Réédition d’un livre du général Nezzar sur Bouteflika saisi par l’ex-DRS en 2003

Nezzar Bouteflika
Abdelaziz Bouteflika au faîte de son pouvoir. New Press

Par Kamel M. – Le général à la retraite Khaled Nezzar s’apprête à rééditer un livre qu’il avait édité durant le premier mandat de Bouteflika, mais dont le contenu incisif avait poussé les services de sécurité à empêcher sa vente, en achetant la quasi-totalité de l’ouvrage édité en Algérie et en France.

Le livre, Bouteflika, un mandat pour rien, dénonçait, avant même la fin du premier mandat, les travers de la gouvernance autocratique de celui qui allait s’assurer trois mandats supplémentaires et régner sur le pays sans partage durant vingt longues années.

Bouteflika, un mandat pour rien revient sur le choix qui avait été porté sur Abdelaziz Bouteflika en 1994 avant que celui-ci s’envole pour un pays du Golfe la veille de l’annonce de sa désignation pour assurer la transition politique après la fin du mandat du HCE. L’auteur évoque une «journée des dupes, des manœuvres et des psychodrames», en parlant de cette «désertion» à la dernière minute du «moins mauvais des candidats».

L’ancien ministre de la Défense nationale relevait, déjà, dans son livre les «premières fausses notes» dès l’avènement du successeur de Liamine Zeroual et pointait les «outrances de langage» de «l’homme des brusques variations». Il s’interrogeait si la prise du pouvoir par Abdelaziz Bouteflika, sous l’effet du «syndrome de Sissi», était un «retour» ou une «réappropriation», tout en relevant que le locataire d’El-Mouradia, «communicateur exclusif», avait «érigé le régionalisme en raison d’Etat» et fait siens les «procédés de la mafia».

Le général Khaled Nezzar fustigeait aussi la mainmise de la famille Bouteflika sur le pouvoir, condamnant au passage la «tactique du double discours», tout en évoquant les affaires de corruption, notamment le dossier Khalifa, et le pourrissement entretenu en Kabylie.

Le livre se voulait une mise en garde contre un deuxième mandat en faveur de Bouteflika. Une position partagée par l’ancien chef d’état-major de l’ANP à l’époque, le défunt général Mohamed Lamari, qui avait dû démissionner dès la promulgation des résultats donnant le candidat à sa propre succession «vainqueur» de l’élection présidentielle de 2004 devant son ancien Premier ministre, Ali Benflis, qui avait, lui aussi, compris la menace que représentait pour le pays le maintien des Bouteflika au pouvoir.

K. M.

Comment (52)

    djamel eddine el Kaddari
    2 mai 2019 - 23 h 22 min

    Je peux croire a Nezzar mais ce qu’il ne dit pas est comment Boueflika s’articule sur le lobbys juifs Algero-marocain et ses fondations dans la sphère du pouvoir. et j’ajoute que toute vérité qui n’implique pas les juifs Algero-marocain n’est que demi vérité.
    la République a été sauver certainement mais par celui qui la mis dans la merde le FIS ne devait pas exister ni toute autre partie a caractère Religieux ou culturel. ce qui me fait rappelé la circulaire Michel 32 et le crise berbère 47-49
    Lors de la 1er compagne présidentiel de Bouteflika, il a déclaré que  » le PHŒNIX RENAÎTRA DE SES CENDRES » c’est fou ce qu’il a dit

    Menhir
    1 mai 2019 - 16 h 32 min

    La famille Bouteflika and co doivent être jugés sans pitié, ce sont des ennemis de l’Algerie. Cette énergumène qui a vécu dans les pays du golfe aurait dû se dire je vais faire de l’Algerie un pays développer mais au lieu de cela ils ont utilisé l’Algérie comme tiroir caisse

    Watani
    1 mai 2019 - 16 h 27 min

    En ces temps très difficiles, mais exaltants, pourriez-vous par solidarité mettre en ligne gracieusement votre livre, qui je suis sur rencontrera un écho des plus favorable. Bien à vous mon général.

      hafid-bouzarea
      2 mai 2019 - 0 h 19 min

      on n’a qu’à mettre les exemplaires saisis par les services de sécurité à la disposition du public gracieusement.

    d'ap. Chawki A
    1 mai 2019 - 13 h 39 min

    Docteur, le pays est dirigé par un pervers narcissique depuis 20 ans. C’est un homme qui se croit supérieur aux autres et ressent un besoin exacerbé de se faire admirer. Il manipule nos proches et ne ressent aucune culpabilité lorsqu’il blesse les autres, surtout moi. Que dois-je faire docteur ?» –  Vous êtes en face d’un cas typique de pervers narcissique, atteint d’un trouble de la personnalité, une image dévalorisante de lui-même qui se valorise en rabaissant les autres. Il est souvent séduisant et sympathique, flatteur et charmeur.

    Le profil nous est connu, il entretient une communication floue, change fréquemment d’opinion, raconte des mensonges, devient très jaloux, incapable d’avouer ses torts ou d’assumer la responsabilité de ses actes. «Oui, il n’est pas conscient du mal qu’il provoque, incapable de reconnaître les besoins ou les sentiments d’autrui, est continuellement en quête de reconnaissance ou de succès. Que dois-je faire, docteur ?» – Vous ressentez de la culpabilité, dévalorisée, face à de nombreuses critiques et ne plus vous sentir vous-même.

    Vous devez faire attention à tout ce qu’il dit et fait pour ne pas le contrarier, vous êtes bien victime d’un pervers narcissique. Les causes de ce trouble sont à la fois complexes et inconnues. Une enfance dysfonctionnelle, enfants surprotégés ou négligés, pourraient en être les causes. «Oui mais que dois-je faire, docteur ?» – Les personnes narcissiques ignorent l’existence du trouble de la perversion narcissique ou ne conçoivent pas qu’il puisse exister.

    Mais bien que les causes précises soient peu connues, on suppose un dédain parental des besoins ou des peurs exprimées durant l’enfance, un manque d’affection et de reconnaissance, un abus
    un abus émotif ou de la négligence.  «Ça va docteur, qeleqtni et j’ai bien compris, mais que dois-je faire ?» – C’est tout le problème, un certificat médical ne peut le rendre inapte à rester avec vous. Il faut vous battre, je vous souhaite bon courage. Cette séance vous sera facturée 1000 milliards de dollars. Merci.

    Anonyme
    1 mai 2019 - 13 h 19 min

    S’il vous plaît AP, (ou tout autre patriote) indiquez nous quand paraîtra ce livre et où il sera disponible. Merci.

    Linguistique
    1 mai 2019 - 13 h 17 min

    S’il vous plaît AP, indiquez nous quand paraîtra ce livre et où il sera disponible. Merci.

    Kerboub
    1 mai 2019 - 9 h 47 min

    A.Bouteflika L’ILLUSION DE GRANDEUR mais RÉALITÉ DE DÉCADENCE d’un petit esprit issu d’une IMPOSTURE…un personnage de FICTION qui voulait croire qu’il incarnait l’ALGERIE et qui se persuadait d’être un grand de ce monde…Mais L’HISTOIRE est IMPITOYABLE quand le PEUPLE ALGÉRIEN s’est mis en mouvement pour forger son DESTIN avec la massue de la raison et le glaive de la loi.
    Gloire à NOS CHOUHADAS EL MAJD LI CHA3B EL DJAZAIRI
    SELMIA

    12
    2
    IhawHaw
    30 avril 2019 - 21 h 15 min

    Le fait d’avoir confié les rênes du pays à un « détourneur » de fonds publics, à un voleur de basse catégorie ne peut engendrer que les résultats que l’on connait aujourd’hui. On dit bien qui vole un ouf volera un bœuf. En plus il a élargi le cercle à la plupart des composantes de sa dechra. Par la grâce du peuple souverain il a fini dans les égouts de l’histoire. Le plus marquant dans cette affaire …c’est que pour 10.001 dinars DZ détournés, les auteurs de ceci passent devant le peloton d’exécution car condamnés par le tribunal spécial pour les infractions économiques mis en place par Boumédienne. Quand on voit les milliards détournés (et en devises fortes entre 1965 et 1978) par le ministre des étranges affaires de l’époque….on chavire tout simplement mais en se posant tout de même certaines questions?????

    26
    2
    Bouzorane
    30 avril 2019 - 20 h 19 min

    Pourquoi, lors de la 1ère guerre du golf, on nous passait tous les jours à la télé un soi-disant général egyptien, un certain chadli saad eddine, faisant des pseudo-analyses militaires sur le dénouement de la guerre??
    Pourquoi ce ne fut pas un général Algérien, un intellectuel tel que Nezzar, pour nous expliquer la guerre du golf. D’autant plus que tous les pronostics du « militaire » egyptien se sont avérés faux!

    20
    6
      Zaatar
      30 avril 2019 - 21 h 15 min

      Tout le monde sait que les égyptiens sont de piètres soldats et de piètres officiers. Durant la guerre des six jours, ce sont les officiels algériens qui leur donnaient du courage. Et plusieurs de nos officiers sont morts à cause des égyptiens notamment nos pilotes de chasse sur Mig21.

      16
      3
      Bouzorane
      1 mai 2019 - 18 h 14 min

      Ce n’est pas ce que je voulais dire!

    Le Berbère
    30 avril 2019 - 14 h 19 min

    L’image qui accompagne l’article est humiliante pour nous les algériens . Un saboteur de la nation algérienne qui marche en toute sécurité au milieu des jeunes militaires algériens qui devraient être là pour protégé l’Algérie et son peuple. 20 ans de magouilles et de mépris envers les algériens par une famille de … marocains . Je porte la responsabilité à ceux qui ont contribué à l’installation à la tête de l’état algérien depuis 1998 de cette famille de r… de l’Ouest de pays . ….il y’avait des signes précurseurs dès l’arrivé au pouvoir de ce clan qui indiquent clairement le trajectoire chaotique bien dessiné par le clan de Oudjda pour l’avenir de l’Algérie. L’officialisation de l’arabe dans un pays amazighe, la concorde civile qui à blanchi la totalité des criminels sanguinaires des groupes islamistes radicaux, la prolifération des sectes et des escrocs guérisseurs dans société algérienne , et le comble du tout c’est cette mafia qui à détourné une partie de l’argent public de peuple algérien , une mafia locale avec des complices étrangers ( libanais, Turcs, égyptiens, marocains, émiratis..ect) ..Voilà le grand tableau sombre dessiné par le grand génie de la république Fakhamatouho et sa famille de voleurs…Cette fois-ci , ce n’est pas  » la valise ou le cercueil  » comme en 62 , c’est plutôt  » la tôle, la matraque et juste après c’est l’expulsion de notre pays sans argent sans gloire « 

    44
    11
    Zaatar
    30 avril 2019 - 14 h 16 min

    De part les dernières déclarations de Gaid Salah aujourd’hui sur la corruption et sa position vis à vis du peuple et ses intentions du respect de la Constitution et des institutions de l’Etat pour œuvrer à réunir les conditions nécessaires à l’organisation des élections présidentielles, On pourra affirmer sans aucun doute possible que le général de pacotille roule pour Said Bouteflika…et que c’est ce dernier qui est derrière toutes les décisions prises jusqu’à présent.

    33
    18
      Anonyme
      30 avril 2019 - 15 h 02 min

      Général de pacotille? Et les intellectuels de pacotille et obséddés des claviers, qu’en dites vous?

      Vous êtes dérangés, que le peuple s’est rangé derrière l’Armée et son Chef pour éviter le partage de l’Algéie?

      Allez voir Ferhat Mehenni. Il vous donnera de ses tranquilisants contre la folie.

      26
      32
        NasserS
        30 avril 2019 - 20 h 21 min

        un nouveau souffre-douleur !!!!
        Eh oui ! Ferhat ne bénéficie pas de la même tolérance qu’Abassi Madani. Pour l’un, qui n’a encore tué personne, on demande l’excommunication ; pour l’autre, qui s’en va sur un génocide, on supplie Dieu de “l’accueillir en son vaste paradis” ! Obsèques télévisées et gare à ceux qui viennent perturber le sommeil éternel du “cheikh” en rappelant ses œuvres !
        Ferhat, en se renfermant sur sa kabylité, fait le constat de l’échec du combat pour la démocratie et l’identité et contre les idéologies sectaires.

        16
        9
        Zaatar
        30 avril 2019 - 21 h 18 min

        Ici on a plutôt à faire à un déjanté qui lit les informations à l’envers. A moins qu’il ne soit un distributeur ou un consommateur de cachir. Oua el3ilmou lillah.

        4
        2
      Abou Langi
      30 avril 2019 - 16 h 40 min

      Kiskondizi ? La stratégie du pourrissement ou du wintahtah .

      Moua ghadhni kane hadek le Dindou qui attend que le gininar digage le 6tème.

      koum les garnouilles de la fable qui voulait un roi.

      Woullah qu’il regrettera le ta où il attendait Godot !

      2
      2
    ZYGOMATIQUE
    30 avril 2019 - 13 h 56 min

    N’ont-ils pas trouvé autre chose à leur mettre sur la tête….

    1
    1
    Brahms
    30 avril 2019 - 13 h 30 min

    Said Bouteflika finira au cachot comme Moubarak pour tous les dossiers de corruptions ..
    Aucune pitié, car ces délinquants financiers ne se gênent pas pour dépouiller le peuple en le laissant dans une misère impensable pendant des années. La sanction sera utile sinon on passera pour des clowns à l’étranger, la république bananière c’est terminée, il faut donc taper au portefeuille, à la banque et sur les biens immobiliers en fouillant leurs appartements via des perquisitions. Rappelez vous de la bibliothèque de Ben Ali (Tunisie) sur You tube où il y avait des paquets de dollars, d’euros, des parures de bijoux, des voitures de luxe dont une Ferrari.

    22
    2
      A wineth
      30 avril 2019 - 20 h 56 min

      Moubarak au cachot?
      Depuis quand et où et comment?

    SI KADDOUR
    30 avril 2019 - 13 h 22 min

    Est si les Bouteflika ne sont pour rien;et ce n’est pas de leur faute de trahir toute une nation qui l’aura donnés tout;le pouvoir,la gloire,la richèsses,et les coffres fort d’une nation répétée guerrière,car la trahison est née au Maroc et ses ADN demeurent à jamais dans cette monarchie d’ingrats et laches;sinon comment osé trahir une nation qui vous donne tout

    10
    22
      Lyes Oukane
      30 avril 2019 - 14 h 22 min

      @ Si Kaddour . Bonjour , quand on ne veut pas trahir son pays on démissionne ,on désigne ceux qui vous font chanter ,on alerte ,on demande de l’aide… bref ,mille façons de se défaire des parasites . Les vrais hommes se font sauter la cervelle plutôt que de se voir rabaisser à simple larbin .
      Celui ou ceux qui n’ont rien dit pendant 20 ans sont ,au minimum , complices . Toutes autres suggestions visant à dédouaner les voleurs ne peut qu’être de la pure fiction rocambolesque pour ado pré pubère boutonneux .

      31
      4
    Le Choix Suicidaire !!?
    30 avril 2019 - 12 h 59 min

    L Armée est Responsable de toute cette perte de temps et du Désordre de Notre Nation … Comment les décideurs avec tous les moyens a leur disposition n ont pas détectée LA MALADIE DU POUVOIR ABSOLU du malade BOUTEFLIKA !!? Un vrai DANGER pour la NATION qu on classer du  » moins mauvais  » quelle grosse erreur de JUGEMENT de tout les services du DRS de l époque !!! Alors chantez (L ARMÉE) maintenant et trouver les clefs de la solution pour que le PEUPLE puisse vous pardonner …

    25
    6
    Anonyme
    30 avril 2019 - 12 h 26 min

    Tout événement historique produit continuellement ses conséquences qui à leurs tours président à leur futur, et un simple incident dans le passé peut influer sur un grand événement qui surgira bien plus tard au détour d’un présent événementiel mal géré par ses contemporains.

    La prise de pouvoir par la force du canon et de la baïonnette au lendemain de notre indépendance confisquée était la faute politique originelle qui a fait dévier les nobles objectifs de la plateforme de la Soummam.

    L’assassinat de Houari BOUMEDIENNE en est le second fâcheux écart ayant balisé, de façon irréversible, la voie funeste qui nous a menées vers la décennie noire avant de nous faire échouer, pieds et poings liés, dans le sordide régime de Zeralda.

    On ne saurait parler de ce qui s’est passé en terre algérienne sans évoquer les pratiques occultes du service secret à l’international –plus particulièrement, d’un petit groupe d’officiers de renseignement de diverses nationalités, efficacement connectés entre eux-, des officines sorties grands vainqueurs de la guerre froide et à qui les maîtres du jeu politique mondial du moment ont fait subtilement changer le fusil d’épaule.

    Abdelaziz BOUTEFLIKA n’était qu’un petit pion au service exclusif d’une dame que la politique de la ruse a fini par dépraver et d’un roi que ces propres lobbys ont déchu.

    Trahison jamais ne prospère comme on dit, car si elle prospère, nul n’ose l’appeler trahison.

    8
    1
    Anonyme
    30 avril 2019 - 12 h 03 min

    attention voud attisez le regionaisme .les gens de l’est sont trop reguobalistes

    7
    4
    dal G ri
    30 avril 2019 - 10 h 57 min

    QUANT JE REGARDE LA PHOTO JE ME DIT QUE C EST BEAU LE POUVOIR ET JE COMPREND L EFFET DES BOULONS
    PAR CONTRE POUR LA TENUE DES GARDES DOIT ÊTRE DIVERSIFIÉE UNE POUR CHAQUE RÉGION QU ILS NE SE SENTENT PAS REFOULER OU MOINS REPRÉSENTÉE Y A PAS QUE LES CHAOUI EN ALGÉRIE OUI POUR LA MÊME PRIX ON PEUT FAIRE MIEUX
    Y A OULED NAIL ? NOS TOUAEGS NOS KABILES NOS MZABS DU COTÉ DE L ORANNAIS ET DE L EST ,,EN FIN TOUT QUOI?

    3
    16
      Ayweel
      30 avril 2019 - 12 h 17 min

      Y a Dal, ne pense pas de cette manière et ne sois pas de ceux à qui on a injecté une culture de farek tassoud. Ces pauvres gardes ne portent pas une tenue chaoui comme tu le penses. A part ce qui paraît comme un barnouss, symbole culturel pour tous les algériens. Un tarbouche et un trellis rouge n’ont rien d’algérien, je ne suis pas sûr mais je crois que cette tenue officielle à quelque chose à voir avec les traditions turques. Encore une chose, sache que le terme chaoui ne fait pas partie de la terminologie du parlé des algériens natifs des Aurès. Avec tous mes respects.

      15
      Algerien Pur Et Dur
      30 avril 2019 - 12 h 52 min

      Ah bon pour toi c’est une tenue traditionelle chaoui, assumant que je t’ai compris. Tu ne connais rien des chaouis et apparement sur tous les plans.

      14
      1
    Révélation
    30 avril 2019 - 10 h 23 min

    Je me suis rendu a la bibliothèque du centre culturel algérien en 2002 pour me documenter sur le terrorisme en Algérie dans le cadre d’un mémoire, a ma grande surprise les seuls documents qu’on m’a donné c’étaient un dossier de presse tiré des journaux étrangers principalement marocains condamnant la « dictature » et les « crimes » des généraux Algériens et le général Nezzar avait la part belle dans ses dossiers, ces dossiers sont toujours offerts aux chercheurs qui travaillent sur la situation en Algérie.

    A l’époque le directeur Taleb Bendiab Mokhtar décédé depuis était un ami d’enfance de Bouteflika né a Ahfir au Maroc.

    25
    3
    Précision
    30 avril 2019 - 10 h 14 min

    Au sujet des bourses d’études a l’étranger les étudiants de Sidi Belabbas avaient dénoncé leur exclusion au profit des étudiants de Tlemcen mais même de Tlemcen les étudiants de conditions modestes sont exclus de ce droit.

    Anonyme
    30 avril 2019 - 10 h 13 min

    ainsi l’auteur des propos sur « le moins mauvais des candidats » se serait apércu avant la fin du premier mandat, que Bouteflika etait le plus mauvais des candidats….Merci à hocine ait ahmed, ahmed taleb el ibrahimi, mokdad sifi, youcef el khatib, mouloud hamrouche et djaballah….

    17
    1
      Kadouri
      30 avril 2019 - 22 h 24 min

      Anonyme, explique nous pour quelle raison vous remerciez ces personnalités qui sont aussi complices depuis 1962 avec le clan de Oujda et ses Kabyles qui ont la mains mise sur le pays.
      La situation dans laquelle se trouve le pays aujourdhui , toute ses personnes que tu a citer ont une très grande part de responsabilté car chacun d’entre eux s’est contenté du poste qu’on lui offrait et Ait Ahmed lui il s’est contenter de la villa qu’on lui a offert et qu’il a revendu à 55 milliards qu’il a fait sortir illégalement vers la suisse en plus des sommes qu’on lui offrait pour jouer le lièvre jusqu’à sa mort (serviteur du DRS= faux opposant)

      3
      5
        Anonyme
        1 mai 2019 - 16 h 35 min

        le silence est la meilleure des réponses pour ceux qui vivent d’idées reçues et qui n’ont pas la perspicacité nécessaire pour comprendre les subtilités des commentaires…..

    Abou Langi
    30 avril 2019 - 10 h 02 min

    Allélua!

    Enfin , nous allons sans doute savoir comment toute cette histoire s’est tramée. L’ancien DRS qui a sauvé Boutef avec l’argent du contribuable et qui a récidivé ces derniers temps.

    Dommage que ce livre date d’avant 2003 . J’aurais aimé qu’il soit réactualisé pour que l’on puisse être aidés à comprendre ce qui se trame actuellement.

    Parce que moua avec mes trois neurones invalides je ne fais que me poser des questions qui me courcircuitent les synapses.

    J’ai l’impression qu’on fait exprès de m’expliquer pour que je ne puisse rien comprendre . Et quand Zaatar et Abou Stroff s’y mêlent c’est encore pire. Soit ils ont encore moins compris que moua soit ils ont mieux compris mais qu’ils font exprès de me zapper des épisodes, ce qui n’est rien d’autre qu’une complicité d’abus de recèle d’informations secrètes capitales.

    11
    1
    Hkm Chao
    30 avril 2019 - 9 h 21 min

    Je mets aussi du sens à ‘ L’arène de la polémique’. Voici un de mes extraits: « …A une certaine période chronologique, dans le monde méditerranéen ou l’eau à boire était si claire à engorger les Dardanelles, et à en croire la protohistoire, le fer était moins jeune que le bronze. Il n’était pas admis que la notion d’âge reflète l’aspect externe de la matière, mais jusqu’à ce que la numérologie mette du sens à l’histoire, la succession du fer au bronze et au bois s’était étendue et rendue aratoire. Ossement sur ossement, et après la datation de la crypte, la ferronnerie est devenue le symbole de l’outillage et de l’armement. Ere après la plus âgée des diagonales de la haine, des pierres tombales et édifices furent élevés et surélevés, des clés tranchantes furent maçonnées pour faire surgir les sèches gerbes du burineur. Sous l’os adaptatif de la seiche, le maitre des lieux sableux et herbiers entama ainsi l’art du camouflé et de la dissimulation pour coudre, sculpter et peindre le blason des âmes ».

    4
    2
      Abou Langi
      30 avril 2019 - 10 h 11 min

      Merci cher Hkm Chao pour cette explication anticipée. Votre texte devrait servir de notice accompagnant la future édition pour qu’on puisse comprendre le mode de compréhension.

      Je ne suis pas sûr de pouvoir comprendre le livre , mais kisk je me sens bien. L’effet placébo ???

        Zaatar
        30 avril 2019 - 10 h 29 min

        On se sent plutôt rajeuni. Ah si jeunesse savait. Dans toute cette histoire où la bourrique a toujours occupé le haut de la scène on se sent effectivement bien, sans même avoir dépensé une once d’énergie à la réflexion.

        7
        1
      hafid-bouzarea
      2 mai 2019 - 0 h 32 min

      Pédant : Personne qui fait étalage d’une science souvent superficielle ; cuistre.
      Pédant : Personne qui étale avec vanité des connaissances souvent mal assimilées.
      المتحذلق En arabe :

      tu m’as compris?

    BISKRA
    30 avril 2019 - 8 h 51 min

    Le livre est telechargeable sur internet.

    14
    Zaatar
    30 avril 2019 - 8 h 07 min

    Le général Nezzar aurait pu intituler ce livre « La malédiction Bouteflika sur l’Algérie ». Il a mis le titre « Bouteflika un mandat pour rien » je ne sais pour quelles raisons. En fait, le général Nezzar avait déjà humé les pensées du l’ex président et de son clan à la manière de Mohamed Benchicou qui avait écrit « Bouteflika une imposture algérienne » pour lequel ça lui avait coûté deux ans de prison ferme. En fait tout le monde savait ce qui se tramait contre l’Algérie mais ceux qui pouvaient agir étaient ligotés (je pense). L’ex président et son clan avaient alors tout mis en oeuvre pour tout cadenasser et cela s’est vu tout au long des 4 mandats. Et ça continue encore, avec cette révélation du général qui nous dit que le frère de l’ex président voudrait aller jusqu’à l’état de siège… rien que ça, écraser le peuple Algérien dans le seul souci de privilégier tous ses acquis et ceux de sa famille… brûler en enfer ne sera pas certainement pas suffisant pour cette graine.

    36
    3
      Karamazov
      30 avril 2019 - 10 h 23 min

      J’attendais ton post pour que je puisse comprendre de quoi ça retournait igzaktma. Car suspicieux que je suis j’ai l’impression de faire exprès de ne pas comprendre.

      Azul Tovarich Zaatar

      J’tijor que j’ai l’impression d’être un ramasseur de balle à OK Corall. Et s’il n’y avait que ça . C’est encore pire : c’est comme si pour comprendre l’histoire on me forçait à lire des messages codés sur les balles qui sont tirées. Et parfois même sur celle qu’on a l’intention de tirer au cas où l’adversaire oserait.

      Mon Dieu ! Pourvu que le Gininar soit clair , lui !

      10
        Zaatar
        30 avril 2019 - 11 h 11 min

        Cher Karamazov je te salue,

        On est dans le même cas. Tu l’auras compris. Said qui aurait pu limoger Gaid, et Gaid qui tenait une réunion dans son état major pour démettre said et les bouteflika, toute une vitrine appelée à la barre en justice devenue soudainement « indépendante », said qui irait jusqu’à l’état de siège s’il le fallait!!! Gaid qui continue de discourir les mardi gras!!! Belaiz qui part mais bensalah qui reste en compagnie de bedoui alors que 20 millions d’algériens réclament leurs départs!!!! bien malin celui qui arriverait à démêler tout cet écheveau

        11
        1
    Fellag
    30 avril 2019 - 8 h 02 min

    Un quart d’une population sacrifie pour Rien ou presque, juste pour légué le pouvoir aux enfants de nos traîtres

    32
    2
      Mokrane DJOUADI
      30 avril 2019 - 9 h 23 min

      Si Fellag avec tout le respect que je vous dois, j’aimerais vous dire que je suis loin de partager le contenu de votre commentaire.
      Nos Martyrs,hommes et femmes, qui n’ont pas hésité à aller jusqu’au sacrifice de leur vie pour l’Algérie, ont fait leur devoir.
      Cependant, leur descendance et les moudjahidin, qui ont survécus à la guerre, n’ont pas été à la hauteur aux fins d’éviter à ce que notre cher pays ne tombe entre les mains et ne soit la proie de mauvaises personnes.

      Fils ainé du Commandant de l’ALN; Abderrahmene DJOUADI, du village d’Arous, tombé au Champ de l’honneur en 1957.

      24
      2
        Fellag
        30 avril 2019 - 11 h 05 min

        Frère [email protected],ou nous sommes nous,dirigé par qui;ou sont-ils la relève de nos combattants qui ont sacrifiés leur vies pour notre pays,qu’il soit un pays de justice,de droit,d’accueil,,de progrès et d’exemple à d’autres peuples,s’est produit le contraire;et meme leurs orphelins abandonnés ont été spolie de leur peut de biens,par des dirigeants de ce pays

        13
    Si El Hawess
    30 avril 2019 - 7 h 53 min

    En claire depuis la main mise des Bouteflika, nous sommes gouverner par la France et leurs alliés du DRS, alors c’est pour quand notre vraie indépendance, Bouteflika n’a jamais caché son amour pour le Maroc et le Roi Hassan le criminel ainsi la France et son colonialisme, c’est un oublie de la révolution Algérienne

    22
    11
      Anonyme
      30 avril 2019 - 11 h 09 min

      Oh oui, je me souviens parfaitement de Bouteflika tout du long collé au cercueil de Hassan Dos le Chimique pendant la  » parade » vers la grande mosquée, la main obstinément posée sur le tissu brodé qui le recouvrait, tout le monde derrière et lui devant, je n’en croyais pas mes yeux.

      13
        PASSAGER
        30 avril 2019 - 15 h 40 min

        c’est vrai , mêmes les fils de hassan deux étaient derrière et lui boutef bien accroché à son cercueil …en fait accroché à un destin de roi qu’il aurait souhaité pour lui

    Anonyme
    30 avril 2019 - 7 h 38 min

    Je crois que tout le monde a fini par comprendre que Toufik est la source de nos problèmes.
    Il a bien couvé Bouteflika et ses fracas.

    44
    8
      Amine
      30 avril 2019 - 12 h 02 min

      Je crois que tout le monde a fini par comprendre que l’ignorance est une source sûre et surtout valider!!!!!!!

      3
      14
      Anonymalgérien
      30 avril 2019 - 21 h 24 min

      Tu veux dire « frasques »?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.