Le RCD met en garde contre la répression de manifestations pacifiques

Mohcine RCD
Mohcine Belabbès, président du RCD. New Press

Par Hani Abdi Le RCD, qui ne participe pas à la présidentielle du 18 avril prochain, met en garde les autorités contre les provocations et la répression contre des citoyens qui manifestent les mains nues.

Dans une déclaration en réaction aux dernières manifestations contre le cinquième mandat, le parti de Mohcine Belabbès exprime «ses vives inquiétudes, d’autant que la remise en selle récurrente et grossière de la formule éculée « des ennemis de l’intérieur » a servi, en son temps, l’instrumentalisation de la violence».

«En cette veille de la journée du Chahid, nous considérons que la fin du système politique, symbolisé par la fraude à la Naegelen depuis l’indépendance, est la condition pour un renouveau national», affirme le RCD tout en appelant à «l’ouverture des espaces publics, à la vigilance et à la solidarité pour que s’ouvre une issue positive qui sauvegarde l’unité de la nation et de notre peuple».

Le RCD souligne que ces manifestations qui se sont produites dans plusieurs localités du pays ont été précédées par «les menaces des officiels contre toute velléité de résistance» au cinquième mandat.

Pour ce parti, qui s’inscrit en dehors de ce processus électoral, «l’annonce de la candidature de Bouteflika est vécue comme l’affront de plus par des populations qui assistent depuis près de vingt ans au pillage des richesses du pays par des familles oligarques sans foi ni loi».

Le RCD justifie ces appels de citoyens anonymes sur les réseaux sociaux par l’interdiction de toute manifestation publique. «Jusque-là, les responsables locaux des forces de sécurité n’ont pas relayé les avertissements publics du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, pour user de violence contre les citoyens qui expriment pacifiquement leur désapprobation dans la rue», relève ce parti pour lequel «les populations n’ont d’autres choix pour s’opposer à un système de soumission et d’humiliations que la rue».

«On en est arrivé là, et ce n’est pas faute de nombreux signaux d’alarme de partis politiques et de personnalités quant aux périls du maintien d’une gouvernance absolutiste et hors d’époque», poursuit ce parti qui milite, dit-il, «pour l’avènement de l’alternative démocratique et pacifique».

H. A.

Commentaires

    Anonyme
    17 février 2019 - 18 h 34 min

    il n’y a pas de manifestations pacifiques tout est calcule et oriente .fakou

    4
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.