Ali Laskri, coordinateur de l’instance présidentielle du FFS, annonce sa démission de l’APN

Laskri
Ali Laskri a annoncé sa démission de l'APN. New Press

Par Hani Abdi − Le député et coordinateur de l’instance présidentielle du FFS, Ali Laskri, démissionne de manière officielle de l’Assemblée populaire nationale. Ainsi donc, Ali Laskri, joint le geste à la parole en appliquant une décision de l’instance présidentielle qu’il a lui-même signée. En effet la semaine dernière, la direction nationale avait annoncé «le retrait des parlementaires des deux Chambres».

Le FFS, dans une longue déclaration commentant les manifestations contre le système politique et signé par Ali Laskri, annonçait le retrait de ses parlementaires de l’APN et du Sénat. «Le FFS décide du retrait de ses parlementaires des institutions du régime, illégitimes et impopulaires, pour lutter au côté du peuple sur le terrain», avait annoncé une déclaration en date du 6 mars, lançant «un appel à toutes les composantes de la société pour poursuivre les manifestations de façon pacifique jusqu’à l’aboutissement du combat de plusieurs générations pour une Algérie libre et démocratique».

Mais le groupe parlementaire s’est démarqué de cette décision, jugée «unilatérale», refusant donc de se retirer du Parlement. Les parlementaires du FFS saluent et suivent avec attention et espoir l’expression légitime et responsable des Algériennes et des Algériens dans toute leur diversité. Par leur mobilisation massive, ils ont démontré leur engagement et leur détermination à imposer un changement pacifique du régime qui a confisqué leur souveraineté et entraîné le pays dans l’impasse.

Dans un communiqué signé par le chef du groupe, Saddek Slimani, les parlementaires du FFS confirment qu’ils demeurent toujours au sein de l’institution parlementaire tout en continuant à être pleinement «impliqués au sein de la population dans ce mouvement populaire, pacifique et consensuel». «Convaincus que leur action doit contribuer davantage à la réhabilitation du politique, les parlementaires du FFS demeurent dans l’action, sur le terrain, pour faire triompher ce noble combat pour le changement et l’instauration de la deuxième république», concluent-ils.

Ali Laskri a lui-même confirmé que tous les députés du parti n’adhèrent pas à sa décision. Le FFS vit une crise interne depuis plusieurs semaines. Une crise qui s’est traduite par le changement du premier secrétaire et l’annonce de la tenue d’un conseil national extraordinaire en avril.

H. A.

Comment (8)

    Vroum Vroum 😶..
    18 mars 2019 - 1 h 04 min

    Allo ! , ici l’Algérie , les carottes sont cuites !..Pour les Partis Politiques FLN , FFS , MSP , Ex FIS , PT , UGTA..au musée !!….Après inventaire. . Il est temps après ces jours de grande , immenses manifestations à travers tout le Pays de trouver un interlocuteur crédible représenter les Voeux des Centaines de milliers de Manifestants , la Politique à horreur du vide !…Après avoir cherché sans trop y croire , je suis tombé sur une Personnalité tres intéressante issue du Peuple et qui m’a l’air tres convainquant et qui pourrait représenter les attentes du Peuple , qui a attiré mon attention , il s’agit de Fethi Ghares Vidéo YouTube très intéressante, titre : . ».Fethi Ghares à propos de l’élection 2019″..je l’ai visionnée et sincèrement j’ai beaucoup apprécié…Il est temps après ces jours de Manifestations de leur donner finalité , qu’un Interlocuteur puisse en être le Représentant , sinon ceux qui sont derrière le Cinquième Mandat bidon , voler au Peuple son expression par de l’enfumage . .Visionnez la Vidéo YouTube très intéressante de Fethi Ghares a propos de l’élection 2019…du MDS je crois .. .Un simple avis .

    terre a terre
    17 mars 2019 - 23 h 47 min

    On racontait cette boutade sur les mouvements trotskystes dans les années 80 :
    S’il y a 2 militants : il y a débat.
    s’il y en a 3, il y a scission.
    depuis le temps avec les démissions, les radiés, les purges etc …il reste combien de militants dans ce parti ?
    C’est dommage,car c’est sûrement le parti le plus fédérateur.

    Anonyme
    17 mars 2019 - 19 h 51 min

    FAUT QUE LA MANIF GARDE LE CAP CHAQUE JOUR A SON EFFET ET UNE VICTOIRE DE PLUS ,.SANS FLN SANS APN SANS CLAN SANS L ARMÉ SA MAJESTÉ BOUTEF N AURA D AUTRES ISSUS QUE D ABDIQUER
    tout ceux qui sont dans rue pensent déjà .et aucune rue aucune structure aucun lieu ne portera son nom ni celui de ses complices
    .sa mosquée portera cette appellation de désespéré «  »mosquée des illusions perdues » »

    Opportuniste !!!!
    17 mars 2019 - 18 h 57 min

    Comme la chanson de Jacques Dutronc: L’opportuniste! Les retournements de vestes ont déjà commencé et vont continuer. Ecoeurement et dégoût. J’espère que la jeunesse ne se fera pas voler leur révolte pacifique. attention aux manipulations, fakes news et à la désinformation. On commence à voir cela sur les réseaux sociaux avec les clowns comme Rachid Nekaz et autres/

    Muhand
    17 mars 2019 - 18 h 38 min

    J’ai jamais eu confiance en ces militants du FFS . Rester députés en soutenant le peuple c’est se moquer des gens. Tout ce qui les intéressent c’est le salaire quitte à vendre leur âme. Ils ont choisi de rester qu »ils assument leur traîtrise et que demain il ne viennent pas nous chanter un son différent. Au même titre que les harkis d’hier ces députés doivent être bannis de tout et rejeter par la société.

    7
    1
      MELLO
      17 mars 2019 - 20 h 33 min

      Nuance, nuance , l’assemblée nationale reste une institution populaire appartenant exclusivement au peuple. La ploutocratie n’à fait que privatiser cette institution. Si le FFS a décidé de se retirer c’est pour ne pas cautionner ce dialogue inutile avec les partis du pouvoir.
      Pour le FFS , patriotisme et démocratie sont inséparables . Depuis 1962, le FFS a du lutter pour empêcher qu’on piétine la démocratie au nom du patriotisme, pour ensuite se battre pour empêcher qu’on piétine le patriotisme au nom de la démocratie. Nous sommes arrivés à un stade où la conscience doit se mettre au diapason des principes. Dommage, il fallait faire confiance au FFS qui dispose d’une vingtaine d’années d’avance dans le domaine des idées politiques et même économiques.

    Anonyme
    17 mars 2019 - 17 h 53 min

    On ne peut pas danser dans deux mariages en meme temps….on doit choisir ..soutenir les revendications du peuple et demissionner ou s accrocher a un fauteuil de depute pour servir ses interets egoistes …la societe civile dispose d une tres bonne memoire et a ses propres moyens d observations au sein de l APN…..Faire partie des beni oui oui propfiteurs et opportunistes n ont qu une courte vie politique encore…..l APN est en tete de la liste des prochaines institutions a dissoudre…

    Dans la joie et la bonne humeur
    17 mars 2019 - 16 h 51 min

    Que tout les autres parties politique en fassent tous autant.
    S’ils restent c’est qu’ils sont complices avec le parti du FLN pour non assistance d’un peuple en danger éminent.
    Ne dit ont pas qui s’assemblent se ressemblent.
    Resté impassible inerte à la souffrance de son peuple c’est se rendre coupables aux mêmes titres que les responsables de se désastre dans lequel se trouve l’Algérie.
    Démissionnez tous et allons aux urnes le 18 avril élire un nouveau président.
    Et n’acceptons rien d’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.