interprétations qui tendent à faire croire à l’existence de quelque adversité entre les deux hommes. «Il n’en est rien !», insiste notre source qui explique cette désignation par une nécessité dictée par la conjoncture politique. «L’Algérie est à quelques mois d’une échéance électorale importante et des voix s’élèvent ici et là pour tenter de discréditer la présidentielle avant même sa tenue», explique notre source qui confirme indirectement que le rôle de Ramtane Lamamra, loin de «gêner» le travail du ministre des Affaires étrangères, consistera à «gérer» le dossier des élections auprès des capitales étrangères et des instances internationales.

L’annonce de la candidature de Bouteflika à un cinquième mandat a été accueillie avec un certain scepticisme par certains partenaires de l’Algérie. Ramtane Lamamra aura à expliquer les raisons qui ont poussé le président sortant à briguer un cinquième mandat en dépit de sa lourde maladie. Des raisons qui, si elles étaient annoncées de façon claire, pourraient aider l’opinion publique nationale et les officines étrangères à mieux comprendre ce choix difficile pris par le chef de l’Etat, qui devra conduire une réforme politique profonde avant de se retirer et de laisser la place à une nouvelle génération de décideurs qui prendront les rênes du pays.

K. M.

Comment (42)

    Yacine
    16 février 2019 - 18 h 55 min

    C’est bien cela . Ramtane Lamamra qui a été débarqué du ministère des affaires étrangères pour laisser place à Abdelkader Messahel , qui a plus d’affinité régionale avec le clan présidentiel , est rappelé à la rescousse pour vendre le cinquième mandat aux organismes internationaux et les chancelleries étrangères !
    Voilà pourquoi Lamamra est rappelé comme conseiller du président ! La technique de Bouteflika consiste à se servir de tout le monde quand il en a besoin et les jeter une fois l’urgence est passée !

    Anonyme
    16 février 2019 - 12 h 28 min

    « Ramtane Lamamra aura à expliquer les raisons qui ont poussé le président sortant à briguer un cinquième mandat en dépit de sa lourde maladie. Des raisons qui, si elles étaient annoncées de façon claire, pourraient aider l’opinion publique nationale et les officines étrangères à mieux comprendre ce choix difficile pris par le chef de l’Etat »
    Qu’il commence déjà par expliquer au peuple dans quelle impasse politique il a mis le pays et pourquoi il doit absolument y remédier avant de se retirer.
    Le peuple n’est pas idiot, il peut comprendre la nécessité d’une période transitoire pour remédier à l’impasse politique dans laquelle il a mis le pays. A mon avis, son bilan positif peut permettre qu’on lui accorde un délai limité (pas un mandat) pour corriger l’erreur impardonnable qu’il a faite en se taillant une constitution sur mesure.

    Contre_le_cinquième-Mandat
    15 février 2019 - 11 h 39 min

    Machiavel en œuvre encore et toujours.

    Je cite : « … Ramtane Lamamra aura à expliquer les raisons qui ont poussé le président sortant à briguer un cinquième mandat en dépit de sa lourde maladie. Des raisons qui, si elles étaient annoncées de façon claire, pourraient aider l’opinion publique nationale et les officines étrangères à mieux comprendre ce choix difficile pris par le chef de l’Etat, … »

    Le régime continu de prendre les gens pour des cons.
    En substance, on vous dit que, la candidature de Fakhamatu-hu, pour un cinquième mandat et une deuxième décennie – pour 20 ans -, est quelque chose que vous la plèbe vous ne comprenez pas.

    Pour rappelle, même le prophète Mohamed, l’élu du Dieu, a conduit les musulmans durant 23 ans avant de rendre l’âme. Selon les préceptes de l’islam, à mes connaissances, le Prophète Mohamed est le dernier des prophètes, …

    10
    omir
    15 février 2019 - 11 h 01 min

    Oui, Messahel est un excellent diplomate de carrière qui a gravit tous les échelons en prenant les escaliers, quand on sait qu’il y a ceux qu’on a invité à prendre « l’ascenseur » d’une manière fulgurante et qui ne savent rien et n’ont rien appris. Quand à Lamamra, lui, il a toujours mis son intelligence, son sérieux au service de son pays et de ces convictions. Ces deux hommes se complètent n’en déplaise à certains. Le grand bénéficiaire de ce  » doublon » ne peut être que la diplomatie algérienne et par conséquent l’Algérie.

    5
    8
    Abou Stroff
    15 février 2019 - 7 h 19 min

    «Il n’y a aucune rivalité entre Messahel et Lamamra» dixit la source autorisée.
    pourquoi y aurait il une quelconque rivalité, à partir du moment où Messahel et Lamamra ont été nommés, par notre bienaimé fakhamatouhou national, pour pérenniser le règne de notrre bienaimé fakhamatouhou national?
    ceci dit je trouve que cette histoire de « source autorisée » peut prêter à équivoque.
    en effet, qui m’empêche de balancer des « fake news » et de me cacher derrière une soi disant source autorisée?
    PS: je persiste et signe, celui ou ceux qui contrôlent la distribution de la rente contrôlent et l’Algérie et les algériens. par conséquent, je considère que ce tapage autour des élections constitue, d’une part, un énorme gaspillage de ressources qui aurait pu être affectées à des projets bénéfique (du genre des hôpitaux modernes ou des universités performantes) et du tape à l’oeil qui ne fait que cacher l’archaïsme qui caractérise aussi bien l’Etat algérien que la société algérienne.

    14
    2
    Nationfirst
    15 février 2019 - 6 h 37 min

    @laviriti Bouteflika est né à Oujda ca n’en fait pas un Marocain. Quant à Messahel quenlui reproches tu à part de ne pas être de ta région. C’est un grand diplomate et Lamamra est un très grand aussi. Mais la différence entre toi et moi c’est que j’aime Lamamra peu importe ses origines parce que c’est un Algérien mais toi et d’autres vous allez haïr un diplomate parce que Tlemcénien, Ould Kaddour on lui a fait le même procès dans la presse pour tenter de le discréditer. Oui il est Tlemcénien maid il a fait le MIT à Boston c’est autre chose de l’entendre que M. Haddad qui « aime son payié »…
    Le régionalisme est la bêtise la mieux partagée dans ce pays et tu le sais très bien. De 1962 à à 1999 les Chaouis avaient fait main basse sur le pays. Regarde l’administration, le pouvoir économique, financier (le vrai pouvoir), la presse tous sont du même secteur à 100km à la ronde c’est des Kabyles. A Oran et Alger c’est les Kabyles et leur régionalisme est féroce. On entend beaucoup les Kabyles se victimiser mais la vérité c’est que vous êtes tout autant si ce n’est plus régionalistes. C’est un fait connu de tous et je sais que beaucoup partageront mes propos et les Kabyles non.
    Je souhaite vraiment que M. Lamamra enfant d’Amizour soit Président car j’aime mon pays avant ma région.

    9
    18
    Blakel
    15 février 2019 - 1 h 47 min

    Maintenant pour ce qui concerne en particulier, le ralliement de Lamamra au 5e mandat, j’envie ceux qui en connaissent les raisons exactes. Tant que notre système politique sera aussi opaque, toutes les supputations seront toujours possibles. Quand je pense, que l’on n’a toujours pas fait, toute la lumière sur des évènements qui se sont produits il y a des années et des années de cela, voire des décennies de cela, comment imaginer que l’on puisse savoir, ce qui se trame aujourd’hui. Nous ne savons toujours pas exactement avec certitude, qui était derrrière certains assassinats politiques depuis la guerre d’indépendance jusqu’au années 2000 (A.Ramdane, Amirouche, Si El Haoues, K.Belkacem,M.Khider, M.Chaabani, K.Merbah, M.Boudiaf, A.Benhamouda, M.Lounes, A.Tounsi,…), et pourquoi. Nous ne savons toujours pas avec certitude, qui étaient derrière octobre 88, l’encouragement du FIS, le départ de Chadli, celui de Zeroual, l’appel à fakhamatouhou et sa désignation comme président en 1999, les évictions de M.Lamari, puis de T.Mediene,…) et pourquoi. Et d’autres zones d’ombre. Le rôle exact des partis d’oppositions et leur éventuels liens avec certains clans.
    Rien qu’un opposant comme S. Sadi (dont je salue les positions anti islamistes durant la décennie noire) est déjà toute une énigme. Certains prétendent que la création du RCD, avait été favorisé par L.Belkheir. S.Sadi a été tour à tour accusé d’être un faux opposant au service du DRS, d’être un agent de l’étranger chargé de déstabiliser l’Algérie (Saïd Samedi), de s’être vendu au clan présidentiel pour affaiblir l’opposition,… C’est à n’y rien comprendre.
    Certains affirment ou pensent que A.Ghediri est au service de M.Mediene (dont on a toujours exagéré le pouvoir et l’influence, lui qui ne contrôlait même pas à 100 % la DRS). La encore, aucune certitude, on ne peut pas exclure que M. Mediene ait totalement renoncé à exercer le moindre pouvoir, ou la moindre influence, et se contente de continuer à profiter paisiblement de sa retraite. On ne peut même pas exclure que M.Mediene et certains autres anciens généraux se soient alliés en coulisses avec le clan présidentiel, en contrepartie de certains changements et la récupération d’une partie de leur ancienne influence.
    Difficile dans ces conditions de se faire une opinion claire et nette. Plus j’essaye de comprendre, moins je suis sur de comprendre.
    Dans les pays occidentaux développés, la démocratie est certes loin d’être parfaite. Le monde de l’argent a pris ces dernières années un rôle souvent trop important. Mais le système politique est au moins relativement transparent. Les partis affichent plus ou moins clairement leurs positions, et les camps sont plus ouvertement affichés. Chez nous il y a encore trop de jeux d’ombre, trop de tabous, trop de ruses, car le pouvoir ne se gagne pas auprès du peuple, mais juste au sein du sérail. J’espère que la candidature de Ali Ghediri annonce un vrai changement, et plus de transparence.

    12
    4
    Blakel
    15 février 2019 - 1 h 07 min

    Pour moi ce ralliement de Lamamra n’est qu’une demi-surprise. Au risque de déplaire beaucoup de gens ici, je dois avouer que je n’ai jamais eu beaucoup d’admiration pour les diplomates. Et toute cette glorification passé, des « exploits » de notre diplomatie, m’a toujours plutôt fatigué. Pour moi, les diplomates, ne sont là, que pour rendre acceptable aux yeux de l’opinion, le résultat d’un rapport de force. Il y a d’un côté la brutalité des rapports de force, et de l’autre la diplomatie chargée d’y mettre un vernis d’humanité, de civilisation, de justice. Les diplomates ont toujours eu pour moi, l’image de gens soumis à la force, et chargés de mieux faire avaler des couleuvres aux faibles, aux vaincus (même leur visage m’inspire cette impression). J’ai toujours perçu, les diplomates comme des gens faibles, au service de la force. Peut-être à tort. Ce n’est que mon impression, et mon opinion.

    24
    5
      Zembla16
      15 février 2019 - 9 h 11 min

      Blakel, j’ai beaucoup apprécié votre opinion au sujet de la fonction diplomatie. Je la partage entièrement; évidemment avec tout le respect que je dois aux fonctionnaires qui lui sont rattachés.

      3
      1
    Adda
    15 février 2019 - 0 h 02 min

    C’est clair et net que c’est Lamamra qu’on prépare pour être le futur président de l’Algérie. Si Durant le 5e mandat il y aura des élections (La Kaddara Allah) alors c’est Lamamra qui sera le candidat du système. Je n’ai rien contre ce diplomate intelligent et courtois mais cette méthode mafieuse va Verrouiller l’alternance démocratique

    9
    7
    Noboutef
    14 février 2019 - 22 h 21 min

    Tous le monde a été acheté par oujda .Messahel est gratuit , mais Lamamra a été acheté.Donc il n’ y a aucune rivalité.

    9
    8
    anti menteurs
    14 février 2019 - 22 h 15 min

    En plus du pouvoir,le malheur des Algériens vient aussi de cette presse qui reproduit ses mensonges portant sur des réformes trompeuses .nous avons vécu vos réformes. pouvoir présidentiel à vie ,même dans un état d’invalidité totale, APN cadenassée par des voyous,implication de hauts responsables dans l’importation de 701 kg de cocaïnes dénoncées par les services étrangers, sinon, elle serait commercialisée en toutes facilités,assassinat d’un journaliste dans sa cellule, déguisé en décès pour suite de maladie.ministres avec de faux diplômes d’études supérieurs .dégagez, vous avez consommé la dose des mensonges tolérée,le peuple ne vous croit plus.pour la rivalité messahel / lammamra ,c’est la rivalité entre femmes qui va plaire le plus au mari.

    9
    3
    Généalogie
    14 février 2019 - 21 h 43 min

    @ Nationfirst 14 février 2019 – 18 h 32 min
    Sans oublier l’inénarrable Sellal qui est un kabyle de Constantine. Ni OuldAli de Mostaganem. Ni avant eux les Aberkane de Constantine et de Annaba.

    5
    3
      Nationfirst
      15 février 2019 - 6 h 44 min

      @Genealogie Si Ould Ali est de Mostagnem alors Hillary Clinton est de Souk El Tnine…
      Ould Ali le Ministre des Sports est un Kabyle et malheureusement ce fut le plus médiocre qu’a connu l’Algérie et qui n’a fait qu’éliminer les compétences pour placer des personnes de son secteur a détruit tous les sports en 3 ans.
      Il a favorisé la candidature de Lekjaa le Marocain Algérophobe au détriment de Raouraoua.
      Regarde aujourd’hui l’état du football algérien.
      Donc tu vois on est pas compétent parce qu’on est zwawi, on est compétent parce qu’on a des diplômes et/ou une expérience dans un domaine, des qualités, des valeurs, une vision.

      5
      5
        Généalogie
        15 février 2019 - 9 h 11 min

        Tu ne connais rien de la population de Mosta. Je suis d’accord avec toi: fut le plus mauvais. D’ailleurs son seul poste fut d’avoir été Directeur de la culture de la wilaya de Tizi Ouziu. Ça ne s’invente pas..

        5
        1
    anonyme
    14 février 2019 - 20 h 54 min

    le clan est dans une situation délicate , il sonne l’hallali et fait appel à lsa troupe: Lamamra, sellal, Benyoues et bien d’autres pour se tenir compagnie
    Ils ne se mangent pas entre eux

    16
    7
    Citoyen
    14 février 2019 - 20 h 34 min

    Mr Messahel
    Le seul du gouvernement qui merite un grand respect.
    Et sui represente le pays avec honneur

    18
    41
      ⵜⵉⴼⵔⴰⵏ
      15 février 2019 - 0 h 52 min

      Je suis désolé aucun dans le clan du pouvoir ne mérite le respect ,ils se sont tous mis d’accord pour sauvegarder leur privilèges sans se soucier des conséquences de leur complot.

      11
      5
    MELLO
    14 février 2019 - 20 h 02 min

    Pourquoi voulez vous qu’il y ai rivalité entre les deux hommes ? Personne , diable , n’a effleuré cette histoire entre pions du systeme. Les deux partagent les mêmes intérêts qui lient toute la famille présidentielle. Mais , personnellement, je ne voit pas comment ce monsieur pourra convaincre les autres , alors qu’au fond de lui même, il n’est pas convaincu. Sans aller convaincre tout ce beau monde, qui ne sera pas convaincu, le 5e mandat est bien mis en place , fatalement.

    21
    4
    Larnaque
    14 février 2019 - 19 h 13 min

    « Des raisons qui, si elles étaient annoncées de façon claire, pourraient aider l’opinion publique nationale et les officines étrangères à mieux comprendre ce choix difficile pris par le chef de l’Etat… ». Désolé mais il n’existe aucune raison quelle qu’elle soit qui puisse justifier ce cinquième mandat d’un président lourdement diminué physiquement et intellectuellement et qui ne peut assumer aucune obligation aussi mineure soit-elle, même pas le fait de prêter sermon (voir déclaration de Me Ksentini). Quant à la fameruse réforme politique profonde, cette arlésienne mise à toutes les sauces du pouvoir, pourquoi avoir attendu 20 ans pour que soudain, tout à coup, réaliser qu’il y a urgence. A travers cette phrase: « … qui devra conduire une réforme politique profonde avant de se retirer et de laisser la place à une nouvelle génération de décideurs qui prendront les rênes du pays » on comprend que maladie ou pas maladie, Bouteflika n’a jamais eu l’intention de quitter le pouvoir avant 2024, à moins que … En effet, pourquoi n’a-t-il pas laissé la place à la nouvelle génération en 2014 ou même en 2018. Qui a dit (en 2012, je crois) « tab djnana »? Sept ans aprèsil continue toujours à s’aggriper au fauteuil quand bien même roulant. Aujourd’hui (2019) nous vous disons, avec tout le respect qui vus est dû, « archa djnankoum » Mr Bouteflika. Parole, parole, chantait feue Dalida.

    21
    3
    Anonyme
    14 février 2019 - 18 h 40 min

    Qualifier un personnage du ‘tiers monde’ de diplomate chevronné par rapport à un monde sous contrôle absolu du système westphalien depuis près de quatre siècles, en plein effondrement qui plus est, est exactement ce genre de fil avec lequel, ceux qui tirent les ficelles de nos pantins, s’amusent à faire épater la galerie où l’on farfouille dans les rayons de la mort quand la [raison] s’en va toute seule, comme le dit si bien la chanson…

    22
    13
      El Che
      14 février 2019 - 18 h 47 min

      Magnifique commentaire

      12
      6
        Amascha-Hô
        14 février 2019 - 19 h 20 min

        Merci

        6
        2
      Anonyme
      14 février 2019 - 20 h 19 min

      Ils troquent leur ressources contre un soutien politique passager.

      6
      3
      Stan
      14 février 2019 - 22 h 29 min

      Oui. Parce qu’on est du Sud, c’est-à-dire du Tiers-monde, comme vous le dites avec un je ne sais quoi de jubilatoire, il faut s’appliquer à raser les murs, la queue entre les pattes. Avec toutes mes réserves sur le fait que Messahel et Lamamra puissent se retrouver en train de participer à la reconduction de Bouteflika, pourquoi l’Algérie ne produirait-elle pas de grands diplomates? Ils ont quoi de si spécial ces ânes bâtés qui souvent dirigent les puissances occidentales? On vous a donc fait boire la coupe de la haine de vous-même jusqu’à la dernière goutte? Ce sont des complexés comme vous qui, installés au pouvoir par ceux-là mêmes qui vous fascinent tant, sont en train de nous empêcher d’avancer.

      2
      2
    Bouzorane
    14 février 2019 - 18 h 28 min

    « …avant de se retirer et de laisser la place à une nouvelle génération… »
    Si on nous impose aujourd’hui un portrait en guise de président, je n’ose pas imaginer ce qu’on aura après… il n’y aura plus aucune limite au délire et à la stupidité

    22
    2
    Badi
    14 février 2019 - 18 h 24 min

    «Il n’y a aucune rivalité entre Messahel et Lamamra».
    Cela va de soit,ils sont les deux faces de la même pilule,laquelle consiste a faire passer coûte que coûte l’idée saugrenue du cinquième mandat auprès de l’opinion internationale qui les intéresse plus que l’avis du peuple.
    L’avenir leur démontrera qu’ils se trompent lourdement.

    18
    7
    Anonyme
    14 février 2019 - 18 h 12 min

    C’est finalement les 2 faces du même dinar troué. Quelle déception pour le petit peuple qui voyait en Lamamra un homme du peuple,un argaz bien de chez nous.
    Finalement ce n’est qu’un KDS de plus,un KDS de trop. Pauvre Algérie où les intellectuels sont condamnés soit à servir les mediocres soit à l’exclusion.

    24
    10
    Selecto
    14 février 2019 - 17 h 58 min

    Adieu Lamamra je ne fais plus parti du club de tes fans.

    29
    12
    TOLGA - BISKRA
    14 février 2019 - 17 h 28 min

    C’est la jonction et l’unification de deux compétences nationales hautement qualifiées et mondialement reconnues. Excellente initiative. Je présuppose qu’il n’y a aucune « rivalité » entre ces deux géants de la diplomatie Algérienne. BIEN AU CONTRAIRE…!!! Les « voisins » de l’Ouest doivent faire tout simplement, en ce moment, dans leurs frocs…… (Hachakoum !). Car ils savent pertinemment ce qui va leur tomber comme tuiles sur la tête dans les semaines et les mois à venir. Harro sur ceux qui haïssent notre cher pays l’ALGÉRIE !

    23
    25
      Nour
      14 février 2019 - 19 h 44 min

      Et pourquoi cette diplomatie est muette concernant la crise du VENEZUELA ?!!!

      14
      6
        Anonyme
        14 février 2019 - 21 h 02 min

        ouache men diplomtaie, ya khouya ils n’ont même pas osé dire un mot et critiquer l’arabie maudite qui massacre des milliers d’innocents et affamer tout un peuple
        Arretez de prendre les gens pour des cons
        Ils sont esclaves des satanites

        13
        5
        Anonyme
        14 février 2019 - 21 h 07 min

        ouache men diplomtaie, ya khouya ils n’ont même pas osé dire un mot et critiquer l’arabie maudite qui massacre des milliers d’innocents et affame tout un peuple, plus grave ils ont condamné les Yemenite qui se défendaient CONTRE CETTE COALITION BARBARE et tu veux qu’ils soutiennent le Venezuela

        3
        2
        TOLGA - BISKRA
        14 février 2019 - 21 h 17 min

        NOUS PARLONS, D’ABORD ET AVANT TOUT, DE MON PAYS L’ALGÉRIE. CAR SEUL LE DESTIN DE MON PAYS M’INTÉRESSE.

        3
        2
    FAID
    14 février 2019 - 17 h 18 min

    Moi le jour du vote, je donnerai ma carte de vote au cadre de bouteflika !!! tout en me faisant photographié et comme ça ouyahia la comptabilisera cela s’appelle un vote électronique ………

    22
    5
    zone autonome
    14 février 2019 - 17 h 13 min

    une alliance contre nature, un Mesahel vieux renard du serail et un intellectuel integre honnete competant mais la question qui se pose que fait Mr Laamamra chez Boutef es ce une soumission ou un arrangement en contre partie ca serait lache de sa part..

    26
    6
    elhadj
    14 février 2019 - 16 h 47 min

    peut être qu il serait pressenti pour le poste de vice président de la république,faut il cependant qu il soit et prenne en charge les doléances que la société civile ne cesse de formuler pour assainir la situation du pays et sa bonne gouvernance.la tache est certes difficile pour tout redresser en écartant les tentatives d incursion de l oligarchie mafio financiere .

    10
    14
    Bouzorane
    14 février 2019 - 16 h 29 min

    Quelle ironie du sort !!
    Celui qui répétait avec force qu’il n’est pas un trois quarts de président, se trouve aujourd’hui réduit à un portrait de président !

    38
    2
    La Viriti
    14 février 2019 - 16 h 20 min

    Aux yeux de Bouteflika, Messahel a plusieurs longueurs d’avance et une totale confiance, car il est issu du même coin. Lamamra, comme Sellal, Benyounes, Yousfi, etc…etc…sont juste l’habillage algérien du régime.

    Aux yeux de Bouteflika, la confiance aveugle est donnée à Louh, Belaiz, Bensalah et les hauts fonctionnaires issus du triangle Oujda TNT.
    Votre comparaison, cher AP, est fortuite et non avenue. Vous savez, comme nous, que les critères de compétences et d’objectivités n’ont jamais exister chez Bouteflika quandil s’agit de nommer des personnes.
    C’est d’abord la servitude et l’origine géographique qui priment.
    Par avance, merci de ne pas ( encore) censurer des propos objectifs et objectivés depuis 20 ans

    39
    7
      Nationfirst
      14 février 2019 - 18 h 32 min

      @laviriti Bouteflika n’estbps aussi regionaliste que vous les Kabyles. La preuve le système (administration, DRS, médias, FCE, UGTA, Ouyahia, Lamamra également) tout ce beau monde ne vient pas de Bechar…
      Par contre si par malheur, on a Ouyahia tu verras 100% de régionalisme.
      Par ailleurs mets toi dans ta petite tête qu’on peut être Tlémcenien et plus intelligent qu’une personne de Tizi Ouzou… Messahel est un bon et Lamamra est un bon également. Les origines on s’en fout, les Kabyles voyez plus loin que le bout de votre nez. (Mon msge sera sensuré mais au moins il sera lu)

      13
      39
        Naturalisé
        14 février 2019 - 18 h 48 min

        Arrête de traiter tout ceux qui critiquent Bouteflika soit de Kabyles soit de Marocains pour mieux cacher tes origines, il suffit pas d’avoir eu comme beaucoup de responsables depuis 1999 la nationalité algérienne par effraction pour pour être Algérien.
        Il n’ y aucune comparaison entre Lamamra et Msahel c’est le ciel et la terre.

        Hier il y a eue une manifestation contre le cinquième mandat a Oran tu vas pas traiter nos compatriotes d’Oran de Kabyles ou Marocains j’espère !

        19
        8
        La Viriti
        14 février 2019 - 21 h 22 min

        Salut NationFirst

        Je ne suis absolument pas Kabyle mais algerois avec des origines lointaine de Jijel et du Hodna
        Par contre les kabyles comme tu dis n’ont jamais été aussi féroce et sans vergogne que bouteflika en termes de régionalisme…Aucune comparaison avec le clan Oujda TNT qui a dépassé toutes les pratiques en la matière
        On n’a jamais autant entendu l’accent marocain que depuis 1999….Les kabyles question régionalisme primaire et brutal sont des enfants de coeur à côté des naturalisés et des marocains de souche qui constituent l’écrasante majorite des supporters de Bouteflika

        6
        3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.