Constantine : les travailleurs de l’Etrag dénoncent une «mauvaise gestion du complexe» 

Etrag
Tracteurs fabriqués par l'Etrag. D. R.

Les travailleurs de l’Entreprise des tracteurs agricoles (Etrag) de Oued-Hamimime, commune d’El-Khroub, dans la wilaya de Constantine, ont organisé dimanche une marche en signe de protestation contre une «mauvaise gestion de l’entreprise», rapporte l’agence de presse officielle APS.

Les protestataires, qui ont battu le pavé depuis l’entrée sud-est de la ville de Constantine jusqu’au cabinet du wali, sur environ 4 km, ont réclamé le départ du directeur général du complexe dont la gestion a été qualifiée «d’irresponsable» avec «plus de 2 000 tracteurs fabriqués et stockés». En grève depuis avril dernier pour dénoncer le mode de gestion de cette entreprise qui a entrainé la «mévente des produits fabriqués depuis 2013», les protestataires ont estimé «qu’à cette cadence, le complexe risque de fermer ses portes».

Les protestataires ont également réclamé le versement des salaires du mois d’avril pour l’ensemble des travailleurs.

Selon les travailleurs, une réunion regroupant le chef de l’exécutif local, les responsable du complexe et les représentants des travailleurs a eu lieu avant le Ramadhan et s’est soldée par une série de mesures dont la plus importante était de «contacter le ministère de tutelle pour dépêcher une commission d’enquête sur les lieux».

L’Etrag était entrée en partenariat en 2012 avec l’Entreprise algérienne de distribution de matériels agricoles (PMAT) et le groupe américain AGCO pour la fabrication de tracteurs de marque américaine Massey- Ferguson.

R. E.

Comment (8)

    Anonyme
    16 mai 2019 - 2 h 29 min

    Ce sont des importateurs, et de faux investisseurs algériens, de vrais revendeurs, de l’Import-Import
    Et du gain facile, et rapide avec des comptes pleins à craquer, et un carnet d’adresses de véreux, et de
    Mafieux smasria de l’informel, qu’ils ne savent pas faire quoi de leur argent (baggara)
    Et non de vrais investisseurs industriels aux capacités techniques, et industrielles avérées
    Qui sont entrain de saboter – administrativement, et bureaucratiquement à travers des banques laxistes
    Et des banquiers corrompus, et véreux, la très lente réindustrialisation de l’économie algérienne

    Mme CH
    14 mai 2019 - 3 h 09 min

    « la «mévente des produits fabriqués depuis 2013» »….c’est grave, et que fait ce partenaire américain, il est fort possible que des millions de dollars ont été transférés aux USA sans contrepartie…! Le DG doit être entendu pour expliquer cette situation et déterminer les responsables de ce crime économique…!
    Les travailleurs ont raison de s’inquiéter pour leur avenir….! Allez M.le Wali, il faut activer, le temps presse…!!

    3
    1
      passager
      14 mai 2019 - 9 h 47 min

      Apparemment la mévente concerne surtout le tracteur cirta et non le tracteur massey-Fergussen

      3
      1
    Zmigri
    12 mai 2019 - 23 h 20 min

    Le stock de produits important implique un arrêt de l’activité et la faute revient à l’état qui prostitue le marché algérien aux étrangers et impose aux entreprises de jouer le social et de continuer à produire. Avec ce pouvoir anti national la stratégie était de détruire toutes les entreprises de production, et accuser les gestionnaires de mal gérer ou les travailleurs d’être des bras cassés c’est injuste.
    Maintenant c’est vrai que la désignation de responsables et les promotions doivent être transparente et se faire au mérite.

    5
    5
    passager
    12 mai 2019 - 23 h 11 min

    Quand plus de 2000 tracteurs sont en mévente , on se demande pourquoi le tracteur n’a pas été listé dans la liste des produits interdits à l’importation , c’est dire…

    8
    2
      Anonyme
      13 mai 2019 - 7 h 16 min

      Excellente question. A celle-ci et à bien d’autres, seules deux personnes peuvent y répondre; Abdelhamid Temmar et Ahmed Ouyahia. Ils ne peuvent encore le faire. Le premier a disparu des écrans radars depuis belle lurette non sans avoir placé son neveu du même nom; le second ne pouvait pas parler la bouche pleine , occupé qu’il était à se taper un yaourt.
      Les secteurs saignés et démolis par 20 années de massacre économique et social, sont;
      – la sidérurgie qui a commencé par l’emprisonnement des cadres de la SNS puis l’importation de Ronds A Béton ou RAB par 2xRAB. Le produit importé d’Ukraine après Tchernobyl est fortement radiocatif
      – le textile; les usines de filatures, de confection comme celle de >Béjaïa qui habilla notre équipe natianale pour le mondial de 1982, les chemiseries qui produisaient les tenues pour les Hadjis
      – l’agro alimentaire; corps gras et conserveries,
      – cimenteries et produits rouges
      et bien d’autres secteurs de transformation de la PMI qui vit des dizaines de milliers de travailleurs « libérés » et mis au chômage

      8
      4
    m'degouti min djazair
    12 mai 2019 - 21 h 57 min

    C’est vrai que cette importation a fini par faire disparaitre l’industrie algerienne, une societe etablie a tizi a été importé des tracteurs de l’inde et soi disant montage en algerie du n’importe quoi pourvu qu’ils arrivent a faire de l’euro!
    bande de pouilleux …il est temps de mettre un frein a cette importation bouteflikienne !

    8
    2
    Anonyme
    12 mai 2019 - 19 h 39 min

    Le plus en faute et ke vrai responsable de cette situation est l’état de Bouteflika et de son ex Premier ministre qui pendant 20 ans ont démantelé l’industrie algérienne pour laisser le champ libre aux importations. Dans le cas des tracteurs, le géant indien Mahindra a fait la même chose que son compatrîote Lakshmi Mitral qui ruina la sidérurgie d’El Hadjar et les mines de fer et de charbon de Ouenea et du Kouif

    10
    6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.