Le chef d’état-major de l’ANP appelle à l’application de l’article 102 de la Constitution

Le chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, a appelé à l’application de l’article 102 de la Constitution qui stipule l’empêchement et qui doit se solder par la destitution du président Abdelaziz Bouteflika.

Comment (32)

    Kouder Belala
    27 mars 2019 - 15 h 35 min

    Hélas cette annonce pour appliquer l’article 102 faites par notre Général devait conformément aux lois et la constitution en vigueur, aurait du être mis en action par le conseil constitutionnelle et non pas par un militaire .Cette sortie confirme :
    1ère) La façon la plus claire, que ce conseil ne fait pas son travail depuis le début de la maladie(2013) finalement, il représente uniquement ce clan MAFIEUX et se sont arranger pour maintenir la gestion du bled dans l’inconstitutionnalité? Notre peuple doit le savoir pour l’histoire et prendre toute action futur pour dénoncé ce crime contre lui !!!
    2éme) Cela voudrait encore dire et c’est TRÈS GRAVE que le système politique de notre pays actuel RESTE toujours sous la HOULETTE des militaires???Pourtant L’article 7 de la Constitution stipule clairement que «le peuple est la source de tout pouvoir ». DONC AU PEUPLE DE PRENDRE SES RESPONSABILITÉS !!! Point BARRE ???

    El pueblo
    26 mars 2019 - 22 h 15 min

    Rien de nouveau sauf gagner encore plus de temps

    maori
    26 mars 2019 - 20 h 14 min

    La sagesse, pour ceux qui ont en , qui aiment l’Algérie et sont sincères, la sagesse donc aurait voulu que bouteflika parte à la fin de son 4ème mandat ,c’est-à-dire le 28 avril et qu’il l’annonce clairement pour éviter que la décision vienne des chefs de l’armée, ce qui engendre un autre processus quasi anticonstitutionnel, même si gaid salah laisse, en apparence seulement, aux organes constitutionnels de faire recours à l’application de l’article 102. Le départ de bouteflika aurait permis une élection présidentielle directe sans passer par aucune transition de quelque nature que ce soit. Si il reste à bouteflika un zeste de dignité et de bon sens il écrira une nouvelle lettre pour annoncer son départ à la fin de son mandat et mettre en route de nouvelles élections, qui probablement auront lieu avec un peu de retard pour permettre leur organisation et la campagne électorale des candidats qui ont déjà reçu les signatures requises et d’autres s’il y a lieu. Bien entendu, puisque bouteflika à annulé avec la plus grande célérité le budget prévu pour les élections, il faudra récupérer dare dare ces crédits qui ont été réaffectés quasiment anticonstitutionnellement. Le peuple qui est sorti dans la rue ne devra être sorti pour rien si on nous catapulte un autre bonhomme du système. Il faudra qu’il veille au grain et ressortir dans la rue si nécessaire.À bon entendeur salut……

    Excellente nouvelle mon général
    26 mars 2019 - 19 h 43 min

    Bravo mon général.
    Le peuple est avec vous.
    Il faut mettre tout ces hommes politiques actuel et aussi les anciens durant les 20 de règne de Bouteflika en état d’arrestation et confisqué leurs passeport.
    Ainsi que les affairistes Addad et compagnie.
    Le peuple et 100% avec vous derrière vous si vous le souhaitez .
    L’heure des comptes approche pour les charognards.

    Arrouf Abdelmalek
    26 mars 2019 - 19 h 17 min

    Fin de la récré

    Voilà ce qu’il en coûte de faire appel à l’armée.

    Le général est venu siffler la fin de la récréation.

    Qu’est -ce que ça signifie que Gaïd Salah vienne, aujourd’hui, « demander », en sa qualité de chef de l’État-major de l’armée nationale populaire, l’application de l’article 102 de la constitution.

    Si le conseil constitutionnel venait à obtempérer, ce qui sera certainement le cas, ça voudra tout simplement dire que l’une des tentacules du pouvoir et un des fidèles du clan, peu importe qu’il s’appelle Bensalah ou Belaiz, viendra présider l’Algérie pour une durée de 90 jours. N’ayant pas le droit de nommer un nouveau gouvernement, il organisera les élections présidentielles sous l’égide du gouvernement Bedoui, dont on ne connaît même pas la composition.

    Autrement dit, les deux principales demandes de la rue qui sont : a) le départ du pouvoir en place, avec tous ses représentants et b) l’organisation des élections présidentielles par des institutions libres, démocratiquement choisies, neutres, représentatives de tous les acteurs de la scène politique et surtout dignes de confiance ; ne seront tout simplement pas satisfaites.

    En fait, le général est en retard d’un mois. Il répond à une demande qui date du 22 février et qui n’est plus d’actualité. Il élude la principale préoccupation du peuple : trouver des mécanismes, des institutions et surtout des personnalités, dignes de confiance et aptes à organiser des élections présidentielles véritablement libres et démocratiques, dont les résultats ne seront pas falsifiés.

    A moins d’un amendement ad-hoc des dispositions prévues par l’article 102 de la constitution, en vue d’accéder aux demandes du peuple, le risque de voir les prochaines élections présidentielles se dérouler comme à l’accoutumé, reste extrêmement élevé.

    Arrouf Abdelmalek

    chaoui 40X
    26 mars 2019 - 17 h 38 min

    Enfin, une excellente nouvelle ! C’est le signe que l’Armée a décidé de ne pas empêcher le peuple de manifester et de construire son destin. Autrement, nous allions droit vers une tuerie.

    6
    7
    Anonyme
    26 mars 2019 - 17 h 29 min

    c’est la meilleur solution , il faut resté dans la constitution et ne pas faire comme les bouteflika qui ne respectent rien du tout , charge au nouveau président de former un comité d’indépendants pour changer la constitution et de façons définitive sur certaines règles et surtout le fondamentaux de ce pays amazighité islam et arabité et algérianité

    6
    10
    Anonyme
    26 mars 2019 - 16 h 46 min

    Honte à ceux qui, toute honte bue, écrivent des lettres, trustent les vidéos, nomment et décollent des cadres de valeur allant jusqu’à en emprisonner d’autres au nom d’un moribond. Honte à vous, hchouma 3lik, shame on you Brahimi. Personne ne vous a rien demandé, vous le fossoyeur des peuples libanais, afghan, irakien, syrien, qui êtes venu mettre le pays sous tutelle en nous conseillant un dialogue avec les mêmes gens de sant’Egidio et les assassins du FIS. Vous auriez pu rester chez vous à Londres où à Paris ou tout simplement à Amman. Non vous avez débarqué pour participer à une sordide mise en scène. VADE RETRO SATANAS. Et emmenez avec vous tous vos conseillers de malheur. Vive l’ANP.

    10
    6
    ALI
    26 mars 2019 - 16 h 40 min

    Bravo mon général, bravo à l’armée algérienne qui ne fait qu’un avec le peuple, aussi il faut donner des instructions pour capturer tous ces gangsters avant qu’ ils ne quittent le pays.

    12
    14
    Indécrottable Gaid Salah !
    26 mars 2019 - 16 h 39 min

    çà y est , c’est fait ! C’est l’armée qui demande l’application de l’article 102 et non le Conseil Constitutionnel, encore une bizarrerie du pouvoir et du cabinet noir !

    17
    5
      C'est dans le bon sens
      26 mars 2019 - 16 h 55 min

      Celui choisi par le peuple souverain

      4
      4
        IhawHaw
        26 mars 2019 - 20 h 52 min

        tu applaudis à la grande « HACH YA ». Tu auras un autre boutef déguisé en un comparse du système qui ne fera que régénérer le pouvoir combattu par des millions d’Algériens. Fik….ouvre les yeux. Si « les décideurs » voulaient du bien au pays ils l’auraient fait en 2013 et nous éviter le mandat de trop…le 4eme obtenu sous les lambris de la République Française.

        5
        1
    Enfin on y est en Algèrie_2013
    26 mars 2019 - 16 h 36 min

    Notre pays et tous ses enfants intègres et honnêtes prient pour une solution définitive et espèrent une contribution de toutes les bonnes volontés pour que d’autres ne nous fassent pas perdre encore du temps très précieux pour le relever.

    5
    4
    elhadj
    26 mars 2019 - 16 h 30 min

    enfin une mesure de sauvegarde du pays ,cependant les citoyens qui ont fait preuve de grand civisme,de maturité,de discipline et d une grandiose cohésion devront se méfier de ces fausses nouvelles diffusées anonymement et a dessein sur le Web tendant a créer le désordre et l affaiblissement de leur volonté de changement du système.les appels a la gréve ,a la désobéissance civile,au refus de règlement des charges domestiques devront être ignorées de ces interventions télévisées de ces pseudo propagandistes d un courant dépassé par les événements .notre nouvelle république devra être démocratique et sociale tout simplement regroupant tous les citoyens de toutes sensibilités sans exploitation de la religion ni aucune autre tendance qui nous divise. méfiez nous des actions des gens de l ancien système qui pourraient tout exploiter pour créer le désordre

    6
    7
    Lghoul
    26 mars 2019 - 16 h 24 min

    Enfin la raison prend le dessus sur la folie du pouvoir. Cet appel est le début de la vraie indépendence de la RADP. Si l’ANP joue son vraie rôle d’arbitre et de la sauvegarde de la constitution et de l’état de droit, nous SERONT le premier vrai pays démocratique d’afrique. Cette même ANP ne manquera pas de recevoir des ELOGES de tous les coins de la planète. Je vois des déja des jaloux dans les parrages. Surtout nos « frangins ». Avec une telle approche de transparence et d’application de la loi et de la protection des libertés et de la démocratie, tout algérien ou qu’il se trouve, même chez les esquimaux, aidera autant qu’il le peut son pays. Tout le monde reviendra contribuer, travailler aider et retrouver son pays de nouveau. Une chose surprenante est la nouvelle solidarité affichée entre tous les algériens durant les manifestations. Un peuple solidaire, fort et sur la même longeur d’onde ne pourra jamais échouer. C’est de tout cela que la 2ieme république, démocratique et UNIE sera née. Finis les divisions, le favoritisme, le régionalisme et la haine entre citoyens. C’est quoi alors la conclusion ? L’Algérie a donné la leçon suivante au monde: Elle est dotée d’un peuple et d’une armée murs qui pourront etre l’exemple pour la démocratie et le « fair-play » pour toute la planète. Dans toutes les révolutions futures au monde, notre peuple et notre armée seront cités et pris comme exemples d’exellence et de transitions pacifiques. L’Algérie est en train d’écrire l’histoire du pacifisme sur terre.

    8
    5
    Anonyme
    26 mars 2019 - 16 h 23 min

    Interdiction de sortie des bénéficiaires des centaines de milliards$ siphonnés. Ils sont connus et ceux qui se trouvent à l’étranger doivent etre convoqués si les respectives chancelleries de leurs refuges tergiversent on romp les relations. Les limites du nouveau parcours doivent donner un avant gout clair, sinon autant laisser la place aux prédateurs.

    13
    1
    Zaatar2
    26 mars 2019 - 16 h 22 min

    Ça ne va rien changer. C’était et c’est toujours l’armée qui dirige le pays. Ils vont s’arranger pour mettre en placeNous une nouvelle marionnette et le système perdura. Nous aurons un scénario à l’égyptienne mais en soft. Nous serons toujours le pays aux révolutions inachevées. Jamais deux sans trois. A bon entendeur salut

    20
    11
    Encore une bizarrerie du pouvoir !
    26 mars 2019 - 16 h 11 min

    C’est encore l’armée qui annonce la vacance du pouvoir et non le Conseil Constitutionnel, encore une bizarrerie du pouvoir et du cabinet noir ! Dans ce cas là après 45 jours d’attente à partir du 18 (ou du 28) avril , il sera décidé avec les 3/4 des deux chambres réunies , de l’organisation d’une élection présidentielle dans les 90 jours suivant. C’est le Président du Conseil de la Nation Abdelkader Bensalah qui sera intérimaire du Chef de l’Etat. Mais il me semble bien que Bensalah soit du RND. Comment va réagir le FLN ?

    Cette solution arrange le pouvoir, et le pouvoir seulement, car elle se fera probablement avec les mêmes personnels politiques et institutionnels en place et probablement avec le même Etat Major de l’Armée même si Gaid Salah pourrait être mis en marge pour la forme ! Comment va réagir la rue, je n’en sais strictement rien!

    Moi, en ce qui me concerne, comme je l’ai toujours dis, je ne suis pas d’accord avec une solution Constitutionnelle mais plutôt pour une solution politique (du fait de la situation institutionnelle ubuesque et inédite provoquée par la décision de Bouteflika en décidant sine die du report de l’élection) qui se traduira par une remise symbolique du pouvoir par Bouteflika (par lettre comme le pouvoir a l’habitude de nous faire) à une instance de gestion de la Transition. Mais bon chacun son avis. Moi, en ce qui me concerne, je n’ai jamais entendu un seul manifestant depuis le 22 février appeler à l’application de l’article 102. Je n’ai rien vu de tel sur aucune pancarte ni banderole !

    Bref, on verra comment la société va réagir ! Peut-être qu’il y a eu un accord avec les « forces du changement » et le « cabinet noir » mais que rien n’a été révélé ou rendu public ! Si c’est le cas c’est encore plus grave ! Bon courage à tous et à l’Algérie !

    11
    5
      chelabi
      26 mars 2019 - 17 h 35 min

      Je partage vos arguments. Nous sommes devant un fait accompli. La souveraineté populaire est mise sous le boisseau. Une fois de plus la grande muette, qui n’est pas si muette que ça, a parlé. Une fois de plus le bruit des bottes transcende les aspirations populaires à vouloir bâtir une démocratie par le peuple et pour le peuple. L’armée, je le dis et le répète, est le plus grand problème de notre pays. Les hommes politiques, fussent-ils présidents, ne sont que des marionnettes entre ses mains.
      Quand nous appelons au départ du système, nous disons aussi l’armée dans les casernes. Mais Gaid Salah ne l’entend pas de cette oreille. Il y aura un mon avis une troisième mi-temps car les choses ne se passeront pas selon le bon vouloir de l’armée. Loin s’en faut!

      3
      4
    Chelabi
    26 mars 2019 - 16 h 10 min

    Il faut que le peuple reste vigilant. L’armée dans les casernes. Le processus politique doit continuer avec les hommes politiques.

    8
    3
    Algerien lambda
    26 mars 2019 - 16 h 05 min

    C’est ainsi que prend toute sa signification le slogan poussé depuis 5 semaines par des millions d’Algériens :
    JEICH CHAAB KHAOUA KHAOUA  »
    Vive l’Algérie

    8
    2
    Mhand
    26 mars 2019 - 16 h 01 min

    Espérons qu’il ne s’installe pas lui-même ou que quelqu’un de ses amis en tant que président! Mais tout cela est une bonne nouvelle pour notre pays, s’il est porteur de bonnes intentions.

    3
    2
    Luza
    26 mars 2019 - 15 h 51 min

    Ouf! Tout le monde attendait ce moment de délivrance ! Elhamdou lillah ya Rabi!
    L’application de l’article 102 mettrai fin à des éventuels dérapages constitutionnels, et représente en soi une sécurité pour le pays,tout en signant le grand début inchallah pour une véritable transition démocratique.
    Les choses sont entrain de bouger:
    -Un trou financier de + de 5 milliards de dinars a été détecté dans les comptes du Fonds National d’investissement ( FNI).
    -Les capitaux quittent l’Algérie:
    des hommes politiques et des hommes d’affaires seraient entrain de transférer leur biens,chiffrés à des milliards,vers l’étranger.
    Maître Mokrane Larbi avait raison de tirer la sonnette d’alarme il y’a 2 jours de cela. Il a d’ailleurs adressé une lettre au procureur général de la cour d’Alger pour appliquer l’article 36,qui stipule que des poursuites peuvent être engagés contre les corrompus, sans qu’il y ait dépôt de plainte.

    10
    4
    Nad
    26 mars 2019 - 15 h 45 min

    Pour être remplacé par un autre cacique du régime,le président du Sénat et qui ne répond même pas aux conditions de la constitution à savoir la nationalité algérienne d’origine(la sienne,il l’a acquise en 1969 à l’age de 30 ans)……Faut-il élire un autre président du Sénat avant toute chose ou pire passer au Président du conseil constitutionnel ou encore comble de l’ironie passer au président de l’APN en troisieme etape?

    8
    7
      Ce n'est qu'un début
      26 mars 2019 - 16 h 15 min

      En effet Benslah n’est pas digne d’occuper le poste qu’il occupe mais grâce a Bouteflika il n’est pas le seul algérien de papiers occupant une haute fonction.
      Sous Bouteflika l’Algérie était entre les mains d’une bande de naturalisés et de délinquants en cols blancs qui ont vidé les caisses grâce a la France qui leur accordait les mandats présidentiels.

      7
      3
    Citoyen Dz
    26 mars 2019 - 15 h 41 min

    C’etait la seule et unique voie pour sortir le pays de l’impasse et surtout de la ruine , sachant que la momie n’aurait jamais accepter de demissionner . ( L’autre variante etait que les manifs l’EXIGENT ) . Bravo mon Général .

    6
    6
    Med
    26 mars 2019 - 15 h 41 min

    Bravo Gaid Salah. Et maintenant interdiction de sortie de toute la mafia du territoire national. Bientot les corrompu devant la justice du peuple

    9
    6
    Zenaty
    26 mars 2019 - 15 h 38 min

    Vive les Patriotes Algériennes, Algériens,
    De L Armée aux Simples citoyens.. VIVE L ALGERIE…

    7
    4
    Anonyme
    26 mars 2019 - 15 h 37 min

    Mabrouk 1000 milliards de mabrouk pour le peuple Algérien. Journée historique !

    9
    4
    Mir
    26 mars 2019 - 15 h 28 min

    SUPER ! les choses sérieuses commencent enfin
    Bouteflika est fini.
    Au peuple de construire la suite

    13
    4
    guelel
    26 mars 2019 - 15 h 25 min

    Merci mon general.

    9
    4
    Fettou
    26 mars 2019 - 15 h 22 min

    Enfin , il était temps

    14
    5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.